Accord global Union européenne – Chine : un nouvel espoir pour la mondialisation ? Par Ni Gao, Professeure de Management à KEDGE

Les flux cumulés d’investissements directs étrangers de l’UE vers la Chine ont atteint au cours de ces 20 dernières années plus de 140 milliards d’euros et en retour la Chine a investi 120 milliards d’euros dans les pays membres de l’UE. La Chine est à l’heure actuelle le premier partenaire commercial de l’UE en termes de volume d’échanges. Selon Ni Gao, dans ce contexte incertain dû à la crise sanitaire, la signature de l’accord global UE-Chine sur les investissements (AGI) donne un nouvel espoir aux échanges internationaux.

Une concurrence plus loyale et équitable

Les entreprises de l’UE investissent principalement en Chine dans l’automobile, les produits chimiques, les services financiers, l’agriculture, l’alimentation, l’énergie, la santé et les biotechnologies. Leur présence sur le marché chinois a, jusqu’à présent, été conditionnée à l’acceptation de contraintes et de restrictions fixées par les autorités chinoises. L’entrée en vigueur de l’AGI devrait faire tomber cette barrière et leur offrir de nouvelles possibilités d’investissement. La Chine s’est engagée à accorder aux investisseurs européens un accès sans précédent à son marché dans un large éventail de secteurs, en particulier dans l’industrie manufacturière. Ce point est très important, car environ la moitié des investissements directs étrangers de l’UE en Chine se fait dans ce secteur. L’Allemagne a également poussé pour une ouverture du marché de l’automobile aux entreprises européennes et notamment aux véhicules électriques.

La demande de la Chine est un moteur important de la reprise des exportations dans la zone euro car le pays a été l’un des premiers pays à sortir de l’épidémie. Son économie affiche d’ores et déjà des résultats positifs. Cet accord devrait permettre aux entreprises européennes de bénéficier d’un environnement concurrentiel loyal et équitable.

Un accord nécessaire à l’Europe, mais aussi à la Chine

Pour la Chine, la signature de cet accord est sans doute un moyen de contourner les effets secondaires de la guerre commerciale avec les États-Unis. L’amélioration et l’intensification des échanges avec l’UE est donc une alternative non seulement économique mais également stratégique pour la Chine.

Le marché chinois représente environ 1,4 milliard de potentiels consommateurs dont 400 millions sont issus de la classe moyenne. Ce chiffre est impressionnant si nous le comparons aux 447,7 millions que représente la totalité de la population de l’UE à 27. C’est pourquoi il était impératif pour l’UE de se bâtir un socle juridique solide avant les États-Unis pour garantir à ses investisseurs un meilleur accès à l’économie chinoise.

Morgane Palomo
Diplômée d'un master un brand management marketing, sa curiosité et sa soif de savoir ne sont étanchées. De nature créative, elle a su diversifier ses expériences. De la création graphique, à l'événementiel en passant par la communication interne et le marketing digital, elle s’est construit un savoir pluriel et avant tout polyvalent.

More from author

Restez connectez !

Nous diffusons une Newsletter mensuelle incluant des dossiers thématiques, interviewes et investigations réalisées par nos journalistes indépendants.
Vous souhaitez recevoir notre lettre d’informations?