Xerox et la Naval Postgraduate School collaborent pour faire progresser les solutions grâce à la recherche sur l’impression 3D

 

Xerox et la Naval Postgraduate School (NPS) viennent d’annoncer une collaboration stratégique visant à faire progresser la recherche sur la fabrication additive, en particulier l’impression 3D, qui a le potentiel de transformer radicalement la manière dont l’armée fournit ses forces déployées au front.

Dans le cadre d’un accord de recherche et développement en collaboration (CRADA), la NPS a été la première organisation à recevoir une imprimante à métal liquide Xerox® ElemX sur leur campus universitaire en décembre dernier. La solution Xerox permettra aux professeurs et aux étudiants de la NPS d’explorer concrètement de nouvelles façons dont la technologie peut fournir une impression 3D de pièces et d’équipements en métal, à la demande.

« La chaîne d’approvisionnement militaire est l’une des plus complexes au monde, et la NPS comprend parfaitement les défis que les fabricants doivent relever », a déclaré Naresh Shanker, Chief Technology Officer chez Xerox. « Cette collaboration aidera la NPS à promouvoir l’adoption de l’impression 3D dans toute la marine américaine, et fournira en retour à Xerox des informations précieuses pour offrir la flexibilité et la résilience de la chaîne d’approvisionnement à ses futurs clients ».

Grâce à cet accès aux derniers équipements de fabrication additive, les professeurs et les étudiants de la NPS utiliseront l’imprimante ElemX pour mener des recherches de thèse afin de développer de nouvelles capacités pour la Marine et le Corps des Marines.

« En tant qu’université de recherche appliquée de la marine, la NPS combine l’expérience opérationnelle des étudiants avec l’enseignement et la recherche pour fournir de nouvelles capacités et former des leaders innovants ayant le savoir-faire pour les utiliser », a déclaré la présidente de la NPS, la vice-amiral à la retraite Ann Rondeau. « Cette recherche en collaboration avec Xerox et l’utilisation de leurs innovations en impression 3D est un parfait exemple de la façon dont la NPS prépare de façon unique ses étudiants militaires à envisager de nouvelles approches pour concevoir, prototyper et fabriquer des objets où qu’ils se trouvent ».

« Depuis l’époque des voiliers jusqu’à la propulsion nucléaire, les marins ont fait des réparations en mer afin de pouvoir accomplir leur mission », a-t-elle poursuivi. « Ce partenariat porte sur la capacité stratégique de la marine à avoir du personnel embarqué capable, grâce à la créativité et à la technologie, de faire progresser leurs opérations en mer. Grâce à cette collaboration, la NPS et Xerox s’attachent à construire une Marine pour le 21ème siècle ».

L’imprimante Xerox ElemX utilise du fil d’aluminium peu coûteux pour fabriquer des pièces d’utilisation qui résisteront aux rigueurs des exigences opérationnelles. Cette capacité à produire des pièces de rechange fiables et à la demande réduit la dépendance des forces déployées à l’égard des chaînes d’approvisionnement complexes. Cela permet également de faire face aux coûts cachés de la fabrication traditionnelle.

« L’association et la fondation des anciens de la NPS ont soutenu l’introduction de l’imprimante à métal liquide ElemX à l’université pour permettre aux soldats, marins, aviateurs et marines de résoudre leurs problèmes où qu’ils se trouvent, quand les problèmes surviennent », a noté le colonel Todd Lyons, retraité du corps des U.S. Marines, vice-président de l’association et de la fondation des anciens de la NPS. « En fournissant les bons outils numériques et l’imprimante à métal liquide, nous avons transformé d’un coup, non seulement la chaîne d’approvisionnement, mais aussi la façon dont le ministère de la défense (DoD) pense ses opérations ».

« C’est une façon de réduire les coûts pour que le DoD ne dépense pas mille dollars pour chaque dollar dépensé par un concurrent », a-t-il ajouté.

« Les chaînes d’approvisionnement mondiales laissent des industries comme l’aérospatiale, l’automobile, l’équipement lourd ou le pétrole et le gaz vulnérables aux risques externes », a déclaré Tali Rosman, Vice President et General Manager 3D Printing chez Xerox. « Notre objectif est d’intégrer l’impression 3D localisée dans leurs opérations, et le retour d’information en temps réel de la NPS nous donnera des données précieuses pour améliorer continuellement l’ElemX ».

L’accord de recherche et développement en collaboration (CRADA) n’implique pas l’approbation de Xerox ou de ses produits par la Naval Postgraduate School, le Département de la Marine ou le Département de la Défense. 

La NPS sera la première installation de l’imprimante 3D Xerox ElemX 

Morgane Palomo
Diplômée d'un master un brand management marketing, sa curiosité et sa soif de savoir ne sont étanchées. De nature créative, elle a su diversifier ses expériences. De la création graphique, à l'événementiel en passant par la communication interne et le marketing digital, elle s’est construit un savoir pluriel et avant tout polyvalent.

More from author

Restez connectez !

Nous diffusons une Newsletter mensuelle incluant des dossiers thématiques, interviewes et investigations réalisées par nos journalistes indépendants.
Vous souhaitez recevoir notre lettre d’informations?