Un nouveau rapport de BT démontre le potentiel des TIC pour aider l’UE à lutter contre le réchauffement climatique et atteindre les objectifs fixés lors de la COP21

Laptop with magnifying glass

BT publie un nouveau rapport intitulé « The role of ICT in reducing carbon emissions in the EU » qui souligne le rôle central que pourraient jouer les Technologies de l’Information et de la Communication (TIC) pour lutter contre le réchauffement climatique et stimuler la croissance économique dans les pays de l’Union Européenne.

La publication de ce rapport tombe à point nommé. En décembre dernier lors du Sommet de la COP21 à Paris, les nations ont convenu de limiter le réchauffement climatique mondial bien en deçà de 2°C d’ici 2100. Mais les experts préviennent que si les émissions de carbone se maintiennent à leur taux actuel, les gouvernements ne pourront tenir cet objectif et les températures augmenteront inévitablement d’au moins 2,7°C.[1]

Dans ce rapport, BT montre que les Nouvelles Technologies pourraient réduire les émissions de carbone de l’UE de plus de 1,5 gigatonne en 2030. Cette diminution équivaut à près de 19 fois l’empreinte environnementale du secteur des TIC dans l’UE en 2030, ou à 37% du total des émissions de l’UE en 2012.

Larry Stone, président Government & Public Affairs de BT, commente ainsi la publication du rapport : « Il y a un mois, les membres de l’UE et des gouvernements du monde entier ont signé la résolution de la COP21 à Paris et se sont engagés à limiter le réchauffement climatique bien en deçà de 2°C. BT considère que les TIC peuvent permettre de réduire rapidement et de façon importante les émissions de carbone en contribuant à la transformation numérique des pays et à des gains d’efficacité énergétique à grande échelle. Ce rapport structure notre réflexion et montre que recourir le plus possible aux TIC peut être à la fois un vecteur de réductions importantes des émissions de carbone et un levier de croissance pour les économies européennes. Pour augmenter les chances de réussite collective, il est important d’intégrer les TIC à chaque étape du processus et nous en appelons aux législateurs pour qu’ils fassent progresser le développement des TIC en ce sens. »

Voici quelques-unes des conclusions du rapport :

  • Les TIC pourraient contribuer à une diminution des émissions de carbone à l’horizon 2030 équivalente à 37% du total des émissions de l’UE en 2012
  • Le secteur des TIC pourrait générer 678 milliards d’euros de nouveaux revenus et contribuer à réaliser 643 milliards d’euros d’économies
  • La majorité des gains (53%) obtenus par les TIC proviennent de l’amélioration de l’efficacité énergétique

Le rapport montre que les pratiques de fabrication industrielle intelligente, la construction de bâtiments intelligents et les solutions énergétiques intelligentes sont quelques-unes des pistes les plus prometteuses de réduction des émissions de carbone grâce aux TIC, à hauteur de 74% des économies analysées environ.

Le rapport met aussi en avant les différents degrés de maturité des pays européens quant à la mise en œuvre de solutions IT de réduction des émissions de carbone. Le Royaume-Uni et l’Allemagne figurent en position dominante dans l’instauration de telles mesures. Le rapport souligne également que la contribution économique des TIC en France pourrait dépasser 191 milliards d’euros – avec la réduction des émissions de carbone qu’elles génèrent – contre 117 milliards d’euros en Italie et 113 milliards d’euros en Espagne.

Larry Stone ajoute : « En intensifiant le recours aux Nouvelles Technologies, l’Union Européenne augmenterait ses chances de tenir ses objectifs de réduction des émissions de carbone. Les TIC sont aussi un levier important de l’économie circulaire. Ces gains potentiels, par la transition numérique des industries et des Etats et par l’adoption de pratiques de consommation plus responsables, conditionnent notre avenir à tous ».

