Datacenter et Cloud, une nouvelle manière de rationaliser son SI dans le secteur de la finance – Rafet Krasniqi, EOLEN Finance

Le système d’information est un véritable axe de performance et de productivité dans le secteur de la finance. Dans ce contexte, les acteurs de l’industrie investissent des ressources très importantes pour maintenir des systèmes toujours plus performants et les faire évoluer. L’une des spécificités du secteur tient à l’évolution rapide des SI qui s’explique par la mutation permanente des offres, les nombreuses demandes émanant des directions métiers et les évolutions réglementaires.

Selon IDC, le secteur financier a dépensé plus de 430 milliards de dollars en ressources IT en 2014. Les banques se positionnent comme les plus gros contributeurs avec plus de 215 milliards investis. Les assurances ont de leur côté investi près de 100 milliards. Ces chiffres montrent une nouvelle fois la part importante jouée par l’informatique dans le monde financier qui se positionne comme le secteur investissant le plus en matière d’informatique.

Dans ce contexte, les notions d’optimisation des ressources sont une donnée-clé pour les DSI qui recherchent les moyens d’offrir une grande qualité de services et des infrastructures performantes tout en rationalisant les dépenses, l’organisation et les infrastructures. En ce sens, les aspects liés à l’allocution des ressources au sein des Datacenters et à leur bonne utilisation sont un axe-clé pour les Directions des Systèmes d’Information.

À ce niveau, il est possible de réaliser des économies d’échelle sans déroger à la qualité et en conservant des règles de l’art et une sécurité optimum. Il est d’abord utile de bien connaître les besoins et l’état de ses infrastructures. La rationalisation recherchée peut alors commencer notamment au niveau de l’utilisation des différentes ressources comme les serveurs, les bases de données, les réseaux…

Il est ensuite possible de proposer des catalogues de services et de les faire évoluer. Cette approche très industrielle est largement utilisée et permet d’accéder à des bénéfices de type : optimisation des ressources techniques et financières.

L’autre volet à prendre en compte tient à la maintenance quotidienne et aux évolutions futures à entreprendre. En effet, il ne suffit pas de positionner son infrastructure au sein des datacenters, il faut également penser aux notions de gestion et d’infogérance qui représentent un axe-clé d’une externalisation réussie. Cela peut représenter des budgets très importants. Il convient de veiller à la bonne gestion de ce poste.

Les professionnels de la finance doivent donc bien prendre en main la gestion de leurs infrastructures IT et mettre en place des modèles de gestion leur permettant de rationaliser leurs différents coûts et ressources. En ce sens, certains ont d’ores et déjà opté pour une aide externe afin de définir le bon mode opératoire. Pour autant, une bonne gouvernance doit être à la base de toute décision et fixer un cap lisible pour la Direction des systèmes d’information qui se voit une nouvelle fois fortement sollicitée pour accompagner les entreprises dans leur croissance.

Related Topics
Author
By
@coesteve1
Related Posts

Readers Comments


Add Your Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

In The News

Datacenter et Cloud, une nouvelle manière de rationaliser son SI dans le secteur de la finance – Rafet Krasniqi, EOLEN Finance

14th février, 2014

Le système d’information est un véritable axe de performance et de productivité dans le secteur de la finance. Dans ce contexte, les acteurs de l’industrie investissent des ressources très importantes pour maintenir des systèmes toujours plus performants et les faire évoluer. L’une des spécificités du secteur tient à l’évolution rapide des SI qui s’explique par la mutation permanente des offres, les nombreuses demandes émanant des directions métiers et les évolutions réglementaires.

Selon IDC, le secteur financier a dépensé plus de 430 milliards de dollars en ressources IT en 2014. Les banques se positionnent comme les plus gros contributeurs avec plus de 215 milliards investis. Les assurances ont de leur côté investi près de 100 milliards. Ces chiffres montrent une nouvelle fois la part importante jouée par l’informatique dans le monde financier qui se positionne comme le secteur investissant le plus en matière d’informatique.

Dans ce contexte, les notions d’optimisation des ressources sont une donnée-clé pour les DSI qui recherchent les moyens d’offrir une grande qualité de services et des infrastructures performantes tout en rationalisant les dépenses, l’organisation et les infrastructures. En ce sens, les aspects liés à l’allocution des ressources au sein des Datacenters et à leur bonne utilisation sont un axe-clé pour les Directions des Systèmes d’Information.

À ce niveau, il est possible de réaliser des économies d’échelle sans déroger à la qualité et en conservant des règles de l’art et une sécurité optimum. Il est d’abord utile de bien connaître les besoins et l’état de ses infrastructures. La rationalisation recherchée peut alors commencer notamment au niveau de l’utilisation des différentes ressources comme les serveurs, les bases de données, les réseaux…

Il est ensuite possible de proposer des catalogues de services et de les faire évoluer. Cette approche très industrielle est largement utilisée et permet d’accéder à des bénéfices de type : optimisation des ressources techniques et financières.

L’autre volet à prendre en compte tient à la maintenance quotidienne et aux évolutions futures à entreprendre. En effet, il ne suffit pas de positionner son infrastructure au sein des datacenters, il faut également penser aux notions de gestion et d’infogérance qui représentent un axe-clé d’une externalisation réussie. Cela peut représenter des budgets très importants. Il convient de veiller à la bonne gestion de ce poste.

Les professionnels de la finance doivent donc bien prendre en main la gestion de leurs infrastructures IT et mettre en place des modèles de gestion leur permettant de rationaliser leurs différents coûts et ressources. En ce sens, certains ont d’ores et déjà opté pour une aide externe afin de définir le bon mode opératoire. Pour autant, une bonne gouvernance doit être à la base de toute décision et fixer un cap lisible pour la Direction des systèmes d’information qui se voit une nouvelle fois fortement sollicitée pour accompagner les entreprises dans leur croissance.

By
@coesteve1
backtotop