Big Data, quels usages en entreprise ?

Réalisée par le cabinet BARC en 2014, l’étude « Big Data anlytics » s’est intéressée aux usages du Big Data dans les entreprises majoritairement issues de la région DACH (37%) et Amérique du Nord (22%) mais également d’Europe du Sud (8%), des régions francophones (7%), d’Asie-Pacifique (7%), de UK et Europe du Nord (5%), Europe de l’Est (5%) et Amérique Latine (5%). L’occasion pour DOCaufutur de dégager les grandes tendances.

  • Les entreprises ayant mis en œuvre des projets Big Data disent en tirer des avantages considérables :
    • meilleures décisions stratégiques (69% des entreprises),
    • meilleur contrôle des processus opérationnels (54%),
    • meilleure compréhension des clients (52%) et
    • réduction des coûts (47%).
  • 49% des entreprises interrogées ont déclaré que la confidentialité des données représentait l’un des plus gros problèmes liés à l’utilisation des technologies Big Data.
  • 28% des entreprises nord-américaines ayant répondu à l’enquête ont déjà intégré des projets Big Data dans leurs processus métier contre 16% des entreprises européennes.
  • 53% des entreprises interrogées estiment qu’elles ne disposent pas des compétences d’analyse suffisantes et 48 % d’entre elles affirment qu’elles manquent d’expertise technique.

« Lorsque je lis au début de l’étude que près d’un tiers des répondants déclarent avoir entièrement intégré des analyses Big Data dans leur processus métiers ou sont en passe de le faire, permettezmoi d’en douter » indique Jean-Paul Crenn, consultant e-commerce chez Webcolibri. Il a constaté en effet qu’aucun de ses clients n’avait entièrement intégré les analyses Big Data, peut-être pour un problème de définition. « Les entreprises ne savent pas toujours ce qui rentre dans le Big Data. Ces flots de données hétérogènes et peu structurées qui se déversent de manière continue ne peuvent pas tenir dans un seul serveur (plus de 100 teraoctets).

75% Off Balloons On Computer Shows Discount Of Seventy Five PercentLe consultant nous explique que le Big Data est une problématique majeure qui n’en est qu’à ses débuts. Il conseille aux entreprises de monter des projets Big Data de manière raisonnée, graduelle avec des objectifs clairs et contraints tout en créant des prototypes d’exploitation de données avec des indicateurs. Selon lui, les entreprises doivent faire appel à des data scientist qui possèdent des vues business, comme c’est le cas dans les pays anglo-saxons. Le sujet des Big Data est également en lien avec l’intelligence artificielle. « On peut imaginer que dans quelques temps des automates pourront prendre des décisions à partir de flux énormes de données par un phénomène d’abduction. C’est la donnée qui génère sa vérité » précise Jean-Paul Crenn.

La data va devenir le capital le plus stratégique de l’entreprise

Pour Didier Schreiber, directeur marketing Europe Sud chez Cloudera, la data va devenir le capital le plus stratégique de l’entreprise ; « Corréler l’ensemble des données que l’on obtient va permettre de dégager des tendances, de réinventer l’expérience client et de posséder un avantage concurrentiel ».

Il insiste également sur le fait que le Big Data engendre des changements dans le fonctionnement même de l’entreprise. « C’est un changement culturel où les services cessent de travailler en silos. Les projets Big Data doivent être portés par la direction dans une réelle dynamique de conduite du changement ».  

figur an weggabelungNous avons pu voir dans cette étude que la problématique de sécurité des données représente le principal frein des entreprises à se lancer dans des projets de Big Data. « Nous sommes plongés dans un tsunami de données avec les réseaux sociaux, l’Internet des objets, une trace digitale de plus en plus importante, la géolocalisation… Il va falloir évidemment encadrer et sécuriser le Big Data » confie Didier Schreiber. Pour Jean-Paul Crenn, cela passe tout d’abord par une prise de conscience du problème par les salariés : « avoir des mots de passe forts, ne pas écrire ces derniers sur des post-its, éviter les clés usb,… ».

Quand les entreprises auront réussi à sécuriser au maximum leurs données et qu’elles auront acquis des compétences pointues sur le Big Data, on voit mal ce qui pourrait arrêter la croissance de ces projets d’analyse et d’exploitation de ces flux de données.

Maud Laurent Par Maud Laurent pour DOCaufutur.fr

Related Topics
Author
By
@coesteve1
Related Posts

Readers Comments


  1. Pingback: Big Data, quels usages en entreprise ? - D...

  2. Pingback: Big Data, quels usages en entreprise ? | Make Yourself

Add Your Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

In The News

Big Data, quels usages en entreprise ?

