Une enquête de Fortinet révèle les stratégies de cybersécurité des entreprises

fondo tecnologico con cara . Codigo binario,concepto de internet

Selon une nouvelle étude de Fortinet, le Cloud et les vulnérabilités systèmes sont les deux plus grandes préoccupations des décisionnaires IT. Un veille décisionnelle sur les menaces, une prise en charge plus rapide des incidents et un recours aux services de sécurité managés comptent parmi les orientations stratégiques de ces décideurs. 

Patrice Perche, Senior Vice President, Worldwide Sales & Support, Fortinet “Notre enquête indépendante souligne l’urgence pour les grandes entreprises de la région EMEA, tous secteurs d’activité confondus, de passer à une cybersécurité de bout en bout, basée sur une veille décisionnelle sur les menaces, pour ainsi relever les défis liés au digital. Les entreprises doivent réagir plus rapidement et efficacement aux problématiques de sécurité en investissant dans des architectures de cybersécurité adaptatives et adaptées à un réseau décloisonné. Fortinet est idéalement positionné pour offrir cette sécurité sans compromis, grâce à Security Fabric, son architecture de sécurité intégrale, performante et transparente.” 

L’essentiel

Une nouvelle étude de Fortinet®, le leader mondial des solutions hautes performances de cybersécurité, lève le voile sur les stratégies de cybersécurité des décisionnaires IT au sein des entreprises de plus de 250 collaborateurs sur la région EMEA :    

  • 48 % des personnes interrogées sur la région EMEA et 60% des entreprises françaises jugent que la meilleure réponse à la multiplication des incidents de sécurité est d’investir dans des technologies de cybersécurité qui assurent une protection à chaque étape du cycle de vie d’une menace.
  • Les deux plus grandes préoccupations des décisionnaires portent sur la sécurité du cloud et la maîtrise des vulnérabilités des systèmes IT.
    • Sécurité du cloud : une problématique pour 53 % des personnes interrogées sur la région EMEA, allant jusqu’à 61% en Espagne (le taux le plus élevé) et 57% en France
    • Protection contre les vulnérabilités systèmes : une problématique pour 53% des répondants sur la région, 47% en France et qui grimpe à 59 % en Italie.
  • Cependant, nombre des répondants voient dans cette recrudescence des menaces et risques de sécurité l’occasion d’externaliser leur cybersécurité auprès d’un fournisseur de services managés. Globalement, l’étude montre que dans les 3 à 5 ans à venir, 44% des organisations sur la région EMEA (43% en France) opteraient pour cette externalisation. En France, cette adoption est de 9%.

Vers une architecture de sécurité performante et une veille décisionnelle sur les menaces 

L’enquête s’est intéressée aux victimes de cyber-attaques pour illustrer comment les infrastructures de sécurité actuelles peinent à s’adapter aux réalités d’un monde toujours plus digital. Sur les 52% des décisionnaires EMEA (42% en France) qui indiquent avoir subi un piratage informatique au cours de l’année dernière, seuls 16% (14% en France) s’en sont rendus compte dans les minutes ayant suivi l’exaction. En Espagne, les personnes interrogées victimes d’une une attaque récente ne sont que 11% à avoir pu l’identifier dans un tel délai. 

Dans certains secteurs, comme les soins de santé, 50% des répondants EMEA déclarent qu’il s’est écoulé plusieurs jours, mois, voire années avant d’identifier l’incident. 

L’identification et la prise en charge des menaces, lentes et peu efficaces, se révèlent particulièrement coûteuses pour les entreprises victimes, en termes de données perdues, de systèmes piratés et de réputation ternie. 

L’enquête montre que pour maîtriser ces risques et mieux protéger leurs organisations, la première des actions prises par les décisionnaires informatiques est de déployer des technologies de détection de menaces (17% sur la région EMEA et 14% en France). Vient ensuite la mise en place de services de sécurité fournis à partir du cloud (12% sur la région EMEA et 7% en France). Ces fonctionnalités doivent être associées à des services de veille décisionnelle sur les menaces (9% sur la région EMEA et 14% en France). 

