e-santé, la France saura-t-elle refaire son retard ?

Alors que la 8ème édition de l’Université d’été de la santé ouvre dans quelques jours, la réalité de la e-santé en France est une question qui se fait de plus en plus pressante. Si la majeure partie des acteurs reconnaît que la e-santé est amenée à se développer, ce sont avant tout les délais de mise en place et de déploiement qui deviennent inquiétants… De fait, il suffit de se plonger dans le programme de l’Université pour constater le décalage qui semble sans cesse grandissant entre la France et les pays étrangers !

Une ouverture sous forme de signal d’alarme…

“Numérique : la fin du système de santé publique”, telle est l’annonce de Gilles Babinet, Digital Champion français auprès de la Commission Européenne, le 26 avril dernier. Cette annonce, il viendra l’expliquer et la démontrer en ouvrant officiellement l’Université d’été de la e-santé le 2 juillet au soir. De fait, “avec la possibilité de collecter un grand nombre de données en permanence là où notre médecin de famille ne peut nous prendre le pouls et la tension qu’une à deux fois par an, on conçoit facilement qu’un monde est en train de basculer”. Pourtant, pour Gilles Babinet, ce nouveau monde risque de se faire sans la France. En cause : “[…] nos politiques de santé, le conservatisme inexplicable des régulateurs à l’égard des possibilités d’usages des données médicales […]”.

« Numérique : la fin du système de santé publique »

Conférence d’ouverture de l’Université d’été de la e-santé, 2 juillet, 18h30

  • Gilles BABINET, Digital Champion pour la France auprès de la Commission Européenne pour les enjeux numériques

Des plateaux TV, conférences et ateliers en guise de symptômes…

Alors que certains ateliers ou tables rondes se consacreront à la mise en place d’une messagerie sécurisée entre professionnels de santé en France, sur les conditions de financement de la télécardiologie dans l’hexagone ou sur les conditions de réussite de la téléobservance dans l’apnée du sommeil, d’autres conférences et plateaux TV dévoileront le ‘gap’ qui existe avec les réalisations internationales. De fait, qu’il s’agisse de connecter des patients à leur médecin via des objets de santé, d’échanger et de suivre des paramètres biologiques, d’agir sur l’observance à distance ou de définir la médecine de demain avec les systèmes intelligents, des programmes d’e-santé et de m-santé sont d’ores et déjà déployés sur de larges échelles en Israël ou dans les pays scandinaves et “Watson” s’apprête à bouleverser la médecine aux Etats-Unis.

Messagerie sécurisée : mode d’emploi • Atelier, 2 juillet, 16h00

  • Laurent Dertin, Responsable SI, CHU Montpellier
  • Laurent Dugué, Chef de Projet, GCS TELESANTE Midi-Pyrénées
  • Elie Lobel, Directeur du Pôle projets coordination de soins, ASIP Santé
  • Eric Mesere, Chef de projet Déploiement Messagerie Sécurisée, GIP MiPiH

Téléobservance de l’apnée du sommeil : faut-il continuer ? • Atelier 3 juillet, 10h00

  • Pr. Alain Didier, Chef de Pôle Voies Respiratoires, Chef de service de Pneumologie, CHU de Toulouse
  • Bernard Gasparutto, Président de SYNAPSAD
  • Jean-Claude Roussel, patient, Président d’honneur de la FFAIR
  • André Tanti, Vice-Président du Comité Economique des Produits de Santé (CEPS)

Les systèmes cognitifs en santé : IBM Watson oncology et autres outils d’analyses avancées • Atelier 2 juillet, 16h00

  • David Loupia, architecte en solutions santé, Centre Mondial d’Excellence en Santé d’IBM

Les nouveaux modes de financement de la télémédecine • Table-ronde • 3 juillet, 17h00

  • Annabel Dunbavand, Médecin de santé publique à la Mutualité Française
  • Clémence Mainpin, bureau des coopérations et de la contractualisation, DGOS
  • Sara Meunier, CTO Inera AB, Responsable de l’architecture et de la IT-gouvernance
  • pour l’Association suédoise des autorités locales et des régions (SKL), Suède
  • Leor Wolff, Responsable, eHealth Wing, Clalit Health Services, Israël

Objets connectés : où allons-nous en terme d’usage ? • Table-ronde • 4 juillet, 11h30

  • Dr. Geoff Appelboom, neurochirurgien au Centre médical de l’Université Columbia, New York et co-fondateur de la plateforme FolUp de suivi patients via les objets connectés
  • Uwe Diegel, président de iHealth
  • Guillaume Marchand, médecin psychiatre et Président co-fondateur de dmd Santé
  • Dr. Antoine Pieu, médecin gériatre, CHU de Toulouse

Une Université pour trouver des réponses et faire avancer la e-santé…

Loin du simple constat d’un retard français, les organisateurs de l’Université d’été de la e-santé ont décidé de laisser carte blanche à Lionel Buannic, l’animateur de l’Université pour diriger les débats et amener les participants à proposer des solutions concrètes et opérationnelles pour rattraper le retard français en e-santé.

De fait et alors que les feuilles de route des plans « Objets connectés » et « Santé numérique » ont été validées lors du quatrième comité de pilotage des 34 plans de la Nouvelle France industrielle, le 18 juin dernier et que les contours de la future loi de santé publique sont désormais dessinés, il semble plus que nécessaire de sortir des discours d’expérimentation et de suspicion entre acteurs pour passer à l’heure de la co-construction de la e-santé, si la France veut enfin rattraper son retard.

 

Programme complet accessible en ligne : www.universite-esante.com

Related Topics
Author
By
@coesteve1
Related Posts

Readers Comments


Add Your Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

In The News

e-santé, la France saura-t-elle refaire son retard ?

