10 règles d’or pour déjouer les ransomwares | Guillaume Lovet, expert en cybercriminalité chez Fortinet

Compass with needle pointing the word expert, concept image to illustrate business consulting and advisory.

Si vous avez été attentif aux informations des dernières semaines, vous avez alors sans doute entendu parler de ces entreprises qui ont été la cible d’un ransomware. La récente prolifération de cette forme de cyber-attaque concerne de nombreuses entreprises et utilisateurs.

Qu’est-ce qu’un ransomware ?

Le ransomware est un logiciel malveillant qui infecte les équipements connectés, les réseaux et les centres de données. Ces derniers ne peuvent plus être utilisés tant qu’une rançon n’a pas été payée pour débloquer les systèmes infectés. Le ransomware existe depuis au moins 1989, à l’époque où le cheval de troie “PC Cyborg” cryptait des dossiers sur un disque dur et forçait les utilisateurs à payer 189 $ pour les récupérer. Depuis, les attaques de type ransomware sont devenues beaucoup plus sophistiquées, ciblées, et bien sûr lucratives.

L’impact et la toxicité d’un ransomware sont difficiles à évaluer, car de nombreuses sociétés choisissent tout simplement de payer pour récupérer leurs données, une démarche qui n’est pas toujours la plus pertinente. Un rapport portant sur la campagne liée au ransomware Cryptowall v3, datant d’octobre 2015 et réalisé par la Cyber Threat Alliance, estimait que le coût engendré par cette seule attaque d’envergure ressortait à 325 millions de dollars.

Un ransomware utilise des modi operandi différents. Un crypto ransomware peut contaminer un système d’exploitation au point d’empêcher l’équipement de démarrer. D’autres ransomware vont crypter un lecteur ou un ensemble de fichiers et de dossiers. Certaines variantes, particulièrement malveillantes, disposent d’un minuteur qui déclenche la suppression des fichiers jusqu’au paiement de la rançon. Quelle que soit la variante, les ransomware exigent le règlement d’une rançon afin de débloquer ou libérer les systèmes informatiques, fichiers ou données verrouillés ou chiffrés.

Comment est-on infecté ?

Un ransomware peut être inoculé de différentes manières, mais, le plus souvent, il prend la forme d’un fichier infecté joint à un email. Par exemple, aujourd’hui, vous avez peut-être reçu un email prétendument envoyé par votre banque. Il comporte le bon logo, des liens URL vers votre véritable banque et votre nom. Le message vous indique qu’une activité suspecte a été détectée sur votre compte bancaire, et que vous devez installer le fichier joint à l’email afin de vérifier vos codes d’accès à votre compte en ligne. Ces vérifications semblent légitimes, mais il s’agit, en réalité, d’une attaque par phishing.

Vous le savez : aucune banque ne se permettrait d’envoyer un fichier à installer, surtout s’il s’agit de vérifier vos identifiants d’accès bancaire. En réalité, le document joint est vérolé par un ransomware dont l’objectif est de s’installer sur votre système d’exploitation si vous cliquez dessus.

Les documents joints aux emails ne constituent néanmoins pas les seuls leviers de contamination. Le téléchargement “drive-by” en est un autre : l’utilisateur visite un site web infecté et télécharge furtivement un logiciel malveillant qui s’installe à l’insu de l’utilisateur. Le ransomware se propage également via les réseaux sociaux ou les applications web de messagerie instantanée. Enfin, récemment, ce sont des serveurs web vulnérables qui ont été exploités pour servir de point d’entrée vers le réseau d’une entreprise.

Comment ne pas se faire piéger ?

Voici dix conseils pour protéger vos données et celles de votre entreprise des ravages d’un ransomware.

