Les français méfiants vis a vis de la collectes de données et les applications susceptibles d'être ciblées par les pirates informatiques

Applications et sécurité : Inquiétudes croissantes autour de la collecte de données et des applications ciblées par les pirates informatiques

Une étude de F5 Networks montre que :

  • Les données bancaires arrivent en tête des préoccupations des français
  • Les inquiétudes quant aux risques de sécurité des objets connectés freinent leur adoption par les utilisateurs.

L’étude commandée par F5 Networks auprès d’Opinium montre qu’encore un français sur dix ne prête pas attention à la sécurité des applications téléchargées – et que dans certains secteurs, les utilisateurs n’ont aucune obligation de changer leurs identifiants.

« Seuls 10 % des français déclarent ne pas prêter attention à la sécurité des applications qu’ils téléchargent, ce qui montre que la majorité est consciente qu’une application peut représenter un risque pour leurs données personnelles », explique Laurent Pétroque, expert fraude en ligne chez F5 Networks. « Cela ne signifie pas qu’ils ne téléchargent pas une application peu ou pas sécurisée. Or selon 51% des personnes interrogées, l’entreprise n’identifie pas systématiquement les nouvelles applications téléchargées par les utilisateurs. Chaque application pouvant être intrusive en matière de collecte de données personnelles ou servir de passerelle à des pirates désireux d’accéder à des données sensibles, des efforts restent à mener en matière de sensibilisation et de contrôle de sécurité des applications. »

Les français sont 34 % à ne pas vérifier la sécurité lorsqu’ils téléchargent une application de jeux (UK : 15% – Allemagne : 29%) et 32 % pour les applications liées aux médias (UK : 19% – Allemagne : 27%). Ainsi, l’étude met en avant des inquiétudes croissantes autour de la collecte des données personnelles et concernant les applications les plus susceptibles d’être ciblées par des pirates informatiques. Les applications financières et les réseaux sociaux sont, selon les français, les applications les plus intéressantes pour les cybercriminels. Parmi les principaux résultats :

  • 83 % des français s’inquiètent du piratage de leurs données bancaires (UK : 83% – Allemagne : 82%).
  • 65 % se méfient de la collecte de leurs données par Facebook (UK : 48% – Allemagne : 55%) et 74 % pensent que le réseau social est utilisé par les cybercriminels pour mieux les cibler (UK : 58% – Allemagne : 65%).
  • 24 % s’inquiètent du fait que Twitter puisse figurer parmi les applications ciblées par les cybercriminels.

Autre point intéressant soulevé par l’étude, les problématiques de sécurité freinent l’adoption de l’internet des objets (IoT). Ainsi, 53 % des français n’achèteraient pas une solution de verrouillage de porte intelligente (contrôlée grâce a un smartphone ou un porte-clés électronique par exemple) ou une voiture connectée (39%) à cause des problèmes lié au piratage.

Concernant l’utilisation des applications au bureau, l’étude montre que les entreprises ont encore des efforts à faire en matière de sensibilisation et de contrôle de la sécurité des applications. Selon les utilisateurs, 49 % des entreprises identifient les nouvelles applications téléchargées. Toutefois 29 % de ces derniers indiquent que leur département informatique ne contrôle jamais les nouvelles applications téléchargées.

« Seuls 62 % des utilisateurs ont l’obligation de changer leurs identifiants régulièrement », constate Laurent Pétroque. « Pourtant les mots de passe sont un élément important d’une stratégie de sécurité et doivent être supervisés de manière stricte. De nombreuses entreprises, y compris F5, communiquent sur les bonnes pratiques en la matière et notamment l’importance de la mise à jour régulière des mots de passe, leur usage unique et leur degré de complexité indispensable. »

L’étude révèle des disparités sectorielles quant à la mise à jour des mots de passe :

Les cybercriminels se montrent de plus en plus déterminés à voler des informations personnelles. Les chiffres de cette étude viennent compléter ceux du récent rapport State of Application Delivery Report de F5 qui révélait que 72 % des attaques ciblent désormais les identités des utilisateurs et les applications plutôt que les serveurs et réseaux. La sensibilisation des utilisateurs, comme des entreprises, aux risques de sécurité et aux meilleures pratiques pour garantir la sécurité des données et des applications est donc devenu essentiel.

Corinne
Depuis plus de 25 ans dans le métier de la communication et du marketing, Corinne a démarré sa carrière à la télévision avant de rejoindre une agence événementielle. Curieuse dans l’âme, elle poursuit sa carrière dans l’IT et intègre une société de conseil en éditique puis entre chez un éditeur de logiciels leader sur son marché, SEFAS. Elle est ensuite nommée Directrice Communication chez MGI Digital Graphic, constructeur de matériel d’impression numérique et de finition international coté en bourse. Revenue en 2008 chez SEFAS au poste de Directrice Marketing et Communication groupe, elle gère une équipe répartie sur 3 géographies (France, Etats-Unis et Angleterre), crée le groupe utilisateurs de l’entreprise et lance un projet de certification ISO 9001, ISO 14001 et ISO 26000 couronné de succès. Pendant 7 ans membre du conseil d’administration de l’association professionnelle Xplor France et 2 ans sa Présidente, Corinne a créé dès 2010 TiKibuzz, son agence de marketing et de communication. Elle devient Directrice de la Communication en charge des Relations Presse, du Lobbying et du marketing digital chez DOCAPOST, groupe La Poste, durant 3 ans avant de rejoindre la start-up FINTECH Limonetik, en 2013. C'est cette même année qu'elle crée votre média professionnel, DOCaufutur, l'avenir du document.

More from author

Restez connectez !

Nous diffusons une Newsletter mensuelle incluant des dossiers thématiques, interviewes et investigations réalisées par nos journalistes indépendants.
Vous souhaitez recevoir notre lettre d’informations?