La personnalisation des nouvelles technologies : l’avenir de l’entreprise – Par Florian Bienvenu, vice-président UK, Europe Centrale, Europe du Sud et Moyen Orient de Good Technology

Silhouettes of Diverse Business People Working

Le secteur de l’informatique évolue rapidement, c’est un fait. Les nouvelles technologies ne sont pas seulement plus simples à utiliser qu’auparavant : elles sont devenues une extension de notre personnalité. La prochaine étape est de maîtriser ce lien fort et « émotionnel » avec les terminaux et les applications dans l’entreprise. Une fois cet objectif atteint, les entreprises pourront accroître leur productivité et renforcer leur collaboration.

En l’espace d’une génération, nous avons pu assister à une véritable révolution dans le domaine des nouvelles technologies. Nous sommes ainsi passés des mainframes aux environnements client-serveur, avons vu progresser la mobilité grâce aux ordinateurs portables et avons été les témoins de ce qui restera probablement comme l’avancée la plus marquante de l’histoire récente : le lancement de l’iPhone en 2007. Une chose est sûre : beaucoup de choses ont changé.

Il serait bien entendu naïf de notre part de penser que cette transformation accélérée de notre vie professionnelle quotidienne a désormais pris fin. Bien d’autres changements sont à venir.

Apple nous a offert, en tant que consommateurs, la possibilité de prendre une technologie de pointe et de l’utiliser pour nous rendre la vie plus agréable. Depuis, de plus en plus de services et d’applications ont évolué et créé un lien émotionnel fort avec les utilisateurs. Désormais, qui pourrait honnêtement affirmer pouvoir se passer allègrement de son iPhone (ou de son Samsung Galaxy, ou autre smartphone dernier cri) ?

Personne, évidemment.

Ces appareils ont défini une nouvelle norme pour les futures tendances technologiques. La puissance de l’informatique est immense, même pour les tâches les plus simples. Il y a vingt ans, on se débarrassait des moustiques avec un journal enroulé : maintenant il y a une application pour ça. En somme, nous vivons donc dans un monde radicalement différent.

Vidéoconférences, gestion des comptes en banque, lecture de livres, jeux, messagerie instantanée avec des amis, écoute de musique… la liste de nos nouvelles capacités est longue. Comment ne pas tisser un lien émotionnel avec un tel appareil ?

À quelles répercussions faut-il s’attendre dans le milieu professionnel ? La consumérisation de l’informatique a eu un impact. Paul Maritz, directeur stratégique chez EMC et ancien CEO de VMware, soutient d’ailleurs que la qualité grand public est amenée à devenir la nouvelle référence.

Et je suis on ne peut plus d’accord. Désormais, l’importance de disposer de l’information au bout des doigts est si grande que ce qui correspondait auparavant aux technologies de niveau professionnel est aujourd’hui appelé simplement nouvelles technologies. Ce que le grand public possède entre les mains aujourd’hui est également ce qu’il utilisera en entreprise : l’attachement existe déjà, et ces appareils sont plus que suffisants dans le cadre de leurs missions.

Le pouvoir pour le peuple

L’influence des nouvelles technologies destinées aux particuliers sur les caractéristiques de celles utilisées au travail a provoqué l’émergence du BYOD (Bring Your Own Device). Si cette évolution a parfois été observée en raison de l’inadéquation (ou de l’inexistence) des appareils technologiques fournis par l’entreprise, elle résulte le plus souvent du refus de la part d’un employé de rompre le lien existant avec son appareil  personnel.

Quelle que soit la motivation menant au BYOD, le résultat est que les décisions concernant le matériel utilisé en entreprise sont rarement prises par l’entreprise elle-même.

C’est une preuve de plus que le grand public exerce une influence jamais vue auparavant sur l’informatique en entreprise. Qu’il s’agisse d’iPhone ou d’Android, l’utilisation d’un appareil mobile change les dynamiques de communication, de collaboration et d’utilisation de données.

La sécurité est reine

Les DSI sont préoccupés par la sécurité des données. Rien n’est possible tant qu’elle n’est pas garantie. Les problématiques liées à la gestion simultanée de la sécurité des données et de leur accessibilité sont évidemment complexes.

Cependant, une stratégie focalisée sur la conteneurisation, et livrant des kits de développement logiciels (SDK) répondant aux besoins en matière de sécurité ainsi que l’encapsulation simple d’applications peut atteindre cet objectif.

