Des principes militaires ancestraux pour lutter contre la cybercriminalité moderne|par Michael Xie − Fondateur, Président et Chief Technology Officer de Fortinet

Superhero kid. Girl power concept

L’origine des guerres se confond avec celle de l’humanité. De leur côté, les attaques informatiques ont vu le jour avec l’Internet. Malheureusement, aucun de ces deux phénomènes n’est près de disparaître. En effet, leurs motivations sont étroitement liées à cette soif de domination, de gloire et de richesse qui constitue le pedigree de l’humanité.

Les points communs entre la guerre et la cybercriminalité sont légions. Il est sans doute bon de s’inspirer d’un des grands classiques de la littérature militaire pour mieux lutter contre les cybercriminels : l’art de la guerre.

Écrit par Sun Tzu, célèbre général, stratège et philosophe chinois, il y a 2 500 ans, cette œuvre est souvent citée aujourd’hui par les chefs d’entreprise et autres leaders. Ce vade-mecum livre quantité de conseils aux entreprises qui cherchent à se démarquer de leurs concurrents, et aux individus qui tentent de se défaire de leurs rivaux. On y puise également des sujets de réflexion pour les entreprises qui souhaitent venir à bout de la cybercriminalité.

Voici trois enseignements de Sun Tzu que chaque DSI est invité à garder à l’esprit :

1. Qui connaît l’autre et se connaît lui-même, peut livrer cent batailles sans jamais être en péril.

Si vous ignorez quelles sont vos propres défenses contre les cybercriminels, il est grand temps d’identifier cet arsenal. Cette initiative est essentielle mais elle ne suffit pas. Vous devez aussi obtenir au plus vite des informations précises sur les cybercriminels qui vous ont pris pour cible. En d’autres termes, une veille sur les menaces est une priorité.

Lors du sommet sur la cybersécurité qui s’est tenu à la Maison-Blanche en février dernier, le président des États-Unis, Barack Obama, a appelé de ses vœux un meilleur échange d’informations sur les menaces entre le secteur privé et le secteur public, ainsi qu’une meilleure coordination entre les différents intervenants dans la lutte contre la cybercriminalité.

Tous les pays du monde devraient suivre ce conseil. À elle seule, une entreprise n’a que rarement une vue d’ensemble sur les cyberattaques. Elle a trop à faire pour contrer une attaque, restaurer ses opérations et ses services informatiques et limiter les délais d’indisponibilité. Elle ne met les informations liées aux attaques à disposition de ses homologues, donnant ainsi la possibilité à chaque assaillant de tirer des enseignements de ses attaques. Ces derniers peuvent ainsi parfaire leurs tactiques et adopter de nouvelles techniques pour s’en prendre à de nouvelles cibles.

Le partage des informations liées aux menaces consiste à échanger des éléments contextuels sur les attaques. Je trouve ce point essentiel puisqu’il invite les entreprises à appréhender trois éléments : les techniques utilisées par les hackers, les caractéristiques des entreprises qui ont été ciblées, et le comportement des hackers après avoir compromis les défenses d’une entreprise. Ces trois informations aident les équipes informatiques à tirer les conclusions qui s’imposent, à neutraliser plus efficacement toute nouvelle attaque et, au final, à renforcer la sécurité des entreprises et du grand public en général.

C’est la raison pour laquelle Fortinet a fondé la Cyber Threat Alliance. Ce programme mondial vise à partager les données sur les menaces informatiques avec d’autres fournisseurs de technologies de sécurité informatique afin d’agir en conséquence.

2. Dans l’ancien temps, ce qu’on appelait l’intelligence du combat n’était pas seulement de gagner mais de le faire avec facilité.

L’essence de chaque entreprise est d’être rentable. Une attaque réussie porte atteinte à vos finances et à votre réputation et engendre des dépenses. Pour limiter l’impact, les entreprises doivent juguler les attaques le plus efficacement possible.

Lors du sommet précité, Barack Obama a incité aux entreprises à mieux exploiter les technologies modernes. Je vous encourage à faire de même.

L’informatique a beaucoup évolué au cours des dernières décennies. Les réseaux sont devenus incroyablement complexes, alors que l’émergence du cloud, du mobile et des infrastructures agiles ont rendu la sécurité bien plus difficile à gérer. Les technologies en matière de sécurité utilisées il y a plusieurs années rencontrent des freins et doivent être remplacées.

La technologie doit évoluer afin de pouvoir tenir tête aux hackers. Nous sommes déjà capables de gérer intelligemment plusieurs facettes de la sécurité informatique. Mais ce qui nous attend est encore plus prometteur. Dans les années à venir, l’analyse comportementale deviendra la norme pour la sécurité des appareils. Les innovations en matière de science des données permettront aux équipes informatiques d’analyser les données du big data afin d’identifier les tendances en matière de sécurité. Les entreprises pourront ainsi prévoir les attaques, avant qu’elles ne soient enclenchées.

