Selon le Rapport Annuel sur la Sécurité 2015 de Cisco – 100 % des réseaux analysés contiennent des malwares

Facing new opportunities
Le principal enjeu des équipes en charge de la sécurité des systèmes d’information est de faire face à des attaques de plus en plus ciblées et de mieux comprendre la menace pour détecter les signaux faibles sur leurs réseaux.

Le Rapport Annuel sur la Sécurité 2015 de Cisco, publié aujourd’hui, révèle que 40 % des failles de sécurité en entreprise ne sont pas corrigées. Les résultats du Rapport Cisco soulignent que, malgré une prise de conscience de la menace et un nombre croissant d’attaques ciblées médiatisées, les entreprises n’utilisent pas forcément l’ensemble des outils disponibles, simples à mettre en œuvre, pour contrer les cyberattaques.
L’étude Cisco a été menée auprès de 1700 entreprises dans 9 pays.

Le Rapport permet de tirer plusieurs conclusions majeures :

  • La menace est réelle et permanente : 100 % des réseaux analysés contiennent des malwares. Ces résultats sont identiques au Rapport 2014.
  • En 2014, 1 % des vulnérabilités connues (43 sur 6756) ont été exploitées par les cybercriminels. D’une part, cela signifie que les entreprises doivent prioriser 1 % des vulnérabilités exploitées dans le cadre de leur politique globale de correction. D’autre part, même si les technologies atteignent de hauts niveaux de performance, il est nécessaire de comprendre les menaces pour lutter contre les vulnérabilités.
  • Les kits d’exploits largement utilisés sont rapidement détectés par les solutions de sécurité – ce qui signifie que les cybercriminels préfèrent disposer  du 4ème ou 5ème kit d’exploits le plus utilisé, pour ne pas trop attirer l’attention. Même si les kits d’exploits ont diminué de 88 % entre mai et novembre 2014, ils restent un outil utilisé à un rythme soutenu par les cybercriminels, aux conséquences sérieuses pour les entreprises.
  • Les failles Java sont en baisse de 34 % et les attaques Flash de 3 % alors que les failles Silverlight ont augmenté de 228 % et les failles PDF de 7 %.
  • Les malwares Flash peuvent désormais interagir avec JavaScript pour cacher des vulnérabilités en partageant un exploit entre deux fichiers distincts : un Flash et un JavaScript. L’activité malveillante est alors plus difficile à détecter et à analyser et prouve la sophistication des attaques et la professionnalisation des hackers.
  • L’industrie pharmaceutique et la chimie sont les secteurs les plus touchés par la cybercriminalité. Les médias, l’industrie, le transport et la logistique et l’aviation complètent le top 5 des secteurs les plus touchés. L’an dernier, seuls l’industrie pharmaceutique et la chimie et l’aviation figuraient parmi les secteurs les plus concernés par les attaques.
  • Le volume de spam a augmenté de 250 % en 2014. Plus ciblé et plus dangereux, envoyé à plus faible volume à partir d’un grand nombre d’adresses IP pour échapper aux outils de détection, un nouveau type de spam est en train d’émerger (Snowshoe). Les spammeurs adaptent les messages à leur cible (phishing), de façon à contourner les filtres anti-spam pour mieux tromper leurs victimes.
  • Le malvertising (publicités malicieuses) est une nouvelle technique utilisée par les cybercriminels en 2014 qui permet de diffuser des malwares au travers des navigateurs, tout en ne nécessitant pas de moyens importants mais permettant aux cybercriminels de gagner beaucoup d’argent.
  • Adobe et Internet Explorer sont les éditeurs les plus vulnérables avec respectivement 19 % et 31 % des attaques observées.
Grâce à l’évolution des technologies de sécurité, les attaques directes et massives sont de plus en plus difficiles à mettre en œuvre. Les cybercriminels font désormais preuve de plus de créativité pour tromper l’utilisateur afin que celui-ci installe lui-même le logiciel malveillant. Ils profitent également de la faiblesse des entreprises en matière de mise à jour des vulnérabilités connues sur leurs systèmes :
  • Alors que la faille Heartbleed a été découverte il y a plus de 6 mois, et qu’elle a permis de révéler une faille dans OpenSSL, 56 % des versions OpenSSL ont plus de 4 ans et sont toujours vulnérables car elles n’ont pas été mises à jour depuis la sortie du patch.
  • Internet Explorer est le navigateur le moins mis à jour avec seulement 10 % des versions installées mises à jour avec la dernière version connue, la version la plus courante datant de 31 mois par rapport à la version la plus récente. Au contraire, 64 % des versions de Chrome sont à jour.
« La sécurité du système d’information est une affaire d’équipe : elle ne pourra être optimale que si le RSSI et l’équipe informatique, les dirigeants de l’entreprise, les directeurs métier, etc. travaillent ensemble pour mieux comprendre la menace et faire face aux cyberattaques. Les cybercriminels travaillent de mieux en mieux pour dissimuler leurs traces. L’ensemble des parties prenantes doit donc répondre à des questions majeures : est-ce que l’entreprise dispose des outils qui lui permettront non seulement d’identifier les attaques avérées, mais également de déterminer où se situent les vrais vulnérabilités de son informatique ? Comment l’entreprise peut être certaine que ses utilisateurs sont en sécurité, et cela même lorsqu’ils travaillent en dehors du périmètre du réseau de l’entreprise ? » explique Christophe Jolly, Directeur Sécurité Cisco France.
« Face à l’évolution de la menace, les entreprises doivent mettre en œuvre un ensemble de mesures de sécurité pour leur permettre de répondre aux défis liés à la cybercriminalité et au cyberespionnage industriel et pour mieux comprendre la cybersécurité du monde d’aujourd’hui ».
Related Topics
Author
By
@coesteve1
Related Posts

