Webrisk : définissez les indicateurs pertinents pour piloter votre gestion des risques et des assurances (KRI)

L’éditeur Effisoft annonce le lancement d’une nouvelle offre de services dédiée à la définition des KRI (Key Risk Indicators). Cette offre s’appuie sur les fonctionnalités de Business Intelligence disponibles au sein de son Système d’Information de Gestion des Risques (SIGR) Webrisk.

Pour les nombreux professionnels du risque qui ont déjà recours au logiciel, c’est une opportunité d’améliorer leurs performances, de gagner en clarté dans leurs livrables et d’apporter des réponses rapides aux questions émanant de leur hiérarchie.

Selon Pascal Stopnicki, co-fondateur d’Effisoft, « La définition d’indicateurs pertinents contribue à mettre en valeur l’activité des départements Risques et Assurances. En effet, il est désormais facile et rapide pour nos utilisateurs d’identifier par exemple les risques émergents, de mesurer l’impact des mesures appliquées et donc de déterminer les économies réalisées. »

Concrètement, les clients intéressés peuvent faire appel aux spécialistes de l’informatique décisionnelle chez Effisoft. Ces derniers les aideront à définir les indicateurs adaptés à leur entreprise et à leur activité. Selon les besoins et les droits définis, les utilisateurs pourront ensuite accéder via Webrisk à des tableaux de bord dynamiques ou seront autonomes pour élaborer leurs propres rapports d’analyse.

Les restitutions peuvent être variées, d’où l’importance de déterminer en amont les KPI les plus pertinents parmi :

  • les comparaisons N / N-1 (valeurs, primes, sinistres…)
  • les ratios S/P (comparatifs par pays…)
  • les répartitions : de sinistres (par cause, par conséquence, …), de primes (par assureur), de valeurs (par type de site…)…
  • les études de saisonnalité des sinistres (par heure/jour/mois)
  • les classements : (Top 3 des plus gros sites, des sinistres les plus importants, des courtiers les plus sollicités…)
  • les taux d’avancement (des campagnes de collecte, de la facturation des primes, de l’émission des polices, de la mise en œuvre des recommandations…)
  • les courbes d’évolution (du délai de résolution des sinistres, du délai de déclaration des sinistres …)

Présentées lors des traditionnelles Rencontres AMRAE, début Février à Deauville, ces nouveautés ont d’ores et déjà vivement intéressé la communauté des utilisateurs Webrisk.

Pascal Stopnicki partage les principales plus-values déjà observées lors de récentes mises en œuvre :

Une organisation optimisée : la définition des indicateurs cibles est l’occasion de formaliser de nouvelles méthodes de travail et des règles de gestion réellement partagées. Ceci afin d’éviter par exemple de tomber sur des résultats différents lors de la détermination du montant des primes par entité (quelles exclusions ? quels taux de change ?…)

Une plus grande souplesse : avec les nouvelles fonctionnalités de BI, les utilisateurs de Webrisk ont la main pour générer des rapports personnalisés, ce qui leur évite de faire appel aux équipes Effisoft pour rajouter des filtres ou des colonnes dans un tableau.

 

Une meilleure performance : bien souvent, les équipes s’épuisent à réinventer des rapports et n’ont plus le temps d’étudier les résultats. Grâce à la BI, les utilisateurs observent très rapidement des gains de temps significatifs et bénéficient de rapports déjà construits/automatiquement à jour qu’ils n’ont plus qu’à lancer et filtrer. C’est ce temps ainsi dégagé pour l’analyse qui présente une véritable valeur ajoutée.

Une restitution plus claire : l’exploitation des richesses graphiques des outils de BI facilite la compréhension des rapports. Par exemple, si on veut suivre l’évolution des primes entre l’exercice n et n-1 par Business Unit : dans 99% des cas, le gestionnaire s’appuie sur un tableau croisé dynamique Excel, ce qui en fonction du nombre de BU peut vite s’avérer illisible alors qu’un « bar-chart » se révèlera très parlant.
  • Facebook
  • Twitter
  • Google+
  • Pinterest
  • Gmail
  • LinkedIn
  • Tumblr
Lors de vos réunions, il n’est plus nécessaire de lire la donnée. Le visuel fait sens et réclame moins d’effort de compréhension.

Une réponse rapide aux questions de la hiérarchie : qui n’a jamais reçu un coup fil de dernière minute de sa Direction Générale lui demandant de justifier l’augmentation des primes dans tel pays ?

L’exemple peut prêter à sourire mais avec le module BI de Webrisk,  il est possible, en quelques clic, de :

  • Comparer les pays entre eux ;
  • Identifier l’activité ou l’acquisition ayant engendré la hausse des primes
  • Isoler par un « Drill-down »  la zone, puis le pays et enfin la société qui concentre la plus forte sinistralité, etc.
    • Facebook
    • Twitter
    • Google+
    • Pinterest
    • Gmail
    • LinkedIn
    • Tumblr

 

 

 

Source

Related Topics
Author
By
@
Related Posts

Readers Comments


Add Your Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

In The News

Webrisk : définissez les indicateurs pertinents pour piloter votre gestion des risques et des assurances (KRI)

13th mars, 2017

L’éditeur Effisoft annonce le lancement d’une nouvelle offre de services dédiée à la définition des KRI (Key Risk Indicators). Cette offre s’appuie sur les fonctionnalités de Business Intelligence disponibles au sein de son Système d’Information de Gestion des Risques (SIGR) Webrisk.