  1. Mettre en place une stratégie de sauvegarde et de restauration. Sauvegardez vos données régulièrement et stockez-les offline, sur un équipement autre que celui que vous utilisez.
  2. Utilisez des outils professionnels de sécurité email et web, capables d’analyser les documents joints aux emails, les sites web visités, les fichiers infectés par des logiciels malveillants, et qui peuvent bloquer des publicités potentiellement dangereuses, ainsi que l’accès à des sites et réseaux sociaux qui ne présentent aucun intérêt dans le cadre du travail. Ces outils doivent intégrer les fonctionnalités d’une sandbox de manière à ce qu’un fichier, nouvellement identifié ou non reconnu, puisse être exécuté et analysé dans un environnement sécurisé et cloisonné.
  3. Faites en sorte que vos systèmes d’exploitation, équipements et logiciels soient patchés et à jour.
  4. Assurez-vous que vos équipements, antivirus réseau, systèmes de prévention d’intrusion et outils antimalware bénéficient des mises à jour les plus récentes.
  5. Si possible, utilisez une liste d’applications qui empêchera les applications non conformes d’être téléchargées ou exécutées.
  6. Segmentez votre réseau en zones de sécurité, pour empêcher une infection présente dans une zone de se propager à d’autres.
  7. Établissez et appliquez des autorisations et privilèges d’accès, de manière à ce qu’un nombre restreint d’utilisateurs présente le potentiel de contaminer les applications métiers, les données ou les services critiques.
  1. Établissez et mettez en vigueur une politique de sécurité qui va encadrer le BYOD (Bring your Own Device), afin d’inspecter et de désactiver les dispositifs non conformes à vos exigences de sécurité (absence d’anti-malware, signatures antivirales périmées, systèmes d’exploitation non patchés, etc.).
  2. Déployez des outils d’analyse post-incident pour analyser, suite à une attaque, l’origine de la menace, le délai de présence (et donc de nocuité) du logiciel malveillant au sein de votre environnement, la suppression réelle de la menace de chaque équipement et garantir que cette mésaventure ne peut se reproduire.
  3. ESSENTIEL: ne comptez PAS sur vos collaborateurs pour assurer la sécurité de votre entreprise. Même s’il est important de les sensibiliser davantage à la sécurité aux travers de formations (afin qu’ils apprennent à ne pas télécharger de fichiers, cliquer sur des pièces jointes à des emails suspects ou sur des liens internet non sollicités). L’être humain reste le maillon faible de votre chaîne de sécurité, et vous devez en tenir compte.

En effet, pour nombre de vos collaborateurs, cliquer sur des documents joints et faire des recherches sur Internet font partie de leur travail. Il est difficile d’être toujours méfiant. D’autre part, les attaques de type phishing sont devenues très convaincantes. Une attaque par phishing ciblée se sert de données disponibles en ligne et de profils sur les réseaux sociaux pour personnaliser son approche. Notons également qu’il est humain de cliquer naturellement sur une facture inattendue à régler, ou sur un message d’alerte provenant de votre banque. Enfin il ressort de nombreuses études que les utilisateurs ont le sentiment qu’assurer la sécurité est le travail de quelqu’un d’autre, mais certainement pas le leur.

Que faire si vous êtes contaminé ?

Si vous disposez d’une sauvegarde récente de vos données : vous pouvez effacer le contenu de votre équipement et procéder à la restauration.

Voici quelques autres recommandations:

  1. Signalez le délit

Une recherche rapide en ligne vous mènera vers le site où signaler les cybercrimes dans votre pays ou région. En Europe, vous pouvez localiser le site de signalement des cybercrimes de votre pays à cette adresse : (https://www.europol.europa.eu/content/report-cybercrime).

  1. Payer une rançon ne constitue pas une garantie

Payer une rançon ne garantit pas la restitution des fichiers. Les escrocs, en revanche, perçoivent les fonds et, dans certains cas, disposent des informations bancaires de leur victime. De plus, décrypter des fichiers ne signifie pas que le phénomène de contagion lié au logiciel malveillant a été éradiqué.

  1. Faites appel à des experts

De nombreux systèmes d’exploitation, logiciels et solutions de sécurité sont fournis pas des acteurs qui comptent dans leurs équipes des experts capables de vous prodiguer des conseils sur la manière de réagir en cas d’infection. Des sociétés de services peuvent également vous proposer de réaliser des expertises post-incident et accélérer la reprise suite à un tel sinistre.

