Ingénieurs: nouveaux acteurs politiques et économiques – IESF

Les Ingénieurs et les Scientifiques, nouveaux acteurs du paysage politique et économique français

Durant les quatre années de sa présidence, Julien Roitman a construit les bases d’une nouvelle perception des ingénieurs et des scientifiques français en menant de front de nombreuses actions destinées à valoriser la profession auprès de tous les acteurs et les leaders d’opinion de la société française des années 2010. Fort de ces bases, le prochain président d’IESF bénéficiera d’une feuille de route avec quatre projets majeurs : la création d’une structure professionnelle des ingénieurs (projet SPRING), la Fabrique des vocations scientifiques et techniques dans le cadre des IA, la bataille pour une meilleure parité hommes/femmes chez les ingénieurs, et la pérennisation de la Journée Nationale de l’Ingénieur.

Un bilan en forme d’inventaire

Pour jeter les fondements d’une nouvelle perception des ingénieurs et des scientifiques en France, Julien Roitman a mené pendant quatre ans en compagnie des bénévoles et des permanents d’IESF un vaste programme d’action réparti en trois domaines :

1) Une image et une structure plus dynamiques

Le Conseil National des Ingénieurs et Scientifiques de France (« CNISF ») est devenu Ingénieurs et Scientifiques de France, fédération regroupant les associations d’anciens élèves, les associations géographiques (régions IESF) et des associations scientifiques techniques ou professionnelles. En raccourcissant le mandat des administrateurs à 4 ans maximum, l’objectif a été de rendre la gouvernance plus dynamique. Enfin, une stratégie de communication à 360° ambitieuse a touché des interlocuteurs plus nombreux : les pouvoirs publics sensibles à cette population d’un million d’ingénieurs et de 200 000 chercheurs, les jeunes avec des sites internet, des réseaux sociaux et des visites d’ingénieurs dans les collèges et lycées, les médias avec des prises de parole plus volontaires, les entreprises avec l’ouverture aux docteurs en sciences du Répertoire des ingénieurs qui contient désormais les profils de 850 000 ingénieurs et scientifiques.

2) La création d’événements à forte notoriété

Afin de développer la visibilité des ingénieurs, IESF a organisé des événements de grande ampleur en présence de personnalités du monde politique et économique. Après la célébration des 150 ans d’IESF à Matignon en 2010 avec le Premier Ministre, l’Hôtel de Lassay, le Ministère de l’Industrie à Bercy, le Conseil Economique Social et Environnemental puis la CCI de Paris ont été le théâtre de manifestations, de colloques et de conférences organisés autour de thèmes comme l’entrepreneuriat, l’innovation ou la parité. Depuis 2013 enfin, la création de la Journée Nationale de l’Ingénieur a permis de valoriser les ingénieurs : placée sous le haut patronage du Président de la République, elle a accueilli cette année plus de 5000 participants dans 28 villes françaises, de Besançon jusqu’à Nouméa.

3) Une implication croissante dans le monde scientifique, économique et politique

Depuis 2010, IESF a mis en place des partenariats avec des acteurs majeurs du monde scientifique et économique en France et à l’international : accords avec l’Académie des technologies, AEF (rencontres RUE), la CPU (présidents d’université), l’IFA (administrateurs d’entreprise), reconnaissance mutuelle des diplômes avec le Canada et développement de relations bilatérales avec l’Allemagne, le Royaume-Uni, les Etats-Unis, l’Australie, l’Italie, l’Espagne et la Chine. IESF est aussi membre du comité filière de la Silver Economy et du comité d’organisation de la Semaine de l’Industrie. Concernant la formation supérieure, IESF est un acteur majeur du rapprochement entre les écoles d’ingénieurs et l’université, tout en restant un fervent défenseur du diplôme d’ingénieur auprès des pouvoirs publics, avec le soutien de la CTI, de la CDEFI, de la CGE et du BNEI. Outre l’enquête annuelle dont les 50.000 réponses permettent de présenter un portrait fidèle de la profession, IESF a publié à l’occasion de la Présidentielle 2012 un Livre Blanc avec « 40 propositions pour réindustrialiser la France » dont plusieurs ont déjà été reprises.

Un avenir en forme de plan d’action

Fort de ces résultats, Julien Roitman a défini les principaux chantiers du futur président d’IESF, qui devraient permettre aux ingénieurs et aux scientifiques de retrouver leur place naturelle de leaders dans la définition de la politique industrielle de la France :

1) Le projet « SPRING » : vers un statut de l’ingénieur

Initié depuis 2013, le projet SPRING qui évoque à la fois le printemps et le ressort, vise à créer une Structure Professionnelle des Ingénieurs et des Scientifiques, reconnue comme interlocuteur légal par les pouvoirs publics. Un groupe de 12 personnalités, hommes et femmes issus de la profession et représentant dans leur diversité les différentes écoles d’ingénieurs, la variété des associations, la CTI, Paris comme la Province, etc… travaille à proposer d’ici la rentrée 2014 un projet qui pourrait rentrer dans le processus législatif en 2015, pour aboutir à une loi dans les 2 ans.