Pour les nombreux professionnels du risque qui ont déjà recours au logiciel, c’est une opportunité d’améliorer leurs performances, de gagner en clarté dans leurs livrables et d’apporter des réponses rapides aux questions émanant de leur hiérarchie.

Selon Pascal Stopnicki, co-fondateur d’Effisoft, « La définition d’indicateurs pertinents contribue à mettre en valeur l’activité des départements Risques et Assurances. En effet, il est désormais facile et rapide pour nos utilisateurs d’identifier par exemple les risques émergents, de mesurer l’impact des mesures appliquées et donc de déterminer les économies réalisées. »

Concrètement, les clients intéressés peuvent faire appel aux spécialistes de l’informatique décisionnelle chez Effisoft. Ces derniers les aideront à définir les indicateurs adaptés à leur entreprise et à leur activité. Selon les besoins et les droits définis, les utilisateurs pourront ensuite accéder via Webrisk à des tableaux de bord dynamiques ou seront autonomes pour élaborer leurs propres rapports d’analyse.

Les restitutions peuvent être variées, d’où l’importance de déterminer en amont les KPI les plus pertinents parmi :

  • les comparaisons N / N-1 (valeurs, primes, sinistres…)
  • les ratios S/P (comparatifs par pays…)
  • les répartitions : de sinistres (par cause, par conséquence, …), de primes (par assureur), de valeurs (par type de site…)…
  • les études de saisonnalité des sinistres (par heure/jour/mois)
  • les classements : (Top 3 des plus gros sites, des sinistres les plus importants, des courtiers les plus sollicités…)
  • les taux d’avancement (des campagnes de collecte, de la facturation des primes, de l’émission des polices, de la mise en œuvre des recommandations…)
  • les courbes d’évolution (du délai de résolution des sinistres, du délai de déclaration des sinistres …)

Présentées lors des traditionnelles Rencontres AMRAE, début Février à Deauville, ces nouveautés ont d’ores et déjà vivement intéressé la communauté des utilisateurs Webrisk.

Pascal Stopnicki partage les principales plus-values déjà observées lors de récentes mises en œuvre :

Une organisation optimisée : la définition des indicateurs cibles est l’occasion de formaliser de nouvelles méthodes de travail et des règles de gestion réellement partagées. Ceci afin d’éviter par exemple de tomber sur des résultats différents lors de la détermination du montant des primes par entité (quelles exclusions ? quels taux de change ?…)

Une plus grande souplesse : avec les nouvelles fonctionnalités de BI, les utilisateurs de Webrisk ont la main pour générer des rapports personnalisés, ce qui leur évite de faire appel aux équipes Effisoft pour rajouter des filtres ou des colonnes dans un tableau.

 

Une meilleure performance : bien souvent, les équipes s’épuisent à réinventer des rapports et n’ont plus le temps d’étudier les résultats. Grâce à la BI, les utilisateurs observent très rapidement des gains de temps significatifs et bénéficient de rapports déjà construits/automatiquement à jour qu’ils n’ont plus qu’à lancer et filtrer. C’est ce temps ainsi dégagé pour l’analyse qui présente une véritable valeur ajoutée.

Une restitution plus claire : l’exploitation des richesses graphiques des outils de BI facilite la compréhension des rapports. Par exemple, si on veut suivre l’évolution des primes entre l’exercice n et n-1 par Business Unit : dans 99% des cas, le gestionnaire s’appuie sur un tableau croisé dynamique Excel, ce qui en fonction du nombre de BU peut vite s’avérer illisible alors qu’un « bar-chart » se révèlera très parlant.
  • Facebook
  • Twitter
  • Google+
  • Pinterest
  • Gmail
  • LinkedIn
  • Tumblr
Lors de vos réunions, il n’est plus nécessaire de lire la donnée. Le visuel fait sens et réclame moins d’effort de compréhension.

Une réponse rapide aux questions de la hiérarchie : qui n’a jamais reçu un coup fil de dernière minute de sa Direction Générale lui demandant de justifier l’augmentation des primes dans tel pays ?

L’exemple peut prêter à sourire mais avec le module BI de Webrisk,  il est possible, en quelques clic, de :

  • Comparer les pays entre eux ;
  • Identifier l’activité ou l’acquisition ayant engendré la hausse des primes
  • Isoler par un « Drill-down »  la zone, puis le pays et enfin la société qui concentre la plus forte sinistralité, etc.
    • Facebook
    • Twitter
    • Google+
    • Pinterest
    • Gmail
    • LinkedIn
    • Tumblr

 

 

 

Source

By
@

Pin It on Pinterest

Share This

Share this post with your friends!

backtotop