CA Technologies prédit 5 grandes tendances technologiques qui s’imposeront en 2014

Le Directeur Technologique de CA Technologies prédit une crise des talents de l’IT, un ‘APP-étit’ marqué pour les applications, et la priorité accordée à la satisfaction des utilisateurs

CA Technologies est l’un des 10 premiers éditeurs de logiciels dans le monde. Spécialisé dans le domaine de la gestion et de la sécurisation des systèmes d’information d’entreprises, l’éditeur présente une synthèse des cinq tendances majeures analysées par John Michelsen, son Directeur Technologique (CTO).

« En 2014, le niveau d’engagement des responsables informatiques vis-à-vis des métiers sera plus élevé », déclare John Michelsen, Directeur Technologique chez CA Technologies. « Le DSI accepte de ne plus avoir la main mise sur l’ensemble du système d’information en adoptant un modèle d’approvisionnement de services de bout en bout, et en intégrant tous les facteurs contribuant à la satisfaction de l’utilisateur. Ils se focalisent sur une multiplicité de modes d’engagement notamment avec la mobilité et accordent aussi plus d’importance à la gestion de la performance applicative. Les DSI se positionnent ainsi en ‘courtier de services’ dans une nouvelle ère de l’informatique dynamique ».

Cinq grandes tendances pour 2014

1/ L’accentuation de la crise des compétences

Bien que les entreprises aient investies et adoptées rapidement les technologies telles que le Cloud, les réseaux sociaux, ou la mobilité, les bénéfices de ces innovations ne peuvent être pleinement exploités que si un changement culturel majeur s’opère dans l’entreprise.

Le Big Data, par exemple, nécessite un nouveau profil d’analystes de données. Les systèmes mobiles, sociaux ou biométriques, requièrent une redéfinition de l’architecture de développement des applications et des interfaces utilisateur. Ces compétences, qui nécessitent une haute spécialisation, font cruellement défaut et sont actuellement impossibles à trouver sur le marché de l’emploi.

Les experts estiment que les 30 métiers les plus prometteurs des 10 prochaines années seront occupés par des profils cumulant des compétences à la fois scientifiques, technologiques, d’ingénierie et en mathématiques (STEM). Une étude* prévoit qu’en 2018, le besoin des entreprises pour ce type de profils hautement qualifiés atteindra 3 millions de postes. Ces jobs ne pourront pas être pourvus du fait de l’inadéquation des formations à la demande des entreprises. Les entreprises adoptant une approche proactive, ouverte et sur le long terme pour faire face à cette pénurie de talents seront les entreprises gagnantes.

2/ Un ‘APP-étit’ nouveau de l’IT envers les applications et l’économie des API

L’adoption massive du Cloud computing, de la mobilité ou des réseaux sociaux ont entraîné des changements fondamentaux dans la façon dont les applications sont créées et déployées. 

Désormais, les applications ne sont plus produites en un seul bloc, ni hébergées sur une seule plate-forme. Elles peuvent être assemblées à l’aide de composants internes et/ou conçues par des fournisseurs, sur site, dans le Cloud, ou les deux. Dans un tel environnement, les DSI qui produiront le plus de valeur pour leur entreprise seront ceux qui se focaliseront davantage sur la gestion des applications et des services pour permettre à leur entreprise d’obtenir des résultats.
La DSI est plus que jamais amenée à devenir un assembleur d’applications et un courtier de services métier. Le Saas, le PaaS et l’IaaS fournissant un accès clé en main à des capacités de traitement, l’IT se focalisera de plus en plus sur les applications métier composites, afin de proposer des niveaux de rapidité, d’innovation, de performances et une réduction des coûts/risques sans précédent. Afin de mener cette transition avec succès, les DSI devront accroître leur capacité à exploiter des architectures orientées services (SOA) en utilisant et en contrôlant mieux les APIs.

3/ L’avènement de l’expérience utilisateur: Les clients comme les employés adoptent aujourd’hui des technologies qui s’insinuent plus rapidement dans l’entreprise

Désormais, les services informatiques tournent exclusivement autour du client. Tout ceci modifie grandement la façon dont les applications sont développées, et favorisera la montée en puissance d’une conception axée sur l’expérience utilisateur baptisée : DevOps (les développeurs de logiciels et les responsables de la production de services informatiques travaillent ensemble afin d’accélérer la livraison de nouveaux services métiers).
Le développement donnant la priorité aux technologies mobiles laissera la place à des approches multicanaux de développement axé avant tout sur l’expérience utilisateur. Ces approches tireront parti des smartphones, tablettes, TV connectées, consoles de jeu, ordinateurs portables et autres plateformes susceptibles d’être utilisées par un utilisateur.
La gestion des technologies mobiles et sociales se focalisera moins sur les problématiques de gestion et de sécurité des appareils, mais davantage sur les applications et les données mobiles, tout en délivrant une expérience utilisateur enrichi.