[1] http://newsroom.unfccc.int/unfccc-newsroom/iea-says-pledges-for-cop21-slow-energy-emissions-growth-dramatically/

Author
By
@coesteve1

Readers Comments


Add Your Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

In The News

Un nouveau rapport de BT démontre le potentiel des TIC pour aider l’UE à lutter contre le réchauffement climatique et atteindre les objectifs fixés lors de la COP21

Laptop with magnifying glass 24th mai, 2016

BT publie un nouveau rapport intitulé « The role of ICT in reducing carbon emissions in the EU » qui souligne le rôle central que pourraient jouer les Technologies de l’Information et de la Communication (TIC) pour lutter contre le réchauffement climatique et stimuler la croissance économique dans les pays de l’Union Européenne.

La publication de ce rapport tombe à point nommé. En décembre dernier lors du Sommet de la COP21 à Paris, les nations ont convenu de limiter le réchauffement climatique mondial bien en deçà de 2°C d’ici 2100. Mais les experts préviennent que si les émissions de carbone se maintiennent à leur taux actuel, les gouvernements ne pourront tenir cet objectif et les températures augmenteront inévitablement d’au moins 2,7°C.[1]

Dans ce rapport, BT montre que les Nouvelles Technologies pourraient réduire les émissions de carbone de l’UE de plus de 1,5 gigatonne en 2030. Cette diminution équivaut à près de 19 fois l’empreinte environnementale du secteur des TIC dans l’UE en 2030, ou à 37% du total des émissions de l’UE en 2012.

Larry Stone, président Government & Public Affairs de BT, commente ainsi la publication du rapport : « Il y a un mois, les membres de l’UE et des gouvernements du monde entier ont signé la résolution de la COP21 à Paris et se sont engagés à limiter le réchauffement climatique bien en deçà de 2°C. BT considère que les TIC peuvent permettre de réduire rapidement et de façon importante les émissions de carbone en contribuant à la transformation numérique des pays et à des gains d’efficacité énergétique à grande échelle. Ce rapport structure notre réflexion et montre que recourir le plus possible aux TIC peut être à la fois un vecteur de réductions importantes des émissions de carbone et un levier de croissance pour les économies européennes. Pour augmenter les chances de réussite collective, il est important d’intégrer les TIC à chaque étape du processus et nous en appelons aux législateurs pour qu’ils fassent progresser le développement des TIC en ce sens. »

Voici quelques-unes des conclusions du rapport :

  • Les TIC pourraient contribuer à une diminution des émissions de carbone à l’horizon 2030 équivalente à 37% du total des émissions de l’UE en 2012
  • Le secteur des TIC pourrait générer 678 milliards d’euros de nouveaux revenus et contribuer à réaliser 643 milliards d’euros d’économies
  • La majorité des gains (53%) obtenus par les TIC proviennent de l’amélioration de l’efficacité énergétique

Le rapport montre que les pratiques de fabrication industrielle intelligente, la construction de bâtiments intelligents et les solutions énergétiques intelligentes sont quelques-unes des pistes les plus prometteuses de réduction des émissions de carbone grâce aux TIC, à hauteur de 74% des économies analysées environ.

Le rapport met aussi en avant les différents degrés de maturité des pays européens quant à la mise en œuvre de solutions IT de réduction des émissions de carbone. Le Royaume-Uni et l’Allemagne figurent en position dominante dans l’instauration de telles mesures. Le rapport souligne également que la contribution économique des TIC en France pourrait dépasser 191 milliards d’euros – avec la réduction des émissions de carbone qu’elles génèrent – contre 117 milliards d’euros en Italie et 113 milliards d’euros en Espagne.

Larry Stone ajoute : « En intensifiant le recours aux Nouvelles Technologies, l’Union Européenne augmenterait ses chances de tenir ses objectifs de réduction des émissions de carbone. Les TIC sont aussi un levier important de l’économie circulaire. Ces gains potentiels, par la transition numérique des industries et des Etats et par l’adoption de pratiques de consommation plus responsables, conditionnent notre avenir à tous ».

[1] http://newsroom.unfccc.int/unfccc-newsroom/iea-says-pledges-for-cop21-slow-energy-emissions-growth-dramatically/

By
@coesteve1
backtotop