DNS et GDPR, ou quand sécurité et réglementation se retrouvent | Par Hervé DHELIN, EfficientIP

Kid shouting through megaphone

Le nouveau GDPR (Règlement général sur la protection des données) est un règlement de l’Union européenne qui vise à renforcer la protection des données dans tous les Etats membres de l’UE, en remplacement de la Directive 95/46/CE de 1995. Ce règlement – contrairement à une directive – n’a pas besoin d’être légiféré pour être adopté par les gouvernements. Plus important encore, il ne se limite pas à l’Union européenne – toutes les organisations non-UE qui partagent les données personnelles des citoyens européens sont également couvertes par la nouvelle loi. Cela inclut presque toutes les organisations ayant des clients, fournisseurs ou employés dans l’UE.

Quelles sont les mesures à mettre en place ?

En vertu de la nouvelle loi, adoptée par le Conseil de l’UE et le Parlement le 14 avril 2016, les organisations européennes seront tenues d’appliquer de nouvelles mesures, y compris des évaluations d’impact sur la protection des données, des normes de sécurité extrêmement exigeantes ou la mise en œuvre de politiques de confidentialité appropriées. Beaucoup seront tenues de nommer un délégué à la protection des données, et les ‘Processeurs de données’ et ‘Contrôleurs de données’ devront garder une trace de toutes les activités de traitement de données dans leurs entreprises.

Les ingénieurs impliqués dans la plupart des projets technologiques au sein de l’Union européenne devront se conformer dès la conception à une démarche de sécurité et de respect de la vie privée. Cela suppose que la confidentialité des données soit conforme aux plus hautes exigences. Quant aux paramètres de protection des données, ils devront être insérés dans tous les processus de gestion à un niveau élevé et par défaut. La sécurité des données jouera un rôle encore plus critique et devra être assurée de bas en haut. Cela comprend notamment la couche de DNS.

Les architectures de réseau devront décourager le détournement de DNS et l’utilisation des DNS pour l’exfiltration de données. Les principales difficultés ici ne concernent ni les hacktivistes ni les logiciels malveillants cherchant à vandaliser les systèmes, mais les attaquants sophistiqués qui savent quelles données spécifiques ils visent à exfiltrer.

Des conséquences déplorables en cas de non-conformité et d’attaques

Le GDPR impose une règle générale de notification de violation des données, et les organisations tous secteurs d’activité confondus devront suivre certaines procédures spécifiques si un tel événement se produit. Les Contrôleurs de Données n’auront que 72 heures pour informer les autorités compétentes de ce qui s’est produit et des volumes de données concernées. Dans le pire des cas, les organisations devront également informer le public de la violation ou vol de données, ce qui aura inévitablement des retombées négatives sur leur réputation.

Personne ne peut se permettre d’ignorer le GDPR. Ce règlement entrera en vigueur le 25 mai 2018, ce qui signifie que les organisations (et peut-être la vôtre !) ont moins de deux ans pour s’y conformer ; un délai relativement court au vu des différentes étapes préparatoires à suivre. De lourdes sanctions et des amendes élevées sont prévues en cas de perte de données : elles pourront en effet atteindre 20 millions d’euros ou 4% du chiffre d’affaires annuel mondial.

Il est maintenant temps de commencer à construire une infrastructure conforme au GDPR, qui assure la sécurité et le respect de la vie privée des données. Le fait de fournir une sécurité suffisante au niveau du DNS peut permettre aux entreprises de réaliser d’énormes économies et d’éviter les poursuites inutiles. Mais l’évitement des coûts ne doit pas être la seule motivation pour agir. La confiance des clients, des partenaires et des salariés dans la marque d’une entreprise est cruciale pour protéger l’activité de celle-ci, tant sur le court que sur le long terme.

Le trafic de DNS doit être soigneusement surveillé et analysé pour détecter les tentatives d’exfiltration de données cachées dans le trafic réseau. Les systèmes de filtration DNS qui fonctionnent comme la filtration web, peuvent contrôler la réputation des liens par rapport à une liste noire en temps réel et vérifier automatiquement si la requête DNS est digne de confiance ou si elle peut représenter un risque de vol de données.

La sécurité du DNS est un principe de base de la sécurité et du respect de la vie privée dès la conception d’une architecture. Les organisations désireuses d’être préparées au GDPR doivent se demander si elles ont un plan conforme pour protéger leurs réseaux, leurs données, leurs clients… et leur réputation.