  1. Prévoyez un plan B

Que faire si vos systèmes informatiques ou réseaux sont indisponibles ? Disposez-vous d’un plan de secours ? Pouvez-vous assurer le bon déroulement des opérations, même en mode restreint, pendant le processus de restauration ? Connaissez-vous le coût horaire subi par votre entreprise en cas d’indisponibilité système ? Ce coût est-il intégré à votre budget informatique ? Autant d’informations qui doivent être prises en compte dans votre politique de sécurité.

Conclusion

La cybercriminalité est une entreprise à but lucratif générant des milliards de revenus. Avec le même objectif que la plupart des entreprises, les cybercriminels sont très motivés quand il s’agit de trouver des moyens de s’enrichir. Mais contrairement aux entreprises, la fin justifie les moyens. Les cybercriminels misent sur des subterfuges, l’extorsion de fonds, des attaques, des menaces et des techniques d’ingénierie sociale pour accéder à vos données critiques et vos ressources.

Le ransomware n’est guère nouveau mais son récent essor, sa sophistication et sa rapidité de frappe soulignent une tendance orientée à la hausse et une volonté d’identifier de nouveaux moyens d’escroquer les particuliers et les entreprises qui sont en ligne.

Maintenant, plus que jamais, la sécurité n’est pas juste un élément à rajouter à votre métier. Elle est devenue indispensable pour mener vos opérations. Faites en sorte d’établir des partenariats avec des experts en sécurité qui comprennent que la sécurité ne se résume pas à activer un boîtier dans un centre de données. Il s’agit, au contraire, d’un ensemble de technologies intégrées et collaboratives, associé à une politique de sécurité efficace et à une approche par étapes qui prend en compte les phases de préparation, de protection, de détection, de réaction et d’apprentissage.

Les solutions de sécurité doivent pouvoir partager leurs informations de veille sur les menaces et neutraliser rapidement toute menace à l’échelle de votre environnement multisites. Elles doivent être intégrées au cœur de votre réseau et vous protéger de manière transparente et sur le long terme, à mesure que votre réseau évolue et se développe. Ces solutions doivent savoir s’adapter rapidement lorsque de nouvelles menaces apparaissent et, bien sûr, ne pas ralentir vos activités métiers au quotidien.

Related Topics
Author
By
@coesteve1
Related Posts

Readers Comments


Add Your Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

In The News

10 règles d’or pour déjouer les ransomwares | Guillaume Lovet, expert en cybercriminalité chez Fortinet

Compass with needle pointing the word expert, concept image to illustrate business consulting and advisory. 11th mai, 2016

Si vous avez été attentif aux informations des dernières semaines, vous avez alors sans doute entendu parler de ces entreprises qui ont été la cible d’un ransomware. La récente prolifération de cette forme de cyber-attaque concerne de nombreuses entreprises et utilisateurs.

Qu’est-ce qu’un ransomware ?

Le ransomware est un logiciel malveillant qui infecte les équipements connectés, les réseaux et les centres de données. Ces derniers ne peuvent plus être utilisés tant qu’une rançon n’a pas été payée pour débloquer les systèmes infectés. Le ransomware existe depuis au moins 1989, à l’époque où le cheval de troie “PC Cyborg” cryptait des dossiers sur un disque dur et forçait les utilisateurs à payer 189 $ pour les récupérer. Depuis, les attaques de type ransomware sont devenues beaucoup plus sophistiquées, ciblées, et bien sûr lucratives.

L’impact et la toxicité d’un ransomware sont difficiles à évaluer, car de nombreuses sociétés choisissent tout simplement de payer pour récupérer leurs données, une démarche qui n’est pas toujours la plus pertinente. Un rapport portant sur la campagne liée au ransomware Cryptowall v3, datant d’octobre 2015 et réalisé par la Cyber Threat Alliance, estimait que le coût engendré par cette seule attaque d’envergure ressortait à 325 millions de dollars.

Un ransomware utilise des modi operandi différents. Un crypto ransomware peut contaminer un système d’exploitation au point d’empêcher l’équipement de démarrer. D’autres ransomware vont crypter un lecteur ou un ensemble de fichiers et de dossiers. Certaines variantes, particulièrement malveillantes, disposent d’un minuteur qui déclenche la suppression des fichiers jusqu’au paiement de la rançon. Quelle que soit la variante, les ransomware exigent le règlement d’une rançon afin de débloquer ou libérer les systèmes informatiques, fichiers ou données verrouillés ou chiffrés.

