Les hommes ne craignent pas l’émergence des machines au travail – Pegasystems

D’après une nouvelle étude internationale réalisée par Pegasystems Inc., le leader en solutions stratégiques de l’engagement clients et de l’excellence opérationnelle qui accompagne les grandes entreprises dans leur transformation digitale, les hommes n’éprouveraient ni crainte ni ressentiment face à l’émergence des machines au sein de leurs équipes de travail. C’est du moins ce qui ressort d’un sondage effectué dans le monde entier auprès de 845 cadres supérieurs des secteurs-clés de la finance, de l’assurance, du manufacturing, des télécommunications et des médias, du service public et de la vente, à qui il a été demandé comment ils envisageaient le rôle de plus en plus important des machines intelligentes dans le monde du travail de demain.

Ainsi, contrairement à l’idée répandue selon laquelle les hommes auraient peur de se faire remplacer par des robots, 88 % des sondés se disent en accord avec l’intégration de machines intelligentes dans leurs équipes de travail. Plus des deux tiers (69 %) affirment même qu’ils s’attendent à ce que la notion d’« effectifs » englobe à terme autant les machines que les hommes chargés de les encadrer. Si 70 % des personnes interrogées pensent que l’IA remplacera principalement l’homme dans les fonctions administratives d’ici 20 ans, 69 % affirment que l’automatisation libérera les employés jusqu’à présent assignés à des tâches manuelles sans pour autant menacer leur emploi, puisqu’ils seront réorientés vers d’autres postes.

En effet, cette collaboration homme-machine pourrait également présenter d’autres avantages. Pour de nombreux sondés, la présence de ces « collègues » automatisés offrira davantage de flexibilité, autant dans la façon de travailler que dans la nature même des tâches effectuées, en permettant aux employés de se concentrer sur des activités à plus forte valeur ajoutée, plus stimulantes, plus variées et donc plus gratifiantes. Ceci pourrait s’avérer particulièrement vrai des postes impliquant des interactions clients où, d’après les personnes interrogées, les machines intelligentes pourraient soulager les employés des aspects les plus frustrants et monotones de leur travail quotidien, pour leur offrir davantage de responsabilités. Pour 64 % des sondés, l’IA aidera les collaborateurs à trouver des solutions à des problèmes qui seraient normalement remontés à la hiérarchie.

Comme le démontre l’étude, la présence humaine restera primordiale dans toutes les activités nécessitant le recours à l’intelligence émotionnelle, au jugement et à la compréhension culturelle. Ainsi, seuls 41 % des sondés s’attendent à ce que l’IA remplace l’homme dans les postes impliquant des interactions clients, même si 77 % pensent que d’ici cinq ans, les équipes de service client s’en serviront communément pour décider des next-best-actions à adopter.

Pour autant, l’homme n’est pas prêt à se laisser entièrement dicter sa conduite par une machine. En effet, quatre sondés sur cinq (79 %) affirment qu’ils n’aimeraient pas être dirigés par une machine intelligente, même si 78 % indiquent qu’ils pourraient plus facilement l’accepter si son mode de prise de décision était totalement transparent et contrôlable.

Si vous souhaitez en savoir plus sur les façons dont les machines intelligentes peuvent bénéficier à votre entreprise, rendez-vous sur : https://www.pega.com/fr/marketforce-future-of-work (en anglais)

Pour John Everhard, Directeur de Pegasystems : « Cette étude démontre que la peur de voir les machines intelligentes asservir l’homme ou, pire encore, le rendre inutile au travail, est infondée. Les entreprises comprennent de mieux en mieux la valeur que l’IA et l’automatisation robotique peuvent leur apporter. En collaborant avec les machines, en les utilisant pour suppléer les employés, sans les remplacer, les organisations peuvent gagner en intelligence et en efficacité tout en assurant à leurs employés des tâches plus gratifiantes et satisfaisantes. »

Morgane Palomo
Diplômée d'un master un brand management marketing, sa curiosité et sa soif de savoir ne sont étanchées. De nature créative, elle a su diversifier ses expériences. De la création graphique, à l'événementiel en passant par la communication interne et le marketing digital, elle s’est construit un savoir pluriel et avant tout polyvalent.

More from author

Restez connectez !

Nous diffusons une Newsletter mensuelle incluant des dossiers thématiques, interviewes et investigations réalisées par nos journalistes indépendants.
Vous souhaitez recevoir notre lettre d’informations?