Pour les répondants, la veille sur les menaces renforce la prévention des attaques (43% d’entre eux le déclarent sur la région EMEA, 40% en France). Elle améliore aussi la stratégie de sécurité de l’information (38% sur la région EMEA et 43% en France) et la détection des menaces (35% sur la région EMEA, 40% en France). 

Concernant l’application des nouvelles fonctionnalités de veille (périmètre, modalités) 35% des personnes interrogées sur la région EMEA et 33% en France indiquent disposer d’une équipe interne dédiée à la prise en charge des incidents et qui supervise l’ensemble des activités de sécurité. Le chiffre n’est que de 26% en Italie contre 42% en Allemagne. Cependant, 26% du panel EMEA et français déclare externaliser leur veille sur les menaces auprés d’un fournisseur de services managés. Ce chiffre ressort à 22% en Espagne et à 31% au Royaume-Uni. 

Verbatim de marché

« Les décisionnaires IT sollicitent davantage de ressources pour lutter contre les menaces. Mais, pour autant, il ne s’agit pas de dépenser plus ou de remettre en cause les solutions existantes en les remplaçant. L’architecture Security Fabric de Fortinet, ouverte et flexible, démontre comment les entreprises peuvent activer une protection de bout en bout, grâce à des fonctions de sécurité qui relaient les informations de veille sur l’ensemble des vecteurs et de la surface d’attaque. Notre offre est unique car ses fonctionnalités s’adaptent à toutes les entreprises, que ces dernières aient fait le choix d’internaliser leur cybersécurité, ou, au contraire, de faire appel à un partenaire externe et fournisseur de services managés de sécurité ». Christophe Auberger, Directeur Technique France, Fortinet

Related Topics
Author
By
@coesteve1
Related Posts

Readers Comments


Add Your Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

In The News

Une enquête de Fortinet révèle les stratégies de cybersécurité des entreprises

fondo tecnologico con cara . Codigo binario,concepto de internet 12th octobre, 2016

Selon une nouvelle étude de Fortinet, le Cloud et les vulnérabilités systèmes sont les deux plus grandes préoccupations des décisionnaires IT. Un veille décisionnelle sur les menaces, une prise en charge plus rapide des incidents et un recours aux services de sécurité managés comptent parmi les orientations stratégiques de ces décideurs. 

Patrice Perche, Senior Vice President, Worldwide Sales & Support, Fortinet “Notre enquête indépendante souligne l’urgence pour les grandes entreprises de la région EMEA, tous secteurs d’activité confondus, de passer à une cybersécurité de bout en bout, basée sur une veille décisionnelle sur les menaces, pour ainsi relever les défis liés au digital. Les entreprises doivent réagir plus rapidement et efficacement aux problématiques de sécurité en investissant dans des architectures de cybersécurité adaptatives et adaptées à un réseau décloisonné. Fortinet est idéalement positionné pour offrir cette sécurité sans compromis, grâce à Security Fabric, son architecture de sécurité intégrale, performante et transparente.” 

L’essentiel

Une nouvelle étude de Fortinet®, le leader mondial des solutions hautes performances de cybersécurité, lève le voile sur les stratégies de cybersécurité des décisionnaires IT au sein des entreprises de plus de 250 collaborateurs sur la région EMEA :    

