Le moral des ménages retombe en France à son plus bas niveau au 4ème trimestre 2013 – Nielsen

coccinella matita

L’indice de la France connaît en effet un des plus forts reculs (-10 points ce trimestre) parmi les 60 pays observés à travers le globe. Une chute accompagnée du regain du sentiment de récession économique en France.

Si la confiance des consommateurs est demeurée stable dans le monde (pour le troisième trimestre consécutif avec un indice de 94), l’Europe connaît une baisse du moral des ménages ce trimestre dans 18 pays étudiés sur 32 selon l’étude de Nielsen, leader mondial de l’information et des insights sur ce que voit et achète le consommateur. 16 des 17 plus faibles scores de confiance des consommateurs sont à mettre au crédit de pays européens, avec l’Italie, la Croatie, la Grèce, la Slovénie et le Portugal en bas du classement.
La hausse de l’indice français observée au 3 ème trimestre était en trompe-l’œil et la forte baisse annoncée aujourd’hui révèle l’humeur morose des Français en fin d’année. Avec un score de 51 la France est plus que jamais ancrée dans le bas du classement mondial.

Les résultats économiques, mauvaises nouvelles fiscales, manifestations et polémiques du dernier trimestre 2013 ont à l’évidence nourri la morosité ambiante. Sans signes très positifs à l’horizon, marques et enseignes doivent faire face à de nouvelles attentes et comportements des consommateurs.

Une lente reprise se confirme en Europe

Néanmoins, treize pays européens ont affiché un indice en hausse : l’Irlande a signé la plus forte augmentation ce trimestre avec + 8 points et atteint un indice de 77, son plus haut niveau depuis 2008. La Hongrie a progressé elle de 6 points à un indice de 51, l’Allemagne de 3 points à 95, soit 8 points de plus que l’an passé à la même époque. Le Danemark est le seul pays Européen à afficher un score au-dessus de 100 avec un indice de 105 ce trimestre. Plus de la moitié des personnes interrogées en Suisse (56%), Allemagne (56%) et Norvège (51%) ont déclaré avoir confiance dans les perspectives d’emploi pour 2014. Les plus fortes baisses en Europe ce trimestre proviennent du Portugal (-11), de la France (-10) et de la Belgique (-6).

« L’Europe s’est stabilisée, mais doit faire face à une longue marche vers la reprise économique», indique le Dr Venkatesh Bala, économiste en chef au sein du Cambridge Groupe, entité de Nielsen. « Si l’amélioration s’avère très lente, le niveau de pessimisme dans la région est tout de même plus modéré que l’an dernier, quand de nombreux pays avaient atteint leur plus bas niveau historique. »

Fortes disparités concernant la situation du marché de l’emploi

Parmi les 32 marchés européens, les perspectives d’emploi pour l’année à venir – telles que perçues par les consommateurs – ont augmenté dans 12 pays, diminué dans 15 et sont restées stables dans cinq autres.
L’Irlande est le seul pays à afficher chez ses consommateurs une croissance soutenue en termes de perspectives d’emploi pour 2014. En Allemagne, de bonnes perspectives économiques semblent avoir également redonné une belle impulsion à la confiance des ménages et ni la hausse de l’inflation, ni la montée des prix des denrées alimentaires en fin d’année n’ont atténué cette atmosphère positive.

En revanche, 46% des Français jugent les perspectives d’emploi mauvaises contre 29% en moyenne en Europe.

Du pessimisme pour les finances personnelles des ménages

La proportion de consommateurs français négatifs à l’égard de leurs finances personnelles est du même ordre : 28% des personnes interrogées au dernier trimestre. Ce score reste significativement supérieur à la moyenne européenne (16%) et aux scores de nos voisins comme l’Allemagne (11%) ou le Royaume-Uni (13%).

Ils sont également plus nombreux à déclarer que la période n’est pas propice pour acheter ce dont ils ont besoin ou envie : 37%. Ils sont 36% à vouloir épargner en prévision de dépenses imprévues contre 33% pour la moyenne européenne mais 25% affirment qu’ils ne peuvent rien épargner une fois les dépenses réglées contre 22% en Europe.