2) La « Fabrique » ou comment relancer l’attrait vers les carrières scientifiques

Avec l’Académie des Technologies et l’APEC, IESF a lancé un vaste projet de reconquête des jeunes avec la « Fabrique des vocations scientifiques et techniques » pour les aider à choisir leur voie. Reconnu par Matignon en 2013 comme un Investissement d’Avenir, ce programme proposera des informations et des suggestions aux prescripteurs, enseignants du secondaire ou du supérieur, sur une quinzaine de filières industrie pour des formations allant de Bac+2 (BTS) à Bac+8 (Doctorat). Chaque année 2 à 3 secteurs économiques et 2 à 3 régions seront analysés avec l’aide d’experts mais aussi d’entreprises, de fédérations professionnelles et de régions. En 2014, c’est l’aéronautique et la région Midi-Pyrénées qui ouvrent le bal.

3) La parité hommes/femmes

Luttant contre les a priori des jeunes filles vis-à-vis des carrières scientifiques et techniques, combattant les différences de traitement dans les entreprises, encourageant les femmes ingénieurs à émerger, IESF a fait de la parité un de ses principaux combats. En 4 ans le nombre de femmes siégeant au conseil d’administration d’IESF est d’ailleurs passé de 3 à 11.

4) La Journée Nationale de l’Ingénieur

Désormais installée et reconnue, la « JNI » devrait se dérouler chaque année au printemps dans les grandes villes françaises et sur les campus des écoles d’ingénieurs, en liaison avec la Semaine de l’Industrie. Elle continuera à s’appuyer sur des partenariats avec les entreprises et les organismes institutionnels, avec le soutien des pouvoirs publics et les Régions IESF.

 
Ingénieurs et Scientifiques de France (IESF) est l’organe représentatif de la profession pour les ingénieurs et diplômés scientifiques. Reconnu d’utilité publique depuis 1860, IESF fédère à travers 180 associations, une communauté de plus d’un million d’ingénieurs et de scientifiques, au titre de leurs diplômes et de leurs fonctions. Cette fédération a pour vocation de les rassembler en soutenant leurs associations, de valoriser et structurer leur profession, de la représenter la profession auprès des pouvoirs publics, des entreprises et du grand public, enfin de promouvoir en France et à l’international la filière française d’études scientifiques et les métiers qui en sont issus.

Author
By
@coesteve1

Readers Comments


Add Your Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

In The News

Ingénieurs: nouveaux acteurs politiques et économiques – IESF

13th juin, 2014

Les Ingénieurs et les Scientifiques, nouveaux acteurs du paysage politique et économique français

Durant les quatre années de sa présidence, Julien Roitman a construit les bases d’une nouvelle perception des ingénieurs et des scientifiques français en menant de front de nombreuses actions destinées à valoriser la profession auprès de tous les acteurs et les leaders d’opinion de la société française des années 2010. Fort de ces bases, le prochain président d’IESF bénéficiera d’une feuille de route avec quatre projets majeurs : la création d’une structure professionnelle des ingénieurs (projet SPRING), la Fabrique des vocations scientifiques et techniques dans le cadre des IA, la bataille pour une meilleure parité hommes/femmes chez les ingénieurs, et la pérennisation de la Journée Nationale de l’Ingénieur.

Un bilan en forme d’inventaire

Pour jeter les fondements d’une nouvelle perception des ingénieurs et des scientifiques en France, Julien Roitman a mené pendant quatre ans en compagnie des bénévoles et des permanents d’IESF un vaste programme d’action réparti en trois domaines :

1) Une image et une structure plus dynamiques

Le Conseil National des Ingénieurs et Scientifiques de France (« CNISF ») est devenu Ingénieurs et Scientifiques de France, fédération regroupant les associations d’anciens élèves, les associations géographiques (régions IESF) et des associations scientifiques techniques ou professionnelles. En raccourcissant le mandat des administrateurs à 4 ans maximum, l’objectif a été de rendre la gouvernance plus dynamique. Enfin, une stratégie de communication à 360° ambitieuse a touché des interlocuteurs plus nombreux : les pouvoirs publics sensibles à cette population d’un million d’ingénieurs et de 200 000 chercheurs, les jeunes avec des sites internet, des réseaux sociaux et des visites d’ingénieurs dans les collèges et lycées, les médias avec des prises de parole plus volontaires, les entreprises avec l’ouverture aux docteurs en sciences du Répertoire des ingénieurs qui contient désormais les profils de 850 000 ingénieurs et scientifiques.