Les entreprises peuvent alors progresser vers l’étape suivante : l’utilisation de la mobilité sécurisée pour effectuer leur transformation.

Incorporer les employés à un modèle d’informatique entreprise

Les employés disposent des appareils de leur choix, et, d’ici deux ans, 80 % de la population d’Europe et des États-Unis possèdera un smartphone. Désormais, les départements informatiques des entreprises disposent eux aussi des moyens leur permettant de sécuriser cette mobilité.

Nous sommes arrivés à l’étape intéressante pour les entreprises : celle où elles peuvent être libres et créer un environnement informatique tirant parti de l’affection des consommateurs pour leur appareil. Elles ont ainsi l’opportunité d’atteindre des niveaux de productivité, d’efficacité et de collaboration sans précédent.

Le premier objectif est d’associer les appareils et les préférences des consommateurs/employés avec les applications nécessaires à leurs métiers. Les logiciels professionnels ont été initialement conçus pour être utilisés sur un bureau, avec un clavier et une souris. La mobilité supprime ces éléments de l’équation et pose une problématique différente. Selon un rapport d’Infonetics Research sur la sécurité mobile, près d’un million d’applications Android intègreront le monde de l’entreprise cette année.

Ainsi, pour satisfaire les employés voulant utiliser davantage leurs smartphones et leurs tablettes, et habitués à un grand nombre d’applications spécifiques dans leur vie personnelle, les entreprises n’ont qu’une seule solution de disponible : leur fournir des applications !

Il peut s’agir de développer des applications personnalisées pour des processus métiers spécifiques, de recourir aux applications sécurisées disponibles dans le commerce, ou de mettre en place leur propre place de marché d’application. Cette dernière option permet aux départements informatiques d’exercer un contrôle sur leurs systèmes d’information à un niveau impossible à atteindre dans un scénario de BYOD classique (et donc plus ouvert).

Les départements informatiques ne peuvent pas contrôler les appareils personnels de leurs employés, et, dans la plupart des cas, ne peuvent pas maîtriser les données entrantes (et en particulier leur destination après avoir transité sur ces appareils).

La solution n’est pas de tout contrôler. Il s’agit plutôt de créer un environnement informatique qui soit conforme à ce dont a besoin l’utilisateur tout en répondant aux objectifs de l’entreprise.

Prenons l’exemple de Facebook en tant qu’application populaire auprès des utilisateurs. Quelles sont les raisons d’un tel succès ? La première raison est évidemment le fait que leurs amis utilisent également cette application. Pourquoi ? Parce qu’ils peuvent communiquer les uns avec les autres via messagerie instantanée ou à l’aide d’une boîte mail classique. Ils peuvent également partager leurs photos et films, des liens vers des articles qu’ils apprécient, et toute autre chose jugée intéressante.

Portons ces éléments au milieu professionnel. En quoi des outils tels que Salesforce Chatter ou Microsoft Sharepoint sont-ils si différents de ce que propose Facebook aux particuliers ? Si vous les rendez accessibles sur les terminaux mobiles des employés et si vous vous assurez qu’ils soient adaptés à la plate-forme, il y a de bonnes chances qu’ils soient utilisés par les employés.

La bonne nouvelle est qu’une fois ce type d’outils sécurisés à l’aide d’un conteneur, ils peuvent être supervisés et gérés. Les équipes informatiques peuvent analyser leur utilisation tout en contrôlant simultanément les données disponibles et leurs destinations. Comme énoncé plus haut, il est impossible de contrôler ce que fait un employé… ou alors indirectement.

Si vous parvenez à mettre en place un environnement contrôlé au sein duquel vos employés travaillent sereinement, vous serez alors arrivé sur la terre promise de l’informatique.

Simplifier la transformation d’entreprise ?

Il n’existe pas de méthode simple afin de transformer fondamentalement le fonctionnement d’une entreprise. Ce n’est jamais simple. Cependant, connaître la direction à prendre et l’itinéraire pour y arriver est assurément utile.

La mobilité a déjà modifié le comportement des employés, mais très peu d’entreprises ont réellement intégré cette évolution au sein d’une véritable stratégie de mobilité, et surtout, afin d’en faire un avantage concurrentiel. Cessons d’obliger les employés à mettre de côté leur forte relation avec leur smartphone et mettons plutôt ce lien au profit de l’entreprise.

