4ème révolution industrielle : un monde du travail et de la formation qui se transforme

Les 16-25 ans sont insatisfaits de leur système d’éducation actuel, positifs vis-à-vis de la technologie, inquiets sur leurs opportunités de carrières… mais également agiles, curieux et flexibles. C’est ce que nous apprend l’étude “Amplifying Human Potential : Education and Skills for the Fourth Industrial Revolutiond’Infosys présentée tout récemment au forum économique international de Davos.  L’occasion pour DOCaufutur de donner la parole à des experts pour qu’ils nous livrent leur perception des aspirations des nouvelles générations. 

« Nous sommes entrés dans la 4ème révolution industrielle avec l’arrivée des systèmes connectés. Et comme à chaque révolution, nous craignons de perdre des emplois. Mais la société finit toujours par s’adapter aux évolutions et à créer d’autres types d’emplois » indique Emmanuelle Blons, directrice en charge de projets de transformation et conduite de projets chez Infosys. Selon un rapport du Sénat, 65 à 70% des métiers qu’exerceront les enfants actuellement en classe de maternelle n’existent pas encore. « Il s’agit de prendre tous ces changements de front pour ne pas les subir. C’est au gouvernement de mettre en place des grands plans de formations pour que les personnes les plus éloignées des outils digitaux puissent les appréhender » précise t-elle.

Career versus familyPour Amaury Montmoreau d’AJ Stage et AJ jobs, les jeunes sont de plus en plus connectés et la frontière entre vie privée et vie professionnelle s’estompe. « Ils cherchent donc un sens à leur travail et un certain épanouissement ». Pour lui, le pessimisme ambiant des jeunes français face au monde du travail actuel (chiffre étude Infosys : seuls 9,75% des interrogés se disent “très optimistes” quant à leurs chances de trouver facilement du travail, 43,06% étant ‘‘plutôt optimistes’’), est dû au fait que ces derniers ne se reconnaissent pas forcément dans le système des grands groupes. « Il y a une remise en question de l’ancien système : la notion de ‘patron’ est par exemple volontairement remplacée par celle d’ ‘entrepreneur’ ». 

Comment attirer les jeunes talents ? 

Le monde des startups, qui intéresse un jeune sur dix, peut en faire rêver plus d’un avec une pyramide hiérarchique plate et un cycle de décision court. Il semble cependant que la sécurité des PME et grands groupes les rassurent davantage dans un contexte économique difficile. Pour plaire aux jeunes générations, les entreprises n’hésitent pas à les séduire grâce à des espaces de travail améliorés, de la formation et / ou des valeurs d’entreprises fortes.

Tamsyr FayerC’est le cas de Maltem Consulting Group, cabinet de conseil spécialisé sur la Business Performance et la Transformation Digitale. « Pour attirer les jeunes talents, nous mettons en avant nos valeurs d’entreprises que sont la performance, la transparence, et l’engagement. Nous souhaitons engager des échanges avec nos collaborateurs sur l’ensemble de leurs compétences et centres d’intérêts. Nos salariés peuvent ainsi profiter d’un grand nombre d’activités culturelles, sportives ou familiales telles que des cours de théâtre, des initiations à l’oenologie, du coaching sportif, des sorties et animations aux musées pour les enfants » relate Tamsir Fayer (en photo), directeur Marketing & Communication chez Maltem Consulting Group. L’entreprise a un budget formation très important. C’est un bon argument si l’on en croit l’un des résultats de l’étude d’Infosys selon laquelle près de 80% des jeunes français désirent travailler dans une entreprise leur offrant des opportunités de formation tout au long de leur carrière. La France est l’un des pays où la demande d’apprentissage et de formation par des supérieurs est la plus forte.

Human resources spinning wheels concept

Les entreprises doivent accompagner et coacher leurs salariés tout au long de leur carrière