3. Si l’ennemi renforce son front, il affaiblira ses arrières, s’il renfloue ses arrières, il affaiblira son front. S’il renforce son flanc gauche, il affaiblira son flanc droit et vice-versa. Et s’il se prépare en tous lieux, il sera partout en défaut. 

Il ne s’agit là que d’une piqûre de rappel pour chaque DSI. Protéger l’entreprise est une tâche difficile, car les hackers savent s’immiscer par les moindres brèches.

La faible visibilité sur les applications, les utilisateurs et les services réseau existants est une lacune majeure des entreprises de nos jours. D’autant que la situation s’aggrave. En premier lieu, compte tenu des applications qui prolifèrent au sein des environnements virtualisés. Mais aussi à cause d’un trafic qui évolue : autrefois cantonné au sein du centre de données, ce trafic s’affranchit aujourd’hui du périmètre de ce dernier et transite via ce centre de données.

De nouvelles technologies émergent pour renforcer la visibilité sur les applications au sein des environnements virtualisés. Tandis que ces technologies font leurs premiers pas sur le marché, chaque DSI doit comprendre la finalité de chacune de ces technologies et apprendre à gérer efficacement les données. Faute de quoi, les informations réellement pertinentes se retrouveraient noyées dans un océan de fausses alertes.

Les entreprises sont, bien sûr, également invitées à former leurs utilisateurs.

L’ignorance est un fléau en matière de sécurité informatique. Les individus ont souvent été le maillon faible de la sécurité des entreprises, ce qui explique leur statut de cible privilégiée par les cybercriminels. Les systèmes de sécurité les plus sophistiqués ne parviennent généralement pas à éviter les attaques utilisant des techniques d’ingénierie sociale.

Dans le monde, les entreprises qui forment leurs utilisateurs via des programmes de sensibilisation constatent un fléchissement des attaques d’ingénierie sociale de type spear phishing. La formation et la sensibilisation des utilisateurs représentent des armes particulièrement efficaces pour les entreprises souhaitant maîtriser les risques de sécurité informatique.

Appliquez donc ces conseils à votre stratégie de sécurité informatique, et vous pourriez bien doper la propension de votre entreprise à juguler la cybercriminalité.

Related Topics
Author
By
@coesteve1
Related Posts

Readers Comments


Add Your Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

In The News

Des principes militaires ancestraux pour lutter contre la cybercriminalité moderne|par Michael Xie − Fondateur, Président et Chief Technology Officer de Fortinet

Superhero kid. Girl power concept 12th novembre, 2015

L’origine des guerres se confond avec celle de l’humanité. De leur côté, les attaques informatiques ont vu le jour avec l’Internet. Malheureusement, aucun de ces deux phénomènes n’est près de disparaître. En effet, leurs motivations sont étroitement liées à cette soif de domination, de gloire et de richesse qui constitue le pedigree de l’humanité.

Les points communs entre la guerre et la cybercriminalité sont légions. Il est sans doute bon de s’inspirer d’un des grands classiques de la littérature militaire pour mieux lutter contre les cybercriminels : l’art de la guerre.

Écrit par Sun Tzu, célèbre général, stratège et philosophe chinois, il y a 2 500 ans, cette œuvre est souvent citée aujourd’hui par les chefs d’entreprise et autres leaders. Ce vade-mecum livre quantité de conseils aux entreprises qui cherchent à se démarquer de leurs concurrents, et aux individus qui tentent de se défaire de leurs rivaux. On y puise également des sujets de réflexion pour les entreprises qui souhaitent venir à bout de la cybercriminalité.

Voici trois enseignements de Sun Tzu que chaque DSI est invité à garder à l’esprit :

1. Qui connaît l’autre et se connaît lui-même, peut livrer cent batailles sans jamais être en péril.

Si vous ignorez quelles sont vos propres défenses contre les cybercriminels, il est grand temps d’identifier cet arsenal. Cette initiative est essentielle mais elle ne suffit pas. Vous devez aussi obtenir au plus vite des informations précises sur les cybercriminels qui vous ont pris pour cible. En d’autres termes, une veille sur les menaces est une priorité.

Lors du sommet sur la cybersécurité qui s’est tenu à la Maison-Blanche en février dernier, le président des États-Unis, Barack Obama, a appelé de ses vœux un meilleur échange d’informations sur les menaces entre le secteur privé et le secteur public, ainsi qu’une meilleure coordination entre les différents intervenants dans la lutte contre la cybercriminalité.

