Se lancer dans l’aventure entrepreneuriale : devenir gestionnaire – Par Julien Blaise, Responsable Marketing de QuickBooks France

Recette

La grande majorité des sociétés qui mettent la clé sous la porte y sont contraintes par des problèmes de trésorerie : la trésorerie est le nerf de la guerre pour les entrepreneurs. Si vous voulez que votre entreprise soit pérenne, vous devez donc devenir un gestionnaire hors pair !

Le niveau de trésorerie doit être surveillé comme le lait sur le feu : l’important est d’être toujours en mesure d’honorer ses factures, notamment celles émises par l’administration. Voici quelques outils et conseils pour aider les entrepreneurs à devenir des gestionnaires.

Premier outil pour y voir clair : le plan de trésorerie prévisionnel

Au cœur de votre stratégie pour combattre le découvert bancaire : le plan de trésorerie prévisionnel. Cet outil permet de placer les ressources financières en face des charges fixes et variables, afin d’identifier rapidement les besoins en trésorerie. Les étapes pour construire ce plan de manière efficace sont :

  1. Identifiez précisément tous les flux de votre activité répartis entre entrées et sorties : chiffre d’affaires, TVA, dettes fournisseurs, salaires, notes de frais des commerciaux, impôts et taxes, etc.
  2. Pour chacun de ces flux, indiquez une date de décaissement, ou d’encaissement, par rapport à la date de conclusion de l’affaire.
  3. Sur les douze prochains mois, indiquez les montants d’entrées et de sorties pour chaque ligne, en face du mois correspondant.
  4. Consultez et mettez à jour régulièrement ce plan.

En fonction de votre activité, vous pouvez le relier à d’autres tableaux encore plus précis, comme les commandes, les en-cours bancaires, le suivi des budgets, etc.

Cinq indicateurs clés en trésorerie 

Il existe 5 éléments essentiels à connaître pour comprendre et maîtriser les grands chiffres et indicateurs de gestion d’une entreprise :

Le besoin en fonds de roulement (BFR) 

BFR = stock + créances clients – dettes fournisseurs 

Pour diminuer le BFR, il est possible de réduire le délai de règlement des clients, d’allonger le délai de paiement des fournisseurs ou d’abaisser le taux de rotation des stocks, c’est-à-dire l’écart de temps entre l’achat d’un stock et sa vente.

Le fonds de roulement (FR) 

FR = capitaux permanents (capitaux + emprunts) – actifs immobilisés (immobilier, stock, matériel, etc.) 

C’est le montant de liquidités disponibles pour financer le BFR. Il doit rester positif, sans quoi des problèmes de trésorerie, et donc des besoins de financement supplémentaires, peuvent survenir.

La Trésorerie Nette (TN) 

TN = FR – BFR 

Si la TN est positive, il est utile de la placer pour qu’elle rapporte de l’argent. Si elle est négative, le risque est de devenir insolvable. Il faut donc déterminer un ratio de TN en dessous duquel vous n’irez jamais.
Par exemple : TN = 30% du BFR.

Le taux de rotation des stocks (TRS) 

TRS = coût des biens vendus / valeur du stock moyen 

Plus ce taux est élevé, moins l’entreprise a besoin de trésorerie pour payer un stock avant que celui-ci ne génère des revenus. La DSM, la durée de stock moyenne, est un autre indicateur utile ici.

Le “Burn Rate” 

Il s’agit du temps que l’entreprise mettra à vider sa trésorerie, compte tenu d’un rythme de pertes prévisionnelles. Cet indicateur concerne essentiellement les sociétés qui investissent lourdement. L’objectif n’est pas nécessairement de garder ce burn rate trop bas, mais de bien le comprendre pour pouvoir anticiper.

Besoin d’aide ?

Maîtriser tous ces paramètres et indicateurs n’est pas chose aisée quand on doit en parallèle « faire tourner » une activité. L’expert-comptable est LE professionnel de la gestion de trésorerie. Il est rompu à l’identification des risques et se révèle un excellent conseiller pour vos problématiques. N’hésitez pas à le rencontrer, pour bien appréhender les implications de la TVA ou des charges patronales sur votre trésorerie par exemple.

La trésorerie est le pouls de votre entreprise, il est donc absolument nécessaire de la surveiller. Pour cela, un tableau de bord vous permettra de faire le point régulièrement sur la base de quelques chiffres clés : CA de la semaine ou du mois, total des factures clients non réglées, nombre de prospects en cours, visites sur votre site web, liquidités disponibles, CA par collaborateur, panier moyen des commandes, délai de règlement des clients, montant des charges externes sur la période écoulée, etc.

Ainsi, la réussite d’une entreprise ne repose pas exclusivement sur la qualité de son offre ou sa capacité à trouver de nouveaux clients : une saine gestion joue un rôle crucial dans son succès. Si vous n’êtes pas un gestionnaire-né, pas de panique : vous pouvez vous entourer de professionnels et mettre à profit la relation avec votre expert-comptable. La tenue d’un tableau de bord est en outre une bonne façon de vous former, de prendre confiance en vos chiffres, et d’avoir, en temps réel, une idée de la santé de votre entreprise.

