Les entreprises de taille moyenne souhaitent une réglementation adaptée à leurs besoins – RICOH

La majorité des moyennes entreprises souffrent du « syndrome de l’enfant du milieu »

Plus de soutien de la part du gouvernement et des sociétés de prêt : c’est ce que réclament les entreprises de taille moyenne (ETM), à l’heure où 70 % d’entre elles se sentent comme « l’enfant du milieu » du monde de l’entreprenariat. Une nouvelle étude commanditée par Ricoh Europe analyse ce phénomène.

Non seulement les ETM se sentent oubliées, car elles ne bénéficient pas des aides accordées aux start-ups et aux petites entreprises, mais elles n’ont pas non plus les moyens dont les grandes entreprises disposent pour faire face à une réglementation souvent complexe et coûteuse. Pour rester compétitives, 76 % des ETM auraient besoin d’une réglementation plus adaptée qui favoriserait un environnement de croissance, ce qui ne pourrait qu’être bénéfique à l’économie européenne.

Selon cette étude, 67 % des ETM peinent à rivaliser avec les nouvelles entreprises arrivant sur le marché et les grandes entreprises bien établies. 71 % d’entre elles déclarent être exposées à un plus grand risque de faillite du fait des difficultés de financement qu’elles rencontrent.

« Le marché moyen de l’Europe est plein d’énergie, aussi bien en termes de projets de croissance que d’ambition », a déclaré David Mills, PDG de Ricoh Europe. « Les gouvernements, les autorités de réglementation et les sociétés de prêt doivent réfléchir à la meilleure façon d’encourager ces entreprises dynamiques de sorte que cela bénéficie plus largement à notre économie. De nombreuses ETM souhaitent déployer des technologies, lancer de nouveaux services et embaucher de nouvelles personnes. Si la réglementation et les politiques continuent d’être un frein pour les ETM européennes, il leur sera quasiment impossible de devenir les géants commerciaux ou technologiques de demain. »

L’étude montre que les ETM ont plusieurs priorités pour les deux prochaines années. Les trois principales sont le lancement de nouveaux produits et services (30 %), la gestion de la croissance (28 %) et l’utilisation de technologies innovantes (28 %).

Mills a ajouté : « Les 75 000[1] ETM européennes sont à l’origine de 30 % du chiffre d’affaires annuel générés par les entreprises européennes. Les gouvernements et les sociétés de prêt doivent travailler main dans la main avec les moyennes entreprises pour encourager la croissance et l’innovation dans toute l’Europe. C’est absolument essentiel pour que l’Europe puisse rester un leader mondial de l’innovation et puisse continuer à rivaliser avec les économies établies et les économies émergentes. »

 

Remarque : Pour cette étude, la définition d’une entreprise de taille moyenne utilisée est une entreprise de 50 à 500 employés avec un chiffre d’affaires de 2,5 à 100 millions £.

[1] Nombre d’entreprises européennes de taille moyenne communiqué par M-Institute, juillet 2016

Author
By
@coesteve1

Readers Comments


Add Your Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

In The News

Les entreprises de taille moyenne souhaitent une réglementation adaptée à leurs besoins – RICOH

17th octobre, 2016

La majorité des moyennes entreprises souffrent du « syndrome de l’enfant du milieu »

Plus de soutien de la part du gouvernement et des sociétés de prêt : c’est ce que réclament les entreprises de taille moyenne (ETM), à l’heure où 70 % d’entre elles se sentent comme « l’enfant du milieu » du monde de l’entreprenariat. Une nouvelle étude commanditée par Ricoh Europe analyse ce phénomène.

Non seulement les ETM se sentent oubliées, car elles ne bénéficient pas des aides accordées aux start-ups et aux petites entreprises, mais elles n’ont pas non plus les moyens dont les grandes entreprises disposent pour faire face à une réglementation souvent complexe et coûteuse. Pour rester compétitives, 76 % des ETM auraient besoin d’une réglementation plus adaptée qui favoriserait un environnement de croissance, ce qui ne pourrait qu’être bénéfique à l’économie européenne.

Selon cette étude, 67 % des ETM peinent à rivaliser avec les nouvelles entreprises arrivant sur le marché et les grandes entreprises bien établies. 71 % d’entre elles déclarent être exposées à un plus grand risque de faillite du fait des difficultés de financement qu’elles rencontrent.

« Le marché moyen de l’Europe est plein d’énergie, aussi bien en termes de projets de croissance que d’ambition », a déclaré David Mills, PDG de Ricoh Europe. « Les gouvernements, les autorités de réglementation et les sociétés de prêt doivent réfléchir à la meilleure façon d’encourager ces entreprises dynamiques de sorte que cela bénéficie plus largement à notre économie. De nombreuses ETM souhaitent déployer des technologies, lancer de nouveaux services et embaucher de nouvelles personnes. Si la réglementation et les politiques continuent d’être un frein pour les ETM européennes, il leur sera quasiment impossible de devenir les géants commerciaux ou technologiques de demain. »

L’étude montre que les ETM ont plusieurs priorités pour les deux prochaines années. Les trois principales sont le lancement de nouveaux produits et services (30 %), la gestion de la croissance (28 %) et l’utilisation de technologies innovantes (28 %).

Mills a ajouté : « Les 75 000[1] ETM européennes sont à l’origine de 30 % du chiffre d’affaires annuel générés par les entreprises européennes. Les gouvernements et les sociétés de prêt doivent travailler main dans la main avec les moyennes entreprises pour encourager la croissance et l’innovation dans toute l’Europe. C’est absolument essentiel pour que l’Europe puisse rester un leader mondial de l’innovation et puisse continuer à rivaliser avec les économies établies et les économies émergentes. »

 

Remarque : Pour cette étude, la définition d’une entreprise de taille moyenne utilisée est une entreprise de 50 à 500 employés avec un chiffre d’affaires de 2,5 à 100 millions £.

[1] Nombre d’entreprises européennes de taille moyenne communiqué par M-Institute, juillet 2016

By
@coesteve1
backtotop