Quelle gestion de projet pour les entreprises en 2020 ? Gilles Lavalou, président de NQI

521692

Les techniques de gestion de projet évoluent au rythme des avancées technologiques. Dans un futur proche, on peut donc envisager un remodelage complet du paysage des outils de planification : comment les entreprises manageront leurs équipes à l’avenir ? Gilles Lavalou, président de NQI, un éditeur français de solutions web de gestion de projets et de portefeuilles (PPM), répond à trois questions.

A l’heure actuelle, sur quelle piste se tourne la gestion de projet ?

Les frontières traditionnelles liées aux implantations géographiques des sociétés et aux accès distants à leurs propres structures IT tombent peu à peu. Les données qu’elles portent et les applications qu’elles supportent deviennent accessibles à tous, à tout instant et en tout lieu. Le management et la gestion sont ainsi impactés de façon très postive, favorisant rapidité et efficacité.

En fait, l’innovation de rupture est déjà là, et elle a pour nom le Cloud Computing. On peut donc raisonnablement considérer que le management de projets va connaître une évolution majeure dans les prochaines années, et donc pourquoi pas dès 2020 ?

A quoi cette évolution est-elle liée ?

Cette innovation de rupture est très naturelle. Elle est un pendant du Web dit social, le Web 2.0. Exploitant les avantages de cet outil, le Cloud Computing, elle apporte une dimension collaborative en termes de management de projets, quand le Web social, lui, n’est que contributif !

En termes d’applications logicielles, on entend également parler du « Software as a Service », ou Saas. Cette fois-ci, c’est le logiciel qui est facturé à la demande. Et on constate que le développement du Saas s’accompagne peu à peu d’un développement conjoint de l’utilisation du Cloud.

La gestion de projet devrait de plus en plus intégrer à la fois la dématérialisation des outils et des supports IT, mais aussi la dématérialisation des journées de travail. On peut ainsi affimer qu’il deviendra de plus en plus facile de gérer des projets, en raccourcissant les délais et en réduisant les coûts opérationnels ou en les ajustant au plus près des besoins réels.

Et pour l’entreprise, quel est l’intérêt de s’orienter vers le Cloud Computing ?

Pour un chef d’entreprise, l’utilisation du Cloud Computing ne doit pas seulement être résumée à l’intégration de nouveaux coûts liés à la location de serveurs et à l’utilisation de puissance de calcul. Non, le dirigeant voit aussi s’ouvrir à lui des possibilités nouvelles de collaboration avec ses collaborateurs, mais aussi avec d’autres entreprises au travers d’applications et de données partagées et continûment accessibles. Ces entreprises, dans le cadre de leurs collaborations, bénéficient alors de possibilités nouvelles de communication et d’interconnexions de leurs processus. Cette solution est donc gagnante pour chacun des acteurs !

C’est pourquoi depuis 2014, NQI commercialise des solution logicielles NQI en mode SaaS. L’offre de Cloud Privée NQI (gestion de projet en mode SaaS) propose deux types de plateformes Cloud basées en France. NQI répond ainsi aux enjeux de disponibilité des applications et de protection des données des clients. Ce nouveau mode de dépoloiement permet par ailleurs de rester en adéquation avec les attentes des clients, notamment par des innovations fonctionnelles plus fréquentes grâce aux mises à jour (presque) automatiques.

Related Topics
Author
By
@coesteve1
Related Posts

Readers Comments


Add Your Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

In The News

Quelle gestion de projet pour les entreprises en 2020 ? Gilles Lavalou, président de NQI

521692 11th juillet, 2016

Les techniques de gestion de projet évoluent au rythme des avancées technologiques. Dans un futur proche, on peut donc envisager un remodelage complet du paysage des outils de planification : comment les entreprises manageront leurs équipes à l’avenir ? Gilles Lavalou, président de NQI, un éditeur français de solutions web de gestion de projets et de portefeuilles (PPM), répond à trois questions.

A l’heure actuelle, sur quelle piste se tourne la gestion de projet ?

Les frontières traditionnelles liées aux implantations géographiques des sociétés et aux accès distants à leurs propres structures IT tombent peu à peu. Les données qu’elles portent et les applications qu’elles supportent deviennent accessibles à tous, à tout instant et en tout lieu. Le management et la gestion sont ainsi impactés de façon très postive, favorisant rapidité et efficacité.

En fait, l’innovation de rupture est déjà là, et elle a pour nom le Cloud Computing. On peut donc raisonnablement considérer que le management de projets va connaître une évolution majeure dans les prochaines années, et donc pourquoi pas dès 2020 ?

A quoi cette évolution est-elle liée ?

Cette innovation de rupture est très naturelle. Elle est un pendant du Web dit social, le Web 2.0. Exploitant les avantages de cet outil, le Cloud Computing, elle apporte une dimension collaborative en termes de management de projets, quand le Web social, lui, n’est que contributif !

En termes d’applications logicielles, on entend également parler du « Software as a Service », ou Saas. Cette fois-ci, c’est le logiciel qui est facturé à la demande. Et on constate que le développement du Saas s’accompagne peu à peu d’un développement conjoint de l’utilisation du Cloud.

La gestion de projet devrait de plus en plus intégrer à la fois la dématérialisation des outils et des supports IT, mais aussi la dématérialisation des journées de travail. On peut ainsi affimer qu’il deviendra de plus en plus facile de gérer des projets, en raccourcissant les délais et en réduisant les coûts opérationnels ou en les ajustant au plus près des besoins réels.

Et pour l’entreprise, quel est l’intérêt de s’orienter vers le Cloud Computing ?

Pour un chef d’entreprise, l’utilisation du Cloud Computing ne doit pas seulement être résumée à l’intégration de nouveaux coûts liés à la location de serveurs et à l’utilisation de puissance de calcul. Non, le dirigeant voit aussi s’ouvrir à lui des possibilités nouvelles de collaboration avec ses collaborateurs, mais aussi avec d’autres entreprises au travers d’applications et de données partagées et continûment accessibles. Ces entreprises, dans le cadre de leurs collaborations, bénéficient alors de possibilités nouvelles de communication et d’interconnexions de leurs processus. Cette solution est donc gagnante pour chacun des acteurs !

C’est pourquoi depuis 2014, NQI commercialise des solution logicielles NQI en mode SaaS. L’offre de Cloud Privée NQI (gestion de projet en mode SaaS) propose deux types de plateformes Cloud basées en France. NQI répond ainsi aux enjeux de disponibilité des applications et de protection des données des clients. Ce nouveau mode de dépoloiement permet par ailleurs de rester en adéquation avec les attentes des clients, notamment par des innovations fonctionnelles plus fréquentes grâce aux mises à jour (presque) automatiques.

By
@coesteve1
backtotop