3 raisons pour lesquelles les opérateurs de télécom devraient dès maintenant commencent à stocker leurs données historiques par Bora Kizil, PDG d’Ezako

network

Les technologies de la Big Data, les services de cloud et la baisse considérable du coût du stockage ont permis de stocker d’énormes volumes de données. Les entreprises peuvent désormais conserver à l’infini des centaines de téraoctets et même des pétaoctets de données. Mais quels avantages y a-t-il à stocker toutes ces données, en particulier pour les opérateurs de télécommunications ? Y a-t-il un réel retour sur investissement ? La start-up Ezako dévoile les 3 principales raisons pour lesquelles les opérateurs de télécom ne peuvent plus ignorer cette véritable mine d’or. 

  1. Comprendre le passé, être plus efficace

La conservation des données historiques permet bien entendu aux entreprises de comprendre le passé. Pour les opérateurs de télécom, cela signifie d’être en mesure de diagnostiquer plus rapidement les pannes et donc d’aider leurs centres d’appels à être plus efficaces.
En effet, le TTR (Time-to-Resolution, temps de résolution des problèmes) est l’un des indicateurs-clés que les centres d’appels suivent de près, d’autant plus qu’il est directement lié à la satisfaction client. Plus le temps de résolution d’un appel sera rapide, plus le client sera satisfait. La conservation des données historiques de tous les clients peut donc contribuer clairement à obtenir de meilleurs TTR. En accédant aux données historiques d’un client précis, les opérateurs de service client peuvent ainsi analyser les problèmes survenus dans le passé : connexions interrompues, macroblocs, fuite mémoire, problèmes de configuration wifi, interférences… or la plupart du temps, un client qui connait des interruptions irrégulières de connexion internet n’a pas de problème lorsqu’il appelle le service client, ce qui ne facilite pas l’identification du bug par l’opérateur. Le client est frustré, le TTR, long. Grâce aux données historiques, le problème est plus facilement identifié. Les données historiques permettent donc de qualifier le niveau d’incident que connaît le client et d’ainsi diminuer le TTR.

  1. Comprendre les schémas d’évolution des consommateurs

Les variations des moyennes de déplacement et les changements de pics de données sont essentiels à la compréhension des schémas d’évolution des consommateurs. En gardant la trace des améliorations dans le temps, les données historiques délivrent de précieuses informations, fondamentales dans la gestion d’une entreprise. Les marketeurs sont en effet toujours à l’afflux de nouvelles façons de comprendre le comportement des consommateurs et de les segmenter : la conservation des données historiques les aide à comprendre si leur segment de clientèle est en train de changer et à adapter ainsi leurs nouvelles offres en fonction. Par exemple, une compréhension précise des évolutions de l’utilisation de la VoD permet aux opérateurs de télécom d’augmenter les ressources de chaque service OTT, afin que la qualité de l’expérience reste agréable. 

  1. Faire des prédictions, grâce à la Big Data

Les technologies de la Big Data rendent possible l’analyse des données du passé afin de prévoir des évènements futurs. Mais pour ce faire, les algorithmes de prévision reposent sur de grands ensembles de données historiques, faisant du stockage une condition sine qua non aux prédictions.

Basée sur des milliards de calculs et de données tirés d’évènements passés, la Big Data permet ainsi relativement simplement de prévoir tant la météo des prochains jours que le comportement des consommateurs. Par exemple, grâce à des calculs sur la variation des macroblocs, les opérateurs de télécom peuvent prédire si le programme TV d’un client connaîtra prochainement un bug.

Ces 3 points-clés sont les principales raisons pour lesquelles Ezako conseille aux opérateurs de télécommunications de commencer le plus tôt possible à conserver leurs données historiques, afin d’être en mesure de fournir un service de meilleure qualité et des offres adaptées à leurs clients, tant aujourd’hui que dans le futur.