3 inquiétudes majeures : travail, factures domestiques et économie

La sécurité de l’emploi, l’augmentation des factures domestiques et la situation économique en général restent les inquiétudes principales des Français : 17%, 13% et 11% contre respectivement 16%, 12% et 12% pour la moyenne Européenne. L’augmentation des prix dans l’alimentaire est une préoccupation commune à tous les Européens. En revanche, 10% des consommateurs européens sont préoccupés par les dépenses de santé contre seulement 6% des Français.
Globalement, 61% des sondés pensent que leur pays n’est pas à l’abri d’une récession économique.

La crise modifie notre façon de consommer

Alimentation, habillement, voitures, restaurants, vacances… Avec la crise, les Français se montrent plus regardants. À l’évidence, ce changement de comportement est appelé à durer mais pas seulement en France. Économiser en sorties (57% en France, 51% en Europe), en habillement (55% vs 57%), en énergie (54% contre 48%), utiliser moins la voiture (41% contre 31%), abandonner les produits actuels pour des marchandises moins chères (52% en France comme en Europe)… L’arbitrage fait désormais partie de la vie quotidienne.

Et ailleurs dans le monde….

La région Asie-Pacifique est la seule à montrer des gains de confiance par rapport au trimestre précédent, à 105 (+1 vs le trimestre précédent et +4 vs fin 2013). En revanche, la confiance des consommateurs a baissé de trois points en Amérique du Nord (95), deux points au Moyen-Orient / Afrique (90) et un point en Europe (73); la confiance est restée stable en Amérique Latine avec un indice de 94.
L’Indonésie se distingue avec l’indice de confiance des consommateurs le plus élevé (124) pour le quatrième trimestre consécutif, en hausse de 4 points à court terme. Les plus grandes augmentations sont à mettre au crédit de la Colombie (93), au Pérou (102) et au Chili (99), avec des hausses respectives de 9, 8 et 4 points. de neuf, huit et quatre points d’indice, respectivement. A l’inverse, la confiance des consommateurs au Mexique (78), en Argentine (77) et au Venezuela (74), ont diminué de 10, trois et deux points d’indice, par rapport au 3ème trimestre.

Des consommateurs à court d’argent et des dépenses restreintes

L’enquête de Nielsen montre que partout dans le monde, les intentions de dépenses sont à la baisse dans toutes les catégories mesurées au 4ème trimestre et sont dans une grande mesure retournées aux niveaux de fin 2012.

Globalement, 15 % des répondants en ligne ont dit qu’ils n’avaient pas d’argent disponible, soit une augmentation de 13 % par rapport au trimestre précédent et à égalité avec les résultats de fin 2012.

Le sentiment de récession persiste

Selon l’enquête de Nielsen, plus de la moitié (57%) des répondants mondiaux pensent que leur pays est en récession économique au 4ème trimestre 2013, une baisse d’un point par rapport au trimestre précédent et une baisse de deux points par rapport à la même période de l’an dernier.
Dans 3 pays étudiés sur 4, les consommateurs ressentent plus fortement la récession maintenant qu’au début de la crise économique en 2008, et tout particulièrement dans certains pays comme la Finlande (+68 points), les Pays-Bas (+47), la Pologne (+43), le Vietnam (+37), la Russie (+31), la République Tchèque (+29)….
Dans le même temps, ce sentiment de récession a plutôt baissé dans les principales puissances économiques comme les Etats-Unis (-14 points depuis début 2008), l’Allemagne (-9) et le Japon (-3).

 

A propos de l’enquête globale Nielsen sur le moral des ménages

L’enquête en ligne sur le moral des consommateurs lancée en 2005 par Nielsen, mesure la confiance, les préoccupations majeures et les habitudes de consommation de 29 000 internautes dans 60 pays. La dernière étude a été menée du 11 au 29 Novembre 2013 en Asie Pacifique, Europe, Amérique Latine, Europe de l’Est, Afrique et Amérique du Nord. Un indice de moral des ménages égal à 100 signifie un degré moyen d’optimisme dans le pays.
Pour davantage d’informations, merci de visiter http://www.nielseninsights.eu/ ou
http://www.nielsen.com/us/en/newswire.html, ou encore de contacter Nielsen France.

