Industrie 4.0 – De la résilience des entreprises industrielles face aux crises systémiques

Les entreprises industrielles françaises doivent pouvoir réagir plus vite en temps de crise et les temps actuels assombris par la pandémie montrent toute l’acuité de cette réalité. L’industrie de demain passe bien entendu par l’industrie 4.0 et l’enjeu est de se doter des outils technologiques mais aussi des compétences humaines pour résister en cas de choc.

Les outils digitaux comme le Cloud et les ERP permettent de mieux maîtriser l’ensemble de la chaîne de production, gérer plus finement les stocks, respecter les normes industrielles et les règlementations de manière souple et efficace, a fortiori en cas de crise. Pour les grandes entreprises officiant dans plusieurs pays, les outils peuvent permettre une vue d’ensemble et de bien intégrer les normes de production locales propres à chaque pays.

Les outils doivent aider les humains à prendre des décisions rapides et temporaires pour renforcer l’agilité des organisations en cas de coup dur.

À ce titre, si 60 % des entreprises mondiales se sont déjà dotées d’outils Cloud offrant une plateforme de gestion ou application hébergée, les entreprises françaises sont en retard, avec un taux d’adoption de 50 % seulement.

En matière d’ERP, 61 % des entreprises françaises qui ont atteint un bon degré de maturité Cloud affirment utiliser déjà des solutions ERP basées dans le Cloud.

De la réponse des entreprises industrielles face aux défis environnementaux : les ressources de l’économie circulaire.

L’industrie 4.0 n’est pas qu’un pur concept. Son essor s’inscrit dans un contexte historique, marqué par les préoccupations environnementales. Impossible alors de faire l’économie d’une réflexion sur des réponses concrètes à ce sujet, qui peuvent être trouvées avec l’économie circulaire.

Elle vise à minimiser l’impact écologique des activités de production en limitant le gaspillage, optimisant les ressources au maximum, en s’appuyant au maximum sur le recyclage des ressources et sur la lutte contre l’obsolescence programmée.

Il s’agit ainsi d’augmenter la durée de vie des machines, des produits, de réduire le volume des déchets et de mieux maîtriser les consommations, notamment via une bonne maîtrise de la supply chain. Les outils de pilotage peuvent aider à bien visualiser l’utilisation des ressources.

À ce titre, une étude Sage-IDG révèle des chiffres encourageants : 62 % des entreprises manufacturières françaises déclarent se sentir concernées par les enjeux écologiques. Si 97 % des entreprises déclarent avoir déjà adopté une stratégie d’économie circulaire, 87 % déclarent être actuellement en pleine transformation à ce sujet.

L’idée est d’aller toujours plus loin dans cette démarche, de gérer les sous-traitants et la production externalisée avec autant d’exigence que ses propres unités de production. Il faut trouver un équilibre satisfaisant pour avoir à commander le moins possible de stock, développer le juste-à-temps et ne commander que les quantités nécessaires.

Morgane Palomo
Diplômée d'un master un brand management marketing, sa curiosité et sa soif de savoir ne sont étanchées. De nature créative, elle a su diversifier ses expériences. De la création graphique, à l'événementiel en passant par la communication interne et le marketing digital, elle s’est construit un savoir pluriel et avant tout polyvalent.

More from author

Restez connectez !

Nous diffusons une Newsletter mensuelle incluant des dossiers thématiques, interviewes et investigations réalisées par nos journalistes indépendants.
Vous souhaitez recevoir notre lettre d’informations?