Readers Comments


Add Your Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

In The News

Selon le Rapport Annuel sur la Sécurité 2015 de Cisco – 100 % des réseaux analysés contiennent des malwares

Facing new opportunities 21st janvier, 2015
Le principal enjeu des équipes en charge de la sécurité des systèmes d’information est de faire face à des attaques de plus en plus ciblées et de mieux comprendre la menace pour détecter les signaux faibles sur leurs réseaux.

Le Rapport Annuel sur la Sécurité 2015 de Cisco, publié aujourd’hui, révèle que 40 % des failles de sécurité en entreprise ne sont pas corrigées. Les résultats du Rapport Cisco soulignent que, malgré une prise de conscience de la menace et un nombre croissant d’attaques ciblées médiatisées, les entreprises n’utilisent pas forcément l’ensemble des outils disponibles, simples à mettre en œuvre, pour contrer les cyberattaques.
L’étude Cisco a été menée auprès de 1700 entreprises dans 9 pays.

Le Rapport permet de tirer plusieurs conclusions majeures :

  • La menace est réelle et permanente : 100 % des réseaux analysés contiennent des malwares. Ces résultats sont identiques au Rapport 2014.
  • En 2014, 1 % des vulnérabilités connues (43 sur 6756) ont été exploitées par les cybercriminels. D’une part, cela signifie que les entreprises doivent prioriser 1 % des vulnérabilités exploitées dans le cadre de leur politique globale de correction. D’autre part, même si les technologies atteignent de hauts niveaux de performance, il est nécessaire de comprendre les menaces pour lutter contre les vulnérabilités.
  • Les kits d’exploits largement utilisés sont rapidement détectés par les solutions de sécurité – ce qui signifie que les cybercriminels préfèrent disposer  du 4ème ou 5ème kit d’exploits le plus utilisé, pour ne pas trop attirer l’attention. Même si les kits d’exploits ont diminué de 88 % entre mai et novembre 2014, ils restent un outil utilisé à un rythme soutenu par les cybercriminels, aux conséquences sérieuses pour les entreprises.
  • Les failles Java sont en baisse de 34 % et les attaques Flash de 3 % alors que les failles Silverlight ont augmenté de 228 % et les failles PDF de 7 %.
  • Les malwares Flash peuvent désormais interagir avec JavaScript pour cacher des vulnérabilités en partageant un exploit entre deux fichiers distincts : un Flash et un JavaScript. L’activité malveillante est alors plus difficile à détecter et à analyser et prouve la sophistication des attaques et la professionnalisation des hackers.
  • L’industrie pharmaceutique et la chimie sont les secteurs les plus touchés par la cybercriminalité. Les médias, l’industrie, le transport et la logistique et l’aviation complètent le top 5 des secteurs les plus touchés. L’an dernier, seuls l’industrie pharmaceutique et la chimie et l’aviation figuraient parmi les secteurs les plus concernés par les attaques.