Related Topics
Author
By
@coesteve1
Related Posts

Readers Comments


Add Your Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

In The News

Le moral des ménages retombe en France à son plus bas niveau au 4ème trimestre 2013 – Nielsen

coccinella matita 29th janvier, 2014

L’indice de la France connaît en effet un des plus forts reculs (-10 points ce trimestre) parmi les 60 pays observés à travers le globe. Une chute accompagnée du regain du sentiment de récession économique en France.

Si la confiance des consommateurs est demeurée stable dans le monde (pour le troisième trimestre consécutif avec un indice de 94), l’Europe connaît une baisse du moral des ménages ce trimestre dans 18 pays étudiés sur 32 selon l’étude de Nielsen, leader mondial de l’information et des insights sur ce que voit et achète le consommateur. 16 des 17 plus faibles scores de confiance des consommateurs sont à mettre au crédit de pays européens, avec l’Italie, la Croatie, la Grèce, la Slovénie et le Portugal en bas du classement.
La hausse de l’indice français observée au 3 ème trimestre était en trompe-l’œil et la forte baisse annoncée aujourd’hui révèle l’humeur morose des Français en fin d’année. Avec un score de 51 la France est plus que jamais ancrée dans le bas du classement mondial.

Les résultats économiques, mauvaises nouvelles fiscales, manifestations et polémiques du dernier trimestre 2013 ont à l’évidence nourri la morosité ambiante. Sans signes très positifs à l’horizon, marques et enseignes doivent faire face à de nouvelles attentes et comportements des consommateurs.

Une lente reprise se confirme en Europe

Néanmoins, treize pays européens ont affiché un indice en hausse : l’Irlande a signé la plus forte augmentation ce trimestre avec + 8 points et atteint un indice de 77, son plus haut niveau depuis 2008. La Hongrie a progressé elle de 6 points à un indice de 51, l’Allemagne de 3 points à 95, soit 8 points de plus que l’an passé à la même époque. Le Danemark est le seul pays Européen à afficher un score au-dessus de 100 avec un indice de 105 ce trimestre. Plus de la moitié des personnes interrogées en Suisse (56%), Allemagne (56%) et Norvège (51%) ont déclaré avoir confiance dans les perspectives d’emploi pour 2014. Les plus fortes baisses en Europe ce trimestre proviennent du Portugal (-11), de la France (-10) et de la Belgique (-6).

« L’Europe s’est stabilisée, mais doit faire face à une longue marche vers la reprise économique», indique le Dr Venkatesh Bala, économiste en chef au sein du Cambridge Groupe, entité de Nielsen. « Si l’amélioration s’avère très lente, le niveau de pessimisme dans la région est tout de même plus modéré que l’an dernier, quand de nombreux pays avaient atteint leur plus bas niveau historique. »

Fortes disparités concernant la situation du marché de l’emploi

Parmi les 32 marchés européens, les perspectives d’emploi pour l’année à venir – telles que perçues par les consommateurs – ont augmenté dans 12 pays, diminué dans 15 et sont restées stables dans cinq autres.
L’Irlande est le seul pays à afficher chez ses consommateurs une croissance soutenue en termes de perspectives d’emploi pour 2014. En Allemagne, de bonnes perspectives économiques semblent avoir également redonné une belle impulsion à la confiance des ménages et ni la hausse de l’inflation, ni la montée des prix des denrées alimentaires en fin d’année n’ont atténué cette atmosphère positive.

En revanche, 46% des Français jugent les perspectives d’emploi mauvaises contre 29% en moyenne en Europe.

Du pessimisme pour les finances personnelles des ménages

La proportion de consommateurs français négatifs à l’égard de leurs finances personnelles est du même ordre : 28% des personnes interrogées au dernier trimestre. Ce score reste significativement supérieur à la moyenne européenne (16%) et aux scores de nos voisins comme l’Allemagne (11%) ou le Royaume-Uni (13%).

Ils sont également plus nombreux à déclarer que la période n’est pas propice pour acheter ce dont ils ont besoin ou envie : 37%. Ils sont 36% à vouloir épargner en prévision de dépenses imprévues contre 33% pour la moyenne européenne mais 25% affirment qu’ils ne peuvent rien épargner une fois les dépenses réglées contre 22% en Europe.