27th juin, 2014

Alors que la 8ème édition de l’Université d’été de la santé ouvre dans quelques jours, la réalité de la e-santé en France est une question qui se fait de plus en plus pressante. Si la majeure partie des acteurs reconnaît que la e-santé est amenée à se développer, ce sont avant tout les délais de mise en place et de déploiement qui deviennent inquiétants… De fait, il suffit de se plonger dans le programme de l’Université pour constater le décalage qui semble sans cesse grandissant entre la France et les pays étrangers !

Une ouverture sous forme de signal d’alarme…

“Numérique : la fin du système de santé publique”, telle est l’annonce de Gilles Babinet, Digital Champion français auprès de la Commission Européenne, le 26 avril dernier. Cette annonce, il viendra l’expliquer et la démontrer en ouvrant officiellement l’Université d’été de la e-santé le 2 juillet au soir. De fait, “avec la possibilité de collecter un grand nombre de données en permanence là où notre médecin de famille ne peut nous prendre le pouls et la tension qu’une à deux fois par an, on conçoit facilement qu’un monde est en train de basculer”. Pourtant, pour Gilles Babinet, ce nouveau monde risque de se faire sans la France. En cause : “[…] nos politiques de santé, le conservatisme inexplicable des régulateurs à l’égard des possibilités d’usages des données médicales […]”.

« Numérique : la fin du système de santé publique »

Conférence d’ouverture de l’Université d’été de la e-santé, 2 juillet, 18h30

  • Gilles BABINET, Digital Champion pour la France auprès de la Commission Européenne pour les enjeux numériques

Des plateaux TV, conférences et ateliers en guise de symptômes…

Alors que certains ateliers ou tables rondes se consacreront à la mise en place d’une messagerie sécurisée entre professionnels de santé en France, sur les conditions de financement de la télécardiologie dans l’hexagone ou sur les conditions de réussite de la téléobservance dans l’apnée du sommeil, d’autres conférences et plateaux TV dévoileront le ‘gap’ qui existe avec les réalisations internationales. De fait, qu’il s’agisse de connecter des patients à leur médecin via des objets de santé, d’échanger et de suivre des paramètres biologiques, d’agir sur l’observance à distance ou de définir la médecine de demain avec les systèmes intelligents, des programmes d’e-santé et de m-santé sont d’ores et déjà déployés sur de larges échelles en Israël ou dans les pays scandinaves et “Watson” s’apprête à bouleverser la médecine aux Etats-Unis.

Messagerie sécurisée : mode d’emploi • Atelier, 2 juillet, 16h00

  • Laurent Dertin, Responsable SI, CHU Montpellier
  • Laurent Dugué, Chef de Projet, GCS TELESANTE Midi-Pyrénées
  • Elie Lobel, Directeur du Pôle projets coordination de soins, ASIP Santé
  • Eric Mesere, Chef de projet Déploiement Messagerie Sécurisée, GIP MiPiH

Téléobservance de l’apnée du sommeil : faut-il continuer ? • Atelier 3 juillet, 10h00

  • Pr. Alain Didier, Chef de Pôle Voies Respiratoires, Chef de service de Pneumologie, CHU de Toulouse
  • Bernard Gasparutto, Président de SYNAPSAD
  • Jean-Claude Roussel, patient, Président d’honneur de la FFAIR
  • André Tanti, Vice-Président du Comité Economique des Produits de Santé (CEPS)

Les systèmes cognitifs en santé : IBM Watson oncology et autres outils d’analyses avancées • Atelier 2 juillet, 16h00

  • David Loupia, architecte en solutions santé, Centre Mondial d’Excellence en Santé d’IBM

Les nouveaux modes de financement de la télémédecine • Table-ronde • 3 juillet, 17h00

  • Annabel Dunbavand, Médecin de santé publique à la Mutualité Française
  • Clémence Mainpin, bureau des coopérations et de la contractualisation, DGOS
  • Sara Meunier, CTO Inera AB, Responsable de l’architecture et de la IT-gouvernance
  • pour l’Association suédoise des autorités locales et des régions (SKL), Suède
  • Leor Wolff, Responsable, eHealth Wing, Clalit Health Services, Israël

Objets connectés : où allons-nous en terme d’usage ? • Table-ronde • 4 juillet, 11h30

  • Dr. Geoff Appelboom, neurochirurgien au Centre médical de l’Université Columbia, New York et co-fondateur de la plateforme FolUp de suivi patients via les objets connectés
  • Uwe Diegel, président de iHealth
  • Guillaume Marchand, médecin psychiatre et Président co-fondateur de dmd Santé
  • Dr. Antoine Pieu, médecin gériatre, CHU de Toulouse

Une Université pour trouver des réponses et faire avancer la e-santé…

Loin du simple constat d’un retard français, les organisateurs de l’Université d’été de la e-santé ont décidé de laisser carte blanche à Lionel Buannic, l’animateur de l’Université pour diriger les débats et amener les participants à proposer des solutions concrètes et opérationnelles pour rattraper le retard français en e-santé.

De fait et alors que les feuilles de route des plans « Objets connectés » et « Santé numérique » ont été validées lors du quatrième comité de pilotage des 34 plans de la Nouvelle France industrielle, le 18 juin dernier et que les contours de la future loi de santé publique sont désormais dessinés, il semble plus que nécessaire de sortir des discours d’expérimentation et de suspicion entre acteurs pour passer à l’heure de la co-construction de la e-santé, si la France veut enfin rattraper son retard.

 

Programme complet accessible en ligne : www.universite-esante.com

By
@coesteve1
backtotop