État des lieux : les nouveaux environnements de travail à l’heure du digital – Collaboratif, évaluation 360, flexibilité des horaires et du lieu de travail, mobilité, plébiscités par les managers français, selon l’enquête Cornerstone-IDC

Ordinateur groupe

Cornerstone OnDemand, leader mondial des solutions cloud de gestion des talents, dévoile aujourd’hui les résultats de son étude réalisée par IDC, auprès de 1352 décisionnaires RH et managers de proximité dans 16 pays européens – dont 300 en France. Cette enquête met en lumière un plébiscite pour les nouvelles pratiques influencées par le digital : travail à domicile, horaires flexibles, évaluation continue et collaborative, parcours de mobilité interne, etc. Ces pratiques rendent les managers plus épanouis et engagés, mais elles peuvent être sources de conflits entre lignes de métiers et DRH.

Nouveaux environnements de travail : la France en ordre de marche

  • 7 employés français sur 10 sont autorisés à travailler à domicile (taux égal à la moyenne européenne).

Au niveau européen, d’importantes différences régionales persistent, avec une fracture Nord / Sud sur le sujet du télétravail, auquel les pays nordiques sont plus favorables et l’Europe centrale et méridionale beaucoup moins (68% en Espagne et 69% en Italie, contre 87% en Scandinavie). La Suisse quant à elle fait presque figure d’anomalie, avec seulement 52% autorisés à le pratiquer.

En revanche, 26% des employés en France ne sont pas autorisés à travailler à domicile. Quelles sont les barrières ? Dans 35% des cas, l’entreprise n’a pas les technologies adaptées ! Certaines sociétés ont également fait machine arrière : 19% ont essayé par le passé, avant de constaté que cela avait nui à leur productivité.

  • 78% des entreprises françaises proposent un choix d’horaires flexibles pour leurs collaborateurs.

La France est légèrement au-dessus de la moyenne européenne (77,7%). Tandis que l’Allemagne pratique largement les horaires flexibles (81%), le Royaume-Uni reste plus attaché aux horaires traditionnels : le taux n’atteint que les 75%.

  • Les entreprises françaises sont bien équipées : 82% des collaborateurs ont accès aux dernières technologies pour travailler et se former à l’ère du digital. Sur l’aspect technologique, la France se place ainsi au-dessus de la moyenne européenne (79%).

L’évaluation se fluidifie et devient collaborative

En Europe et en France, l’entretien annuel d’évaluation aurait du plomb dans l’aile. Les spécialistes des Ressources Humaines s’interrogent sur sa périodicité et son format trop rigide : ils souhaiteraient tirer parti des nouveaux outils et pratiques numériques permettant d’évaluer les collaborateurs régulièrement, selon les projets ou sur une période trimestrielle.

Selon les résultats de l’étude, deux tiers des entreprises françaises organisent encore des entretiens d’évaluation annuels ou semestriels. Les 29% restant ont adopté une stratégie d’évaluation en continu, pour permettre un meilleur suivi de la performance du collaborateur.

La révolution de l’évaluation 360 montre-t-elle un décalage entre les lignes de métier et les RH ? En France, 77% des managers opérationnels tiennent compte de l’avis des collaborateurs dans l’évaluation. 72% intègrent même les avis des pairs, clients et autres parties prenantes. Cette évaluation collaborative plaît moins aux managers RH, qui ne sont que 64% à l’approuver (pour l’avis des pairs et clients) et 70% pour l’évaluation du manager.

Au-delà de l’évaluation, les entreprises françaises sont hautement collaboratives, avec une nette majorité de managers encourageant leurs employés à travailler en mode collaboratif (80%), et constatant qu’ils collaborent efficacement (73%). En outre, dans 45% des cas, les managers disposent d’un système d’apprentissage collaboratif, un chiffre similaire à la moyenne européenne.

Mobilité : les RH investissent les plans de succession

A l’heure où la guerre des talents fait rage pour certains métiers (comme par exemple les ingénieurs et les commerciaux), la fidélisation des collaborateurs et des managers, est devenue cruciale. Pour garder leurs talents, les entreprises doivent aujourd’hui proposer des parcours, des opportunités de développer leur employabilité. Face à cela, selon les résultats de l’étude, 69% des managers ont des ambitions de carrière au sein de leur organisation.

Ainsi, la mobilité est devenue cruciale. L’enquête montre que pour 74% des managers, il est possible de postuler à des postes en dehors de leur département.

