Cyber protection : multiplier les solutions de sécurité informatiques ne garantit pas une meilleure protection d’après les résultats d’une nouvelle étude Acronis

Alors que 80 % des entreprises disent faire coexister jusqu’à 10 solutions IT différentes de protection des données et de cybersécurité, plus de la moitié d’entre elles ont subi des pertes de données et des temps d’arrêt l’an dernier

Acronis, spécialiste de la cyber protection, présente les conclusions de son étude Cyber Protection Week. Menée auprès de 4 400 professionnels IT et utilisateurs dans 22 pays des six continents (Europe, Afrique, Asie, Afrique, Amérique du Nord et du Sud) cette étude internationale révèle des divergences critiques entre la nécessité de protection des données des entreprises et l’inefficacité des investissements consentis jusqu’ici en ce sens.

En effet, alors que la pandémie de COVID-19 a incité les entreprises à s’équiper de nouveaux systèmes en 2020 en faveur de la sécurité du télétravail, ces investissements ne donnent pas satisfaction. L’étude révèle que 80 % des entreprises dans le monde utilisent simultanément jusqu’à 10 solutions pour la protection de leurs données et leur cybersécurité. Or, plus de la moitié de ces entreprises ont subi des temps d’arrêt inattendus l’an dernier suite à une perte de données.

Un manque de connaissances nuit à l’efficacité IT

A ce constat s’ajoute le fait que les professionnels IT et les utilisateurs ne sont pas nécessairement au fait des fonctionnalités IT et de cybersécurité effectivement disponibles, ce qui conduit à des pertes de temps et d’argent avec une dégradation de la sécurité à la clé.

  • 68 % des utilisateurs IT et 20 % des professionnels IT ignorent si leurs données ont été modifiées car leur solution ne permet pas de le savoir.
  • 43 % des utilisateurs IT ne savent pas si leur solution anti-malware bloque les attaques zéro-day car l’information n’est pas immédiatement disponible. Or la protection des données suppose d’avoir accès à ces informations cruciales de cybersécurité.
  • Et 10 % des professionnels IT ignorent si leur entreprise doit se conformer aux réglementations en matière de confidentialité des données, ce qui est surprenant. S’ils ne prennent même pas la mesure de leur responsabilité de préservation de la confidentialité des données, comment pourraient-ils appliquer des stratégies efficaces ou évaluer correctement les solutions dont ils ont besoin. Les entreprises concernées se retrouvent donc confrontées au risque de fortes pénalités pour non-conformité en 2021.

Ce manque de transparence et de visibilité est encore plus marqué dans les entreprises qui utilisent plusieurs solutions pour répondre à leurs besoins IT et de cybersécurité. Les équipes doivent se rappeler quelle solution s’applique à tel point de données et jonglent entre plusieurs consoles pour trouver la bonne information, ce qui nuit à leur efficacité.

Les utilisateurs ont une approche trop laxiste de la protection

L’étude souligne également un laxisme important dans l’approche de protection des données des utilisateurs IT.

  • 83 % des utilisateurs IT reconnaissent avoir passé plus de temps sur leurs postes l’an dernier, pourtant seule la moitié d’entre eux a pris des mesures supplémentaires de protection
  • 33 % admettent ne déployer les correctifs disponibles qu’au moins une semaine après en avoir eu connaissance
  • 90 % des utilisateurs IT déclarent effectuer des sauvegardes, pourtant ils sont 73 % à déplorer au moins une perte irrémédiable de données, ce qui laisse penser qu’ils ne savent pas sauvegarder ou restaurer correctement

Top 5 des conclusions de l’étude Cyber Protection Week d’Acronis

Les problématiques de protection et de sécurité des données, des applications et des systèmes vont perdurer et s’aggraver même après la pandémie.

  • Toujours créer des sauvegardes des données importantes. Conserver plusieurs copies des sauvegardes, une copie locale pour les restaurations urgentes et une copie dans le cloud en secours.
  • Mettre à jour les systèmes d’exploitation et les applications. Les systèmes et applis anciens ne sont pas suffisamment sécurisés pour bloquer l’intrusion des cybercriminels. Il convient de déployer régulièrement les correctifs disponibles pour protéger les systèmes.
  • Se méfier des e-mails, des liens et des pièces jointes. La plupart des infections par des ransomwares sont le résultat de techniques d’ingénierie sociale qui trompent des individus peu vigilants et les amènent à ouvrir des pièces jointes ou à cliquer sur des liens vers des sites web infectés par des malwares.
  • Installer des antivirus, anti-malware et anti-ransomware et autoriser les mises à jour automatiques pour que les systèmes soient systématiquement protégés au mieux.
  • Envisager de tout réduire à une seule solution de cyberprotection pour centraliser l’administration et bénéficier d’une protection intégrée adaptée aux actuels besoins IT.

« Cette édition de l’étude Cyber Protection Week illustre clairement que ce n’est pas en multipliant les solutions que l’on renforce la protection, au contraire la coexistence d’outils séparés, chacun dédié à un type d’exposition, complique les choses, les rend inefficaces et coûte cher », déclare Serguei « SB » Beloussov, fondateur et CEO d’Acronis. « Ces conclusions confirment notre conviction que l’approche la plus judicieuse est celle de la cyberprotection, qui unifie protection des données, cybersécurité et gestion des terminaux. »

Plus d’informations sur la Cyber Protection Week par Acronis : https://www.acronis.com/fr-fr/promo/world-backup-day/

Morgane Palomo
Diplômée d'un master un brand management marketing, sa curiosité et sa soif de savoir ne sont étanchées. De nature créative, elle a su diversifier ses expériences. De la création graphique, à l'événementiel en passant par la communication interne et le marketing digital, elle s’est construit un savoir pluriel et avant tout polyvalent.

More from author

Restez connectez !

Nous diffusons une Newsletter mensuelle incluant des dossiers thématiques, interviewes et investigations réalisées par nos journalistes indépendants.
Vous souhaitez recevoir notre lettre d’informations?