Comment est-on infecté ?

Un ransomware peut être inoculé de différentes manières, mais, le plus souvent, il prend la forme d’un fichier infecté joint à un email. Par exemple, aujourd’hui, vous avez peut-être reçu un email prétendument envoyé par votre banque. Il comporte le bon logo, des liens URL vers votre véritable banque et votre nom. Le message vous indique qu’une activité suspecte a été détectée sur votre compte bancaire, et que vous devez installer le fichier joint à l’email afin de vérifier vos codes d’accès à votre compte en ligne. Ces vérifications semblent légitimes, mais il s’agit, en réalité, d’une attaque par phishing.

Vous le savez : aucune banque ne se permettrait d’envoyer un fichier à installer, surtout s’il s’agit de vérifier vos identifiants d’accès bancaire. En réalité, le document joint est vérolé par un ransomware dont l’objectif est de s’installer sur votre système d’exploitation si vous cliquez dessus.

Les documents joints aux emails ne constituent néanmoins pas les seuls leviers de contamination. Le téléchargement “drive-by” en est un autre : l’utilisateur visite un site web infecté et télécharge furtivement un logiciel malveillant qui s’installe à l’insu de l’utilisateur. Le ransomware se propage également via les réseaux sociaux ou les applications web de messagerie instantanée. Enfin, récemment, ce sont des serveurs web vulnérables qui ont été exploités pour servir de point d’entrée vers le réseau d’une entreprise.

Comment ne pas se faire piéger ?

Voici dix conseils pour protéger vos données et celles de votre entreprise des ravages d’un ransomware.

  1. Mettre en place une stratégie de sauvegarde et de restauration. Sauvegardez vos données régulièrement et stockez-les offline, sur un équipement autre que celui que vous utilisez.
  2. Utilisez des outils professionnels de sécurité email et web, capables d’analyser les documents joints aux emails, les sites web visités, les fichiers infectés par des logiciels malveillants, et qui peuvent bloquer des publicités potentiellement dangereuses, ainsi que l’accès à des sites et réseaux sociaux qui ne présentent aucun intérêt dans le cadre du travail. Ces outils doivent intégrer les fonctionnalités d’une sandbox de manière à ce qu’un fichier, nouvellement identifié ou non reconnu, puisse être exécuté et analysé dans un environnement sécurisé et cloisonné.
  3. Faites en sorte que vos systèmes d’exploitation, équipements et logiciels soient patchés et à jour.
  4. Assurez-vous que vos équipements, antivirus réseau, systèmes de prévention d’intrusion et outils antimalware bénéficient des mises à jour les plus récentes.
  5. Si possible, utilisez une liste d’applications qui empêchera les applications non conformes d’être téléchargées ou exécutées.
  6. Segmentez votre réseau en zones de sécurité, pour empêcher une infection présente dans une zone de se propager à d’autres.
  7. Établissez et appliquez des autorisations et privilèges d’accès, de manière à ce qu’un nombre restreint d’utilisateurs présente le potentiel de contaminer les applications métiers, les données ou les services critiques.
  1. Établissez et mettez en vigueur une politique de sécurité qui va encadrer le BYOD (Bring your Own Device), afin d’inspecter et de désactiver les dispositifs non conformes à vos exigences de sécurité (absence d’anti-malware, signatures antivirales périmées, systèmes d’exploitation non patchés, etc.).
  2. Déployez des outils d’analyse post-incident pour analyser, suite à une attaque, l’origine de la menace, le délai de présence (et donc de nocuité) du logiciel malveillant au sein de votre environnement, la suppression réelle de la menace de chaque équipement et garantir que cette mésaventure ne peut se reproduire.
  3. ESSENTIEL: ne comptez PAS sur vos collaborateurs pour assurer la sécurité de votre entreprise. Même s’il est important de les sensibiliser davantage à la sécurité aux travers de formations (afin qu’ils apprennent à ne pas télécharger de fichiers, cliquer sur des pièces jointes à des emails suspects ou sur des liens internet non sollicités). L’être humain reste le maillon faible de votre chaîne de sécurité, et vous devez en tenir compte.

