Nouvel accord Safe Harbor : comment les entreprises peuvent elles s’y retrouver ? Blue Coat

Data Protection on Golden Compass.

Les responsables européens et américains ont finalement trouvé un accord pour la mise en place d’un nouveau « Safe Harbor ». Baptisé E.U.-U.S. « Privacy Shield », ce Bouclier de confidentialité constitue un effort louable visant à combler l’écart entre l’Union Européenne et les États-Unis en matière de normes de confidentialité, et à renforcer la protection des données des citoyens européens. Pourtant, de nombreux défis restent à relever : les groupes opposés au Safe Harbor critiquent d’ores et déjà ce nouvel accord qui protègerait encore insuffisamment les données des citoyens ; un certain nombre d’autorités nationales doivent encore se prononcer à son sujet ; et ce cet accord doit également être approuvé par la commission représentant les 28 états membres de l’Union Européenne. Il est donc possible que plusieurs mois s’écoulent avant que la situation n’évolue.

Le monde professionnel a assisté à la réforme du Safe Harbor et à l’apparition de nouvelles réglementations, toujours pas en vigueur aujourd’hui, comme la GDPR (General Data Protection Regulation), qui permet d’infliger de sévères amendes en cas de non-respect. La confusion s’est ainsi progressivement installée au sein des entreprises quant à la façon de gérer les réglementations tout en évitant les risques de non-conformité. Beaucoup ont ainsi gelé leurs initiatives, par exemple d’adoption du cloud. Certaines étudient d’autres cadres juridiques tels que les fameuses « clauses types » ; cependant, ces clauses sont également confrontées à des problématiques d’adoption.

Les entreprises ne peuvent pourtant pas se permettre d’attendre de voir comment la situation réglementaire va évoluer.

***Robert Arandjelovic, Director Product Marketing EMEA de Blue Coat peut vous aider à franchir ces obstacles grâce aux nouvelles technologies. Des technologies telles que nos offres CASB et de protection des données en continu permettent aux organisations :

  • de s’assurer de pouvoir conserver leurs données réglementées dans des pays spécifiques en Europe, tout en adoptant des technologies cloud ;
  • de rechercher des données réglementées et d’éviter qu’elles ne quittent leurs pays ;
  • d’effectuer une évaluation rapide de leur infrastructure afin de déterminer si les données quittent l’UE à cause du phénomène de « shadow IT » (informatique fantôme), et prendre des mesures pour s’assurer de ne pas violer de principes de confidentialité.

Les lois peuvent évoluer en un clin d’œil ; cependant, les entreprises contrôlant parfaitement leurs données tout en adoptant des technologies cloud ne sont pas tenues de vivre dans la crainte.

Related Topics
Author
By
@coesteve1
Related Posts

Readers Comments


Add Your Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

In The News

Nouvel accord Safe Harbor : comment les entreprises peuvent elles s’y retrouver ? Blue Coat

Data Protection on Golden Compass. 8th février, 2016

Les responsables européens et américains ont finalement trouvé un accord pour la mise en place d’un nouveau « Safe Harbor ». Baptisé E.U.-U.S. « Privacy Shield », ce Bouclier de confidentialité constitue un effort louable visant à combler l’écart entre l’Union Européenne et les États-Unis en matière de normes de confidentialité, et à renforcer la protection des données des citoyens européens. Pourtant, de nombreux défis restent à relever : les groupes opposés au Safe Harbor critiquent d’ores et déjà ce nouvel accord qui protègerait encore insuffisamment les données des citoyens ; un certain nombre d’autorités nationales doivent encore se prononcer à son sujet ; et ce cet accord doit également être approuvé par la commission représentant les 28 états membres de l’Union Européenne. Il est donc possible que plusieurs mois s’écoulent avant que la situation n’évolue.

Le monde professionnel a assisté à la réforme du Safe Harbor et à l’apparition de nouvelles réglementations, toujours pas en vigueur aujourd’hui, comme la GDPR (General Data Protection Regulation), qui permet d’infliger de sévères amendes en cas de non-respect. La confusion s’est ainsi progressivement installée au sein des entreprises quant à la façon de gérer les réglementations tout en évitant les risques de non-conformité. Beaucoup ont ainsi gelé leurs initiatives, par exemple d’adoption du cloud. Certaines étudient d’autres cadres juridiques tels que les fameuses « clauses types » ; cependant, ces clauses sont également confrontées à des problématiques d’adoption.

Les entreprises ne peuvent pourtant pas se permettre d’attendre de voir comment la situation réglementaire va évoluer.

***Robert Arandjelovic, Director Product Marketing EMEA de Blue Coat peut vous aider à franchir ces obstacles grâce aux nouvelles technologies. Des technologies telles que nos offres CASB et de protection des données en continu permettent aux organisations :

  • de s’assurer de pouvoir conserver leurs données réglementées dans des pays spécifiques en Europe, tout en adoptant des technologies cloud ;
  • de rechercher des données réglementées et d’éviter qu’elles ne quittent leurs pays ;
  • d’effectuer une évaluation rapide de leur infrastructure afin de déterminer si les données quittent l’UE à cause du phénomène de « shadow IT » (informatique fantôme), et prendre des mesures pour s’assurer de ne pas violer de principes de confidentialité.

Les lois peuvent évoluer en un clin d’œil ; cependant, les entreprises contrôlant parfaitement leurs données tout en adoptant des technologies cloud ne sont pas tenues de vivre dans la crainte.

By
@coesteve1
backtotop