Tous les pays du monde devraient suivre ce conseil. À elle seule, une entreprise n’a que rarement une vue d’ensemble sur les cyberattaques. Elle a trop à faire pour contrer une attaque, restaurer ses opérations et ses services informatiques et limiter les délais d’indisponibilité. Elle ne met les informations liées aux attaques à disposition de ses homologues, donnant ainsi la possibilité à chaque assaillant de tirer des enseignements de ses attaques. Ces derniers peuvent ainsi parfaire leurs tactiques et adopter de nouvelles techniques pour s’en prendre à de nouvelles cibles.

Le partage des informations liées aux menaces consiste à échanger des éléments contextuels sur les attaques. Je trouve ce point essentiel puisqu’il invite les entreprises à appréhender trois éléments : les techniques utilisées par les hackers, les caractéristiques des entreprises qui ont été ciblées, et le comportement des hackers après avoir compromis les défenses d’une entreprise. Ces trois informations aident les équipes informatiques à tirer les conclusions qui s’imposent, à neutraliser plus efficacement toute nouvelle attaque et, au final, à renforcer la sécurité des entreprises et du grand public en général.

C’est la raison pour laquelle Fortinet a fondé la Cyber Threat Alliance. Ce programme mondial vise à partager les données sur les menaces informatiques avec d’autres fournisseurs de technologies de sécurité informatique afin d’agir en conséquence.

2. Dans l’ancien temps, ce qu’on appelait l’intelligence du combat n’était pas seulement de gagner mais de le faire avec facilité.

L’essence de chaque entreprise est d’être rentable. Une attaque réussie porte atteinte à vos finances et à votre réputation et engendre des dépenses. Pour limiter l’impact, les entreprises doivent juguler les attaques le plus efficacement possible.

Lors du sommet précité, Barack Obama a incité aux entreprises à mieux exploiter les technologies modernes. Je vous encourage à faire de même.

L’informatique a beaucoup évolué au cours des dernières décennies. Les réseaux sont devenus incroyablement complexes, alors que l’émergence du cloud, du mobile et des infrastructures agiles ont rendu la sécurité bien plus difficile à gérer. Les technologies en matière de sécurité utilisées il y a plusieurs années rencontrent des freins et doivent être remplacées.

La technologie doit évoluer afin de pouvoir tenir tête aux hackers. Nous sommes déjà capables de gérer intelligemment plusieurs facettes de la sécurité informatique. Mais ce qui nous attend est encore plus prometteur. Dans les années à venir, l’analyse comportementale deviendra la norme pour la sécurité des appareils. Les innovations en matière de science des données permettront aux équipes informatiques d’analyser les données du big data afin d’identifier les tendances en matière de sécurité. Les entreprises pourront ainsi prévoir les attaques, avant qu’elles ne soient enclenchées.

3. Si l’ennemi renforce son front, il affaiblira ses arrières, s’il renfloue ses arrières, il affaiblira son front. S’il renforce son flanc gauche, il affaiblira son flanc droit et vice-versa. Et s’il se prépare en tous lieux, il sera partout en défaut. 

Il ne s’agit là que d’une piqûre de rappel pour chaque DSI. Protéger l’entreprise est une tâche difficile, car les hackers savent s’immiscer par les moindres brèches.

La faible visibilité sur les applications, les utilisateurs et les services réseau existants est une lacune majeure des entreprises de nos jours. D’autant que la situation s’aggrave. En premier lieu, compte tenu des applications qui prolifèrent au sein des environnements virtualisés. Mais aussi à cause d’un trafic qui évolue : autrefois cantonné au sein du centre de données, ce trafic s’affranchit aujourd’hui du périmètre de ce dernier et transite via ce centre de données.

De nouvelles technologies émergent pour renforcer la visibilité sur les applications au sein des environnements virtualisés. Tandis que ces technologies font leurs premiers pas sur le marché, chaque DSI doit comprendre la finalité de chacune de ces technologies et apprendre à gérer efficacement les données. Faute de quoi, les informations réellement pertinentes se retrouveraient noyées dans un océan de fausses alertes.

Les entreprises sont, bien sûr, également invitées à former leurs utilisateurs.

L’ignorance est un fléau en matière de sécurité informatique. Les individus ont souvent été le maillon faible de la sécurité des entreprises, ce qui explique leur statut de cible privilégiée par les cybercriminels. Les systèmes de sécurité les plus sophistiqués ne parviennent généralement pas à éviter les attaques utilisant des techniques d’ingénierie sociale.

Dans le monde, les entreprises qui forment leurs utilisateurs via des programmes de sensibilisation constatent un fléchissement des attaques d’ingénierie sociale de type spear phishing. La formation et la sensibilisation des utilisateurs représentent des armes particulièrement efficaces pour les entreprises souhaitant maîtriser les risques de sécurité informatique.

Appliquez donc ces conseils à votre stratégie de sécurité informatique, et vous pourriez bien doper la propension de votre entreprise à juguler la cybercriminalité.

By
@coesteve1
backtotop