Pour Tamsir Fayer, les entreprises ainsi que les institutions scolaires doivent faire en sorte que chacun puisse identifier et développer son ou ses potentiels, acquérir un maximum de souplesse, d’agilité et d’esprit critique. On peut parler alors de plasticité et d’adaptabilité. L’objectif est de pouvoir travailler en mode projet au sein d’équipes pluridisciplinaire (réelles ou virtuelles) sur des problématiques très larges. Elvire del Fondo est la fondatrice d’Audigny consulting et Audigny formation. Elle pense que « les entreprises ont le devoir d’accompagner et coacher les salariés à leur prise de poste comme lors de leurs évolutions de carrière de manière individualisée. Exit les séminaires de trois jours uniformisés qui ne servent à rien ». Les nouvelles technologies et le digital doivent être l’affaire de tous, en ces temps de transformation numérique des entreprises. « Au sein d’Infosys, nous pensons qu’il serait important d’inclure la formation des nouvelles technologies dès l’école primaire avec, entre autre, une initiation au codage » commente Emmanuelle Blons. Le système scolaire actuel semble parfois en décalage face aux attentes des entreprises et des étudiants. Selon l’étude Infosys, les jeunes français pensent que leur formation scolaire ne les a pas aidés à s’insérer dans le milieu professionnel. Elvire del Fondo (en photo) explique que l’école n’apportera que 7% des connaissances que l’homme possédera, il doit donc développer sa curiosité, se former par lui-même grâce à son environnement et notamment dans son entreprise. 

delfondo-wodPour elle, la vraie force des entreprises est de travailler avec des jeunes, car ce sont les relations intergénérationnelles qui aideront à construire demain : « nous devons faire confiance aux nouvelles générations qui ont une vision du monde nouvelle ». Pour la fondatrice d’Audigny consulting et formation, la génération Z (celle qui a 20 ans aujourd’hui) veut se sentir libre et envisage son activité professionnelle autour d’une organisation flexible, 50% des jeunes qui ont le baccalauréat déclarent souhaiter devenir entrepreneur.

Ces nouvelles donnes doivent pousser les entreprises à s’adapter et à casser certains vieux codes qui ne correspondent plus aux aspirations des jeunes. Management, formation, conditions de travail : le changement, c’est maintenant!

 

Pour aller plus loin :

Related Topics
Author
By
@coesteve1
Related Posts

Readers Comments


  1. Pingback: Un monde du travail et de la formation qui se t...

  2. « la frontière entre vie privée et vie professionnelle s’estompe » : ce  » blurring  » induit de profondes modifications des conditions de travail et d’organisation dans les entreprises, favorables en terme de souplesse pour les tâches personnelles et l’autonomie, mais comportant des risques pour la santé physique et morale des salariés : perte des limites entre vie professionnelle et privée, stress chronique lié à des contrôles ou objectifs excessifs et à une disponibilité permanente se substituant à la présence sur un lieu de travail fixe et aux horaires précis, interactivité obsessionnelle et surcharge informationnelle menant à un excès de charge mentale
    source : La prévention des risques des nouvelles formes de travail : http://www.officiel-prevention.com/protections-collectives-organisation-ergonomie/psychologie-du-travail/detail_dossier_CHSCT.php?rub=38&ssrub=163&dossid=541

Add Your Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

In The News

4ème révolution industrielle : un monde du travail et de la formation qui se transforme

31st janvier, 2016

Les 16-25 ans sont insatisfaits de leur système d’éducation actuel, positifs vis-à-vis de la technologie, inquiets sur leurs opportunités de carrières… mais également agiles, curieux et flexibles. C’est ce que nous apprend l’étude “Amplifying Human Potential : Education and Skills for the Fourth Industrial Revolutiond’Infosys présentée tout récemment au forum économique international de Davos.  L’occasion pour DOCaufutur de donner la parole à des experts pour qu’ils nous livrent leur perception des aspirations des nouvelles générations. 

« Nous sommes entrés dans la 4ème révolution industrielle avec l’arrivée des systèmes connectés. Et comme à chaque révolution, nous craignons de perdre des emplois. Mais la société finit toujours par s’adapter aux évolutions et à créer d’autres types d’emplois » indique Emmanuelle Blons, directrice en charge de projets de transformation et conduite de projets chez Infosys. Selon un rapport du Sénat, 65 à 70% des métiers qu’exerceront les enfants actuellement en classe de maternelle n’existent pas encore. « Il s’agit de prendre tous ces changements de front pour ne pas les subir. C’est au gouvernement de mettre en place des grands plans de formations pour que les personnes les plus éloignées des outils digitaux puissent les appréhender » précise t-elle.

