Signature électronique : où en est-on ? Par Maud Laurent pour DOCauFutur

La signature électronique tend à se démocratiser au sein des banques, des administrations et des grands groupes. Dans un contexte multicanal et crosscanal, ces établissements financiers et publics souhaitent, à travers la signature électronique, être dans une démarche de gain de temps, gain de papier et gain d’argent. L’Europe a adopté le 23 juillet 2014, le règlement eIDAS en faveur de la signature électronique. Explications.

La signature électronique repose sur un procédé de cryptographie qui permet de garantir l’intégrité d’un document électronique, la validité de sa signature et de l’identité du signataire. « L’adoption du règlement eIDAS par le Conseil de l’Union européenne harmonise la sécurité des transactions électroniques sur le territoire européen. Elle créé la notion d’identité numérique qui a une valeur légale pour tout citoyen ressortissant de l’Union Européenne » explique-t-on chez Dictao. Avant, il fallait que le client ait un matériel adéquat pour que sa signature soit présumée fiable, maintenant il sera possible d’effectuer sa signature côté serveur. Autrement dit, sur la base d’une authentification de qualité, le certificat de l’utilisateur va être généré côté serveur ‘’server signing” et aura la même valeur légale qu’une signature avec un stylo. L’adoption de ce règlement confirme l’engagement des dirigeants européens en faveur de la dématérialisation des dispositifs de reconnaissance et d’identification, dans une économie toujours plus numérique.

Des évolutions juridiques jumelées à des évolutions techniques

« Les éditeurs de solutions de confiance numérique sont aujourd’hui en mesure de délivrer une expérience utilisateur plus ergonomique et plus fluide ». Grâce aux nouvelles technologies, les solutions mises en œuvre aujourd’hui, sont capables d’une part d’identifier un client, et d’autre part de lui permettre de matérialiser son engagement et son consentement grâce à la signature électronique. Enfin, ils permettent également d’archiver ces informations de manière sécurisée, pérenne et légale, grâce aux fonctions de coffre-fort électronique. « Les freins techniques et juridiques que l’on connaissait il y a quelques années n’existent plus, ce qui contribue largement aujourd’hui à cette généralisation des usages que connait la signature électronique ».

Maud LaurentMaud Laurent pour DOCaufutur, l’avenir du document

Corinne
Depuis plus de 25 ans dans le métier de la communication et du marketing, Corinne a démarré sa carrière à la télévision avant de rejoindre une agence événementielle. Curieuse dans l’âme, elle poursuit sa carrière dans l’IT et intègre une société de conseil en éditique puis entre chez un éditeur de logiciels leader sur son marché, SEFAS. Elle est ensuite nommée Directrice Communication chez MGI Digital Graphic, constructeur de matériel d’impression numérique et de finition international coté en bourse. Revenue en 2008 chez SEFAS au poste de Directrice Marketing et Communication groupe, elle gère une équipe répartie sur 3 géographies (France, Etats-Unis et Angleterre), crée le groupe utilisateurs de l’entreprise et lance un projet de certification ISO 9001, ISO 14001 et ISO 26000 couronné de succès. Pendant 7 ans membre du conseil d’administration de l’association professionnelle Xplor France et 2 ans sa Présidente, Corinne a créé dès 2010 TiKibuzz, son agence de marketing et de communication. Elle devient Directrice de la Communication en charge des Relations Presse, du Lobbying et du marketing digital chez DOCAPOST, groupe La Poste, durant 3 ans avant de rejoindre la start-up FINTECH Limonetik, en 2013. C'est cette même année qu'elle crée votre média professionnel, DOCaufutur, l'avenir du document.

More from author

Restez connectez !

Nous diffusons une Newsletter mensuelle incluant des dossiers thématiques, interviewes et investigations réalisées par nos journalistes indépendants.
Vous souhaitez recevoir notre lettre d’informations?