Les préconisations de Retarus aux entreprises : Un e-mail sur six contient un virus

Courrier

Le fournisseur mondial de services de messaging, Retarus, constate l’augmentation des attaques de logiciels malveillants du type Locky ransomware et de ses dernières variantes : KePanger, PowerWare et Petya. 17% de tous les messages électroniques en circulation sont bloqués en raison d’une suspicion d’une présence de virus. Ce chiffre est cinq fois supérieur à celui du mois dernier et s’explique principalement par la recrudescence du nombre de rançongiciels.

En mars, un e-mail sur six envoyé à une messagerie professionnelle contenait un virus : Le nombre de messages infectés reçus par heure le mois dernier est donc égal au nombre de messages infectés reçus par mois en moyenne sur l’année 2015. Le ransomware Locky a muté pour multiplier ses victimes, passant de 3% de messages infectés en février à 17% en mars.

Les trojans sont capables de modifier leur structure aussi rapidement que régulièrementet, de fait, de changer de forme à la vitesse de l’éclair, les rançongiciels ne sont pas immédiatement détectés par tous les logiciels antivirus. La sécurité des messageries peut toutefois être améliorée à l’aide de solutions de messageries professionnels en mode Cloud. Ces services permettent eux entreprises de gérer plusieurs scans simultanément et d’étendre ainsi leurs paramètres de filtrage afin d’intégrer les tous derniers niveaux de protection. Des dispositifs supplémentaires, tels que des scans anti-virus à quatre niveaux, augmentent aussi leurs chances d’identifier et de bloquer à temps les tentatives d’extorsion.

La vigilance : une donnée essentielle : afin de garantir la meilleure protection possible contre les attaques de rançongiciels de type Locky, les utilisateurs de messageries électroniques doivent faire preuve d’une vigilance accrue. Retarus leur recommande de désactiver l’exécution automatique des macros intégrées dans les programmes Office et de ne la réactiver que si cela s’avère absolument nécessaire et si seulement les documents concernés proviennent de sources sûres.

Author
By
@coesteve1

Readers Comments


Add Your Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

In The News

Les préconisations de Retarus aux entreprises : Un e-mail sur six contient un virus

Courrier 21st avril, 2016

Le fournisseur mondial de services de messaging, Retarus, constate l’augmentation des attaques de logiciels malveillants du type Locky ransomware et de ses dernières variantes : KePanger, PowerWare et Petya. 17% de tous les messages électroniques en circulation sont bloqués en raison d’une suspicion d’une présence de virus. Ce chiffre est cinq fois supérieur à celui du mois dernier et s’explique principalement par la recrudescence du nombre de rançongiciels.

En mars, un e-mail sur six envoyé à une messagerie professionnelle contenait un virus : Le nombre de messages infectés reçus par heure le mois dernier est donc égal au nombre de messages infectés reçus par mois en moyenne sur l’année 2015. Le ransomware Locky a muté pour multiplier ses victimes, passant de 3% de messages infectés en février à 17% en mars.

Les trojans sont capables de modifier leur structure aussi rapidement que régulièrementet, de fait, de changer de forme à la vitesse de l’éclair, les rançongiciels ne sont pas immédiatement détectés par tous les logiciels antivirus. La sécurité des messageries peut toutefois être améliorée à l’aide de solutions de messageries professionnels en mode Cloud. Ces services permettent eux entreprises de gérer plusieurs scans simultanément et d’étendre ainsi leurs paramètres de filtrage afin d’intégrer les tous derniers niveaux de protection. Des dispositifs supplémentaires, tels que des scans anti-virus à quatre niveaux, augmentent aussi leurs chances d’identifier et de bloquer à temps les tentatives d’extorsion.

La vigilance : une donnée essentielle : afin de garantir la meilleure protection possible contre les attaques de rançongiciels de type Locky, les utilisateurs de messageries électroniques doivent faire preuve d’une vigilance accrue. Retarus leur recommande de désactiver l’exécution automatique des macros intégrées dans les programmes Office et de ne la réactiver que si cela s’avère absolument nécessaire et si seulement les documents concernés proviennent de sources sûres.

By
@coesteve1
backtotop