Career versus familyPour Amaury Montmoreau d’AJ Stage et AJ jobs, les jeunes sont de plus en plus connectés et la frontière entre vie privée et vie professionnelle s’estompe. « Ils cherchent donc un sens à leur travail et un certain épanouissement ». Pour lui, le pessimisme ambiant des jeunes français face au monde du travail actuel (chiffre étude Infosys : seuls 9,75% des interrogés se disent “très optimistes” quant à leurs chances de trouver facilement du travail, 43,06% étant ‘‘plutôt optimistes’’), est dû au fait que ces derniers ne se reconnaissent pas forcément dans le système des grands groupes. « Il y a une remise en question de l’ancien système : la notion de ‘patron’ est par exemple volontairement remplacée par celle d’ ‘entrepreneur’ ». 

Comment attirer les jeunes talents ? 

Le monde des startups, qui intéresse un jeune sur dix, peut en faire rêver plus d’un avec une pyramide hiérarchique plate et un cycle de décision court. Il semble cependant que la sécurité des PME et grands groupes les rassurent davantage dans un contexte économique difficile. Pour plaire aux jeunes générations, les entreprises n’hésitent pas à les séduire grâce à des espaces de travail améliorés, de la formation et / ou des valeurs d’entreprises fortes.

Tamsyr FayerC’est le cas de Maltem Consulting Group, cabinet de conseil spécialisé sur la Business Performance et la Transformation Digitale. « Pour attirer les jeunes talents, nous mettons en avant nos valeurs d’entreprises que sont la performance, la transparence, et l’engagement. Nous souhaitons engager des échanges avec nos collaborateurs sur l’ensemble de leurs compétences et centres d’intérêts. Nos salariés peuvent ainsi profiter d’un grand nombre d’activités culturelles, sportives ou familiales telles que des cours de théâtre, des initiations à l’oenologie, du coaching sportif, des sorties et animations aux musées pour les enfants » relate Tamsir Fayer (en photo), directeur Marketing & Communication chez Maltem Consulting Group. L’entreprise a un budget formation très important. C’est un bon argument si l’on en croit l’un des résultats de l’étude d’Infosys selon laquelle près de 80% des jeunes français désirent travailler dans une entreprise leur offrant des opportunités de formation tout au long de leur carrière. La France est l’un des pays où la demande d’apprentissage et de formation par des supérieurs est la plus forte.

Human resources spinning wheels concept

Les entreprises doivent accompagner et coacher leurs salariés tout au long de leur carrière

Pour Tamsir Fayer, les entreprises ainsi que les institutions scolaires doivent faire en sorte que chacun puisse identifier et développer son ou ses potentiels, acquérir un maximum de souplesse, d’agilité et d’esprit critique. On peut parler alors de plasticité et d’adaptabilité. L’objectif est de pouvoir travailler en mode projet au sein d’équipes pluridisciplinaire (réelles ou virtuelles) sur des problématiques très larges. Elvire del Fondo est la fondatrice d’Audigny consulting et Audigny formation. Elle pense que « les entreprises ont le devoir d’accompagner et coacher les salariés à leur prise de poste comme lors de leurs évolutions de carrière de manière individualisée. Exit les séminaires de trois jours uniformisés qui ne servent à rien ». Les nouvelles technologies et le digital doivent être l’affaire de tous, en ces temps de transformation numérique des entreprises. « Au sein d’Infosys, nous pensons qu’il serait important d’inclure la formation des nouvelles technologies dès l’école primaire avec, entre autre, une initiation au codage » commente Emmanuelle Blons. Le système scolaire actuel semble parfois en décalage face aux attentes des entreprises et des étudiants. Selon l’étude Infosys, les jeunes français pensent que leur formation scolaire ne les a pas aidés à s’insérer dans le milieu professionnel. Elvire del Fondo (en photo) explique que l’école n’apportera que 7% des connaissances que l’homme possédera, il doit donc développer sa curiosité, se former par lui-même grâce à son environnement et notamment dans son entreprise. 

delfondo-wodPour elle, la vraie force des entreprises est de travailler avec des jeunes, car ce sont les relations intergénérationnelles qui aideront à construire demain : « nous devons faire confiance aux nouvelles générations qui ont une vision du monde nouvelle ». Pour la fondatrice d’Audigny consulting et formation, la génération Z (celle qui a 20 ans aujourd’hui) veut se sentir libre et envisage son activité professionnelle autour d’une organisation flexible, 50% des jeunes qui ont le baccalauréat déclarent souhaiter devenir entrepreneur.

Ces nouvelles donnes doivent pousser les entreprises à s’adapter et à casser certains vieux codes qui ne correspondent plus aux aspirations des jeunes. Management, formation, conditions de travail : le changement, c’est maintenant!

 

Pour aller plus loin :

By
@coesteve1
backtotop