Related Topics
Author
By
@coesteve1
Related Posts

Readers Comments


Add Your Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

In The News

DNS et GDPR, ou quand sécurité et réglementation se retrouvent | Par Hervé DHELIN, EfficientIP

Kid shouting through megaphone 11th octobre, 2016

Le nouveau GDPR (Règlement général sur la protection des données) est un règlement de l’Union européenne qui vise à renforcer la protection des données dans tous les Etats membres de l’UE, en remplacement de la Directive 95/46/CE de 1995. Ce règlement – contrairement à une directive – n’a pas besoin d’être légiféré pour être adopté par les gouvernements. Plus important encore, il ne se limite pas à l’Union européenne – toutes les organisations non-UE qui partagent les données personnelles des citoyens européens sont également couvertes par la nouvelle loi. Cela inclut presque toutes les organisations ayant des clients, fournisseurs ou employés dans l’UE.

Quelles sont les mesures à mettre en place ?

En vertu de la nouvelle loi, adoptée par le Conseil de l’UE et le Parlement le 14 avril 2016, les organisations européennes seront tenues d’appliquer de nouvelles mesures, y compris des évaluations d’impact sur la protection des données, des normes de sécurité extrêmement exigeantes ou la mise en œuvre de politiques de confidentialité appropriées. Beaucoup seront tenues de nommer un délégué à la protection des données, et les ‘Processeurs de données’ et ‘Contrôleurs de données’ devront garder une trace de toutes les activités de traitement de données dans leurs entreprises.

Les ingénieurs impliqués dans la plupart des projets technologiques au sein de l’Union européenne devront se conformer dès la conception à une démarche de sécurité et de respect de la vie privée. Cela suppose que la confidentialité des données soit conforme aux plus hautes exigences. Quant aux paramètres de protection des données, ils devront être insérés dans tous les processus de gestion à un niveau élevé et par défaut. La sécurité des données jouera un rôle encore plus critique et devra être assurée de bas en haut. Cela comprend notamment la couche de DNS.

Les architectures de réseau devront décourager le détournement de DNS et l’utilisation des DNS pour l’exfiltration de données. Les principales difficultés ici ne concernent ni les hacktivistes ni les logiciels malveillants cherchant à vandaliser les systèmes, mais les attaquants sophistiqués qui savent quelles données spécifiques ils visent à exfiltrer.

Des conséquences déplorables en cas de non-conformité et d’attaques

Le GDPR impose une règle générale de notification de violation des données, et les organisations tous secteurs d’activité confondus devront suivre certaines procédures spécifiques si un tel événement se produit. Les Contrôleurs de Données n’auront que 72 heures pour informer les autorités compétentes de ce qui s’est produit et des volumes de données concernées. Dans le pire des cas, les organisations devront également informer le public de la violation ou vol de données, ce qui aura inévitablement des retombées négatives sur leur réputation.

Personne ne peut se permettre d’ignorer le GDPR. Ce règlement entrera en vigueur le 25 mai 2018, ce qui signifie que les organisations (et peut-être la vôtre !) ont moins de deux ans pour s’y conformer ; un délai relativement court au vu des différentes étapes préparatoires à suivre. De lourdes sanctions et des amendes élevées sont prévues en cas de perte de données : elles pourront en effet atteindre 20 millions d’euros ou 4% du chiffre d’affaires annuel mondial.

Il est maintenant temps de commencer à construire une infrastructure conforme au GDPR, qui assure la sécurité et le respect de la vie privée des données. Le fait de fournir une sécurité suffisante au niveau du DNS peut permettre aux entreprises de réaliser d’énormes économies et d’éviter les poursuites inutiles. Mais l’évitement des coûts ne doit pas être la seule motivation pour agir. La confiance des clients, des partenaires et des salariés dans la marque d’une entreprise est cruciale pour protéger l’activité de celle-ci, tant sur le court que sur le long terme.

Le trafic de DNS doit être soigneusement surveillé et analysé pour détecter les tentatives d’exfiltration de données cachées dans le trafic réseau. Les systèmes de filtration DNS qui fonctionnent comme la filtration web, peuvent contrôler la réputation des liens par rapport à une liste noire en temps réel et vérifier automatiquement si la requête DNS est digne de confiance ou si elle peut représenter un risque de vol de données.

La sécurité du DNS est un principe de base de la sécurité et du respect de la vie privée dès la conception d’une architecture. Les organisations désireuses d’être préparées au GDPR doivent se demander si elles ont un plan conforme pour protéger leurs réseaux, leurs données, leurs clients… et leur réputation.

By
@coesteve1
backtotop