Tous les nuages mèneront les 22 et 23 mars aux conférences de la 8ème édition de Datacenter Management 2017

22/23 Mars : Tous les nuages mèneront aux conférences de la 8ème Edition  des Salons Cloud Computing World Expo et Solutions Datacenter Management 2017

Les Salons Cloud Computing World Expo et Solutions Datacenter Management 2017 forment non seulement la vitrine technologique de tous les produits et services développés dans ces domaines mais également – au travers ses conférences et tables rondes – une opportunité de découvrir, de comprendre, et de composer avec le cloud, ses infrastructures, ses services logiciels. Du datacenter au nuage.

Tous les nuages mèneront – les 22 et 23 Mars 2017 – à ce programme de conférences :

Parmi les intervenants on note : Chief Digital Officer, IPSEN  – Responsable Division Production IT, TOTAL – Chief Data Officer, LEBONCOIN.FR – Head of Architecture and Technology team, SOCIETE GENERALE  – Directeur Général, DSI, Membre du COMEX, AXA France – Directeur du programme «Transformation des centres informatiques», DINSIC, SERVICE DU PREMIER MINISTRE  – Global CTO, SOCIETE GENERALEACADEMIE DE VERSAILLES, SOITEC

MARDI 22 MARS 2017

Côté Solutions datacenter management

9h30 à 10h20 – Datacenters d’avant-garde : innovations principales, difficultés, opportunitésPivot des groupes de travail répartis, le datacenter d’avant-garde héberge des équipes et des moyens de production numériques de plus en plus cruciaux. Hier encore cantonné aux calculs et au stockage de données, il devient le levier de transformation numérique des administrations et des entreprises. Qu’est-ce qui caractérise un centre de données d’avant-garde en 2017 ? Quels sont les critères de différentiation technologiques et économiques ? Sur quelles infrastructures investir ? Où sont les limites actuelles du datacenter moderne ?

10h30 à 11h20 – Les changements d’infrastructures provoqués par le Big Data
Données massives, streaming vidéo, objets connectés, traitements en temps réel et micro-services multiplient les flux est/ouest, entre serveurs du datacenter. Quelles sont les conséquences sur l’infrastructure ? Quelle stratégie retenir pour soutenir les services Big Data ? Quelles pistes technologiques envisager ? L’Ethernet à très haut débit (10, 25, 50 ou 100 GbE) suffit-il ? L’infrastructure définie par logiciel et son contrôle automatisé sont-ils mûrs ? Le cloud hybride forme-t’il un moindre mal ou une évolution incontournable ? Quand et comment migrer pour répondre aux exigences des utilisateurs et à la maîtrise des investissements ?

11h30 à 12h20 – Orchestrer et harmoniser toutes les charges de travail de l’entreprise
Le datacenter – véritable moteur d’innovation – évolue avec la virtualisation des ressources matérielles et de nouveaux outils de supervision. Il offre un catalogue de services prêts à l’exécution, automatiquement déployés et facturés à l’usage. Les prestataires s’affranchissent d’étapes manuelles d’approvisionnement. Reste à harmoniser les configurations, à coordonner plusieurs générations d’applications et à assurer leurs performances. Comment s’y prendre ? Peut-on simplifier l’administration de toutes les charges de travail distribuées par l’entreprise sur plusieurs VM, voire sur plusieurs datacenters ? Comment prévenir les problèmes et bénéficier d’une disponibilité continue ? Où sont les limites actuelles ? Comment les repousser

14h00 à 14h50 – Maîtriser le réseau dynamique et les infrastructures SDN/NFV
Les stratégies IT/cloud hybride sont de plus en plus fréquentes. Elles passent par des infrastructures pilotées par logiciels, des équipements convergés ou hyperconvergés, associant la virtualisation de fonctions réseaux à d’autres formes de virtualisation de ressources. Pourquoi faut-il simplifier la gestion des réseaux ? Comment migrer vers le SDN, en mode big bang ou pas à pas ? Comment maîtriser le réseau dynamique ? Comment contrôler les flux qui s’y croisent ?

15h00 à 15h50 – Les effets du passage au stockage défini par logiciels (SDS)
Les cas d’usage du SDS vont de la plateforme économique de stockage fondée sur des matériels ordinaires, à la gestion de baies hétérogènes, en passant par l’agrégation d’Entrées/Sorties pour améliorer les performances. Certaines plateformes proposent d’allouer les ressources de stockage de façon automatisée, voire d’associer virtualisation du stockage à déduplication des données. Comment moderniser la gestion et le partage des données professionnelles ? Faut-il revoir les niveaux de stockage et les plans de sauvegardes en local et à distance simultanément ? Que faut-il étudier avant de migrer ? Quels sont les effets secondaires à prendre en compte ?

