117e Journée internationale de la femme : les femmes restent sous-représentées dans le secteur des technologies – Par Aishling Finnegan, Conga

Par Aishling Finnegan, responsable de la transformation digitale de Conga

Malgré des décennies de progrès vers l’égalité sur le lieu de travail, les femmes restent cruellement sous-représentées dans l’industrie des technologies. Une étude lancée en 2018 par la Commission européenne confirme ce postulat et met en avant que la part des hommes travaillant dans le secteur numérique est 3,1 fois supérieure à celle des femmes.

Aishling Finnegan, responsable de la transformation digitale de la société de logiciels Conga, est l’une des femmes à avoir fait son chemin dans l’IT. A l’occasion de la journée internationale de la femme, elle partage sa vision sur cet écart entre les sexes dans la technologie qui, selon elle, commence sur les bancs de l’école. 

« Les stéréotypes sociétaux sur les emplois genrés, c’est-à-dire considérés comme appropriés pour les femmes, ont tendance à empêcher ces dernières de se spécialiser dans les matières scientifiques et techniques. En tant que parents, enseignants, membres du gouvernement et chefs d’entreprise, nous devons abandonner ces idéaux absurdes et promouvoir les hommes et les femmes comme étant également capables d’effectuer le travail de leur choix.

Les entreprises IT doivent également faire plus d’efforts pour attirer des femmes. Offrir des horaires de travail flexibles et garantir un salaire équitable est nécessaire pour les mères actives et celles célibataires pour leur permettre de remplir leur rôle à la maison et de joindre les deux bouts confortablement. Lorsqu’il existe des possibilités de voyage, de promotion ou de travail en dehors des heures de bureau, les mères en poste ne doivent pas être négligées. Il en va de même pour les pères qui travaillent ; ils devraient également bénéficier d’horaires de travail flexibles et d’un congé parental pour gérer leurs responsabilités familiales indépendamment de leur genre, et ce sans que cela pose problème ou soit mal perçu.

Pour conduire ce changement culturel, les entreprises doivent commencer (enfin) à considérer les employés féminins et masculins comme égaux. Nous ne devrions pas avoir de femmes et de dirigeants masculins. Nous devrions simplement avoir des dirigeants. »

Morgane Palomo
Diplômée d'un master un brand management marketing, sa curiosité et sa soif de savoir ne sont étanchées. De nature créative, elle a su diversifier ses expériences. De la création graphique, à l'événementiel en passant par la communication interne et le marketing digital, elle s’est construit un savoir pluriel et avant tout polyvalent.

More from author

Restez connectez !

Nous diffusons une Newsletter mensuelle incluant des dossiers thématiques, interviewes et investigations réalisées par nos journalistes indépendants.
Vous souhaitez recevoir notre lettre d’informations?