Les administrations perdent plus de 6 millions d’Euros chaque année à cause des attaques DNS – Rapport IDC sponsorisé par EfficientIP

Le rapport IDC sponsorisé par EfficientIP révèle que le secteur public est la cible privilégiée des attaques via DNS. Au cours de ces 12 derniers mois :

  • Plus de la moitié (51%) des organisations gouvernementales ont déploré des perturbations au niveau de leurs applications à la suite d’attaques DNS, rendant inaccessibles certains de leurs services,
  • En moyenne, les organisations gouvernementales ont besoin de 7 heures pour endiguer une attaque DNS, durée au cours de laquelle les données personnelles et financières sont exposées.
  • Malgré les risques, un tiers (32%) des répondants ne reconnaissent pas la nature critique du DNS pour leur exploitation, et sous-estiment l’importance de la sécurité DNS.
  • Les organisations gouvernementales ont également le taux d’adoption le plus bas en ce qui concerne l’approche « zero trust » de la cyber sécurité.

EfficientIP, société spécialisée dans la sécurité de DNS (Domain Name System) afin de garantir la continuité des services, la protection des utilisateurs et la confidentialité des données, révèle dans ce Rapport IDC InfoBrief 2019 que les organisations gouvernementales ont subi le plus grand nombre d’attaques DNS dans l’année.Les administrations sont en effet victimes de 12 attaques DNS en moyenne chaque année, chacune de ces attaques coûtant une moyenne de 505 000 Euros, pour un total de plus de 6 millions d’Euros par an.

Ces 12 derniers mois, plus de la moitié (51%) des organisations gouvernementales ont déploré des perturbations au niveau de leurs applications à la suite d’attaques DNS, rendant inaccessibles certains de leurs services, tandis que 43% d’entre elles ont subi des interruptions de services cloud. De plus, 41% des sites web des administrations ont été compromis, entraînant l’exposition des données hébergées. Près d’une organisation gouvernementale sur cinq (19%) a par ailleurs déclaré le vol d’informations sensibles ou de propriété intellectuelle via DNS, de loin le chiffre le plus élevé de tous les secteurs d’activité.

En moyenne, les organisations gouvernementales ont besoin de sept heures pour endiguer une attaque DNS, durée au cours de laquelle les données personnelles et financières sont exposées. 51% des responsables interrogés ont reconnu avoir arrêté un serveur afin d’endiguer une attaque en cours, indiquant que les contremesures en place ne sont pas adaptées à assurer la continuité des services.

Malgré les risques, un tiers (32%) des répondants ne reconnaissent pas la nature critique du DNS pour leur exploitation, et sous-estiment l’importance de la sécurité DNS. De plus, un tiers d’entre eux (32%) n’effectuent pas d’analyse du trafic DNS, malgré le fait avéré qu’une interruption du service DNS prive les utilisateurs de l’accès à des applications ou des services administratifs essentiels.

David Williamson, PDG d’EfficientIP, commente ainsi les résultats du rapport :

« Avec un nombre croissant de services administratifs en ligne, les pirates ont toujours davantage de points d’attaque à exploiter. Quand on sait que 91% des malware utilisent le DNS, l’analyse des transactions DNS devient vitale pour révéler les dangereuses menaces dissimulées dans le trafic réseau. La détection de l’exfiltration des données via le DNS, notamment, nécessite une visibilité et une analyse en continu des transactions, du client vers le domaine de destination. Malgré cela, notre dernière enquête montre que les administrations sont significativement plus exposées aux attaques DNS que les autres secteurs. Cela est inacceptable pour les citoyens qui leur confient des informations personnelles ; par conséquent, les administrations doivent prendre conscience des risques afin de se protéger elles-mêmes et de protéger le public. »

Les administrations sont à égalité avec le secteur de la santé en ce qui concerne le peu d’importance attaché au Machine Learning pour la détection de domaines malveillants ou d’algorithmes de génération de domaine (DGA, pour Domain Generation Algorithms). Parmi tous les secteurs ayant fait l’objet d’une enquête, les organisations gouvernementales ont également le taux d’adoption le plus bas en ce qui concerne l’approche dite « zero trust » de la cyber sécurité.

Morgane Palomo
Diplômée d'un master un brand management marketing, sa curiosité et sa soif de savoir ne sont étanchées. De nature créative, elle a su diversifier ses expériences. De la création graphique, à l'événementiel en passant par la communication interne et le marketing digital, elle s’est construit un savoir pluriel et avant tout polyvalent.

More from author

Restez connectez !

Nous diffusons une Newsletter mensuelle incluant des dossiers thématiques, interviewes et investigations réalisées par nos journalistes indépendants.
Vous souhaitez recevoir notre lettre d’informations?