4/ La nécessité d’accélérer et d’automatiser la mise à disposition des applications

La nouvelle génération sait parfaitement se tenir informée seule et partager ses expériences ainsi que des informations sur les réseaux sociaux. La demande en provenance du grand public et des employés pour des expériences plus enrichissantes continuera de croître à un rythme soutenu à mesure que ces utilisateurs deviendront à l’aise avec des applications multicanaux axées sur l’expérience utilisateur, et avec des technologies biométriques. Les freins à l’entrée sur un marché donné n’existent plus, et la concurrence est désormais omniprésente. 

Désormais, les réseaux sociaux, le Cloud, la mobilité et l’approche DevOps ne formeront alors qu’un seul et même mouvement. Ces environnements entraîneront la nécessité d’un même degré d’agilité de la part de chaque entreprise. Ce besoin d’agilité est d’ailleurs la base de l’approche DevOps, qui nécessite la reconstitution du modèle ITIL, favorable à un développement accéléré, un déploiement de qualité et une maintenance continue.

5/ La sécurité comme priorité de l’agenda des DSI et directions métiers

La mobilité, les réseaux sociaux, la méthode DevOps et le Cloud ont ouvert l’entreprise et introduit de nouveaux risques au sein de l’espace de travail contemporain. L’entreprise d’aujourd’hui, collaborative, ouverte et en croissance rapide, baisse le niveau de sécurité informatique et a besoin que les DSI et les responsable métiers trouvent cet équilibre délicat entre agilité et protection de l’entreprise.

L’une des façons de garantir la productivité et l’autonomie de l’entreprise est de s’assurer que la sécurité soit adéquate pour l’utilisateur, c’est à dire simple, mais automatisée. En associant ces principes à une approche de gestion en trois étapes (« prévoir, prévenir et préparer »), les responsables informatiques auront les cartes en main afin d’équilibrer autonomie et protection de l’entreprise.

Le Cloud est acquis : Le buzz autour du « Cloud computing » va fortement s’atténuer car les gens réaliseront qu’il s’agit tout simplement de la façon dont les entreprises travaillent aujourd’hui. En effet, le Cloud est simplement un nouvel environnement technologique de rupture tel que les réseaux sociaux ou la mobilité. Bien qu’il soit devenu courant, beaucoup d’entreprises en sont encore aux premières phases d’adoption. Ces entreprises seront touchées par la crise résultant de la pénurie croissante de compétences, ce qui pourrait entraîner une plus vaste adoption de clous publics et privés hébergés par des prestataires de services.

Related Topics
Author
By
@coesteve1
Related Posts

Readers Comments


Add Your Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

In The News

CA Technologies prédit 5 grandes tendances technologiques qui s’imposeront en 2014

9th décembre, 2013

Le Directeur Technologique de CA Technologies prédit une crise des talents de l’IT, un ‘APP-étit’ marqué pour les applications, et la priorité accordée à la satisfaction des utilisateurs

CA Technologies est l’un des 10 premiers éditeurs de logiciels dans le monde. Spécialisé dans le domaine de la gestion et de la sécurisation des systèmes d’information d’entreprises, l’éditeur présente une synthèse des cinq tendances majeures analysées par John Michelsen, son Directeur Technologique (CTO).

« En 2014, le niveau d’engagement des responsables informatiques vis-à-vis des métiers sera plus élevé », déclare John Michelsen, Directeur Technologique chez CA Technologies. « Le DSI accepte de ne plus avoir la main mise sur l’ensemble du système d’information en adoptant un modèle d’approvisionnement de services de bout en bout, et en intégrant tous les facteurs contribuant à la satisfaction de l’utilisateur. Ils se focalisent sur une multiplicité de modes d’engagement notamment avec la mobilité et accordent aussi plus d’importance à la gestion de la performance applicative. Les DSI se positionnent ainsi en ‘courtier de services’ dans une nouvelle ère de l’informatique dynamique ».

Cinq grandes tendances pour 2014

1/ L’accentuation de la crise des compétences

Bien que les entreprises aient investies et adoptées rapidement les technologies telles que le Cloud, les réseaux sociaux, ou la mobilité, les bénéfices de ces innovations ne peuvent être pleinement exploités que si un changement culturel majeur s’opère dans l’entreprise.

Le Big Data, par exemple, nécessite un nouveau profil d’analystes de données. Les systèmes mobiles, sociaux ou biométriques, requièrent une redéfinition de l’architecture de développement des applications et des interfaces utilisateur. Ces compétences, qui nécessitent une haute spécialisation, font cruellement défaut et sont actuellement impossibles à trouver sur le marché de l’emploi.

Les experts estiment que les 30 métiers les plus prometteurs des 10 prochaines années seront occupés par des profils cumulant des compétences à la fois scientifiques, technologiques, d’ingénierie et en mathématiques (STEM). Une étude* prévoit qu’en 2018, le besoin des entreprises pour ce type de profils hautement qualifiés atteindra 3 millions de postes. Ces jobs ne pourront pas être pourvus du fait de l’inadéquation des formations à la demande des entreprises. Les entreprises adoptant une approche proactive, ouverte et sur le long terme pour faire face à cette pénurie de talents seront les entreprises gagnantes.