16h00 à 16h50 – Quand l’hyperconvergence libère les capacités et la disponibilité
L’hyperconvergence apporte une nouvelle gestion de la disponibilité et des capacités au centre de données. Mais les équipements consolidés présentent toujours des limites en terme d’évolutivité. Ces limites sont liées, en particulier, à celle de l’hyperviseur retenu. Elles s’expriment en terme de quantité de mémoire gérée, de nombre de VM par noeud ou par cluster, de nombre de noeud dans un cluster, etc. Ces limites sont-elles souvent atteintes ?Comment les repousser sans fragiliser son infrastructure ? Comment prévenir les problèmes éventuels sur une architecture hyperconvergée et bénéficier d’une disponibilité toujours continue ?

Côté Cloud computing world expo

9h30 à 10h20 – Le Cloud, un tremplin pour la transformation digitale et socles d’avancées technologiques
(objets connectés, Big data, business analytics, IA…).  Comment le Cloud apporte-t-il agilité, performances et évolutivité, tout en permettant de mieux répondre aux besoins ‘business’ ? Quels nouveaux usages du Cloud ? Le Cloud, préalable technique à la transformation digitale et à l’innovation.

10h30 à 11h20 – Le Cloud, au centre des nouveaux usages mobiles et collaboratifs des salariés
Le Cloud se positionne au cœur des nouveaux usages mobiles et collaboratifs. Comment déployer rapidement sur plusieurs sites, dans plusieurs régions et pays, des applications de partage de documents, accessibles de partout, y compris en situation de mobilité ? Le Cloud et Digital Workplace (environnement de travail virtuel).

11h30 à 12h20 – Confidentialité des données sur le Cloud : quelle sécurité pour les data sensibles?
Après l’invalidation, par l’Union européenne, de l’accord ‘Safe harbour’ signé avec les Etats-Unis, la réglementation européenne se fonde sur de nouvelles bases, dont la GDPR (General data protection regulation), relayées par la CNIL. Quelles sont les conséquences ? Que répondent les Clouds publics ?

14h00 à 14h50 – Développer et déployer de façon native dans le Cloud
Les plateformes PaaS s’enrichissent et apportent des ressources pour la conception et le développement IT.
Comment s’y insère la démarche DevOps ? Peut-on faire du DevOps sans PaaS , et inversement ?
Peut-on déployer les méthodes agiles sans le recours au Cloud ?
Comment organiser une mise en production en continu, et en osmose avec les métiers ?
Comment le Cloud peut-il aider à mettre en œuvre des process disruptifs de livraison à la DSI ?

15h00 à 15h50 – Cloud hybride, multi-Clouds et Cloud bursting : vers une infra globale
A terme, la plupart des applications sont susceptibles d’aller sur le Cloud. Les infras Cloud risquent d’être sur-sollicitées. Le Cloud hybride garde sa justification mais doit être optimisé (gestion sécurisée des annuaires, par exemple)
Face à la sur-sollicitation des infras Cloud, due aux promotions, diverses opérations spéciales, et surenchères des fournisseurs, quelles opportunités s’ouvrent avec le Cloud bursting’ ?
Le multi Cloud : comment connecter des modules d’un système d’information hébergé chez plusieurs Clouds hétérogènes ? Et où, comment se positionne le ‘edge Cloud’ ?

16h00 à 16h50 – La sécurité, la maîtrise et la gouvernance du Cloud
Le Cloud, public, privé ou hybride, impose de sécuriser tous les flux d’entreprise de diverses provenances. Parmi les points critiques, la gestion des identités (annuaire, mots de passe, IAM, droits, tickets…) doit être optimisée.
Comment s’organiser en interne et assurer une supervision de l’ensemble des services déployés ?
Comment prévenir le ‘shadow IT’ avec l’abondance des offres SaaS ? Comment anticiper et encadrer les demandes d’intégration avec le ‘legacy’ existant ?
Comment choisir les prestataires pour conserver la maîtrise de son IT ?

