Trois conclusions des salons Gartner PPM et Enterprise Architecture de Londres – Retour d’expérience de Jean-Pierre Ullmo, Vice-président Ventes pour la zone EMEA de Changepoint

Word of mouth word on notebook screen with hand type on keyboard, Digital marketing concept.

Pour nous, l’enthousiasme qui a précédé les salons Gartner PPM et Enterprise Architecture de Londres a débuté il y a plusieurs semaines, avec la nomination en tant que Leader dans les quadrants magiques IT PPM Software Applications et Cloud-Based IT PPM Services de Gartner (copie disponible en téléchargement ici).

Nous avons traversé l’Atlantique pour discuter avec les plus grands chefs d’entreprise et responsables informatiques, des défis et opportunités auxquels notre secteur d’activité est confronté. Voici les principales conclusions que nous avons retenues des démonstrations, des conférences et des conversations avec les analystes de Gartner, les personnes présentes et les clients.

1. La « source unique de vérité » n’existe pas

Nous travaillons sur les données. Et les entreprises s’appuient sur les données. Voilà ce qui caractérise notre activité. À maintes reprises, les acteurs nous ont répété fonder leurs décisions stratégiques sur les données. Rien d’étonnant à cela ! Après tout, nous étions à un salon dédié à la PPM (Project Portfolio Management ou gestion de portefeuilles de projets). Tous, nous exploitons les données pour accroître notre rentabilité, augmenter les marges ou gagner en efficacité. Mais nous avons été surpris par le nombre de services qui promettent une « source de vérité unique » : un outil permettant aux entreprises d’accéder à toutes les données dont elles ont besoin.

L’idée est séduisante en théorie ou dans un argumentaire commercial, mais totalement irréaliste. Chaque entreprise est différente. Même les fonctions internes d’une entreprise ont des besoins spécifiques. Aucune solution ne peut répondre à des attentes aussi différentes. Actuellement, le nombre de technologies et d’outils utilisés dans les services informatiques est en évolution constante. Si une surabondance d’outils peut être paralysante, une solution de PPM appropriée permet de mettre en place une organisation simple et globale, avec l’ensemble des applications que vous êtes susceptible d’utiliser à tout moment. Cette visibilité sur la valeur générée par vos technologies et vos ressources est déterminante pour la réussite de votre entreprise.

2. Privilégier les outils ouverts

Les informaticiens sont des rouages essentiels de l’industrie de la technologie. Ce sont des pionniers. Ils testent les nouveaux outils, qu’il s’agisse de matériels ou d’outils de collaboration dernier cri, et recommandent leurs produits favoris. C’est pourquoi de nombreux utilisateurs de PPM peinent à avoir une vue globale sur des outils tels que Jira, Trello ou Slack. Selon eux, leur solution PPM manque d’une plate-forme ouverte et robuste qui hiérarchise les intégrations. Tout comme l’industrie de la technologie a adopté l’Open Source et une API, les entreprises doivent privilégier les plates-formes ouvertes qui facilitent l’intégration, afin d’allier flexibilité et adaptabilité. Ne choisissez pas un outil qui ne vous satisfait pas pleinement, simplement parce que c’est celui que votre logiciel PPM ou EA prend en charge. Les plates-formes ouvertes permettent aux équipes de tester et de retenir les outils qui leur conviennent le mieux. Pour quel résultat ? Un travail plus intelligent et de meilleure qualité.

3. L’énigme du coût

Juste après la clôture du salon PPM, nous avons rejoint le salon Enterprise Architecture de Gartner. Là, nous avons remarqué que les conversations portaient surtout sur le coût des applications. Si le coût est un facteur important, la justification des investissements n’est pas à négliger. Des critères tels que l’impact sur la productivité, l’utilité, la facilité d’intégration et l’adaptabilité aux besoins de votre organisation, méritent d’être pris en considération.

Nous comprenons le besoin permanent de rationaliser le coût des applications, mais fonder des décisions sur le coût sans prendre en compte la valeur est dangereux et peu clairvoyant. Les entreprises risquent de passer à côté d’une application à forte valeur ajoutée. Elles doivent analyser leurs investissements de manière globale et envisager des applications moins chères et moins intéressantes, avant de retirer une application à valeur potentiellement élevée.

Nous sommes repartis des salons PPM et EA avec un regain d’énergie, après une bonne semaine de travail et de discussion avec des personnes très intéressantes. Nous continuerons à échanger avec Gartner et d’autres leaders de l’industrie pour préparer l’avenir de notre secteur d’activité.

