in

Le 31 mars, on sauvegarde ses données ! Et vous, y avez-vous pensé? Maud Laurent pour DOCaufutur

Dans un contexte de digitalisation des entreprises, les datas augmentent, deviennent complexes et disparates. Les organisations ont aujourd’hui besoin d’une solution flexible pour stocker leurs datas, crypter de bout en bout leurs données sensibles, assurer leur récupération; le tout en respectant les exigences de conformité. L’Américain Ismail Jadun a créé theworldbackupday, pour communiquer sur ce sujet.

Il a choisi le 31 mars en référence humoristique au poisson d’avril du jour suivant. Mais c’est très sérieusement que Ismail Jadun, de la société 614a, a voulu mettre en lumière la sauvegarde des données. « Ce n’est pas seulement une journée pour sauvegarder vos données personnelles, mais c’est aussi une journée pour parler de l’énorme tâche de préserver, pour les générations futures, nos œuvres patrimoniales et culturelles de plus en plus numériques. Concernant les entreprises, je pense qu’il est judicieux de posséder une sauvegarde locale et une autre hors site ».

Pour John Wolley, chef des ventes technologiques de la société IronMountain, la Worldbackupday est l’occasion de repenser sa stratégie de sauvegarde des données. « Les organisations doivent évaluer les risques, les coûts à long terme et les forces et les faiblesses respectives de la sauvegarde sur bande et dans le Cloud pour décider quelle option répond le mieux à leurs besoins » explique t-il. Il conseille de sauvegarder ses données à trois endroits différents tout en les enregistrant une fois par jour.

Repenser sa stratégie de sauvegarde des données et l’adapter aux nouvelles réglementations

L’essentiel est que les données soient en sécurité et accessibles dès que vous le souhaitez. John Woolley évoque également une réglementation européenne qui constitue un nouveau challenge pour les équipes IT des entreprises. Le Parlement européen a adopté la RGPD (Régulation Générale de la protection des données) applicable en juin 2018 pour renforcer la protection des données personnelles face à la digitalisation de l’économie. Les règles de rétention des données doivent être conformes aux exigences juridiques, réglementaires et contractuelles pour ne conserver les données personnelles et autres archives que le temps nécessaire avant de les détruire et de pouvoir s’en justifier.

Marion Laget de la société Antana, société de services informatiques qui propose des solutions informatiques sur-mesure destinées aux TPE/PME, nous révèle deux tendances qu’elle a constaté ces dernières années. « Même les plus petites structures sont de plus en plus sensibles aux enjeux d’une bonne sauvegarde des données et d’une bonne sécurité informatique. Que la solution soit locale ou externalisée, il faut aider les sociétés à mettre en place des solutions de sauvegarde au sein de leur organisation. Aujourd’hui, la perte des données engendre souvent une perte d’exploitation dont les enjeux peuvent parfois entraîner des situations économiques catastrophiques » explique-t-elle. Elle résume les trois solutions de sauvegarde qui s’offrent aux professionnels : « pour des raisons de coûts, les très petites entreprises et les travailleurs indépendants doivent au minimum mettre en place un disque dur externe avec une synchronisation quotidienne. Pour les autres, nous préconisons soit une solution hybride avec un serveur local et une réplication en temps réel soit une solution 100% externalisée. Dans ces 2 cas d’externalisation, il s’agit d’une solution de cloud privé hébergé dans notre propre datacenter. A partir du 31 mars, dans le cadre de la journée de la sauvegarde de données, nous proposons à nos clients de venir visiter notre datacenter. 

Le 31 mars, vous savez maintenant ce que vous auriez dû faire! Il est toujours temps... A vos marques. Prêt. Sauvegardez !

Written by Corinne

Depuis plus de 25 ans dans le métier de la communication et du marketing, Corinne a démarré sa carrière à la télévision avant de rejoindre une agence événementielle. Curieuse dans l’âme, elle poursuit sa carrière dans l’IT et intègre une société de conseil en éditique puis entre chez un éditeur de logiciels leader sur son marché, SEFAS. Elle est ensuite nommée Directrice Communication chez MGI Digital Graphic, constructeur de matériel d’impression numérique et de finition international coté en bourse. Revenue en 2008 chez SEFAS au poste de Directrice Marketing et Communication groupe, elle gère une équipe répartie sur 3 géographies (France, Etats-Unis et Angleterre), crée le groupe utilisateurs de l’entreprise et lance un projet de certification ISO 9001, ISO 14001 et ISO 26000 couronné de succès.
Pendant 7 ans membre du conseil d’administration de l’association professionnelle Xplor France et 2 ans sa Présidente, Corinne a créé dès 2010 TiKibuzz, son agence de marketing et de communication.
Elle devient Directrice de la Communication en charge des Relations Presse, du Lobbying et du marketing digital chez DOCAPOST, groupe La Poste, durant 3 ans avant de rejoindre la start-up FINTECH Limonetik, en 2013. C'est cette même année qu'elle crée votre média professionnel, DOCaufutur, l'avenir du document.