MERCREDI 23 MARS 2017

Côté Solutions datacenter management

9h30 à 10h20 – Fibre optique et THD pour l’accès et l’interconnexion des centres de données
Que ce soit pour le raccordement des entreprises à très haut débit, l’interconnexion de datacenters ou les plans de continuité d’activités, la fibre optique est incontournable. L’installation de prises optiques accélère, rapportant 2 milliards d’Euros en 2016 à cette filière industrielle du THD. Tandis que le 100 Gbps devient le débit par défaut du datacenter, les offres pour l’entreprise sont-elles assez concurrentielles ? Peut-on les comparer ? Quels sont les critères pour retenir le bon opérateur THD ? Faudrait-il davantage d’opérateurs d’infrastructures, des transporteurs d’énergie par exemple ? Davantage d’investissements dans la fibre ou une plus grande diversité de technologies THD déployées sur le terrain ?

10h30 à 11h20 – Offrir des bureaux virtuels depuis son datacenter privé

Consacrer une ferme de serveurs à l’hébergement des systèmes, applications et données des postes de travail. C’est une formule qui revient au premier plan. En terme de sécurité, de simplicité d’administration, et même de coûts d’appropriation, cette approche VDI (Virtual Desktop Infrastructure) cumulerait les avantages. D’autant que le terminal importe peu. L’adoption massive de tablettes et smartphones hétérogènes devient moins complexes à superviser. Desktop as a Service, Streaming ou VDI ? Quelle déclinaison de bureaux virtuels convient le mieux à votre environnement ?

11h30 à 12h20 – DCIM : gouverner le datacenter en suivant toutes ses infrastructures
Anticiper les prochains incidents qui peuvent survenir dans le datacenter, sur toutes les infrastructures, devient une priorité d’exploitation. Il s’agit d’agir à temps, de remplacer une alimentation qui va lâcher, pour éviter des pannes en cascade, avec des conséquences sur plusieurs clients partageant des ressources mutualisées. La console DCIM (Datacenter Infrastructure Management) facilite cette approche ; elle suit le cycle de vie des équipements jusqu’aux capteurs de détection de fumée. Chaque changement est consigné, chaque consommation tracée pour optimiser l’efficacité énergétique. A présent, elle scrute les infrastructures virtualisées et les ressources cloud pour optimiser les performances et améliorer le rendement de chaque équipement. Comment détecter, dépanner et anticiper aux mieux les incidents majeurs du datacenter ? Les fonctions d’administration d’environnements systèmes et d’hyperviseurs sont-elles dépassées ou mises à profit dans la console DCIM ?

14h00 à 14h50 – Helpdesk : comment bâtir son portail ITSM en mode libre-service

Le catalogue de services applicatifs évite aux salariés de télécharger puis d’exécuter des applications tierces, distrayantes ou sans garantie de protection de la vie privée. Plusieurs approches aident à bâtir un portail ITSM simple. Mais comment réduire le nombre d’appels au helpdesk ? Comment généraliser l’auto-dépannage en cas de problème ? Comment établir la liste d’applications à déployer et à supporter ? Les utilisateurs et les responsables d’activités sont-ils toujours impliqués dans le projet ? La tierce maintenance contribue-t-elle à distribuer des services plus sûrs et mis à jour régulièrement ? Quelles sont les bonnes pratiques à retenir ?

15h00 à 15h50 – Superviser ses réseaux pour réduire l’impact sur les clients

Simplifier la gestion des réseaux informatiques permet de connaître à tout moment leur état de fonctionnement et de vérifier, en temps réel, les performances de chaque application distribuée, ainsi que celles de chaque interconnexion. En cas de dégradation de performances, les conséquences sur les services clients sont soulignées. Les causes probables sont signalées et une correction automatique est suggérée dans certains cas. Lorsqu’une investigation approfondie s’avère nécessaire, des pistes de résolution sont proposées. La sécurité des réseaux et les infrastructures pilotées par logiciels sont-elles prises en compte ? L’expérience utilisateur est-elle réellement améliorée ? Comment profiter d’une supervision réseau à moindre coût ?

16h00 à 16h50 – Evaluer et améliorer la sécurité du datacenter (clients, accès, données)
En matière de sécurité, les responsables de datacenters en entreprise ont beaucoup à apprendre de leurs homologues travaillant pour les géants de l’Internet. Chez les GAFA, la détection d’intrusion retient plusieurs systèmes, y compris des faisceaux laser partant du sol et prêts à déclencher l’alarme au moindre mouvement suspect. Les environnements systèmes des serveurs sont renforcés. La traçabilité concerne la moindre adaptation du plus infime fichier de configuration. L’automatisation est poussée dans ses derniers retranchements. Comment sont gérés les accès et les autorisations dans votre centre de données ? La biométrie est-elle déjà en place ? Des mesures de sécurité physique et logique sont-elles coordonnées ? Comment comptez-vous évaluer et améliorer la sécurité de votre datacenter ?