6th décembre, 2015

Réalisée par le cabinet BARC en 2014, l’étude « Big Data anlytics » s’est intéressée aux usages du Big Data dans les entreprises majoritairement issues de la région DACH (37%) et Amérique du Nord (22%) mais également d’Europe du Sud (8%), des régions francophones (7%), d’Asie-Pacifique (7%), de UK et Europe du Nord (5%), Europe de l’Est (5%) et Amérique Latine (5%). L’occasion pour DOCaufutur de dégager les grandes tendances.

  • Les entreprises ayant mis en œuvre des projets Big Data disent en tirer des avantages considérables :
    • meilleures décisions stratégiques (69% des entreprises),
    • meilleur contrôle des processus opérationnels (54%),
    • meilleure compréhension des clients (52%) et
    • réduction des coûts (47%).
  • 49% des entreprises interrogées ont déclaré que la confidentialité des données représentait l’un des plus gros problèmes liés à l’utilisation des technologies Big Data.
  • 28% des entreprises nord-américaines ayant répondu à l’enquête ont déjà intégré des projets Big Data dans leurs processus métier contre 16% des entreprises européennes.
  • 53% des entreprises interrogées estiment qu’elles ne disposent pas des compétences d’analyse suffisantes et 48 % d’entre elles affirment qu’elles manquent d’expertise technique.

« Lorsque je lis au début de l’étude que près d’un tiers des répondants déclarent avoir entièrement intégré des analyses Big Data dans leur processus métiers ou sont en passe de le faire, permettezmoi d’en douter » indique Jean-Paul Crenn, consultant e-commerce chez Webcolibri. Il a constaté en effet qu’aucun de ses clients n’avait entièrement intégré les analyses Big Data, peut-être pour un problème de définition. « Les entreprises ne savent pas toujours ce qui rentre dans le Big Data. Ces flots de données hétérogènes et peu structurées qui se déversent de manière continue ne peuvent pas tenir dans un seul serveur (plus de 100 teraoctets).

75% Off Balloons On Computer Shows Discount Of Seventy Five PercentLe consultant nous explique que le Big Data est une problématique majeure qui n’en est qu’à ses débuts. Il conseille aux entreprises de monter des projets Big Data de manière raisonnée, graduelle avec des objectifs clairs et contraints tout en créant des prototypes d’exploitation de données avec des indicateurs. Selon lui, les entreprises doivent faire appel à des data scientist qui possèdent des vues business, comme c’est le cas dans les pays anglo-saxons. Le sujet des Big Data est également en lien avec l’intelligence artificielle. « On peut imaginer que dans quelques temps des automates pourront prendre des décisions à partir de flux énormes de données par un phénomène d’abduction. C’est la donnée qui génère sa vérité » précise Jean-Paul Crenn.

La data va devenir le capital le plus stratégique de l’entreprise

Pour Didier Schreiber, directeur marketing Europe Sud chez Cloudera, la data va devenir le capital le plus stratégique de l’entreprise ; « Corréler l’ensemble des données que l’on obtient va permettre de dégager des tendances, de réinventer l’expérience client et de posséder un avantage concurrentiel ».

Il insiste également sur le fait que le Big Data engendre des changements dans le fonctionnement même de l’entreprise. « C’est un changement culturel où les services cessent de travailler en silos. Les projets Big Data doivent être portés par la direction dans une réelle dynamique de conduite du changement ».  

figur an weggabelungNous avons pu voir dans cette étude que la problématique de sécurité des données représente le principal frein des entreprises à se lancer dans des projets de Big Data. « Nous sommes plongés dans un tsunami de données avec les réseaux sociaux, l’Internet des objets, une trace digitale de plus en plus importante, la géolocalisation… Il va falloir évidemment encadrer et sécuriser le Big Data » confie Didier Schreiber. Pour Jean-Paul Crenn, cela passe tout d’abord par une prise de conscience du problème par les salariés : « avoir des mots de passe forts, ne pas écrire ces derniers sur des post-its, éviter les clés usb,… ».

Quand les entreprises auront réussi à sécuriser au maximum leurs données et qu’elles auront acquis des compétences pointues sur le Big Data, on voit mal ce qui pourrait arrêter la croissance de ces projets d’analyse et d’exploitation de ces flux de données.

Maud Laurent Par Maud Laurent pour DOCaufutur.fr

By
@coesteve1
backtotop