2/ Un ‘APP-étit’ nouveau de l’IT envers les applications et l’économie des API

L’adoption massive du Cloud computing, de la mobilité ou des réseaux sociaux ont entraîné des changements fondamentaux dans la façon dont les applications sont créées et déployées. 

Désormais, les applications ne sont plus produites en un seul bloc, ni hébergées sur une seule plate-forme. Elles peuvent être assemblées à l’aide de composants internes et/ou conçues par des fournisseurs, sur site, dans le Cloud, ou les deux. Dans un tel environnement, les DSI qui produiront le plus de valeur pour leur entreprise seront ceux qui se focaliseront davantage sur la gestion des applications et des services pour permettre à leur entreprise d’obtenir des résultats.
La DSI est plus que jamais amenée à devenir un assembleur d’applications et un courtier de services métier. Le Saas, le PaaS et l’IaaS fournissant un accès clé en main à des capacités de traitement, l’IT se focalisera de plus en plus sur les applications métier composites, afin de proposer des niveaux de rapidité, d’innovation, de performances et une réduction des coûts/risques sans précédent. Afin de mener cette transition avec succès, les DSI devront accroître leur capacité à exploiter des architectures orientées services (SOA) en utilisant et en contrôlant mieux les APIs.

3/ L’avènement de l’expérience utilisateur: Les clients comme les employés adoptent aujourd’hui des technologies qui s’insinuent plus rapidement dans l’entreprise

Désormais, les services informatiques tournent exclusivement autour du client. Tout ceci modifie grandement la façon dont les applications sont développées, et favorisera la montée en puissance d’une conception axée sur l’expérience utilisateur baptisée : DevOps (les développeurs de logiciels et les responsables de la production de services informatiques travaillent ensemble afin d’accélérer la livraison de nouveaux services métiers).
Le développement donnant la priorité aux technologies mobiles laissera la place à des approches multicanaux de développement axé avant tout sur l’expérience utilisateur. Ces approches tireront parti des smartphones, tablettes, TV connectées, consoles de jeu, ordinateurs portables et autres plateformes susceptibles d’être utilisées par un utilisateur.
La gestion des technologies mobiles et sociales se focalisera moins sur les problématiques de gestion et de sécurité des appareils, mais davantage sur les applications et les données mobiles, tout en délivrant une expérience utilisateur enrichi.

4/ La nécessité d’accélérer et d’automatiser la mise à disposition des applications

La nouvelle génération sait parfaitement se tenir informée seule et partager ses expériences ainsi que des informations sur les réseaux sociaux. La demande en provenance du grand public et des employés pour des expériences plus enrichissantes continuera de croître à un rythme soutenu à mesure que ces utilisateurs deviendront à l’aise avec des applications multicanaux axées sur l’expérience utilisateur, et avec des technologies biométriques. Les freins à l’entrée sur un marché donné n’existent plus, et la concurrence est désormais omniprésente. 

Désormais, les réseaux sociaux, le Cloud, la mobilité et l’approche DevOps ne formeront alors qu’un seul et même mouvement. Ces environnements entraîneront la nécessité d’un même degré d’agilité de la part de chaque entreprise. Ce besoin d’agilité est d’ailleurs la base de l’approche DevOps, qui nécessite la reconstitution du modèle ITIL, favorable à un développement accéléré, un déploiement de qualité et une maintenance continue.

5/ La sécurité comme priorité de l’agenda des DSI et directions métiers

La mobilité, les réseaux sociaux, la méthode DevOps et le Cloud ont ouvert l’entreprise et introduit de nouveaux risques au sein de l’espace de travail contemporain. L’entreprise d’aujourd’hui, collaborative, ouverte et en croissance rapide, baisse le niveau de sécurité informatique et a besoin que les DSI et les responsable métiers trouvent cet équilibre délicat entre agilité et protection de l’entreprise.

L’une des façons de garantir la productivité et l’autonomie de l’entreprise est de s’assurer que la sécurité soit adéquate pour l’utilisateur, c’est à dire simple, mais automatisée. En associant ces principes à une approche de gestion en trois étapes (« prévoir, prévenir et préparer »), les responsables informatiques auront les cartes en main afin d’équilibrer autonomie et protection de l’entreprise.

Le Cloud est acquis : Le buzz autour du « Cloud computing » va fortement s’atténuer car les gens réaliseront qu’il s’agit tout simplement de la façon dont les entreprises travaillent aujourd’hui. En effet, le Cloud est simplement un nouvel environnement technologique de rupture tel que les réseaux sociaux ou la mobilité. Bien qu’il soit devenu courant, beaucoup d’entreprises en sont encore aux premières phases d’adoption. Ces entreprises seront touchées par la crise résultant de la pénurie croissante de compétences, ce qui pourrait entraîner une plus vaste adoption de clous publics et privés hébergés par des prestataires de services.

By
@coesteve1
backtotop