Related Topics
Author
By
@coesteve1
Related Posts

Readers Comments


Add Your Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

In The News

La personnalisation des nouvelles technologies : l’avenir de l’entreprise – Par Florian Bienvenu, vice-président UK, Europe Centrale, Europe du Sud et Moyen Orient de Good Technology

Silhouettes of Diverse Business People Working 27th février, 2015

Le secteur de l’informatique évolue rapidement, c’est un fait. Les nouvelles technologies ne sont pas seulement plus simples à utiliser qu’auparavant : elles sont devenues une extension de notre personnalité. La prochaine étape est de maîtriser ce lien fort et « émotionnel » avec les terminaux et les applications dans l’entreprise. Une fois cet objectif atteint, les entreprises pourront accroître leur productivité et renforcer leur collaboration.

En l’espace d’une génération, nous avons pu assister à une véritable révolution dans le domaine des nouvelles technologies. Nous sommes ainsi passés des mainframes aux environnements client-serveur, avons vu progresser la mobilité grâce aux ordinateurs portables et avons été les témoins de ce qui restera probablement comme l’avancée la plus marquante de l’histoire récente : le lancement de l’iPhone en 2007. Une chose est sûre : beaucoup de choses ont changé.

Il serait bien entendu naïf de notre part de penser que cette transformation accélérée de notre vie professionnelle quotidienne a désormais pris fin. Bien d’autres changements sont à venir.

Apple nous a offert, en tant que consommateurs, la possibilité de prendre une technologie de pointe et de l’utiliser pour nous rendre la vie plus agréable. Depuis, de plus en plus de services et d’applications ont évolué et créé un lien émotionnel fort avec les utilisateurs. Désormais, qui pourrait honnêtement affirmer pouvoir se passer allègrement de son iPhone (ou de son Samsung Galaxy, ou autre smartphone dernier cri) ?

Personne, évidemment.

Ces appareils ont défini une nouvelle norme pour les futures tendances technologiques. La puissance de l’informatique est immense, même pour les tâches les plus simples. Il y a vingt ans, on se débarrassait des moustiques avec un journal enroulé : maintenant il y a une application pour ça. En somme, nous vivons donc dans un monde radicalement différent.

Vidéoconférences, gestion des comptes en banque, lecture de livres, jeux, messagerie instantanée avec des amis, écoute de musique… la liste de nos nouvelles capacités est longue. Comment ne pas tisser un lien émotionnel avec un tel appareil ?

À quelles répercussions faut-il s’attendre dans le milieu professionnel ? La consumérisation de l’informatique a eu un impact. Paul Maritz, directeur stratégique chez EMC et ancien CEO de VMware, soutient d’ailleurs que la qualité grand public est amenée à devenir la nouvelle référence.

Et je suis on ne peut plus d’accord. Désormais, l’importance de disposer de l’information au bout des doigts est si grande que ce qui correspondait auparavant aux technologies de niveau professionnel est aujourd’hui appelé simplement nouvelles technologies. Ce que le grand public possède entre les mains aujourd’hui est également ce qu’il utilisera en entreprise : l’attachement existe déjà, et ces appareils sont plus que suffisants dans le cadre de leurs missions.

Le pouvoir pour le peuple

L’influence des nouvelles technologies destinées aux particuliers sur les caractéristiques de celles utilisées au travail a provoqué l’émergence du BYOD (Bring Your Own Device). Si cette évolution a parfois été observée en raison de l’inadéquation (ou de l’inexistence) des appareils technologiques fournis par l’entreprise, elle résulte le plus souvent du refus de la part d’un employé de rompre le lien existant avec son appareil  personnel.

Quelle que soit la motivation menant au BYOD, le résultat est que les décisions concernant le matériel utilisé en entreprise sont rarement prises par l’entreprise elle-même.

C’est une preuve de plus que le grand public exerce une influence jamais vue auparavant sur l’informatique en entreprise. Qu’il s’agisse d’iPhone ou d’Android, l’utilisation d’un appareil mobile change les dynamiques de communication, de collaboration et d’utilisation de données.

La sécurité est reine

Les DSI sont préoccupés par la sécurité des données. Rien n’est possible tant qu’elle n’est pas garantie. Les problématiques liées à la gestion simultanée de la sécurité des données et de leur accessibilité sont évidemment complexes.

Cependant, une stratégie focalisée sur la conteneurisation, et livrant des kits de développement logiciels (SDK) répondant aux besoins en matière de sécurité ainsi que l’encapsulation simple d’applications peut atteindre cet objectif.

