Quand la finance se positionne au centre de la stratégie d’entreprise – Philippe Gangneux, Directeur Administratif et Financier de Sidetrade

looking for ways to achieve success

Plus que jamais, le Directeur Financier doit anticiper et piloter la stratégie d’entreprise avec une influence croissante sur le business. La recherche de performance repose sur une coopération transverse accrue. A l’ère du numérique, le partage d’information en temps réel est clé pour le développement de l’entreprise et offre un avantage concurrentiel indéniable. Dans ce cadre, la finance doit sortir de son département pour accompagner les différents métiers.

Abattre les cloisons entre opérationnels et fonctionnels

L’entreprise n’a plus de raison valable de fonctionner en silos. A titre d’exemple dans la bataille du cash, commerciaux et financiers interviennent tout au long de la relation client : abattre les cloisons entre opérationnels et fonctionnels permet de connecter les services. Une nouvelle mise en application de l’« open space », rendue possible par les nouvelles technologies Cloud. En facilitant le partage, un système d’information intégré rationalise les modes de collaboration et  diffuse la culture du cash. Fin des processus manuels ou papier !

Réduire sa dépendance à Excel

Dans un contexte rendu difficile par les délais de paiement qui s’allongent, le DAF n’a pas vocation à constater les retards. Il doit s’appuyer sur l’innovation technologique pour être en ligne avec le plan stratégique de l’entreprise et prévoir des opportunités de business. Comment ? En devenant notamment leader dans l’analyse prédictive, en anticipant les comportements des clients tout en réduisant sa dépendance à Excel.

Avec le Big Data, la révolution numérique offre au financier une mine de données pour devancer les tendances de l’activité et aider à prioriser les décisions. Mais, ce n’est pas en produisant des kilomètres de reporting que le DAF deviendra l’épicentre de la stratégie d’entreprise… Pour donner du sens aux données, il lui faut bénéficier d’une vision dynamique qui transcende l’organisation. Il doit offrir un service efficient capable de répondre aux besoins business des autres fonctions. Il doit passer du rôle de business partner à celui de business maker.

Anticiper le business

C’est grâce à un contact quotidien avec les autres métiers que le DAF pourra identifier les indicateurs les plus pertinents pour partager les tableaux de bord. La mise en œuvre de solutions agiles lui permet de mutualiser les données, de repérer en temps réel les points de dysfonctionnements et de décider des meilleures actions correctives à mettre en place. En réagissant plus vite aux situations critiques, il sécurise le business.

Aujourd’hui, il devient urgent de penser autrement, de développer l’activité en s’appuyant sur des innovations technologiques et d’envisager un nouveau regard sur le rôle du DAF. Le Comex attend du DAF qu’il soit en appui de la stratégie globale avec des données financières actualisées, pour des prises de décisions judicieuses sur des prévisions plutôt que sur des opinions.

 En 2016, devons-nous encore convaincre les PDG que technologie et business sont totalement imbriqués ?

Related Topics
Author
By
@coesteve1
Related Posts

Readers Comments


Add Your Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

In The News

Quand la finance se positionne au centre de la stratégie d’entreprise – Philippe Gangneux, Directeur Administratif et Financier de Sidetrade

looking for ways to achieve success 6th avril, 2016

Plus que jamais, le Directeur Financier doit anticiper et piloter la stratégie d’entreprise avec une influence croissante sur le business. La recherche de performance repose sur une coopération transverse accrue. A l’ère du numérique, le partage d’information en temps réel est clé pour le développement de l’entreprise et offre un avantage concurrentiel indéniable. Dans ce cadre, la finance doit sortir de son département pour accompagner les différents métiers.

Abattre les cloisons entre opérationnels et fonctionnels

L’entreprise n’a plus de raison valable de fonctionner en silos. A titre d’exemple dans la bataille du cash, commerciaux et financiers interviennent tout au long de la relation client : abattre les cloisons entre opérationnels et fonctionnels permet de connecter les services. Une nouvelle mise en application de l’« open space », rendue possible par les nouvelles technologies Cloud. En facilitant le partage, un système d’information intégré rationalise les modes de collaboration et  diffuse la culture du cash. Fin des processus manuels ou papier !

Réduire sa dépendance à Excel

Dans un contexte rendu difficile par les délais de paiement qui s’allongent, le DAF n’a pas vocation à constater les retards. Il doit s’appuyer sur l’innovation technologique pour être en ligne avec le plan stratégique de l’entreprise et prévoir des opportunités de business. Comment ? En devenant notamment leader dans l’analyse prédictive, en anticipant les comportements des clients tout en réduisant sa dépendance à Excel.

Avec le Big Data, la révolution numérique offre au financier une mine de données pour devancer les tendances de l’activité et aider à prioriser les décisions. Mais, ce n’est pas en produisant des kilomètres de reporting que le DAF deviendra l’épicentre de la stratégie d’entreprise… Pour donner du sens aux données, il lui faut bénéficier d’une vision dynamique qui transcende l’organisation. Il doit offrir un service efficient capable de répondre aux besoins business des autres fonctions. Il doit passer du rôle de business partner à celui de business maker.

Anticiper le business

C’est grâce à un contact quotidien avec les autres métiers que le DAF pourra identifier les indicateurs les plus pertinents pour partager les tableaux de bord. La mise en œuvre de solutions agiles lui permet de mutualiser les données, de repérer en temps réel les points de dysfonctionnements et de décider des meilleures actions correctives à mettre en place. En réagissant plus vite aux situations critiques, il sécurise le business.

Aujourd’hui, il devient urgent de penser autrement, de développer l’activité en s’appuyant sur des innovations technologiques et d’envisager un nouveau regard sur le rôle du DAF. Le Comex attend du DAF qu’il soit en appui de la stratégie globale avec des données financières actualisées, pour des prises de décisions judicieuses sur des prévisions plutôt que sur des opinions.

 En 2016, devons-nous encore convaincre les PDG que technologie et business sont totalement imbriqués ?

By
@coesteve1
backtotop