  • 48 % des personnes interrogées sur la région EMEA et 60% des entreprises françaises jugent que la meilleure réponse à la multiplication des incidents de sécurité est d’investir dans des technologies de cybersécurité qui assurent une protection à chaque étape du cycle de vie d’une menace.
  • Les deux plus grandes préoccupations des décisionnaires portent sur la sécurité du cloud et la maîtrise des vulnérabilités des systèmes IT.
    • Sécurité du cloud : une problématique pour 53 % des personnes interrogées sur la région EMEA, allant jusqu’à 61% en Espagne (le taux le plus élevé) et 57% en France
    • Protection contre les vulnérabilités systèmes : une problématique pour 53% des répondants sur la région, 47% en France et qui grimpe à 59 % en Italie.
  • Cependant, nombre des répondants voient dans cette recrudescence des menaces et risques de sécurité l’occasion d’externaliser leur cybersécurité auprès d’un fournisseur de services managés. Globalement, l’étude montre que dans les 3 à 5 ans à venir, 44% des organisations sur la région EMEA (43% en France) opteraient pour cette externalisation. En France, cette adoption est de 9%.

Vers une architecture de sécurité performante et une veille décisionnelle sur les menaces 

L’enquête s’est intéressée aux victimes de cyber-attaques pour illustrer comment les infrastructures de sécurité actuelles peinent à s’adapter aux réalités d’un monde toujours plus digital. Sur les 52% des décisionnaires EMEA (42% en France) qui indiquent avoir subi un piratage informatique au cours de l’année dernière, seuls 16% (14% en France) s’en sont rendus compte dans les minutes ayant suivi l’exaction. En Espagne, les personnes interrogées victimes d’une une attaque récente ne sont que 11% à avoir pu l’identifier dans un tel délai. 

Dans certains secteurs, comme les soins de santé, 50% des répondants EMEA déclarent qu’il s’est écoulé plusieurs jours, mois, voire années avant d’identifier l’incident. 

L’identification et la prise en charge des menaces, lentes et peu efficaces, se révèlent particulièrement coûteuses pour les entreprises victimes, en termes de données perdues, de systèmes piratés et de réputation ternie. 

L’enquête montre que pour maîtriser ces risques et mieux protéger leurs organisations, la première des actions prises par les décisionnaires informatiques est de déployer des technologies de détection de menaces (17% sur la région EMEA et 14% en France). Vient ensuite la mise en place de services de sécurité fournis à partir du cloud (12% sur la région EMEA et 7% en France). Ces fonctionnalités doivent être associées à des services de veille décisionnelle sur les menaces (9% sur la région EMEA et 14% en France). 

Pour les répondants, la veille sur les menaces renforce la prévention des attaques (43% d’entre eux le déclarent sur la région EMEA, 40% en France). Elle améliore aussi la stratégie de sécurité de l’information (38% sur la région EMEA et 43% en France) et la détection des menaces (35% sur la région EMEA, 40% en France). 

Concernant l’application des nouvelles fonctionnalités de veille (périmètre, modalités) 35% des personnes interrogées sur la région EMEA et 33% en France indiquent disposer d’une équipe interne dédiée à la prise en charge des incidents et qui supervise l’ensemble des activités de sécurité. Le chiffre n’est que de 26% en Italie contre 42% en Allemagne. Cependant, 26% du panel EMEA et français déclare externaliser leur veille sur les menaces auprés d’un fournisseur de services managés. Ce chiffre ressort à 22% en Espagne et à 31% au Royaume-Uni. 

Verbatim de marché

« Les décisionnaires IT sollicitent davantage de ressources pour lutter contre les menaces. Mais, pour autant, il ne s’agit pas de dépenser plus ou de remettre en cause les solutions existantes en les remplaçant. L’architecture Security Fabric de Fortinet, ouverte et flexible, démontre comment les entreprises peuvent activer une protection de bout en bout, grâce à des fonctions de sécurité qui relaient les informations de veille sur l’ensemble des vecteurs et de la surface d’attaque. Notre offre est unique car ses fonctionnalités s’adaptent à toutes les entreprises, que ces dernières aient fait le choix d’internaliser leur cybersécurité, ou, au contraire, de faire appel à un partenaire externe et fournisseur de services managés de sécurité ». Christophe Auberger, Directeur Technique France, Fortinet

By
@coesteve1
backtotop