En effet, pour nombre de vos collaborateurs, cliquer sur des documents joints et faire des recherches sur Internet font partie de leur travail. Il est difficile d’être toujours méfiant. D’autre part, les attaques de type phishing sont devenues très convaincantes. Une attaque par phishing ciblée se sert de données disponibles en ligne et de profils sur les réseaux sociaux pour personnaliser son approche. Notons également qu’il est humain de cliquer naturellement sur une facture inattendue à régler, ou sur un message d’alerte provenant de votre banque. Enfin il ressort de nombreuses études que les utilisateurs ont le sentiment qu’assurer la sécurité est le travail de quelqu’un d’autre, mais certainement pas le leur.

Que faire si vous êtes contaminé ?

Si vous disposez d’une sauvegarde récente de vos données : vous pouvez effacer le contenu de votre équipement et procéder à la restauration.

Voici quelques autres recommandations:

  1. Signalez le délit

Une recherche rapide en ligne vous mènera vers le site où signaler les cybercrimes dans votre pays ou région. En Europe, vous pouvez localiser le site de signalement des cybercrimes de votre pays à cette adresse : (https://www.europol.europa.eu/content/report-cybercrime).

  1. Payer une rançon ne constitue pas une garantie

Payer une rançon ne garantit pas la restitution des fichiers. Les escrocs, en revanche, perçoivent les fonds et, dans certains cas, disposent des informations bancaires de leur victime. De plus, décrypter des fichiers ne signifie pas que le phénomène de contagion lié au logiciel malveillant a été éradiqué.

  1. Faites appel à des experts

De nombreux systèmes d’exploitation, logiciels et solutions de sécurité sont fournis pas des acteurs qui comptent dans leurs équipes des experts capables de vous prodiguer des conseils sur la manière de réagir en cas d’infection. Des sociétés de services peuvent également vous proposer de réaliser des expertises post-incident et accélérer la reprise suite à un tel sinistre.

  1. Prévoyez un plan B

Que faire si vos systèmes informatiques ou réseaux sont indisponibles ? Disposez-vous d’un plan de secours ? Pouvez-vous assurer le bon déroulement des opérations, même en mode restreint, pendant le processus de restauration ? Connaissez-vous le coût horaire subi par votre entreprise en cas d’indisponibilité système ? Ce coût est-il intégré à votre budget informatique ? Autant d’informations qui doivent être prises en compte dans votre politique de sécurité.

Conclusion

La cybercriminalité est une entreprise à but lucratif générant des milliards de revenus. Avec le même objectif que la plupart des entreprises, les cybercriminels sont très motivés quand il s’agit de trouver des moyens de s’enrichir. Mais contrairement aux entreprises, la fin justifie les moyens. Les cybercriminels misent sur des subterfuges, l’extorsion de fonds, des attaques, des menaces et des techniques d’ingénierie sociale pour accéder à vos données critiques et vos ressources.

Le ransomware n’est guère nouveau mais son récent essor, sa sophistication et sa rapidité de frappe soulignent une tendance orientée à la hausse et une volonté d’identifier de nouveaux moyens d’escroquer les particuliers et les entreprises qui sont en ligne.

Maintenant, plus que jamais, la sécurité n’est pas juste un élément à rajouter à votre métier. Elle est devenue indispensable pour mener vos opérations. Faites en sorte d’établir des partenariats avec des experts en sécurité qui comprennent que la sécurité ne se résume pas à activer un boîtier dans un centre de données. Il s’agit, au contraire, d’un ensemble de technologies intégrées et collaboratives, associé à une politique de sécurité efficace et à une approche par étapes qui prend en compte les phases de préparation, de protection, de détection, de réaction et d’apprentissage.

Les solutions de sécurité doivent pouvoir partager leurs informations de veille sur les menaces et neutraliser rapidement toute menace à l’échelle de votre environnement multisites. Elles doivent être intégrées au cœur de votre réseau et vous protéger de manière transparente et sur le long terme, à mesure que votre réseau évolue et se développe. Ces solutions doivent savoir s’adapter rapidement lorsque de nouvelles menaces apparaissent et, bien sûr, ne pas ralentir vos activités métiers au quotidien.

By
@coesteve1
backtotop