Cloud & UCaaS : les divergences d’adoption par les entreprises en Europe du sud – Mitel

Mitel dévoile les résultats d’une étude menée auprès de plus de 300 décideurs portant sur la perception des entreprises sud-européennes en matière de communications unifiées dans le cloud.

  • Plus d’un tiers des entreprises migrent vers le cloud pour bénéficier de fonctionnalités innovantes
  • 68 % des sociétés françaises privilégient le recours à un spécialiste du cloud
  • 56 % des décideurs interrogés considèrent les outils de collaboration avancée comme indispensables dans une solution UCaaS

Avec un marché mondial qui devrait atteindre 35 milliards de dollars en 2019, les opportunités de croissance offertes par les communications unifiées et collaboratives ne sont plus à démontrer. Impulsées par le développement des technologies et la prépondérance grandissante du tout mobile, ces solutions répondent aux besoins des entreprises en leur permettant d’optimiser leur productivité, tout en améliorant l’expérience utilisateur. Cependant, quel est véritablement le degré de maturité des entreprises sud-européennes pour accueillir ces mutations technologiques ? Quelle est leur perception des bénéfices et prérequis inhérents aux communications unifiées dans le cloud ?

Mitel®, l’un des leaders mondiaux dans le domaine des communications cloud, mobiles et temps-réel pour les entreprises, a mené une étude auprès de plus de 300 décideurs en Espagne, France, Italie et Portugal afin de faire la distinction entre l’intérêt grandissant que suscitent le cloud et les communications d’entreprise en mode « As-A-Service », et le niveau de maturité lié à l’adoption et à la perception de ces technologies selon les pays.

L’innovation, moteur de l’adoption du cloud

Dans un contexte globalisé et extrêmement concurrentiel, les organisations sont à la recherche de solutions leur permettant de se différencier et d’augmenter leur productivité. Une tendance confirmée par l’étude, puisque bénéficier de fonctionnalités hautement innovantes est pour 36 % des entreprises sud-européennes la première motivation pour migrer vers une solution UCaaS. Si la France se situe dans la tendance globale (39 %), l’Espagne tire ce pourcentage vers le haut (50 %) contre seulement 27 % pour le Portugal, qui privilégie en premier lieu l’amélioration de la réactivité (37 %).

Autre résultat marquant : la montée en puissance des outils de collaboration, exprimant ainsi un réel besoin des entreprises et une attente forte des collaborateurs qui recherchent flexibilité, simplicité et réactivité en étant joignables et connectés, qu’importe le lieu et le terminal utilisé. Interrogés sur les fonctions indispensables devant être intégrées à une solution UCaaS, les outils de collaboration avancée tels que la vidéoconférence, le partage de bureau et d’applications, sont plébiscités par 56 % des répondants, chiffre atteignant même 64 % en France. De plus, ces résultats sont corrélés à une tendance forte en matière d’intégration mobile complète, considérée par 34 % des répondants comme une fonctionnalité indispensable.

« Les avantages d’une telle migration ne doivent pas être réduits uniquement à l’aspect financier. Le cloud constitue un vecteur d’innovation considérable, qui vient enrichir les fonctionnalités de collaboration et répond aux attentes des organisations et de leurs collaborateurs, dispersés géographiquement ou en situation de mobilité pour un nombre croissant d’entre eux. Nous observons ce même élan auprès de nos clients, dont la demande en matière de solutions de collaboration d’équipe ne cesse de se développer », commente Jean-Denis Garo, Directeur marketing Europe du Sud de Mitel.

En outre, l’étude permet d’identifier un frémissement concernant les solutions de centre de contact basées dans le cloud, avec respectivement 55 % et 51 % de répondants s’estimant prêts à s’appuyer sur ce type d’offre en Espagne et en France. Les marchés italien et portugais semblent moins matures, avec respectivement 39 % et 37 % des sondés qui envisageraient une migration de leur centre de contact dans le cloud, la plupart considérant qu’il s’agit d’un applicatif stratégique qui ne peut être basé dans le cloud, ou demandant davantage de garanties en termes de niveau et de qualité de service.

L’expertise du fournisseur, priorité absolue dans la migration vers le cloud

Bien que les solutions UCaaS soient relativement récentes dans le paysage européen, de nombreux opérateurs et fournisseurs tentent de se faire une place sur ce marché porteur. Cependant, l’étude révèle que 52 % des entreprises sud-européennes préfèrent confier leur projet de migration à un spécialiste du cloud, donnant de fait un avantage considérable aux acteurs pionniers du domaine. Ce constat est encore plus marqué en France où le spécialiste cloud est plébiscité par 69 % des répondants.