En revanche, 58% des DRH ne disposent pas d’outils pour suivre et gérer les promotions internes, et la gestion de carrière semble avoir plus d’importance pour les DRH que pour les managers opérationnels. Lorsqu’on les interroge sur les tâches RH ayant la plus grande valeur ajoutée, les plans de succession et la gestion de carrière arrivent en 3ème place pour les RH avec une part de 31% (derrière le recrutement – 38% – et la gestion de la formation – 35%). Côté Lignes de métier, la succession n’atteint que la 7ème place avec une part de 21%. Les opérationnels priorisent ainsi la mobilité interne en tant que recrutement interne (29%) à la prévision des évolutions de carrière.

« Les managers opérationnels attendent beaucoup des RH, qu’ils sollicitent pour leurs besoins en compétences, face à leurs enjeux business. Les RH ont besoin d’outils, mais aussi de mieux communiquer sur leurs réalisations, notamment en termes de succession, de rétention et d’analyse de la performance. Grâce à des outils analytiques et prédictifs, les RH pourront donner une information complète sur l’entreprise, et nouer un dialogue stratégique avec les managers opérationnels et la Direction générale. » déclare Vincent Belliveau, Executive Vice-Président et Directeur général EMEA de Cornerstone.

Le collaboratif : une tendance majeure en Europe

L’adoption d’approches collaboratives a un impact significatif sur la performance financière. IDC et Cornerstone ont trouvé une proportion beaucoup plus élevée d’entreprises avec des taux de croissance élevés parmi les organisations ayant adopté des méthodes collaboratives, de mobilité interne des employés, ainsi que des systèmes de formations collaboratives. Autre constat : une forte corrélation entre les pratiques de collaboration et le bonheur des employés.

« Favoriser la collaboration devient crucial pour les organisations européennes, et des changements seront nécessaires en termes de culture d’entreprise, d’outils collaboratifs, de management et de gouvernance. » déclare Yasmin Benjelloun, IDC.

 

(*) Enquête réalisée par IDC auprès de 1352 décisionnaires RH et managers de proximité dans toute l’Europe

Related Topics
Author
By
@coesteve1
Related Posts

Readers Comments


Add Your Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

In The News

État des lieux : les nouveaux environnements de travail à l’heure du digital – Collaboratif, évaluation 360, flexibilité des horaires et du lieu de travail, mobilité, plébiscités par les managers français, selon l’enquête Cornerstone-IDC

Ordinateur groupe 31st mai, 2016

Cornerstone OnDemand, leader mondial des solutions cloud de gestion des talents, dévoile aujourd’hui les résultats de son étude réalisée par IDC, auprès de 1352 décisionnaires RH et managers de proximité dans 16 pays européens – dont 300 en France. Cette enquête met en lumière un plébiscite pour les nouvelles pratiques influencées par le digital : travail à domicile, horaires flexibles, évaluation continue et collaborative, parcours de mobilité interne, etc. Ces pratiques rendent les managers plus épanouis et engagés, mais elles peuvent être sources de conflits entre lignes de métiers et DRH.

Nouveaux environnements de travail : la France en ordre de marche

  • 7 employés français sur 10 sont autorisés à travailler à domicile (taux égal à la moyenne européenne).

Au niveau européen, d’importantes différences régionales persistent, avec une fracture Nord / Sud sur le sujet du télétravail, auquel les pays nordiques sont plus favorables et l’Europe centrale et méridionale beaucoup moins (68% en Espagne et 69% en Italie, contre 87% en Scandinavie). La Suisse quant à elle fait presque figure d’anomalie, avec seulement 52% autorisés à le pratiquer.

En revanche, 26% des employés en France ne sont pas autorisés à travailler à domicile. Quelles sont les barrières ? Dans 35% des cas, l’entreprise n’a pas les technologies adaptées ! Certaines sociétés ont également fait machine arrière : 19% ont essayé par le passé, avant de constaté que cela avait nui à leur productivité.

  • 78% des entreprises françaises proposent un choix d’horaires flexibles pour leurs collaborateurs.

La France est légèrement au-dessus de la moyenne européenne (77,7%). Tandis que l’Allemagne pratique largement les horaires flexibles (81%), le Royaume-Uni reste plus attaché aux horaires traditionnels : le taux n’atteint que les 75%.

