in

De l’intérêt pour les marques de s’équiper d’une Content Factory ? Par Laurent Bouteiller, Regional Sales Manager de Sitecore

 

La plupart des marques aujourd’hui disposent d’une Digital Factory interne soit un centre de compétences métiers et techniques au sein de l’entreprise pour accélérer le développement des projets d’expérience client et du développement digital. La Digital Factory a pour objectif de délivrer les meilleures pratiques dans les domaines Analytiques, Data, Web, Mobile et Omnicanal tout en rationalisant l’investissement dans les solutions technologiques.

Dans ce processus de création et d’opération de solutions digitales, les marques et les organisations doivent également faire face aujourd’hui à la demande grandissante et constante des consommateurs en termes de qualité de contenu.

Le contenu oui, mais quel contenu et pour qui ?

La production de contenu est encore souvent gérée dans un tableur excel. Les contenus sont ensuite partagés par échange de fichiers sur un serveur partagé et/ou emails et/ou via des outils de transfert de fichier peu sécurisés. Cette façon de faire est malheureusement chronophage et source d’erreur pour les équipes internes qui passent beaucoup trop de temps sur la production du contenu, ou la recherche d’un contenu existant.

Les processus de validation des contenus par les équipes de communication, juridiques, retail, jusqu’au responsable des canaux (web, social, mobile etc…) sont encore peu structurés et entraînent trop souvent des retards dans le lancement des campagnes marketing, des sites web et des produits.

Reprendre son contrôle, avec l’aval de la direction et de chaque service concerné

Les marques doivent absolument reprendre le contrôle de leur contenu et de leur exploitation en interne comme en interne. Ceci suppose une réorganisation avec la mise en place d’un processus qui prend en compte à la fois les enjeux stratégiques de l’entreprise, avec des logiciels adaptés aux usages spécifiques de leur production, et les phases de validation et d’édition pour pouvoir vérifier facilement et rapidement l’efficience de ces contenus.

Ce type de projet s’appelle… une Content Factory. La mise en œuvre d’une Content Factory se fait sous l’impulsion indispensable de la direction afin que l’ensemble des départements et services soient partie prenante. Ce n’est qu’ainsi que l’entreprise pourra obtenir plus d’efficacité et planifier la création de contenu, tout en bénéficiant d’économies de coûts, de temps de création et de production quel que soit le contenu (fiche produit, multimédia…).  La Content Factory permettra de mieux maîtriser le « partage » du contenu du central vers le local et sécuriser sa diffusion (respect des droits, respect de l’embargo…).

Les 4 piliers d’une Content Factory

La mise en œuvre d’une Content Factory repose sur 4 piliers stratégiques :

  1.  DAM – Digital Asset Management – Le DAM est déjà bien connu dans l’entreprise, il doit rester garant des contenus multimédias de l’entreprise. Son rôle est primordial pour garder le contrôle des usages, économiser sur les coûts de production et accélérer la production de contenu marketing
  2. PCM / PIM – Product Content Management / Product Information Management – Une description produit permettant de gérer les descriptions et les données du produit.
  3. CMP – Content Marketing Platform – Une plateforme qui permet de planifier l’ensemble des campagnes de contenu, d’impliquer les différentes équipes et agences autour d’un outil centralisé pour accélérer le temps de création et de partage du contenu.
  4. MRM – Marketing Ressource Management – La gestion des budgets, les workflows de validation, l’ensemble des actions d’entreprise peuvent reposer sur ce module

L’ensemble doit être centralisé, disposer de métadonnées pour enrichir les contenus et les communiquer en interne, aux marchés, aux distributeurs, aux marketplaces.

Les 5 unités de mesure du ROI pour une Content Factory

Comment rentabiliser la mise en œuvre d’une Content Factory et en combien de temps.

  1.  Le coût de l’erreur : S’il vous est déjà arrivé d’utiliser une image dont vous n’aviez plus les droits d’exploitation, vous savez déjà qu’il suffit d’une erreur pour rentabiliser ce dispositif. Si vous n’êtes pas dans ce cas, imaginez que vous utilisiez l’image de votre nouvelle publicité avec un mannequin connu mais que les droits ont expirés. Ses avocats vont vous demander des dédommagements qui peuvent se monter à des centaines de milliers d’euro.
  2. Coût de la surproduction de contenu : Si vous êtes facturé 3 fois pour la même image en 3 formats différents, multiplié par le nombre de produits ou déclinaisons, la facture monte également assez vite.  La rentabilité est donc pratiquement immédiate.
  3. Le temps c’est de l’argent : Consacrer moins de temps à la création des contenus est le rêve de chacun, passer moins de temps à chercher un contenu permet déjà de rentabiliser les projets plus rapidement.
  4. Mesurer l’engagement sur le contenu : La mesure de l’engagement sur le contenu créé permet aux marques de mieux répondre aux attentes de leur client en produisant des contenus plus efficaces.
  5. Personnalisation de l’expérience client : La demande grandissante des équipes marketing pour personnaliser l’expérience client passe par la production plus rapide de contenu engageant et à forte valeur.

Ainsi, il est temps pour les marques de s’équiper d’un tel outil, et enfin identifier les divers contenus existants, optimiser les temps de production pour les créer, tout en s’assurant des droits d’édition et leur validation, planifier l’ensemble des campagnes… pour des contenus personnalisés et … engageants. Alors, quand vous équiperez-vous d’une Content Factory ?

Written by Morgane Palomo

Diplômée d'un master un brand management marketing, sa curiosité et sa soif de savoir ne sont étanchées. De nature créative, elle a su diversifier ses expériences. De la création graphique, à l'événementiel en passant par la communication interne et le marketing digital, elle s’est construit un savoir pluriel et avant tout polyvalent.