Les entreprises peuvent alors progresser vers l’étape suivante : l’utilisation de la mobilité sécurisée pour effectuer leur transformation.

Incorporer les employés à un modèle d’informatique entreprise

Les employés disposent des appareils de leur choix, et, d’ici deux ans, 80 % de la population d’Europe et des États-Unis possèdera un smartphone. Désormais, les départements informatiques des entreprises disposent eux aussi des moyens leur permettant de sécuriser cette mobilité.

Nous sommes arrivés à l’étape intéressante pour les entreprises : celle où elles peuvent être libres et créer un environnement informatique tirant parti de l’affection des consommateurs pour leur appareil. Elles ont ainsi l’opportunité d’atteindre des niveaux de productivité, d’efficacité et de collaboration sans précédent.

Le premier objectif est d’associer les appareils et les préférences des consommateurs/employés avec les applications nécessaires à leurs métiers. Les logiciels professionnels ont été initialement conçus pour être utilisés sur un bureau, avec un clavier et une souris. La mobilité supprime ces éléments de l’équation et pose une problématique différente. Selon un rapport d’Infonetics Research sur la sécurité mobile, près d’un million d’applications Android intègreront le monde de l’entreprise cette année.

Ainsi, pour satisfaire les employés voulant utiliser davantage leurs smartphones et leurs tablettes, et habitués à un grand nombre d’applications spécifiques dans leur vie personnelle, les entreprises n’ont qu’une seule solution de disponible : leur fournir des applications !

Il peut s’agir de développer des applications personnalisées pour des processus métiers spécifiques, de recourir aux applications sécurisées disponibles dans le commerce, ou de mettre en place leur propre place de marché d’application. Cette dernière option permet aux départements informatiques d’exercer un contrôle sur leurs systèmes d’information à un niveau impossible à atteindre dans un scénario de BYOD classique (et donc plus ouvert).

Les départements informatiques ne peuvent pas contrôler les appareils personnels de leurs employés, et, dans la plupart des cas, ne peuvent pas maîtriser les données entrantes (et en particulier leur destination après avoir transité sur ces appareils).

La solution n’est pas de tout contrôler. Il s’agit plutôt de créer un environnement informatique qui soit conforme à ce dont a besoin l’utilisateur tout en répondant aux objectifs de l’entreprise.

Prenons l’exemple de Facebook en tant qu’application populaire auprès des utilisateurs. Quelles sont les raisons d’un tel succès ? La première raison est évidemment le fait que leurs amis utilisent également cette application. Pourquoi ? Parce qu’ils peuvent communiquer les uns avec les autres via messagerie instantanée ou à l’aide d’une boîte mail classique. Ils peuvent également partager leurs photos et films, des liens vers des articles qu’ils apprécient, et toute autre chose jugée intéressante.

Portons ces éléments au milieu professionnel. En quoi des outils tels que Salesforce Chatter ou Microsoft Sharepoint sont-ils si différents de ce que propose Facebook aux particuliers ? Si vous les rendez accessibles sur les terminaux mobiles des employés et si vous vous assurez qu’ils soient adaptés à la plate-forme, il y a de bonnes chances qu’ils soient utilisés par les employés.

La bonne nouvelle est qu’une fois ce type d’outils sécurisés à l’aide d’un conteneur, ils peuvent être supervisés et gérés. Les équipes informatiques peuvent analyser leur utilisation tout en contrôlant simultanément les données disponibles et leurs destinations. Comme énoncé plus haut, il est impossible de contrôler ce que fait un employé… ou alors indirectement.

Si vous parvenez à mettre en place un environnement contrôlé au sein duquel vos employés travaillent sereinement, vous serez alors arrivé sur la terre promise de l’informatique.

Simplifier la transformation d’entreprise ?

Il n’existe pas de méthode simple afin de transformer fondamentalement le fonctionnement d’une entreprise. Ce n’est jamais simple. Cependant, connaître la direction à prendre et l’itinéraire pour y arriver est assurément utile.

La mobilité a déjà modifié le comportement des employés, mais très peu d’entreprises ont réellement intégré cette évolution au sein d’une véritable stratégie de mobilité, et surtout, afin d’en faire un avantage concurrentiel. Cessons d’obliger les employés à mettre de côté leur forte relation avec leur smartphone et mettons plutôt ce lien au profit de l’entreprise.

By
@coesteve1
backtotop