En pleine transformation, les DSI optimistes sur l’avenir de leur métier mais insuffisamment accompagnés | topics / Fabernovel / CSA

  • La révolution technologique et les nouvelles organisations du travail ont accentué la métamorphose de la fonction
  • Une fonction bien valorisée en interne mais qui peut tirer encore plus de bénéfices de meilleures interactions avec les métiers 
  • Un déficit d’accompagnement RH pour soutenir ces transformations

Le cabinet topics, conseil en stratégie de transformation sociale et Fabernovel, entreprise internationale de conseil en transformation et de création de produits et de services numériques, dévoilent une étude avec l’institut CSA sur l’état d’esprit actuel des DSI en France* face à la transformation de leur métier et le rôle des DRH dans leur accompagnement.

Des DSI très majoritairement positifs vis-à-vis de l’avenir de leur métier

Le premier enseignement de l’étude est le vent de positivisme qui souffle sur la population de DSI : 87% se déclarent optimistes sur leur métier. Un score qui monte à 93% auprès des DSI des entreprises de 500 salariés et plus.

Ce sentiment est à mettre en parallèle avec la transformation du métier de DSI, qui a fortement évolué par rapport à il y a 5 ans pour 72% des interrogés, dont 9% qui évoquent même “une transformation radicale”. Les principales raisons sources de ce changement, selon les DSI, proviennent à la fois de l’évolution des technologies d’une part et des nouvelles formes d’organisation du travail (transversalité, externalisation…) d’une autre. 

La DSI, un positionnement stratégique pour conduire la transformation des entreprises

D’après l’étude, les DSI interrogés s’estiment largement soutenus par leur direction générale pour conduire leurs actions (92% partagent cette opinion) et estiment que leur propre feuille de route est alignée avec la stratégie de l’entreprise (87%).

Ils sont un peu plus nuancés pour évaluer leur image en interne auprès des métiers puisque 31% des répondants ne pensent pas être perçus comme des “Business Partners” en interne.

« Ce chiffre illustre le changement de paradigme et donc de posture pour les DSI. De prestataires de service IT, engagés dans une relation contractuelle avec les métiers, ils doivent évoluer et devenir des partenaires, des Business Enabler pour véritablement accompagner la transformation en réinventant les process » développe Bruno METTLING, CEO de topics

L’externalisation, un phénomène paradoxal au sein des grandes entreprises

Le deuxième enseignement se structure autour de l’externalisation des missions, qui touche les DSI des plus grandes entreprises : si 29% des DSI déclarent externaliser la plupart de leurs missions en moyenne, ils sont 34% au sein des entreprises de 500 salariés et plus.

« Nous observons sur le marché une réelle envie des DSI à ré-internaliser des prestations historiquement confiées à des partenaires externes mais encore très peu d’entreprises françaises ont en réalité leurs propres développeurs pour y parvenir. Les DSI peuvent se faire accompagner sur des projets avec des squads de talents externes dont le leitmotiv sera le réel transfert des compétences et savoirs pour leur donner à terme l’autonomie nécessaire. » selon Cyril VART, Executive Vice-President chez Fabernovel.

Un accompagnement RH insuffisant par rapport aux enjeux

Au cœur de la transformation des DSI, une zone d’ombre. La capacité de la fonction RH à soutenir et accompagner un tel mouvement est jugée sévèrement notamment en ce qui concerne le recrutement de profils rares, 68% ne jugent pas efficace la fonction RH de leur entreprise en la matière. Les DSI ne sont que 57% à estimer que la politique de formation est à la hauteur des enjeux et 47% à se dire épauler par les RH pour retenir les talents.

« Le constat RH est dur mais révèle un déficit de synchronisation au sein des entreprises. Face aux fonctions clés qui se transforment, les équipes RH doivent, elles aussi, faire leur aggiornamento en étant encore plus orientées vers leurs clients internes. Cela signifie d’entrer davantage dans les problématiques des DSI et de travailler en coopération pour construire ensemble l’offre de services RH la plus adaptée en acceptant qu’elle puisse évoluer régulièrement. » commente Bruno METTLING. « Le temps des grandes politiques SI RH figées pour 5 ans est révolu. Les DRH aussi doivent faire preuve d’agilité pour s’adapter. » complète Cyril VART.

Les priorités exprimées par les DSI en matière RH sont l’organisation de formations pour faire monter les équipes en compétence (64% des citations), le recrutement de nouveaux profils au sein des équipes (44%) et un accompagnement pour faire évoluer la culture managériale (42%), au coude-à-coude avec le souhait d’une organisation plus horizontale pour gagner en agilité (41%).

*Méthodologie de l’étude

Etude réalisée par téléphone du 2 au 18 septembre 2019 auprès d’un échantillon de 301 directeurs / directrices des systèmes d’information (DSI) représentatif de l’ensemble des entreprises françaises de 250 salariés et plus (secteur privé et public) selon la méthode des quotas : taille d’entreprise (250 à 499 salariés / 500 salariés et plus), secteur d’activité (Agriculture et Industrie / Construction / Commerce, transports, hébergement et restauration / Services) et région (UDA9).

Morgane Palomo
Diplômée d'un master un brand management marketing, sa curiosité et sa soif de savoir ne sont étanchées. De nature créative, elle a su diversifier ses expériences. De la création graphique, à l'événementiel en passant par la communication interne et le marketing digital, elle s’est construit un savoir pluriel et avant tout polyvalent.

More from author

Restez connectez !

Nous diffusons une Newsletter mensuelle incluant des dossiers thématiques, interviewes et investigations réalisées par nos journalistes indépendants.
Vous souhaitez recevoir notre lettre d’informations?