Le secteur privé s’attend à perdre le contrôle de la gouvernance de l’IA d’ici cinq ans, selon Pegasystems

C’est ce que révèle une nouvelle étude qui demande aux organisations de prendre leurs responsabilités face à l’émergence de technologies novatrices

 

Sans responsabilisation au sein du secteur privé, les gouvernements devront prendre en charge la réglementation de l’IA au cours des cinq prochaines années, d’après une nouvelle étude de Pegasystems Inc. (NASDAQ : PEGA), le spécialiste de la simplification des processus métier. Le cabinet de recherche iResearch a interrogé 1 350 cadres dirigeants issus de 12 pays et représentant sept secteurs d’activités différents, afin de réaliser une étude sur la façon dont les tendances technologiques les plus marquées (gouvernance de l’intelligence artificielle (IA), hyper automatisation, réalité étendue (XR), périphérie étendue et cloud distribué) devraient évoluer ces cinq prochaines années. 

« Pour obtenir un véritable avantage concurrentiel, il faut une approche de l’adoption des nouvelles technologies numériques délibérément agressive », estime Don Schuerman, directeur technique et vice-président du service marketing et stratégies produits chez Pegasystems. « On n’arrête pas le progrès technologique, et les entreprises à la traîne n’auront pas l’occasion de rattraper leur retard. Les dirigeants qui veulent adopter les nouvelles technologies, y compris l’IA, la réalité étendue, la périphérie étendue, l’hyper automatisation et le cloud distribué, sont les plus susceptibles de s’imposer dans les cinq ans à venir. »

L’étude a démontré que les dirigeants désireux de faire évoluer leur entreprise doivent parvenir d’urgence à une responsabilisation plus forte en matière de gouvernance, d’intégration, d’innovation et d’adoption de technologies émergentes. Les principales conclusions de l’étude sont les suivantes :

  • Le secteur public est en passe de combler les lacunes de la gouvernance de l’IA. Près des trois quarts (65 %) des personnes interrogées estiment que le niveau actuel de gouvernance de l’IA est insuffisant pour gérer sa forte croissance. Plus d’un quart d’entre eux (27 %) disent ne pas avoir de responsable désigné pour superviser tout ce qui a trait à la gouvernance de l’IA et seuls 25 % disposent d’une politique officielle au niveau de l’équipe dirigeante.   La question est donc de savoir qui va assumer la responsabilité de la gouvernance de l’IA : le secteur public ou le privé ? Bien que la majorité (78 %) des personnes interrogées se prononcent en faveur d’une responsabilité partagée ou totale lorsqu’il s’agit de réglementer l’IA, la tendance s’inverse lorsqu’on leur demande leurs prévisions pour les cinq prochaines années : 75 % s’attendent à ce que les gouvernements assument la quasi-totalité, voire la totalité de la gouvernance de l’IA, loin de ce qu’ils estiment pourtant être le plus juste équilibre. Quoi que nous réserve l’avenir, l’enjeu est de taille : plus de la moitié (53 %) s’inquiètent de voir une réglementation extérieure ou du gouvernement freiner l’innovation.
  • Une intégration réussie est indispensable à l’ère de l’hyper automatisation. Plus de la moitié (52 %) des personnes interrogées disent que la pandémie les a contraintes à identifier de nouvelles opportunités d’automatiser leurs activités. C’est surtout vrai pour le workflow et le case management, deux domaines où les entreprises ont tendance à concentrer leurs efforts pour réduire les coûts et gagner en efficacité dans les moments difficiles.

Toutefois, l’étude suggère que le passage à l’hyper automatisation est plus qu’une mesure à court terme prise par nécessité. Aujourd’hui, seuls 32 % des répondants pensent que l’hyper automatisation les aide à améliorer le workflow et le case management, mais ce chiffre double ou presque pour atteindre 61 % lorsque la même question porte sur les cinq prochaines années. En parallèle, dans les chaînes d’approvisionnement et de distribution, seuls 26 % perçoivent déjà l’impact de l’hyper automatisation. Or, ce chiffre grimpe à 64 % lorsqu’on demande aux participants de se prononcer sur son impact à cinq ans.

Pour que l’hyper automatisation devienne une réalité, les inquiétudes portant sur l’intégration doivent être apaisées. 58 % des participants citent l’intégration aux systèmes existants comme le défi majeur de l’automatisation, tandis que 40 % d’entre eux voient la compatibilité avec les technologies tierces comme le problème numéro un du secteur.

  • La réalité étendue (XR) ajoutera de nouvelles dimensions aux expériences client… un jour ou l’autre. Même si la réalité étendue est l’une des principales tendances technologiques émergentes du point de vue du consommateur, seuls 35 % des dirigeants d’entreprise estiment qu’elle modifie déjà l’expérience client offerte. Néanmoins, les choses pourraient être très différentes dans cinq ans, puisque 30 % des personnes interrogées estiment que la réalité étendue deviendra indispensable à l’engagement client et plus de la moitié (52 %) pense que la XR constituera un jour un avantage concurrentiel.
  • Le cloud distribué et la périphérie étendue optimiseront l’efficacité des applications, à condition que l’infrastructure technologique suive le rythme. 73 % des participants disent que le travail nomade et le télétravail font des déploiements cloud une haute priorité, et plus de la moitié (51 %) estime que les technologies mobiles et à distance resteront l’un des moteurs de l’adoption de la technologie de périphérie étendue. Pour réaliser pleinement leur potentiel, le cloud et la périphérie étendue auront besoin d’un coup de pouce : 41 % des participants disent que la maturation de l’IA, l’automatisation et le machine learning sont nécessaires pour en favoriser le développement. Aujourd’hui, seuls 22 % des personnes interrogées estiment que leur technologie de cloud distribué est « intelligente » ou « mature », tandis que 18 % disent la même chose à propos de la technologie de périphérie étendue, illustrant l’ampleur du défi à relever.

Télécharger l’étude de Pega sur les tendances technologiques à l’horizon 2025 :https://www.pega.com/fr/tech-trends-future-proof-2025

Morgane Palomo
Diplômée d'un master un brand management marketing, sa curiosité et sa soif de savoir ne sont étanchées. De nature créative, elle a su diversifier ses expériences. De la création graphique, à l'événementiel en passant par la communication interne et le marketing digital, elle s’est construit un savoir pluriel et avant tout polyvalent.

More from author

Restez connectez !

Nous diffusons une Newsletter mensuelle incluant des dossiers thématiques, interviewes et investigations réalisées par nos journalistes indépendants.
Vous souhaitez recevoir notre lettre d’informations?