Covid-19 et crise économique : l’État finance la communication digitale des TPE/PME pour les aider à survivre et à se développer – Par Cédric Quentin, Webmaster 95

L’année 2020 a été marquée par la pandémie de covid-19 qui a provoqué une crise sanitaire puis une crise économique d’une ampleur inédite.

Les commerçants, artisans et indépendants ont été mis à rude épreuve entre les deux confinements successifs, le couvre-feu et les mesures de distanciation sociale. Alors qu’une troisième vague épidémique est attendue en 2021 (source), les TPE/PME qui veulent générer de la trésorerie, rester en contact avec leurs clients et continuer à se développer n’ont plus le choix : elles doivent effectuer leur transition digitale.

Les structures qui ont tardé à prendre le virage du numérique sont désormais confrontées à un nouveau challenge : financer leur stratégie de communication digitale, alors même que nombre d’entre elles connaissent des difficultés et peinent à investir.

Conscient des enjeux, le Gouvernement a donc décidé de soutenir les entreprises françaises dans le cadre de son Plan de Relance. L’initiative France Num a ainsi été renforcée et plusieurs dispositifs nouveaux ont été mis en place : campagnes de sensibilisation, formations animées par des experts…

Parmi ces nouvelles mesures, une aide est particulièrement utile pour aider les TPE/PME : le chèque numérique.

Cédric Quentin, fondateur de Webmaster 95 et Expert en marketing digital, présente ce dispositif et partage son analyse.

Booster la communication digitale : un enjeu stratégique pour les TPE/PME

La crise sanitaire actuelle a servi de déclencheur en mettant en lumière un phénomène inéluctable : à l’heure de la quatrième révolution industrielle, celle du numérique, l’avenir des entreprises se trouve en ligne.

Qu’il s’agisse de créer un e-commerce, de réaliser des ventes additionnelles ou de se faire connaître, être présent sur Internet est devenu indispensable. Or, pour que leur transition digitale soit réussie, les entreprises ne peuvent pas se permettre de faire preuve d’amateurisme.

Pour générer des revenus, il y a de nombreux paramètres à prendre en compte, parfois dès la conception du site (ex : référencement, ergonomie, optimisation du site pour convertir les prospects en clients…). Ensuite, d’autres actions seront à mettre en place pour s’assurer que les internautes le trouvent facilement.

Dans ce contexte, les aides de l’État viennent soutenir la communication digitale des entreprises à 360° puisqu’elles couvrent :

Les dépenses d’investissement (actif)

Il s’agit des frais liés au développement/acquisition de site mais aussi à l’achat de licences ou d’écrans de diffusion.

Cédric Quentin souligne :

« Beaucoup de sociétés ont des sites anciens, qui ne sont pas adaptés aux mobiles ni aux nouveaux protocoles de sécurité (HTTPS) entre autre. D’autres n’existent pas réellement sur Google car très mal référencés : les dirigeants croient alors à tort qu’Internet ne marche pas pour eux pour générer de la conversion, alors qu’en réalité le problème vient de la qualité de leur site. Il faut adopter le Responsive design, réduire le temps de chargement, optimiser les balises et métadonnées, définir une stratégie mots-clés, créer du contenu qualitatif et beaucoup d’autres taches pour s’adapter en permanence à l’évolution du Web et à la concurrence. »

Les aides de l’État représentent donc une formidable opportunité pour changer la donne et dégager du chiffre d’affaires.

Les dépenses de fonctionnement (charges)

Elles regroupent la publicité digitale, les solutions de fidélisation, l’achat de mots- clés, le référencement, le nom de domaine et l’hébergement.

Il existe en effet de multiples outils, peu ou pas utilisés par les entreprises, qui permettent d’avoir un réel impact au niveau de la visibilité en ligne.

Cédric confirme :

« Beaucoup de petites entreprises sous-estiment l’efficacité et la puissance d’une campagne Google Ads ou Microsoft Ads (Yahoo, Bing, Qwant). Pourtant, lorsqu’elle est bien configurée, elle va non seulement augmenter votre visibilité du jour au lendemain mais également augmenter vos conversions grâce à un ciblage des intentions de vos prospects très poussé et des outils statistiques très précis. Ajoutez à cela une présence publicitaire sur les réseaux sociaux et vous pourrez commencer à profiter d’une stratégie digitale et augmenter votre chiffre d’affaires, c’est ce qui se passe pour 100% de mes clients. »

Utiliser le chèque numérique pour obtenir des résultats rapidement

Délivrée par les régions, cette subvention de 500 € peut être utilisée pour acheter une prestation d’accompagnement à la transformation numérique, une solution de vente/de communication à distance avec les clients (ex : e-commerce) et pour promouvoir son activité sur internet.

Encore méconnu des TPE/PME, ce dispositif peut être très utile pour gagner très vite de la trésorerie.

Cédric précise :

« Le chèque numérique peut par exemple servir à payer des campagnes publicitaires en ligne qui vont apporter une visibilité immédiate et donc un excellent ROI. »

Cette approche pourra être complétée ou précédée par un travail de fond tel que la création/refonte du site pour qu’il soit au goût du jour et performant pour la conversion, ou encore pour acquérir une visibilité plus importante à moyen et long terme grâce à une optimisation du référencement naturel.

Ces différentes actions peuvent également être financées par les chèque numérique.

Morgane Palomo
Diplômée d'un master un brand management marketing, sa curiosité et sa soif de savoir ne sont étanchées. De nature créative, elle a su diversifier ses expériences. De la création graphique, à l'événementiel en passant par la communication interne et le marketing digital, elle s’est construit un savoir pluriel et avant tout polyvalent.

More from author

Restez connectez !

Nous diffusons une Newsletter mensuelle incluant des dossiers thématiques, interviewes et investigations réalisées par nos journalistes indépendants.
Vous souhaitez recevoir notre lettre d’informations?