Ces chiffres confirment que le cloud est encore perçu comme une prise de risque, qu’il convient de minimiser en s’appuyant sur un véritable expert. Interrogés sur les éléments de contrat auxquels ils sont particulièrement attentifs lors d’une migration, les sondés indiquent en priorité la maîtrise par le fournisseur de la notion complexe de réversibilité (54 %) ainsi que la capacité à pouvoir changer de fournisseur sans délai, particulièrement en France avec 43 % des entreprises considérant ce point comme essentiel, contre seulement 22 et 23 % pour les Italiens et Espagnols. 

L’importance de l’intégration dans le calcul du ROI

Les coûts de personnalisation et d’intégration sont considérés à une très grande majorité par les entreprises françaises comme les plus impactants sur un calcul de ROI (68 %), contrairement aux autres pays (35 % au Portugal, 31 % en Italie et 28 % en Espagne).

La technologie cloud est vue comme pouvant faciliter cette intégration ou du moins en limiter les coûts. Il est en effet beaucoup plus coûteux et compliqué de gérer la maintenance, la compatibilité des applications entre elles au fil des versions et leurs mises à jour lorsqu’il s’agit d’une infrastructure on-premise plutôt que dans le cloud.

Chaque pays possède une maturité propre dans l’adoption du Cloud et des solutions UCaaS. On constate que lesfonctionnalités hautement innovantes, et particulièrement les communications unifiées et collaboratives sont les moteurs de la migration, l’impact de la mobilité sur nos nouveaux modes de travail n’étant pas étranger à ce phénomène.

L’importance de l’expertise du partenaire portant l’offre se révèle également être un marqueur important d’adoption du cloud par les entreprises, un sentiment partagé par la France, l’Espagne et le Portugal qui offrent une prime aux spécialistes et aux acteurs historiques sur le sujet, tels que Mitel.

« La plupart des entreprises ont compris qu’elles pouvaient accroître leur performance en s’appuyant sur la souplesse et l’efficacité inhérentes à la technologie Cloud. Pour ne pas se laisser distancer par leurs concurrents, la question n’est plus tellement de savoir s’il faut migrer vers le Cloud, mais plutôt comment et avec qui », conclut Jean-Denis Garo.

Related Topics
Author
By
@coesteve1
Related Posts

Readers Comments


Add Your Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

In The News

Cloud & UCaaS : les divergences d’adoption par les entreprises en Europe du sud – Mitel

9th février, 2017

Mitel dévoile les résultats d’une étude menée auprès de plus de 300 décideurs portant sur la perception des entreprises sud-européennes en matière de communications unifiées dans le cloud.

  • Plus d’un tiers des entreprises migrent vers le cloud pour bénéficier de fonctionnalités innovantes
  • 68 % des sociétés françaises privilégient le recours à un spécialiste du cloud
  • 56 % des décideurs interrogés considèrent les outils de collaboration avancée comme indispensables dans une solution UCaaS

Avec un marché mondial qui devrait atteindre 35 milliards de dollars en 2019, les opportunités de croissance offertes par les communications unifiées et collaboratives ne sont plus à démontrer. Impulsées par le développement des technologies et la prépondérance grandissante du tout mobile, ces solutions répondent aux besoins des entreprises en leur permettant d’optimiser leur productivité, tout en améliorant l’expérience utilisateur. Cependant, quel est véritablement le degré de maturité des entreprises sud-européennes pour accueillir ces mutations technologiques ? Quelle est leur perception des bénéfices et prérequis inhérents aux communications unifiées dans le cloud ?

Mitel®, l’un des leaders mondiaux dans le domaine des communications cloud, mobiles et temps-réel pour les entreprises, a mené une étude auprès de plus de 300 décideurs en Espagne, France, Italie et Portugal afin de faire la distinction entre l’intérêt grandissant que suscitent le cloud et les communications d’entreprise en mode « As-A-Service », et le niveau de maturité lié à l’adoption et à la perception de ces technologies selon les pays.

L’innovation, moteur de l’adoption du cloud

Dans un contexte globalisé et extrêmement concurrentiel, les organisations sont à la recherche de solutions leur permettant de se différencier et d’augmenter leur productivité. Une tendance confirmée par l’étude, puisque bénéficier de fonctionnalités hautement innovantes est pour 36 % des entreprises sud-européennes la première motivation pour migrer vers une solution UCaaS. Si la France se situe dans la tendance globale (39 %), l’Espagne tire ce pourcentage vers le haut (50 %) contre seulement 27 % pour le Portugal, qui privilégie en premier lieu l’amélioration de la réactivité (37 %).

