Les DRH ne disposent pas de solution de pilotage agile pour relever leurs nouveaux défis

Les DRH se positionnent comme business partners au sein de l’entreprise mais n’arrivent pas à obtenir les informations essentielles à leur activité

Ils disent avoir besoin d’indicateurs plus qualitatifs et affinés afin d’accompagner les mutations de leur entreprise
Les outils qu’ils utilisent pour élaborer leurs indicateurs sont limités,
et beaucoup de tâches sont encore manuelles


La collaboration des DRH avec les autres fonctions est encore limitée : les indicateurs RH sont partagés en majorité avec la Direction Générale (75%) et beaucoup moins avec les managers de terrain (46%). De même, les DRH obtiennent difficilement de la part des autres directions les données nécessaires à leur mission : seuls 17% d’entre eux considèrent que les processus de remontée d’information sont efficaces et respectés. Pourtant, 85% des DRH sont membres du Comité Exécutif et 89% considèrent qu’ils sont aujourd’hui des business partners à l’égal d’un DAF ou d’un DSI.

C’est ce qui ressort d’une enquête menée auprès des directions Ressources Humaines des entreprises françaises menée par Qlik®, leader en matière de solutions d’analyse visuelle des données, en partenariat avec l’EBG et CGI, CGI, 5ème acteur mondial indépendant des services en technologies de l’information.

Cette étude s’intéresse aux défis des DRH pour accompagner les mutations de leur entreprise : évolution des modes de formation, organisation plus horizontale et travail en mode projet, développement de l’entreprise frugale, dans un contexte d’automatisation et de robotisation, sans oublier l’accompagnement des collaborateurs dans la transformation numérique que vivent tous les secteurs. L’étude montre que les DRH n’ont souvent pas les moyens et les outils à leur disposition pour piloter leurs activités.

51% des DRH ne sont « pas vraiment » ou « pas du tout » satisfaits des outils informatiques utilisés pour élaborer leurs indicateurs. 65% pensent qu’il n’est pas possible d’intégrer des données émanant de leur système informatique existant pour piloter les indicateurs qu’ils voudraient mettre en place.

  • Plus de la moitié des entreprises ne disposent pas de système d’information RH permettant de remonter automatiquement les informations du terrain vers la DRH groupe. 37% transmettent encore des fichiers, et 35% effectuent les consolidations manuellement.
  • Cette tâche est tellement fastidieuse qu’une entreprise sur dix ne consolide pas les données remontées par le terrain.
  • Les entreprises encore soumises aux saisies et consolidations manuelles perdent du temps et s’exposent au risque d’erreurs humaines et donc à l’obtention d’indicateurs moins fiables que ceux obtenus avec un système de pilotage centralisé et automatisé.
  • Pour le futur, 41 % anticipent un système unifié dans le Cloud qui permettra à la RH d’obtenir toutes les informations en temps réel.

Les solutions de Business Intelligence (BI) sont peu répandues pour l’instant. Or les DRH sont convaincus à 90% de l’utilité de ces systèmes.

  • 22% des entreprises interrogées ne bénéficient pas d’outils de BI RH à l’échelle du groupe
  • 28 % n’ont pas de BI RH du tout.
  • Parmi la moitié équipée, 42% possèdent des outils qui ne sont pas partagés par tous.
  • La BI permettrait de traiter les informations issues des différentes briques du système d’information RH, voire d’intégrer des données externes que les services RH élaborent et stockent souvent sur leur tableur, pour calculer les indicateurs RH utiles au pilotage affiné des activités.

Enfin, 20 % des DRH interrogés prévoient qu’à moyen terme les progrès de l’intelligence artificielle seront si puissants que le système saura directement chercher et trouver les données dont il a besoin pour répondre aux problèmes posés.

Pour l’instant 72% des répondants suivent moins de 10 indicateurs pour piloter leurs activités. Ces indicateurs sont encore très classiques et répondent souvent à des exigences légales.

Les chiffres les plus fréquemment mis à jour concernent les effectifs (76%), le recrutement (60%) et la paie (51%). Les informations concernant la formation ou la gestion des carrières ne remontent qu’une fois par trimestre au plus.

« Face aux transformations de plus en plus rapides que vivent leurs entreprises, les DRH doivent bénéficier d’outils de pilotage modernes, qui leur procurent une vision instantanée de leurs activités. Les entreprises qui ont mis en place des solutions d’analyse visuelle obtiennent des indicateurs fiables, automatisés et contextualisés, et peuvent mener leurs analyses librement pour prendre des décisions « data-driven », pilotées par la donnée. » Angélica Reyes, Directrice Marketing Europe du Sud, Qlik.

« La DRH de demain n’occupera plus une fonction de support et d’expertise : cette fonction sera sûrement automatisée, voire réalisée par des robots logiciels de plus en plus intelligents. Mais rien ne pourra remplacer son rôle de régulateur, y compris sur l’utilisation même de la technologie dans l’entreprise, et dans le même temps de facilitateur de la transformation des pratiques et des compétences. C’est à ce titre que la DRH sera un « Business Partner » à part entière. » Samuel Hassoun, Directeur en charge des offres dédiées à la Direction des Ressources Humaines, CGI.

Corinne
Depuis plus de 25 ans dans le métier de la communication et du marketing, Corinne a démarré sa carrière à la télévision avant de rejoindre une agence événementielle. Curieuse dans l’âme, elle poursuit sa carrière dans l’IT et intègre une société de conseil en éditique puis entre chez un éditeur de logiciels leader sur son marché, SEFAS. Elle est ensuite nommée Directrice Communication chez MGI Digital Graphic, constructeur de matériel d’impression numérique et de finition international coté en bourse. Revenue en 2008 chez SEFAS au poste de Directrice Marketing et Communication groupe, elle gère une équipe répartie sur 3 géographies (France, Etats-Unis et Angleterre), crée le groupe utilisateurs de l’entreprise et lance un projet de certification ISO 9001, ISO 14001 et ISO 26000 couronné de succès. Pendant 7 ans membre du conseil d’administration de l’association professionnelle Xplor France et 2 ans sa Présidente, Corinne a créé dès 2010 TiKibuzz, son agence de marketing et de communication. Elle devient Directrice de la Communication en charge des Relations Presse, du Lobbying et du marketing digital chez DOCAPOST, groupe La Poste, durant 3 ans avant de rejoindre la start-up FINTECH Limonetik, en 2013. C'est cette même année qu'elle crée votre média professionnel, DOCaufutur, l'avenir du document.

More from author

Restez connectez !

Nous diffusons une Newsletter mensuelle incluant des dossiers thématiques, interviewes et investigations réalisées par nos journalistes indépendants.
Vous souhaitez recevoir notre lettre d’informations?