Author
By
@coesteve1

Readers Comments


Add Your Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

In The News

Se lancer dans l’aventure entrepreneuriale : devenir gestionnaire – Par Julien Blaise, Responsable Marketing de QuickBooks France

Recette 22nd octobre, 2015

La grande majorité des sociétés qui mettent la clé sous la porte y sont contraintes par des problèmes de trésorerie : la trésorerie est le nerf de la guerre pour les entrepreneurs. Si vous voulez que votre entreprise soit pérenne, vous devez donc devenir un gestionnaire hors pair !

Le niveau de trésorerie doit être surveillé comme le lait sur le feu : l’important est d’être toujours en mesure d’honorer ses factures, notamment celles émises par l’administration. Voici quelques outils et conseils pour aider les entrepreneurs à devenir des gestionnaires.

Premier outil pour y voir clair : le plan de trésorerie prévisionnel

Au cœur de votre stratégie pour combattre le découvert bancaire : le plan de trésorerie prévisionnel. Cet outil permet de placer les ressources financières en face des charges fixes et variables, afin d’identifier rapidement les besoins en trésorerie. Les étapes pour construire ce plan de manière efficace sont :

  1. Identifiez précisément tous les flux de votre activité répartis entre entrées et sorties : chiffre d’affaires, TVA, dettes fournisseurs, salaires, notes de frais des commerciaux, impôts et taxes, etc.
  2. Pour chacun de ces flux, indiquez une date de décaissement, ou d’encaissement, par rapport à la date de conclusion de l’affaire.
  3. Sur les douze prochains mois, indiquez les montants d’entrées et de sorties pour chaque ligne, en face du mois correspondant.
  4. Consultez et mettez à jour régulièrement ce plan.

En fonction de votre activité, vous pouvez le relier à d’autres tableaux encore plus précis, comme les commandes, les en-cours bancaires, le suivi des budgets, etc.

Cinq indicateurs clés en trésorerie 

Il existe 5 éléments essentiels à connaître pour comprendre et maîtriser les grands chiffres et indicateurs de gestion d’une entreprise :

Le besoin en fonds de roulement (BFR) 

BFR = stock + créances clients – dettes fournisseurs 

Pour diminuer le BFR, il est possible de réduire le délai de règlement des clients, d’allonger le délai de paiement des fournisseurs ou d’abaisser le taux de rotation des stocks, c’est-à-dire l’écart de temps entre l’achat d’un stock et sa vente.

Le fonds de roulement (FR) 

FR = capitaux permanents (capitaux + emprunts) – actifs immobilisés (immobilier, stock, matériel, etc.) 

C’est le montant de liquidités disponibles pour financer le BFR. Il doit rester positif, sans quoi des problèmes de trésorerie, et donc des besoins de financement supplémentaires, peuvent survenir.

La Trésorerie Nette (TN) 

TN = FR – BFR 

Si la TN est positive, il est utile de la placer pour qu’elle rapporte de l’argent. Si elle est négative, le risque est de devenir insolvable. Il faut donc déterminer un ratio de TN en dessous duquel vous n’irez jamais.
Par exemple : TN = 30% du BFR.

Le taux de rotation des stocks (TRS) 

TRS = coût des biens vendus / valeur du stock moyen 

Plus ce taux est élevé, moins l’entreprise a besoin de trésorerie pour payer un stock avant que celui-ci ne génère des revenus. La DSM, la durée de stock moyenne, est un autre indicateur utile ici.

Le “Burn Rate” 

Il s’agit du temps que l’entreprise mettra à vider sa trésorerie, compte tenu d’un rythme de pertes prévisionnelles. Cet indicateur concerne essentiellement les sociétés qui investissent lourdement. L’objectif n’est pas nécessairement de garder ce burn rate trop bas, mais de bien le comprendre pour pouvoir anticiper.

Besoin d’aide ?

Maîtriser tous ces paramètres et indicateurs n’est pas chose aisée quand on doit en parallèle « faire tourner » une activité. L’expert-comptable est LE professionnel de la gestion de trésorerie. Il est rompu à l’identification des risques et se révèle un excellent conseiller pour vos problématiques. N’hésitez pas à le rencontrer, pour bien appréhender les implications de la TVA ou des charges patronales sur votre trésorerie par exemple.

La trésorerie est le pouls de votre entreprise, il est donc absolument nécessaire de la surveiller. Pour cela, un tableau de bord vous permettra de faire le point régulièrement sur la base de quelques chiffres clés : CA de la semaine ou du mois, total des factures clients non réglées, nombre de prospects en cours, visites sur votre site web, liquidités disponibles, CA par collaborateur, panier moyen des commandes, délai de règlement des clients, montant des charges externes sur la période écoulée, etc.

Ainsi, la réussite d’une entreprise ne repose pas exclusivement sur la qualité de son offre ou sa capacité à trouver de nouveaux clients : une saine gestion joue un rôle crucial dans son succès. Si vous n’êtes pas un gestionnaire-né, pas de panique : vous pouvez vous entourer de professionnels et mettre à profit la relation avec votre expert-comptable. La tenue d’un tableau de bord est en outre une bonne façon de vous former, de prendre confiance en vos chiffres, et d’avoir, en temps réel, une idée de la santé de votre entreprise.

By
@coesteve1
backtotop