Le bien-être des salariés européens toujours menacé par le stress

Row of colorful flip flops on beach against sunny sky
  • 91% des salariés sont soumis au stress dans leur travail
  • L’équilibre vie professionnelle-vie personnelle est l’élément le plus motivant pour les salariés européens
  • 55% des salariés français se disent peu stressés professionnellement dont 10% pas du tout

Un stress excessif lié au travail menace le bien-être de 91% des salariés à travers l’Europe. C’est ce que révèle l’étude européenne menée par ADP®, leader mondial des solutions en gestion de capital humain.

Un stress fortement ressenti et pas pris en compte

44% des salariés européens déclarent que le stress est un élément constant de leur quotidien professionnel et qu’ils se sentent  » souvent  » ou  » très souvent  » stressés. En France, ce sont 25% des salariés qui précisent être assez souvent stressés. Mais seuls 5% des actifs envisagent de quitter leur emploi en raison d’un stress excessif.

Malgré ces chiffres élevés, il semble que les employeurs ne parviennent pas à aider leurs collaborateurs à faire face : un quart des salariés déclare que leur employeur ne les aide pas à gérer le stress et un cinquième d’entre eux (19%) pense que leur employeur n’est même pas conscient du degré de stress subi. Et pour les salariés français, c’est un tiers qui dit ne pas être aidé.

Au niveau du stress, la France dans la moyenne européenne

Les niveaux de stress varient grandement en Europe. Les salariés polonais sont ceux qui sont le plus souvent soumis au stress tandis que les collaborateurs néerlandais sont les moins tendus.

Pays Salariés souvent soumis au stress
Pologne 54%
Allemagne 50%
France 44%
Italie 44%
Royaume-Uni 43%
Espagne 41%
Suisse 38%
Pays-Bas 35%

Eddy Corcos, directeur de l’activité Human Capital Management d’ADP France, déclare : « Un certain niveau de stress est une partie inhérente de nombre de fonctions et cela peut avoir un effet positif de rendre l’activité plus dynamique. Néanmoins un stress excessif et fréquent constitue la plus grande des menaces pour les collaborateurs car il affecte le moral de ces derniers, ainsi que la productivité et l’efficacité. Les entreprises devraient par conséquent rester vigilantes sur le ressenti de leurs collaborateurs et s’assurer de leur bien-être au travail ».

En quête de l’équilibre entre vie professionnelle et vie personnelle

Autrefois expression inappropriée,  » donner du sens à son travail  » est aujourd’hui résolument dans l’air du temps. Cela transparait dans les facteurs de motivation clés chez les salariés. En Europe, réussir à trouver un bon équilibre entre vie professionnelle et vie personnelle est le premier facteur encourageant l’implication et la motivation des salariés (29%), suivi de près par des opportunités de travail flexible (26%).

Avec ces éléments à l’esprit, il n’y a peut-être rien d’étonnant à ce que les Européens souhaitent s’éloigner des traditionnels horaires de bureau (9h-17h). Un tiers d’entre eux (34%), ainsi qu’un peu plus d’un tiers des Français (36%) aimeraient un mélange entre horaires flexibles et horaires fixes, tandis qu’un autre tiers (33%) aimerait opter pour une organisation du travail entièrement flexible.

Eddy Corcos, directeur de l’activité HCM d’ADP France, ajoute : « Au cours de ces dernières années, nous avons assisté à un changement radical d’attitude des salariés vis-à-vis de l’équilibre entre travail et vie personnelle ainsi que de la qualité de vie. Nous pensons qu’il s’agit de bien plus qu’une tendance passagère et que les souhaits des salariés ont un impact réel sur le fonctionnement des entreprises. Le désir d’opportunités de travail flexible augmente et nous nous attendons également à une demande croissante pour des avantages sociaux visant la santé et le bien-être. Les employeurs doivent s’assurer qu’ils sont en mesure de répondre à ces demandes et qu’ils disposent de l’assistance et des technologies nécessaires pour rendre ces changements possibles ».

