En 2021, les RH seront axées sur un modèle hybride et le bien-être des employés – Par Carolyn Moore, Senior Vice-President People chez Auth0

Avec la crise sanitaire, le domaine des ressources humaines est en pleine évolution. En effet, d’après un sondage Odoxa pour Adviso Partners, Challenges et France Info, à l’automne 2020, un français sur sept était en télétravail. De nombreux dispositifs et outils innovants permettent aujourd’hui aux entreprises de maintenir un contact régulier avec les salariés à distance, tout en s’assurant de leur bien-être au sein de leur équipe et dans leurs missions quotidiennes. La crise sanitaire fait évoluer considérablement les procédures des ressources humaines, notamment les embauches et l’intégration de nouveaux collaborateurs en distanciel.

Pour Carolyn Moore, Senior Vice-President People chez Auth0, ces nouvelles pratiques représentent une évolution indispensable dans le monde professionnel, et ce quel que soit le secteur d’activité.

« Les entreprises doivent s’attendre, en 2021, à une adoption plus large d’un modèle hybride du lieu de travail. Pour les salariés, le monde professionnel est aujourd’hui binaire avec le camp « télétravail » et le camp « bureau », cependant la situation n’est pas si simple. S’il est évident que certains salariés souhaitent revenir au bureau pour retrouver des interactions sociales, un grand nombre d’entre eux préfère travailler de leur domicile afin d’éviter, par exemple, les temps de transport.

Adoption plus large d’un modèle professionnel hybride

Pour ne pas travailler à cent pour cent en distanciel, tout en limitant la propagation du Covid-19, l’expansion d’un modèle hybride est à prévoir pour l’année à venir dans les entreprises. Une telle organisation permet ainsi aux salariés de se rendre au bureau à leur convenance, à raison d’un ou deux jours dans la semaine. La Ministre du Travail Elisabeth Borne envisage d’ailleurs un assouplissement des règles en France, avec un retour au bureau un jour par semaine, à compter du 1er janvier. Cette approche conduit inévitablement à la réduction des bureaux physiques, et à terme à la création d’espaces flexibles et partagés entre les membres des équipes, voire entre différentes entreprises. En outre, un accord entre les syndicats et le patronat a été trouvé afin de normer ces pratiques. Il ressort que ce format fonctionne particulièrement bien pour les salariés amenés à rencontrer des prestataires externes et des clients, et souhaitant pratiquer davantage de télétravail.

Davantage d’empathie au travail

La santé mentale et le bien-être des employés seront une priorité absolue en 2021. L’année 2020 s’est révélée particulièrement difficile pour les entreprises mais aussi pour les individus, entre l’inquiétude face à la situation économique, aux périodes de confinement ou encore au chômage total ou partiel imposé à certaines professions. Les responsables d’équipes s’attacheront donc à valoriser et promouvoir des lieux de travail sains, où chaque membre de l’organisation pourra mettre en place des mesures pour préserver un bon équilibre entre sa vie professionnelle et sa vie privée. S’il y a une chose à retenir de la crise sanitaire et de la pandémie, c’est l’importance de sa santé ainsi que celle de ses proches.

Par conséquent, les qualités humaines et l’empathie amplifiées lors de la crise sanitaire se prolongeront bien au-delà de l’année à venir. De nombreuses entreprises ont considéré comme brutale et temporaire la transition vers le télétravail. Toutefois, il est aujourd’hui certain que cette nouvelle norme changera profondément les habitudes de travail, ainsi que la place laissée à la santé mentale et au bien-être des employés.

Davantage de diversité professionnelle

Avec l’augmentation du télétravail, les employeurs auront en 2021 la possibilité de recruter des candidats  géographiquement éloignés. Cela permettra aux entreprises d’identifier des talents indépendamment de leur localisation, ce qui n’aurait pas été possible auparavant.

L’élargissement du nombre de candidats sera certes bénéfique pour trouver des talents de premier plan, mais il permettra également de disposer d’un éventail de postulants beaucoup plus diversifié. Dans cet objectif, les responsables de recrutement devront être mieux formé(e)s et sensibilisé(e)s à toutes les formes de biais cognitifs, et à la nécessité de rompre avec les anciennes pratiques. La crise sanitaire a en effet propulsé les responsables du personnel au centre de cette transition. »

Morgane Palomo
Diplômée d'un master un brand management marketing, sa curiosité et sa soif de savoir ne sont étanchées. De nature créative, elle a su diversifier ses expériences. De la création graphique, à l'événementiel en passant par la communication interne et le marketing digital, elle s’est construit un savoir pluriel et avant tout polyvalent.

More from author

Restez connectez !

Nous diffusons une Newsletter mensuelle incluant des dossiers thématiques, interviewes et investigations réalisées par nos journalistes indépendants.
Vous souhaitez recevoir notre lettre d’informations?