Autre résultat marquant : la montée en puissance des outils de collaboration, exprimant ainsi un réel besoin des entreprises et une attente forte des collaborateurs qui recherchent flexibilité, simplicité et réactivité en étant joignables et connectés, qu’importe le lieu et le terminal utilisé. Interrogés sur les fonctions indispensables devant être intégrées à une solution UCaaS, les outils de collaboration avancée tels que la vidéoconférence, le partage de bureau et d’applications, sont plébiscités par 56 % des répondants, chiffre atteignant même 64 % en France. De plus, ces résultats sont corrélés à une tendance forte en matière d’intégration mobile complète, considérée par 34 % des répondants comme une fonctionnalité indispensable.

« Les avantages d’une telle migration ne doivent pas être réduits uniquement à l’aspect financier. Le cloud constitue un vecteur d’innovation considérable, qui vient enrichir les fonctionnalités de collaboration et répond aux attentes des organisations et de leurs collaborateurs, dispersés géographiquement ou en situation de mobilité pour un nombre croissant d’entre eux. Nous observons ce même élan auprès de nos clients, dont la demande en matière de solutions de collaboration d’équipe ne cesse de se développer », commente Jean-Denis Garo, Directeur marketing Europe du Sud de Mitel.

En outre, l’étude permet d’identifier un frémissement concernant les solutions de centre de contact basées dans le cloud, avec respectivement 55 % et 51 % de répondants s’estimant prêts à s’appuyer sur ce type d’offre en Espagne et en France. Les marchés italien et portugais semblent moins matures, avec respectivement 39 % et 37 % des sondés qui envisageraient une migration de leur centre de contact dans le cloud, la plupart considérant qu’il s’agit d’un applicatif stratégique qui ne peut être basé dans le cloud, ou demandant davantage de garanties en termes de niveau et de qualité de service.

L’expertise du fournisseur, priorité absolue dans la migration vers le cloud

Bien que les solutions UCaaS soient relativement récentes dans le paysage européen, de nombreux opérateurs et fournisseurs tentent de se faire une place sur ce marché porteur. Cependant, l’étude révèle que 52 % des entreprises sud-européennes préfèrent confier leur projet de migration à un spécialiste du cloud, donnant de fait un avantage considérable aux acteurs pionniers du domaine. Ce constat est encore plus marqué en France où le spécialiste cloud est plébiscité par 69 % des répondants.

Ces chiffres confirment que le cloud est encore perçu comme une prise de risque, qu’il convient de minimiser en s’appuyant sur un véritable expert. Interrogés sur les éléments de contrat auxquels ils sont particulièrement attentifs lors d’une migration, les sondés indiquent en priorité la maîtrise par le fournisseur de la notion complexe de réversibilité (54 %) ainsi que la capacité à pouvoir changer de fournisseur sans délai, particulièrement en France avec 43 % des entreprises considérant ce point comme essentiel, contre seulement 22 et 23 % pour les Italiens et Espagnols. 

L’importance de l’intégration dans le calcul du ROI

Les coûts de personnalisation et d’intégration sont considérés à une très grande majorité par les entreprises françaises comme les plus impactants sur un calcul de ROI (68 %), contrairement aux autres pays (35 % au Portugal, 31 % en Italie et 28 % en Espagne).

La technologie cloud est vue comme pouvant faciliter cette intégration ou du moins en limiter les coûts. Il est en effet beaucoup plus coûteux et compliqué de gérer la maintenance, la compatibilité des applications entre elles au fil des versions et leurs mises à jour lorsqu’il s’agit d’une infrastructure on-premise plutôt que dans le cloud.

Chaque pays possède une maturité propre dans l’adoption du Cloud et des solutions UCaaS. On constate que lesfonctionnalités hautement innovantes, et particulièrement les communications unifiées et collaboratives sont les moteurs de la migration, l’impact de la mobilité sur nos nouveaux modes de travail n’étant pas étranger à ce phénomène.

L’importance de l’expertise du partenaire portant l’offre se révèle également être un marqueur important d’adoption du cloud par les entreprises, un sentiment partagé par la France, l’Espagne et le Portugal qui offrent une prime aux spécialistes et aux acteurs historiques sur le sujet, tels que Mitel.

« La plupart des entreprises ont compris qu’elles pouvaient accroître leur performance en s’appuyant sur la souplesse et l’efficacité inhérentes à la technologie Cloud. Pour ne pas se laisser distancer par leurs concurrents, la question n’est plus tellement de savoir s’il faut migrer vers le Cloud, mais plutôt comment et avec qui », conclut Jean-Denis Garo.

By
@coesteve1
backtotop