2) La création d’événements à forte notoriété

Afin de développer la visibilité des ingénieurs, IESF a organisé des événements de grande ampleur en présence de personnalités du monde politique et économique. Après la célébration des 150 ans d’IESF à Matignon en 2010 avec le Premier Ministre, l’Hôtel de Lassay, le Ministère de l’Industrie à Bercy, le Conseil Economique Social et Environnemental puis la CCI de Paris ont été le théâtre de manifestations, de colloques et de conférences organisés autour de thèmes comme l’entrepreneuriat, l’innovation ou la parité. Depuis 2013 enfin, la création de la Journée Nationale de l’Ingénieur a permis de valoriser les ingénieurs : placée sous le haut patronage du Président de la République, elle a accueilli cette année plus de 5000 participants dans 28 villes françaises, de Besançon jusqu’à Nouméa.

3) Une implication croissante dans le monde scientifique, économique et politique

Depuis 2010, IESF a mis en place des partenariats avec des acteurs majeurs du monde scientifique et économique en France et à l’international : accords avec l’Académie des technologies, AEF (rencontres RUE), la CPU (présidents d’université), l’IFA (administrateurs d’entreprise), reconnaissance mutuelle des diplômes avec le Canada et développement de relations bilatérales avec l’Allemagne, le Royaume-Uni, les Etats-Unis, l’Australie, l’Italie, l’Espagne et la Chine. IESF est aussi membre du comité filière de la Silver Economy et du comité d’organisation de la Semaine de l’Industrie. Concernant la formation supérieure, IESF est un acteur majeur du rapprochement entre les écoles d’ingénieurs et l’université, tout en restant un fervent défenseur du diplôme d’ingénieur auprès des pouvoirs publics, avec le soutien de la CTI, de la CDEFI, de la CGE et du BNEI. Outre l’enquête annuelle dont les 50.000 réponses permettent de présenter un portrait fidèle de la profession, IESF a publié à l’occasion de la Présidentielle 2012 un Livre Blanc avec « 40 propositions pour réindustrialiser la France » dont plusieurs ont déjà été reprises.

Un avenir en forme de plan d’action

Fort de ces résultats, Julien Roitman a défini les principaux chantiers du futur président d’IESF, qui devraient permettre aux ingénieurs et aux scientifiques de retrouver leur place naturelle de leaders dans la définition de la politique industrielle de la France :

1) Le projet « SPRING » : vers un statut de l’ingénieur

Initié depuis 2013, le projet SPRING qui évoque à la fois le printemps et le ressort, vise à créer une Structure Professionnelle des Ingénieurs et des Scientifiques, reconnue comme interlocuteur légal par les pouvoirs publics. Un groupe de 12 personnalités, hommes et femmes issus de la profession et représentant dans leur diversité les différentes écoles d’ingénieurs, la variété des associations, la CTI, Paris comme la Province, etc… travaille à proposer d’ici la rentrée 2014 un projet qui pourrait rentrer dans le processus législatif en 2015, pour aboutir à une loi dans les 2 ans.

2) La « Fabrique » ou comment relancer l’attrait vers les carrières scientifiques

Avec l’Académie des Technologies et l’APEC, IESF a lancé un vaste projet de reconquête des jeunes avec la « Fabrique des vocations scientifiques et techniques » pour les aider à choisir leur voie. Reconnu par Matignon en 2013 comme un Investissement d’Avenir, ce programme proposera des informations et des suggestions aux prescripteurs, enseignants du secondaire ou du supérieur, sur une quinzaine de filières industrie pour des formations allant de Bac+2 (BTS) à Bac+8 (Doctorat). Chaque année 2 à 3 secteurs économiques et 2 à 3 régions seront analysés avec l’aide d’experts mais aussi d’entreprises, de fédérations professionnelles et de régions. En 2014, c’est l’aéronautique et la région Midi-Pyrénées qui ouvrent le bal.

3) La parité hommes/femmes

Luttant contre les a priori des jeunes filles vis-à-vis des carrières scientifiques et techniques, combattant les différences de traitement dans les entreprises, encourageant les femmes ingénieurs à émerger, IESF a fait de la parité un de ses principaux combats. En 4 ans le nombre de femmes siégeant au conseil d’administration d’IESF est d’ailleurs passé de 3 à 11.

4) La Journée Nationale de l’Ingénieur

Désormais installée et reconnue, la « JNI » devrait se dérouler chaque année au printemps dans les grandes villes françaises et sur les campus des écoles d’ingénieurs, en liaison avec la Semaine de l’Industrie. Elle continuera à s’appuyer sur des partenariats avec les entreprises et les organismes institutionnels, avec le soutien des pouvoirs publics et les Régions IESF.

 
Ingénieurs et Scientifiques de France (IESF) est l’organe représentatif de la profession pour les ingénieurs et diplômés scientifiques. Reconnu d’utilité publique depuis 1860, IESF fédère à travers 180 associations, une communauté de plus d’un million d’ingénieurs et de scientifiques, au titre de leurs diplômes et de leurs fonctions. Cette fédération a pour vocation de les rassembler en soutenant leurs associations, de valoriser et structurer leur profession, de la représenter la profession auprès des pouvoirs publics, des entreprises et du grand public, enfin de promouvoir en France et à l’international la filière française d’études scientifiques et les métiers qui en sont issus.

By
@coesteve1
backtotop