  • Les entreprises françaises sont bien équipées : 82% des collaborateurs ont accès aux dernières technologies pour travailler et se former à l’ère du digital. Sur l’aspect technologique, la France se place ainsi au-dessus de la moyenne européenne (79%).

L’évaluation se fluidifie et devient collaborative

En Europe et en France, l’entretien annuel d’évaluation aurait du plomb dans l’aile. Les spécialistes des Ressources Humaines s’interrogent sur sa périodicité et son format trop rigide : ils souhaiteraient tirer parti des nouveaux outils et pratiques numériques permettant d’évaluer les collaborateurs régulièrement, selon les projets ou sur une période trimestrielle.

Selon les résultats de l’étude, deux tiers des entreprises françaises organisent encore des entretiens d’évaluation annuels ou semestriels. Les 29% restant ont adopté une stratégie d’évaluation en continu, pour permettre un meilleur suivi de la performance du collaborateur.

La révolution de l’évaluation 360 montre-t-elle un décalage entre les lignes de métier et les RH ? En France, 77% des managers opérationnels tiennent compte de l’avis des collaborateurs dans l’évaluation. 72% intègrent même les avis des pairs, clients et autres parties prenantes. Cette évaluation collaborative plaît moins aux managers RH, qui ne sont que 64% à l’approuver (pour l’avis des pairs et clients) et 70% pour l’évaluation du manager.

Au-delà de l’évaluation, les entreprises françaises sont hautement collaboratives, avec une nette majorité de managers encourageant leurs employés à travailler en mode collaboratif (80%), et constatant qu’ils collaborent efficacement (73%). En outre, dans 45% des cas, les managers disposent d’un système d’apprentissage collaboratif, un chiffre similaire à la moyenne européenne.

Mobilité : les RH investissent les plans de succession

A l’heure où la guerre des talents fait rage pour certains métiers (comme par exemple les ingénieurs et les commerciaux), la fidélisation des collaborateurs et des managers, est devenue cruciale. Pour garder leurs talents, les entreprises doivent aujourd’hui proposer des parcours, des opportunités de développer leur employabilité. Face à cela, selon les résultats de l’étude, 69% des managers ont des ambitions de carrière au sein de leur organisation.

Ainsi, la mobilité est devenue cruciale. L’enquête montre que pour 74% des managers, il est possible de postuler à des postes en dehors de leur département.

En revanche, 58% des DRH ne disposent pas d’outils pour suivre et gérer les promotions internes, et la gestion de carrière semble avoir plus d’importance pour les DRH que pour les managers opérationnels. Lorsqu’on les interroge sur les tâches RH ayant la plus grande valeur ajoutée, les plans de succession et la gestion de carrière arrivent en 3ème place pour les RH avec une part de 31% (derrière le recrutement – 38% – et la gestion de la formation – 35%). Côté Lignes de métier, la succession n’atteint que la 7ème place avec une part de 21%. Les opérationnels priorisent ainsi la mobilité interne en tant que recrutement interne (29%) à la prévision des évolutions de carrière.

« Les managers opérationnels attendent beaucoup des RH, qu’ils sollicitent pour leurs besoins en compétences, face à leurs enjeux business. Les RH ont besoin d’outils, mais aussi de mieux communiquer sur leurs réalisations, notamment en termes de succession, de rétention et d’analyse de la performance. Grâce à des outils analytiques et prédictifs, les RH pourront donner une information complète sur l’entreprise, et nouer un dialogue stratégique avec les managers opérationnels et la Direction générale. » déclare Vincent Belliveau, Executive Vice-Président et Directeur général EMEA de Cornerstone.

Le collaboratif : une tendance majeure en Europe

L’adoption d’approches collaboratives a un impact significatif sur la performance financière. IDC et Cornerstone ont trouvé une proportion beaucoup plus élevée d’entreprises avec des taux de croissance élevés parmi les organisations ayant adopté des méthodes collaboratives, de mobilité interne des employés, ainsi que des systèmes de formations collaboratives. Autre constat : une forte corrélation entre les pratiques de collaboration et le bonheur des employés.

« Favoriser la collaboration devient crucial pour les organisations européennes, et des changements seront nécessaires en termes de culture d’entreprise, d’outils collaboratifs, de management et de gouvernance. » déclare Yasmin Benjelloun, IDC.

 

(*) Enquête réalisée par IDC auprès de 1352 décisionnaires RH et managers de proximité dans toute l’Europe

By
@coesteve1
backtotop