Côté Cloud computing wordl expo

9h30 à 10h20 – Communications unifiées et Cloud : le tandem gagnant des communications d’entreprise
La disparition programmée du RTC (réseau commuté) incite à s’orienter vers des plateformes de communication qui intègrent à la fois le vocal, la vidéo, le collaboratif. Quelles options restent ouvertes sur le Cloud ? Avec quels prestataires ?

10h30 à 11h20 – Cloud hybride, Cloud privé, système d’information 100% Cloud : quelle stratégie et écosystème Cloud au service des performances métiers ?
Le RoI et la mesure de performances ‘business’ du Cloud, privé ou public
Comment organiser, avec quelle stratégie, l’hybridation entre Cloud public et privé ?
Faut-il viser le « tout Cloud » ? Quel écosystème mettre en place avec les métiers et leurs partenaires ?

11h30 à 12h20 – Faire migrer l’IT ‘legacy’ (SI existant, historique) vers le Cloud : faisabilité et exécution.
Une grande partie du SI d’entreprise est, en théorie, « migrable» sur le Cloud. Mais avec quelle approche, quelle méthodologie ? Les migrations vers le Cloud sont-elles 100% automatisables ? Si non, que reste-il à faire « à la main»?

14h00 à 14h50 – Cloud et Big Data : les bonnes options à retenir
Le Cloud permet d’accueillir le traitement de très gros volumes de fichiers avec la flexibilité utile. Comment les rendre compatibles ? Comment peut-on exécuter de l‘analytics’ sur des infras Cloud, notamment sur des plateformes virtualisées ? Faut-il des infrastructures séparées ?

15h00 à 15h50 – Cloud et transformation du SI et de la DSI : comment profiter du Cloud pour moderniser voire transformer radicalement son SI ?
Comment gagner en agilité, en évolutivité et en performances ? La DSI peut-elle se muer en centre de services ? Le modèle ‘as a service’ peut-il s’appliquer au mode de fonctionnement de la DSI elle-même ? Après le ‘Shadow IT’ existe-t-il un risque d’« ubérisation » du SI ?

16h00 à 16h50 – Cloud et prospective : Intelligence artificielle et ‘machine learning’.
Les capacités du Cloud comment à être ‘boostées’ par des algorithmes de plus en plus élaborés. Peut-on déjà anticiper des applications d’IA et du ‘machine learning’ pour optimiser les infrastructures multi-Cloud ?

Rappelons que la 8ème Edition des Salons Cloud Computing World Expo et Solutions Datacenter Management 2017 offrira l’opportunité aux 7 500 visiteurs professionnels, avec ses 160 sociétés exposantes, ses conférences et ses tables rondes (6 000 auditeurs attendus), de rencontrer ces deux écosystèmes qui se complètent, et faire le point sur les tendances et les solutions du marché, avec le nécessaire focus sur les acteurs qui se tiennent à proximité de nos entreprises.

Corinne
Depuis plus de 25 ans dans le métier de la communication et du marketing, Corinne a démarré sa carrière à la télévision avant de rejoindre une agence événementielle. Curieuse dans l’âme, elle poursuit sa carrière dans l’IT et intègre une société de conseil en éditique puis entre chez un éditeur de logiciels leader sur son marché, SEFAS. Elle est ensuite nommée Directrice Communication chez MGI Digital Graphic, constructeur de matériel d’impression numérique et de finition international coté en bourse. Revenue en 2008 chez SEFAS au poste de Directrice Marketing et Communication groupe, elle gère une équipe répartie sur 3 géographies (France, Etats-Unis et Angleterre), crée le groupe utilisateurs de l’entreprise et lance un projet de certification ISO 9001, ISO 14001 et ISO 26000 couronné de succès. Pendant 7 ans membre du conseil d’administration de l’association professionnelle Xplor France et 2 ans sa Présidente, Corinne a créé dès 2010 TiKibuzz, son agence de marketing et de communication. Elle devient Directrice de la Communication en charge des Relations Presse, du Lobbying et du marketing digital chez DOCAPOST, groupe La Poste, durant 3 ans avant de rejoindre la start-up FINTECH Limonetik, en 2013. C'est cette même année qu'elle crée votre média professionnel, DOCaufutur, l'avenir du document.

More from author

Restez connectez !

Nous diffusons une Newsletter mensuelle incluant des dossiers thématiques, interviewes et investigations réalisées par nos journalistes indépendants.
Vous souhaitez recevoir notre lettre d’informations?