  • Le volume de spam a augmenté de 250 % en 2014. Plus ciblé et plus dangereux, envoyé à plus faible volume à partir d’un grand nombre d’adresses IP pour échapper aux outils de détection, un nouveau type de spam est en train d’émerger (Snowshoe). Les spammeurs adaptent les messages à leur cible (phishing), de façon à contourner les filtres anti-spam pour mieux tromper leurs victimes.
  • Le malvertising (publicités malicieuses) est une nouvelle technique utilisée par les cybercriminels en 2014 qui permet de diffuser des malwares au travers des navigateurs, tout en ne nécessitant pas de moyens importants mais permettant aux cybercriminels de gagner beaucoup d’argent.
  • Adobe et Internet Explorer sont les éditeurs les plus vulnérables avec respectivement 19 % et 31 % des attaques observées.
Grâce à l’évolution des technologies de sécurité, les attaques directes et massives sont de plus en plus difficiles à mettre en œuvre. Les cybercriminels font désormais preuve de plus de créativité pour tromper l’utilisateur afin que celui-ci installe lui-même le logiciel malveillant. Ils profitent également de la faiblesse des entreprises en matière de mise à jour des vulnérabilités connues sur leurs systèmes :
  • Alors que la faille Heartbleed a été découverte il y a plus de 6 mois, et qu’elle a permis de révéler une faille dans OpenSSL, 56 % des versions OpenSSL ont plus de 4 ans et sont toujours vulnérables car elles n’ont pas été mises à jour depuis la sortie du patch.
  • Internet Explorer est le navigateur le moins mis à jour avec seulement 10 % des versions installées mises à jour avec la dernière version connue, la version la plus courante datant de 31 mois par rapport à la version la plus récente. Au contraire, 64 % des versions de Chrome sont à jour.
« La sécurité du système d’information est une affaire d’équipe : elle ne pourra être optimale que si le RSSI et l’équipe informatique, les dirigeants de l’entreprise, les directeurs métier, etc. travaillent ensemble pour mieux comprendre la menace et faire face aux cyberattaques. Les cybercriminels travaillent de mieux en mieux pour dissimuler leurs traces. L’ensemble des parties prenantes doit donc répondre à des questions majeures : est-ce que l’entreprise dispose des outils qui lui permettront non seulement d’identifier les attaques avérées, mais également de déterminer où se situent les vrais vulnérabilités de son informatique ? Comment l’entreprise peut être certaine que ses utilisateurs sont en sécurité, et cela même lorsqu’ils travaillent en dehors du périmètre du réseau de l’entreprise ? » explique Christophe Jolly, Directeur Sécurité Cisco France.
« Face à l’évolution de la menace, les entreprises doivent mettre en œuvre un ensemble de mesures de sécurité pour leur permettre de répondre aux défis liés à la cybercriminalité et au cyberespionnage industriel et pour mieux comprendre la cybersécurité du monde d’aujourd’hui ».
By
@coesteve1
backtotop