Une singulière collecte de données succède aux vacances d’été

L’impact des grandes vacances sur le réseau de l’entreprise

Alors que les vacances d’été touchent à leur fin, les services informatiques font face à une nouvelle année de défis face à la quantité astronomique de données créées durant les mois d’été. En effet, puisque nos smartphones ne nous quittent plus et que les appareils personnels sont de plus en plus utilisés dans le cadre professionnel, les snaps et les vidéos de vacances finissent rapidement dans les réseaux de l’entreprise.

Les vacances une fois terminées, nombreux sont ceux qui se déchargent de l’effort de classer et de regrouper leurs photos et vidéos dans un dossier ou qui suppriment les doublons. A mesure que les frontières se brouillent entre le lieu de travail et les appareils personnels, les photos personnelles des employés, vidéos et données continuent de prendre de la place sur les outils, le disque dur et le stockage dans le cloud de l’entreprise :

  • Plus de 50% des données de l’entreprise sont constituées de fichiers de développeurs, d’images et de de fichiers inconnus[1].
  • Les fichiers inconnus ont augmenté de 51% entre 2016 et 2017, ce qui indique que les entreprises créent de plus en plus d’applications personnalisées qui génèrent de nouveaux types de fichiers non reconnus[2].
  • Cela montre également que de plus en plus d’utilisateurs sauvegardent sur le réseau de l’entreprise des fichiers personnels qui ne sont pas facilement identifiables : une énorme charge de données pour l’informatique, en particulier lorsque les coûts de gestion du stockage et de la sauvegarde des données pèsent déjà lourdement sur des ressources limitées.
  • En outre, 39% des employés ont déclaré que leur entreprise n’est pas en mesure d’identifier et de localiser avec précision les données pertinentes[3].
  • 42% admettent n’avoir aucun système en place pour déterminer quelles données devraient être sauvegardées ou supprimées en fonction de leur valeur[4].
  • Alors que le volume de données ne cesse d’augmenter, les entreprises se battent pour garder le contrôle de leurs données.
  • Aujourd’hui, neuf employés sur dix admettent que leur entreprise n’a pas une bonne culture de gouvernance des données[5], on constate en revanche un changement positif dans de nombreuses entreprises, la direction reconnaissant l’importance d’une bonne hygiène des données.

« A une époque où les employés utilisent leurs smartphones et ordinateurs personnels dans un cadre professionnel, les entreprises sont rapidement associées au problème », déclare Jean-Pierre Boushira, Vice-President Southern Europe chez Veritas.

« Les données personnelles mêlées aux informations sensibles de l’entreprise, surchargent progressivement le stockage informatique de cette dernière. Or, plutôt que d’imposer des règles et lignes de conduite strictes, les entreprises devraient s’appuyer sur des outils de gestion de données intégrés. Les solutions actuelles d’archivage peuvent aider les entreprises à faire face à la gestion d’une grande quantité d’information, en s’assurant que les données sensibles sont classifiées, extraites et protégées quand les données de moindre importance sont effacées. »

Morgane Palomo
Diplômée d'un master un brand management marketing, sa curiosité et sa soif de savoir ne sont étanchées. De nature créative, elle a su diversifier ses expériences. De la création graphique, à l'événementiel en passant par la communication interne et le marketing digital, elle s’est construit un savoir pluriel et avant tout polyvalent.

More from author

Restez connectez !

Nous diffusons une Newsletter mensuelle incluant des dossiers thématiques, interviewes et investigations réalisées par nos journalistes indépendants.
Vous souhaitez recevoir notre lettre d’informations?