Pour plus d’informations, veuillez lire le rapport « The Workforce View in Europe 2015?16 » disponible ici

Author
By
@coesteve1

Readers Comments


Add Your Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

In The News

Le bien-être des salariés européens toujours menacé par le stress

Row of colorful flip flops on beach against sunny sky 15th décembre, 2015
  • 91% des salariés sont soumis au stress dans leur travail
  • L’équilibre vie professionnelle-vie personnelle est l’élément le plus motivant pour les salariés européens
  • 55% des salariés français se disent peu stressés professionnellement dont 10% pas du tout

Un stress excessif lié au travail menace le bien-être de 91% des salariés à travers l’Europe. C’est ce que révèle l’étude européenne menée par ADP®, leader mondial des solutions en gestion de capital humain.

Un stress fortement ressenti et pas pris en compte

44% des salariés européens déclarent que le stress est un élément constant de leur quotidien professionnel et qu’ils se sentent  » souvent  » ou  » très souvent  » stressés. En France, ce sont 25% des salariés qui précisent être assez souvent stressés. Mais seuls 5% des actifs envisagent de quitter leur emploi en raison d’un stress excessif.

Malgré ces chiffres élevés, il semble que les employeurs ne parviennent pas à aider leurs collaborateurs à faire face : un quart des salariés déclare que leur employeur ne les aide pas à gérer le stress et un cinquième d’entre eux (19%) pense que leur employeur n’est même pas conscient du degré de stress subi. Et pour les salariés français, c’est un tiers qui dit ne pas être aidé.

Au niveau du stress, la France dans la moyenne européenne

Les niveaux de stress varient grandement en Europe. Les salariés polonais sont ceux qui sont le plus souvent soumis au stress tandis que les collaborateurs néerlandais sont les moins tendus.

Pays Salariés souvent soumis au stress
Pologne 54%
Allemagne 50%
France 44%
Italie 44%
Royaume-Uni 43%
Espagne 41%
Suisse 38%
Pays-Bas 35%

Eddy Corcos, directeur de l’activité Human Capital Management d’ADP France, déclare : « Un certain niveau de stress est une partie inhérente de nombre de fonctions et cela peut avoir un effet positif de rendre l’activité plus dynamique. Néanmoins un stress excessif et fréquent constitue la plus grande des menaces pour les collaborateurs car il affecte le moral de ces derniers, ainsi que la productivité et l’efficacité. Les entreprises devraient par conséquent rester vigilantes sur le ressenti de leurs collaborateurs et s’assurer de leur bien-être au travail ».

En quête de l’équilibre entre vie professionnelle et vie personnelle

Autrefois expression inappropriée,  » donner du sens à son travail  » est aujourd’hui résolument dans l’air du temps. Cela transparait dans les facteurs de motivation clés chez les salariés. En Europe, réussir à trouver un bon équilibre entre vie professionnelle et vie personnelle est le premier facteur encourageant l’implication et la motivation des salariés (29%), suivi de près par des opportunités de travail flexible (26%).

Avec ces éléments à l’esprit, il n’y a peut-être rien d’étonnant à ce que les Européens souhaitent s’éloigner des traditionnels horaires de bureau (9h-17h). Un tiers d’entre eux (34%), ainsi qu’un peu plus d’un tiers des Français (36%) aimeraient un mélange entre horaires flexibles et horaires fixes, tandis qu’un autre tiers (33%) aimerait opter pour une organisation du travail entièrement flexible.

Eddy Corcos, directeur de l’activité HCM d’ADP France, ajoute : « Au cours de ces dernières années, nous avons assisté à un changement radical d’attitude des salariés vis-à-vis de l’équilibre entre travail et vie personnelle ainsi que de la qualité de vie. Nous pensons qu’il s’agit de bien plus qu’une tendance passagère et que les souhaits des salariés ont un impact réel sur le fonctionnement des entreprises. Le désir d’opportunités de travail flexible augmente et nous nous attendons également à une demande croissante pour des avantages sociaux visant la santé et le bien-être. Les employeurs doivent s’assurer qu’ils sont en mesure de répondre à ces demandes et qu’ils disposent de l’assistance et des technologies nécessaires pour rendre ces changements possibles ».

Pour plus d’informations, veuillez lire le rapport « The Workforce View in Europe 2015?16 » disponible ici

By
@coesteve1
backtotop