3 inquiétudes majeures : travail, factures domestiques et économie

La sécurité de l’emploi, l’augmentation des factures domestiques et la situation économique en général restent les inquiétudes principales des Français : 17%, 13% et 11% contre respectivement 16%, 12% et 12% pour la moyenne Européenne. L’augmentation des prix dans l’alimentaire est une préoccupation commune à tous les Européens. En revanche, 10% des consommateurs européens sont préoccupés par les dépenses de santé contre seulement 6% des Français.
Globalement, 61% des sondés pensent que leur pays n’est pas à l’abri d’une récession économique.

La crise modifie notre façon de consommer

Alimentation, habillement, voitures, restaurants, vacances… Avec la crise, les Français se montrent plus regardants. À l’évidence, ce changement de comportement est appelé à durer mais pas seulement en France. Économiser en sorties (57% en France, 51% en Europe), en habillement (55% vs 57%), en énergie (54% contre 48%), utiliser moins la voiture (41% contre 31%), abandonner les produits actuels pour des marchandises moins chères (52% en France comme en Europe)… L’arbitrage fait désormais partie de la vie quotidienne.

Et ailleurs dans le monde….

La région Asie-Pacifique est la seule à montrer des gains de confiance par rapport au trimestre précédent, à 105 (+1 vs le trimestre précédent et +4 vs fin 2013). En revanche, la confiance des consommateurs a baissé de trois points en Amérique du Nord (95), deux points au Moyen-Orient / Afrique (90) et un point en Europe (73); la confiance est restée stable en Amérique Latine avec un indice de 94.
L’Indonésie se distingue avec l’indice de confiance des consommateurs le plus élevé (124) pour le quatrième trimestre consécutif, en hausse de 4 points à court terme. Les plus grandes augmentations sont à mettre au crédit de la Colombie (93), au Pérou (102) et au Chili (99), avec des hausses respectives de 9, 8 et 4 points. de neuf, huit et quatre points d’indice, respectivement. A l’inverse, la confiance des consommateurs au Mexique (78), en Argentine (77) et au Venezuela (74), ont diminué de 10, trois et deux points d’indice, par rapport au 3ème trimestre.

Des consommateurs à court d’argent et des dépenses restreintes

L’enquête de Nielsen montre que partout dans le monde, les intentions de dépenses sont à la baisse dans toutes les catégories mesurées au 4ème trimestre et sont dans une grande mesure retournées aux niveaux de fin 2012.

Globalement, 15 % des répondants en ligne ont dit qu’ils n’avaient pas d’argent disponible, soit une augmentation de 13 % par rapport au trimestre précédent et à égalité avec les résultats de fin 2012.

Le sentiment de récession persiste

Selon l’enquête de Nielsen, plus de la moitié (57%) des répondants mondiaux pensent que leur pays est en récession économique au 4ème trimestre 2013, une baisse d’un point par rapport au trimestre précédent et une baisse de deux points par rapport à la même période de l’an dernier.
Dans 3 pays étudiés sur 4, les consommateurs ressentent plus fortement la récession maintenant qu’au début de la crise économique en 2008, et tout particulièrement dans certains pays comme la Finlande (+68 points), les Pays-Bas (+47), la Pologne (+43), le Vietnam (+37), la Russie (+31), la République Tchèque (+29)….
Dans le même temps, ce sentiment de récession a plutôt baissé dans les principales puissances économiques comme les Etats-Unis (-14 points depuis début 2008), l’Allemagne (-9) et le Japon (-3).

 

A propos de l’enquête globale Nielsen sur le moral des ménages

L’enquête en ligne sur le moral des consommateurs lancée en 2005 par Nielsen, mesure la confiance, les préoccupations majeures et les habitudes de consommation de 29 000 internautes dans 60 pays. La dernière étude a été menée du 11 au 29 Novembre 2013 en Asie Pacifique, Europe, Amérique Latine, Europe de l’Est, Afrique et Amérique du Nord. Un indice de moral des ménages égal à 100 signifie un degré moyen d’optimisme dans le pays.
Pour davantage d’informations, merci de visiter http://www.nielseninsights.eu/ ou
http://www.nielsen.com/us/en/newswire.html, ou encore de contacter Nielsen France.

By
@coesteve1
backtotop