Transformation numérique: une évolution essentielle mais complexe à mettre en place en entreprise; DOCaufutur mène l’enquête !

La transformation numérique a du mal à s’implanter au sein des entreprises françaises. L’intégration de l’ensemble des technologies numériques dans les usages des entreprises est pourtant essentielle et garante de forte valeur ajoutée. Quels sont les freins ? Quelles sont les méthodes pour la mettre en place ? Quels avantages indéniables apporte-t-elle ? DOCaufutur mène l’enquête !

Selon une étude du cabinet Roland Berger, 57% des entreprises ont bien identifié le numérique comme un axe stratégique à moyen terme. Mais elles ne seraient plus que 36% à avoir formalisé une stratégie adaptée et seulement 20% à avoir nommé un responsable numérique. Selon l’Observatoire du numérique, les taux d’équipement et d’usage des TIC sont également contrastés. Si le taux est fort pour les connexions à haut débit (fixe et mobile), l’utilisation d’un intranet et l’usage d’un progiciel de gestion intégré (ERP), il baisse considérablement concernant la possession d’un site web ou la pratique des achats en ligne.

ant-44567_640Les freins sont nombreux

L’espace numérique des entreprises (ENE) de Lyon en dégage trois principaux : « le manque de temps, les problèmes de compétences et le coût sont ceux que nos clients citent le plus » indique Denis Chatain, responsable des activités d’information et d’accompagnement des entreprises à l’ENE. Le risque de sécurité a été également évoqué par 26% des entreprises interrogées sur le sujet par le cabinet Roland Berger. Loïc Guézo, Evangéliste Sécurité de l’Information pour l’Europe du Sud chez Trend Micro, nous parle d’une grande crainte : le cloud computing. « L’entreprise ignore où sont stockées ses données. Elle se repose complètement sur son fournisseur, cela peut être assez angoissant ». Il s’agit de prendre plusieurs précautions pour que le risque soit mince. Loïc Guézo conseille « d’avoir un élément contractuel avec son fournisseur qui l’oblige à envoyer un rapport régulier pour le prévenir des risques, de leur gravité et de la manière dont ils ont été traités. Il faut ensuite hiérarchiser la sécurité des informations. La classification des données va aider à mettre plus ou moins de sécurité en fonction du degré de confidentialité de celles-ci. Une recette de fabrication devra être beaucoup plus protégée qu’un catalogue public par exemple ».

Ne pas voir le digital comme un simple outil

« Souvent, les entreprises font du digital pour faire du digital. Ce n’est pas la bonne approche, elles doivent transformer leur entreprise grâce au digital. En rentrant par l’outil, elle se met des œillères » prévient Frédéric Michel Chevalier, de l’agence Visionary Marketing. Même son de cloche de la part de Denis Chatain qui explique que « si l’entreprise n’a pas une vision globale et un projet bien défini, elle va appréhender le numérique comme une contrainte et le changement mettra beaucoup de temps à être intégré par les collaborateurs ».

Pour que la transformation numérique soit fluide, « il est conseillé de préalablement identifier un projet global de transformation de l’entreprise avant de parler des outils technologiques. Et le dirigeant doit être le moteur de cette transformation » énonce Denis Chatain. Frédéric Michel Chevalier ajoute que l’entreprise doit se poser les bonnes questions : quels sont les besoins de mon client ? En quoi vais-je changer mon busines modèle ? Comment vais-je créer de la valeur ?