Author
By
@coesteve1

Readers Comments


Add Your Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

In The News

3 raisons pour lesquelles les opérateurs de télécom devraient dès maintenant commencent à stocker leurs données historiques par Bora Kizil, PDG d’Ezako

network 7th juin, 2016

Les technologies de la Big Data, les services de cloud et la baisse considérable du coût du stockage ont permis de stocker d’énormes volumes de données. Les entreprises peuvent désormais conserver à l’infini des centaines de téraoctets et même des pétaoctets de données. Mais quels avantages y a-t-il à stocker toutes ces données, en particulier pour les opérateurs de télécommunications ? Y a-t-il un réel retour sur investissement ? La start-up Ezako dévoile les 3 principales raisons pour lesquelles les opérateurs de télécom ne peuvent plus ignorer cette véritable mine d’or. 

  1. Comprendre le passé, être plus efficace

La conservation des données historiques permet bien entendu aux entreprises de comprendre le passé. Pour les opérateurs de télécom, cela signifie d’être en mesure de diagnostiquer plus rapidement les pannes et donc d’aider leurs centres d’appels à être plus efficaces.
En effet, le TTR (Time-to-Resolution, temps de résolution des problèmes) est l’un des indicateurs-clés que les centres d’appels suivent de près, d’autant plus qu’il est directement lié à la satisfaction client. Plus le temps de résolution d’un appel sera rapide, plus le client sera satisfait. La conservation des données historiques de tous les clients peut donc contribuer clairement à obtenir de meilleurs TTR. En accédant aux données historiques d’un client précis, les opérateurs de service client peuvent ainsi analyser les problèmes survenus dans le passé : connexions interrompues, macroblocs, fuite mémoire, problèmes de configuration wifi, interférences… or la plupart du temps, un client qui connait des interruptions irrégulières de connexion internet n’a pas de problème lorsqu’il appelle le service client, ce qui ne facilite pas l’identification du bug par l’opérateur. Le client est frustré, le TTR, long. Grâce aux données historiques, le problème est plus facilement identifié. Les données historiques permettent donc de qualifier le niveau d’incident que connaît le client et d’ainsi diminuer le TTR.

  1. Comprendre les schémas d’évolution des consommateurs

Les variations des moyennes de déplacement et les changements de pics de données sont essentiels à la compréhension des schémas d’évolution des consommateurs. En gardant la trace des améliorations dans le temps, les données historiques délivrent de précieuses informations, fondamentales dans la gestion d’une entreprise. Les marketeurs sont en effet toujours à l’afflux de nouvelles façons de comprendre le comportement des consommateurs et de les segmenter : la conservation des données historiques les aide à comprendre si leur segment de clientèle est en train de changer et à adapter ainsi leurs nouvelles offres en fonction. Par exemple, une compréhension précise des évolutions de l’utilisation de la VoD permet aux opérateurs de télécom d’augmenter les ressources de chaque service OTT, afin que la qualité de l’expérience reste agréable. 

  1. Faire des prédictions, grâce à la Big Data

Les technologies de la Big Data rendent possible l’analyse des données du passé afin de prévoir des évènements futurs. Mais pour ce faire, les algorithmes de prévision reposent sur de grands ensembles de données historiques, faisant du stockage une condition sine qua non aux prédictions.

Basée sur des milliards de calculs et de données tirés d’évènements passés, la Big Data permet ainsi relativement simplement de prévoir tant la météo des prochains jours que le comportement des consommateurs. Par exemple, grâce à des calculs sur la variation des macroblocs, les opérateurs de télécom peuvent prédire si le programme TV d’un client connaîtra prochainement un bug.

Ces 3 points-clés sont les principales raisons pour lesquelles Ezako conseille aux opérateurs de télécommunications de commencer le plus tôt possible à conserver leurs données historiques, afin d’être en mesure de fournir un service de meilleure qualité et des offres adaptées à leurs clients, tant aujourd’hui que dans le futur.

By
@coesteve1
backtotop