Quelles seront les grandes tendances pour les réseaux de bâtiments et les campus universitaires ? CommScope présente ses prédictions pour 2021

L’année 2020 a été une année de séismes qui ont bouleversé nos modes de travail et de vie. L’impact de la pandémie de Covid-19 se ressent dans chaque aspect de notre vie et elle a suscité de nouveaux changements pour les lieux de rassemblement et les campus universitaires, qui peinent à conserver leur pertinence dans une période de confinement. Pour de nombreux bâtiments, des technologies jusque-là simplement agréables sont devenues indispensables à l’ère de la Covid-19, qui a accéléré des progrès technologiques auparavant relégués au second plan. Quelles seront les grandes tendances pour les réseaux des bâtiments et les campus universitaires ? CommScope présente ses prédictions pour l’année 2021.

  1. Évolution de la gestion des réseaux : augmentation de la liaisons VPN

La crise sanitaire a modifié les priorités des entreprises et, avec elles, le rôle des réseaux dans les bâtiments et sur les campus universitaires. En 2021, les entreprises continueront à adopter les connexions à distance, certaines d’entre elles ont mis en place le télétravail pour leurs employés de façon permanente tandis que d’autres ont adapté leurs locaux pour instaurer la distanciation physique, réduisant ainsi le nombre de personnes au bureau. Le réseau qui relie ces télétravailleurs à leur entreprise a pris une importance inédite. En mettant l’accent sur la santé et la sécurité du personnel et de la clientèle, les propriétaires de bâtiments vont continuer de déployer des liaisons VPN sécurisées et gérer leurs réseaux différemment.

  1. Convergence des équipes opérationnelles et informatiques

Les équipes opérationnelles ont besoin d’un accès réseau autant que les utilisateurs métiers et cet accès doit englober non seulement le Wi-Fi mais aussi des protocoles IoT tels que Zigbee et LTE-M. PoE (Power over Ethernet) va acquérir une importance bien plus grande pour l’alimentation électrique via des équipements IoT distants. De plus, les équipes opérationnelles doivent savoir, pour la première fois, la quantité de bande passante disponible sur le réseau, et qui l’utilise. Pour leur part, les équipes informatiques doivent prendre en charge un plus large éventail d’équipements et de scénarios utilisateurs, c’est pourquoi elles adoptent de nouvelles technologies de connexion telle que le LTE privé. Nous voyons dans ces évolutions les signes avant-coureurs d’une convergence des équipes opérationnelles et informatiques en vue d’unifier la gestion du réseau.

  1. 2021 ou l’ère du Cloud ?

En s’efforçant de contrôler et de gérer des populations d’utilisateurs et applications hétérogènes en 2021, les équipes informatiques et opérationnelles vont se tourner vers le Cloud. De fait, le groupe IDC prévoit que, d’ici l’an prochain, les dépenses des entreprises européennes dans le Cloud vont progresser constamment pour dépasser 100 milliards de dollars. Offrant une ressource centralisée, à accès universel, pour le stockage des informations, le Cloud facilite grandement le rassemblement et la gestion des télétravailleurs comme du personnel sur site. Les responsables du réseau peuvent se trouver n’importe où et néanmoins conserver une visibilité sur ses utilisateurs et ses applications, ainsi que sur ses problèmes potentiels. Le Cloud apporte également davantage de flexibilité quant à l’entité chargée de gérer le réseau dans son ensemble, qu’il s’agisse de l’équipe informatique ou d’un hébergeur neutre.

  1. Des réseaux de plus en plus complexes

En 2021, la complexité des réseaux va encore augmenter avec le nombre de technologies. Les bâtiments doivent désormais y incorporer des réseaux sans fil mobiles intérieurs, Wi-Fi, à accès sans fil fixe (FWA) et le LTE privé. Leurs équipes doivent quant à elles déployer ces réseaux à des emplacements plus nombreux à mesure que se répandent des applications de gestion thermique, de contrôle d’accès et de comptage de foule. Dans un grand nombre d’entreprises et d’établissements scolaires, les capacités de diffusion vidéo seront importantes, obligeant les réseaux à offrir des capacités montantes sans précédent. Les réseaux classiques n’ont généralement pas été conçus pour la transmission vidéo montante, c’est pourquoi leur augmentation de capacité fait partie des changements amorcés cette année et qui se poursuivront l’an prochain.  En outre, les bâtiments accueillent désormais des applications verticales telles que des centres de diffusion ou des postes de contrôle sanitaire. Cela a eu pour effet de stimuler la créativité dans les réseaux, par exemple l’implantation de points d’accès Wi-Fi sur les toits pour permettre aux employés ou étudiants se trouvant à proximité de s’y connecter. Cette créativité est observée aussi bien dans la conception que dans l’utilisation du réseau.

Avec moins de personnel dans les bureaux et plus de télétravailleurs, les réseaux de bâtiments et de campus universitaires vont revêtir encore plus d’importance en 2021, amenant une convergence des équipes informatiques et opérationnelles, ainsi qu’une montée du Cloud. Bien que la complexité des réseaux soit appelée à rester d’actualité en raison de la multiplication des nouvelles technologies et applications, nous y voyons l’opportunité pour les réseaux de gagner en puissance et en flexibilité, aidant ainsi les équipes informatiques et opérationnelles à se préparer aux étapes suivantes.

Morgane Palomo
Diplômée d'un master un brand management marketing, sa curiosité et sa soif de savoir ne sont étanchées. De nature créative, elle a su diversifier ses expériences. De la création graphique, à l'événementiel en passant par la communication interne et le marketing digital, elle s’est construit un savoir pluriel et avant tout polyvalent.

More from author

Restez connectez !

Nous diffusons une Newsletter mensuelle incluant des dossiers thématiques, interviewes et investigations réalisées par nos journalistes indépendants.
Vous souhaitez recevoir notre lettre d’informations?