Les musées accélèrent la mise en œuvre de stratégies digitales, en rendant davantage de contenus accessibles en ligne et sur site afin d’améliorer l’expérience des visiteurs

Une nouvelle étude Axiell révèle de nombreuses intentions d’investissements dans des plates-formes numériques ; la transformation digitale est en marche ; les étapes suivantes porteront sur l’amélioration et l’intégration.

Les musées accélèrent leur adoption du numérique, aussi bien sur site qu’en ligne, afin de mieux séduire, développer et mobiliser leur public, selon une nouvelle étude d’Axiell, leader mondial des logiciels de gestion de collections destinés aux archives et aux musées.

L’enquête a été réalisée en partenariat avec Museums and the Web (MW) auprès de 125 décideurs du monde entier : directeurs de musée, conservateurs, équipe commerciale, responsables numériques et informatiques.

Les résultats indiquent une progression de projets digitaux dans les organisations pour favoriser l’engagement de leur audience. Cette étude montre donc la nécessité d’une stratégie plus complète pour la gestion, l’intégration et la diffusion de contenus numériques sur les différentes plates-formes.

« La transformation numérique des musées, des bibliothèques et des archives est en marche », commente Adam Schatz, Directeur général d’Axiell ALM. « Les résultats de notre étude révèlent que la grande majorité des organisations sont en train de digitaliser leurs collections et ont accompli de nets progrès dans ce domaine depuis nos dernières enquêtes de 2015 et 2016 La question est à présent de savoir quel est l’impact de ces actions digitales sur leur stratégie d’archivage pour servir à la fois des objectifs philanthropiques et budgétaires. Le succès passera par la création d’une solide multi plate-forme qui entretienne un engagement à long terme avec un public diversifié. Cela nécessitera davantage d’investissements dans des technologies capables de gérer des contenus numériques dans le temps avec plus d’efficacité, de facilité, et moins de ressources. »

Parmi les principaux résultats de l’enquête :

  • Les organisations progressent dans leurs stratégies digitales – Il y a deux ans, 60 % des participants à l’enquête déclaraient que leur stratégie digitale était « en cours de développement », pour seulement 39 % aujourd’hui ; en matière de numérisation, la pratique prend le pas sur la théorie.
  • Les organisations adoptent des stratégies numériques pour favoriser l’engagement – La majorité des responsables interrogés ont adopté une plate-forme d’engagement numérique avec, le plus souvent (plus de 80 %), l’accès en ligne à des programmes et des activités. Un nombre croissant d’organisations rendent également leurs collections accessibles sur Internet : 22 % indiquent que c’est le cas pour l’intégralité de leur collection, 28 % pour plus de la moitié de celle-ci et 38 % pour moins de la moitié. Seuls, 14 % répondent que leur collection n’est pas du tout disponible en ligne.
  • La mobilité fait partie de l’offre (mais pas en quantité ou qualité suffisante) – L’interaction avec les visiteurs via leurs appareils mobiles est de plus en plus une priorité pour les organisations. Mais seuls 3 % d’entre eux se disent « satisfaits » de leur solution mobile actuelle. Il est désormais possible à un visiteur de suivre une visite guidée complète sur son smartphone ou sa tablette dans 26 % des organisations interviewées. 19 % complètent leurs visites guidées classiques avec du contenu spécialement conçu pour les mobiles et tablettes. L’adoption de la mobilité par les organisations se reflète dans la proportion de 36 % des musées qui accroissent activement leurs investissements sur les mobiles.
  • La gestion et la présentation des contenus gagneraient à être plus efficaces – Tandis que 56 % des participants à l’enquête déclarent que leur organisation a progressé dans la gestion de leurs collections et la cohérence de leurs espaces numériques et physiques, plus de 66 % conviennent que leurs processus pourraient être améliorés.
  • Le e-commerce devrait se développer – Alors que près de 50 % des participants à l’enquête indiquent que leur organisation dispose d’une boutique en ligne, seuls 3 % y proposent des articles en lien avec la collection. 30 % estiment qu’un tel lien pourrait être intéressant.

« A court terme, nous voyons un grand intérêt pour les établissements à poursuivre la numérisation de leurs collections, afin d’offrir aux visiteurs une expérience homogène et agréable sur les différentes plates-formes, quel que soit le mode d’interaction choisi », conclut Adam Schatz. « Cela présente l’opportunité d’améliorer l’expérience et l’accessibilité pour les visiteurs et les chercheurs, de promouvoir la mission éducative des institutions et d’en voir la répercussion sur leurs résultats financiers, avec un impact tant sur la vente en ligne de produits dérivés que sur l’accès aux expositions partout dans le monde. A plus long terme, nous cherchons à aider nos clients du monde entier à négocier ces changements complexes et à concrétiser leur vision de leur organisation par une approche associant le meilleur sur le plan stratégique et technologique. »

« Le principal intérêt du numérique pour les musées réside peut-être dans notre impact sur leur public et sur leur mission », souligne Nancy Proctor, Coprésidente des conférences MW et partenaire d’Axiell pour l’enquête sur les stratégies numériques. « Des études telles que celle-ci, aujourd’hui publiée pour la deuxième année consécutive par Axiell et MW, sont donc des outils essentiels pour faire remonter du terrain les progrès réalisés dans le temps et à travers le monde. A l’avenir, nous aimerions utiliser ce type d’instruments pour mesurer et encourager l’utilisation accrue des outils digitaux afin d’améliorer l’accès et l’inclusion, ainsi que les évaluations. »

Corinne
Depuis plus de 25 ans dans le métier de la communication et du marketing, Corinne a démarré sa carrière à la télévision avant de rejoindre une agence événementielle. Curieuse dans l’âme, elle poursuit sa carrière dans l’IT et intègre une société de conseil en éditique puis entre chez un éditeur de logiciels leader sur son marché, SEFAS. Elle est ensuite nommée Directrice Communication chez MGI Digital Graphic, constructeur de matériel d’impression numérique et de finition international coté en bourse. Revenue en 2008 chez SEFAS au poste de Directrice Marketing et Communication groupe, elle gère une équipe répartie sur 3 géographies (France, Etats-Unis et Angleterre), crée le groupe utilisateurs de l’entreprise et lance un projet de certification ISO 9001, ISO 14001 et ISO 26000 couronné de succès. Pendant 7 ans membre du conseil d’administration de l’association professionnelle Xplor France et 2 ans sa Présidente, Corinne a créé dès 2010 TiKibuzz, son agence de marketing et de communication. Elle devient Directrice de la Communication en charge des Relations Presse, du Lobbying et du marketing digital chez DOCAPOST, groupe La Poste, durant 3 ans avant de rejoindre la start-up FINTECH Limonetik, en 2013. C'est cette même année qu'elle crée votre média professionnel, DOCaufutur, l'avenir du document.

More from author

Restez connectez !

Nous diffusons une Newsletter mensuelle incluant des dossiers thématiques, interviewes et investigations réalisées par nos journalistes indépendants.
Vous souhaitez recevoir notre lettre d’informations?