La seconde étape est d’accompagner le changement. Sinon, les collaborateurs ne l’adopteront pas. Ni même les clients en externe. Pour que les outils digitaux deviennent un réflexe, le service communication ou le service marketing doivent être sollicités pour ce projet transverse. Actions de sensibilisation, formations, réunions, fonctionnement en mode projet,… L’idéal est de faire monter en compétences des collaborateurs pour qu’ils deviennent les ambassadeurs de cette transformation numérique. « Les salariés les plus au fait des outils sont des très bons formateurs pour les autres collaborateurs » indique Davide Bonapersona cofondateur de l’entreprise Feeligo, plateforme de brand stickers. « Les collaborateurs sont au plus près de la réalité et ont souvent des bonnes idées. Le service RH peut par exemple repérer les personnes qui, a titre privé, ont un blog, postent des vidéos, sont accros aux réseaux sociaux,… », propose Frédéric Michel Chevalier.  Exit le projet imposé sans consultation !

development-497639_640Le numérique offre de multiples avantages à toute entreprise 

« Au sein de mon entreprise Feeligo, nous avons adopté dropbox pour nos documents financiers, notre business plan, notre fichier client. Les conf call, les documents partagés, les outils marketing,… nous permettent d’avoir accès à tous nos documents où que nous soyons et quand nous le souhaitons. C’est un gain de temps considérable qui nous permet de nous concentrer sur notre cœur de métier ! Le digital est une source de croissance formidable » raconte Davide Bonapersona.

Frédéric Michel Chevalier nous donne un autre exemple illustrant la valeur ajoutée d’une entreprise qui utilise les nouvelles technologies pour performer. « Lorsqu’on organise un salon, on va pouvoir utiliser des outils pour favoriser le networking entre les visiteurs. Je pense notamment à la création de communautés sur les réseaux sociaux. Pour que l’on parle du salon, on va également utiliser les réseaux sociaux pour contacter des bloggeurs en plus des journalistes en leur proposant une salle dédiée, un accès wifi, un dossier de presse à télécharger, etc. Résultats ? On gagne en rayonnement, en qualité et on en profite pour étoffer ses fichiers clients ! »

« Cela peut être également le fait d’équiper ses commerciaux d’une tablette avec un accès à toutes les données de l’entreprise pour leur rendez-vous clients, effectuer des formations en visio-conférence pour économiser du temps de déplacement, mettre en place un machine à café connectée,… », raconte Denis Chatain.

La transformation numérique est complexe mais elle est inévitable et essentielle pour le bon fonctionnement des entreprises actuelles. On l’a vu, l’une des clés dans un projet de transformation de l’entreprise réside dans les outils numériques, l’accompagnement au changement auprès des collaborateurs et une vision positive de la valeur ajoutée (gains en temps et en argent) du numérique. 

 

Maud LaurentMaud Laurent, journaliste pour DOCaufutur

Corinne
Depuis plus de 25 ans dans le métier de la communication et du marketing, Corinne a démarré sa carrière à la télévision avant de rejoindre une agence événementielle. Curieuse dans l’âme, elle poursuit sa carrière dans l’IT et intègre une société de conseil en éditique puis entre chez un éditeur de logiciels leader sur son marché, SEFAS. Elle est ensuite nommée Directrice Communication chez MGI Digital Graphic, constructeur de matériel d’impression numérique et de finition international coté en bourse. Revenue en 2008 chez SEFAS au poste de Directrice Marketing et Communication groupe, elle gère une équipe répartie sur 3 géographies (France, Etats-Unis et Angleterre), crée le groupe utilisateurs de l’entreprise et lance un projet de certification ISO 9001, ISO 14001 et ISO 26000 couronné de succès. Pendant 7 ans membre du conseil d’administration de l’association professionnelle Xplor France et 2 ans sa Présidente, Corinne a créé dès 2010 TiKibuzz, son agence de marketing et de communication. Elle devient Directrice de la Communication en charge des Relations Presse, du Lobbying et du marketing digital chez DOCAPOST, groupe La Poste, durant 3 ans avant de rejoindre la start-up FINTECH Limonetik, en 2013. C'est cette même année qu'elle crée votre média professionnel, DOCaufutur, l'avenir du document.

More from author

Restez connectez !

Nous diffusons une Newsletter mensuelle incluant des dossiers thématiques, interviewes et investigations réalisées par nos journalistes indépendants.
Vous souhaitez recevoir notre lettre d’informations?