Author
By
@coesteve1

Readers Comments


Add Your Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

In The News

Trois conclusions des salons Gartner PPM et Enterprise Architecture de Londres – Retour d’expérience de Jean-Pierre Ullmo, Vice-président Ventes pour la zone EMEA de Changepoint

Word of mouth word on notebook screen with hand type on keyboard, Digital marketing concept. 19th août, 2016

Pour nous, l’enthousiasme qui a précédé les salons Gartner PPM et Enterprise Architecture de Londres a débuté il y a plusieurs semaines, avec la nomination en tant que Leader dans les quadrants magiques IT PPM Software Applications et Cloud-Based IT PPM Services de Gartner (copie disponible en téléchargement ici).

Nous avons traversé l’Atlantique pour discuter avec les plus grands chefs d’entreprise et responsables informatiques, des défis et opportunités auxquels notre secteur d’activité est confronté. Voici les principales conclusions que nous avons retenues des démonstrations, des conférences et des conversations avec les analystes de Gartner, les personnes présentes et les clients.

1. La « source unique de vérité » n’existe pas

Nous travaillons sur les données. Et les entreprises s’appuient sur les données. Voilà ce qui caractérise notre activité. À maintes reprises, les acteurs nous ont répété fonder leurs décisions stratégiques sur les données. Rien d’étonnant à cela ! Après tout, nous étions à un salon dédié à la PPM (Project Portfolio Management ou gestion de portefeuilles de projets). Tous, nous exploitons les données pour accroître notre rentabilité, augmenter les marges ou gagner en efficacité. Mais nous avons été surpris par le nombre de services qui promettent une « source de vérité unique » : un outil permettant aux entreprises d’accéder à toutes les données dont elles ont besoin.

L’idée est séduisante en théorie ou dans un argumentaire commercial, mais totalement irréaliste. Chaque entreprise est différente. Même les fonctions internes d’une entreprise ont des besoins spécifiques. Aucune solution ne peut répondre à des attentes aussi différentes. Actuellement, le nombre de technologies et d’outils utilisés dans les services informatiques est en évolution constante. Si une surabondance d’outils peut être paralysante, une solution de PPM appropriée permet de mettre en place une organisation simple et globale, avec l’ensemble des applications que vous êtes susceptible d’utiliser à tout moment. Cette visibilité sur la valeur générée par vos technologies et vos ressources est déterminante pour la réussite de votre entreprise.

2. Privilégier les outils ouverts

Les informaticiens sont des rouages essentiels de l’industrie de la technologie. Ce sont des pionniers. Ils testent les nouveaux outils, qu’il s’agisse de matériels ou d’outils de collaboration dernier cri, et recommandent leurs produits favoris. C’est pourquoi de nombreux utilisateurs de PPM peinent à avoir une vue globale sur des outils tels que Jira, Trello ou Slack. Selon eux, leur solution PPM manque d’une plate-forme ouverte et robuste qui hiérarchise les intégrations. Tout comme l’industrie de la technologie a adopté l’Open Source et une API, les entreprises doivent privilégier les plates-formes ouvertes qui facilitent l’intégration, afin d’allier flexibilité et adaptabilité. Ne choisissez pas un outil qui ne vous satisfait pas pleinement, simplement parce que c’est celui que votre logiciel PPM ou EA prend en charge. Les plates-formes ouvertes permettent aux équipes de tester et de retenir les outils qui leur conviennent le mieux. Pour quel résultat ? Un travail plus intelligent et de meilleure qualité.

3. L’énigme du coût

Juste après la clôture du salon PPM, nous avons rejoint le salon Enterprise Architecture de Gartner. Là, nous avons remarqué que les conversations portaient surtout sur le coût des applications. Si le coût est un facteur important, la justification des investissements n’est pas à négliger. Des critères tels que l’impact sur la productivité, l’utilité, la facilité d’intégration et l’adaptabilité aux besoins de votre organisation, méritent d’être pris en considération.

Nous comprenons le besoin permanent de rationaliser le coût des applications, mais fonder des décisions sur le coût sans prendre en compte la valeur est dangereux et peu clairvoyant. Les entreprises risquent de passer à côté d’une application à forte valeur ajoutée. Elles doivent analyser leurs investissements de manière globale et envisager des applications moins chères et moins intéressantes, avant de retirer une application à valeur potentiellement élevée.

Nous sommes repartis des salons PPM et EA avec un regain d’énergie, après une bonne semaine de travail et de discussion avec des personnes très intéressantes. Nous continuerons à échanger avec Gartner et d’autres leaders de l’industrie pour préparer l’avenir de notre secteur d’activité.

By
@coesteve1
backtotop