L’évolution des techniques d’attaques par déni de service : une menace à reconsidérer – Commentaires de Jean-Pierre Carlin, LogRhythm

Hacker and virus concept

Selon un rapport de sécurité publié par Akamai concernant le 2e trimestre 2015, les attaques par déni de service distribué (DDOS) se sont multipliées au cours des trois derniers trimestres. Ce type d’attaque, qui a principalement pour but de rendre un site, un serveur, un service ou une infrastructure indisponible et inutilisable en submergeant la bande passante de fausses requêtes, aurait même doublé entre 2014 et 2015. Si elles existent depuis de nombreuses années, il semblerait que la puissance de ces menaces évolue. Le rapport révèle en effet que le nombre de méga-attaques a augmenté, leur fréquence, leur durée et leur sophistication atteignant même des niveaux encore jamais observés. 

Jean-Pierre Carlin, Directeur Europe du Sud chez LogRhythm, a fait les commentaires suivants :

« Les pirates informatiques cherchent sans cesse de nouvelles méthodes pour exploiter la moindre vulnérabilité, pénétrer au cœur des systèmes d’information et arriver à leurs fins. Dans le cadre des attaques DDOS, les hackers peuvent utiliser plusieurs techniques pour dissimuler leur présence et la cible réelle de leurs actions. Parmi elles, les attaques dites volumétriques dont le but est de saturer la bande passante du réseau et de l’infrastructure. Mais comme l’indique le rapport d’Akamai, nous assistons également à l’exploitation croissante d’attaques applicatives qui ciblent des services et des applications spécifiques jusqu’à épuisement des ressources. Dans ce cas de figure, le vecteur d’attaque utilise un faible volume de trafic et sollicite beaucoup moins la bande passante, ce qui rend l’action encore plus difficile à détecter.

La plupart des entreprises craignent aujourd’hui d’être la cible de hackers mais pensent être à l’abri avec les solutions ‘traditionnelles’ de sécurité dont elles disposent, telles que des firewalls ou des systèmes de prévention d’intrusion (IPS). Ces outils représentent une première couche de sécurité mais ne suffisent pas à eux seuls pour résister à ces menaces multi-vectorielles et insidieuses d’un nouveau genre. De plus, dans la mesure où une attaque DDOS n’est exploitable que si elle ne sature pas la bande passante, certaines organisations préfèrent augmenter la vitesse de leur connexion plutôt que d’investir dans une solution de sécurité adaptée. Cette option n’est bien entendu, en aucun cas une solution efficace pour protéger ses données et ses ressources durablement.

Face à cette sophistication grandissante des attaques DDOS, les entreprises doivent s’adapter et revoir leur stratégie pour y faire face. Une mesure efficace serait la mise en place d’outils permettant de fournir une surveillance proactive, continue et en temps réel de l’activité sur leur réseau et de l’ensemble des équipements qui composent l’environnement IT. L’adoption de solutions de sécurité dites intelligentes disposant d’un moteur d’analyse puissant est également un atout majeur dans le cadre d’une stratégie globale de sécurité car ils permettent d’identifier la moindre activité anormale ou inhabituelle qui laisserait présager une menace. En combinant la surveillance des réseaux et des utilisateurs, les organisations peuvent avoir une meilleure visibilité en temps réel pour détecter beaucoup plus tôt les éventuelles attaques, et prendre très rapidement les mesures nécessaires pour les neutraliser avant qu’elles ne causent des dommages durables.

Les attaques DDOS ne sont pas nouvelles mais leur diversification et leur complexité changent clairement la donne. Cela signifie notamment que leur ampleur peut devenir plus critique : elles peuvent en effet paralyser les activités vitales d’une entreprise, dans certains secteurs tels que le e-commerce ou la banque en ligne. Si un site est indisponible, ne serait-ce que quelques heures, les pertes financières ainsi que l’impact en termes de réputation et de clientèle peuvent être extrêmement préjudiciables. C’est la raison pour laquelle aucune organisation, quel que soit son secteur d’activité, ne doit sous-estimer le risque qui plane sur ses ressources ni surestimer l’efficacité des solutions de sécurité en place. Il est ainsi primordial de faire évoluer sa stratégie globale et les outils adoptés en fonction de l’évolution du paysage des menaces et des techniques employées par les hackers. »

Author
By
@coesteve1

Readers Comments


  1. Pingback: L’évolution des techniques d&rsquo...

Add Your Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

In The News

L’évolution des techniques d’attaques par déni de service : une menace à reconsidérer – Commentaires de Jean-Pierre Carlin, LogRhythm

Hacker and virus concept 17th septembre, 2015

Selon un rapport de sécurité publié par Akamai concernant le 2e trimestre 2015, les attaques par déni de service distribué (DDOS) se sont multipliées au cours des trois derniers trimestres. Ce type d’attaque, qui a principalement pour but de rendre un site, un serveur, un service ou une infrastructure indisponible et inutilisable en submergeant la bande passante de fausses requêtes, aurait même doublé entre 2014 et 2015. Si elles existent depuis de nombreuses années, il semblerait que la puissance de ces menaces évolue. Le rapport révèle en effet que le nombre de méga-attaques a augmenté, leur fréquence, leur durée et leur sophistication atteignant même des niveaux encore jamais observés. 

Jean-Pierre Carlin, Directeur Europe du Sud chez LogRhythm, a fait les commentaires suivants :

« Les pirates informatiques cherchent sans cesse de nouvelles méthodes pour exploiter la moindre vulnérabilité, pénétrer au cœur des systèmes d’information et arriver à leurs fins. Dans le cadre des attaques DDOS, les hackers peuvent utiliser plusieurs techniques pour dissimuler leur présence et la cible réelle de leurs actions. Parmi elles, les attaques dites volumétriques dont le but est de saturer la bande passante du réseau et de l’infrastructure. Mais comme l’indique le rapport d’Akamai, nous assistons également à l’exploitation croissante d’attaques applicatives qui ciblent des services et des applications spécifiques jusqu’à épuisement des ressources. Dans ce cas de figure, le vecteur d’attaque utilise un faible volume de trafic et sollicite beaucoup moins la bande passante, ce qui rend l’action encore plus difficile à détecter.

La plupart des entreprises craignent aujourd’hui d’être la cible de hackers mais pensent être à l’abri avec les solutions ‘traditionnelles’ de sécurité dont elles disposent, telles que des firewalls ou des systèmes de prévention d’intrusion (IPS). Ces outils représentent une première couche de sécurité mais ne suffisent pas à eux seuls pour résister à ces menaces multi-vectorielles et insidieuses d’un nouveau genre. De plus, dans la mesure où une attaque DDOS n’est exploitable que si elle ne sature pas la bande passante, certaines organisations préfèrent augmenter la vitesse de leur connexion plutôt que d’investir dans une solution de sécurité adaptée. Cette option n’est bien entendu, en aucun cas une solution efficace pour protéger ses données et ses ressources durablement.

Face à cette sophistication grandissante des attaques DDOS, les entreprises doivent s’adapter et revoir leur stratégie pour y faire face. Une mesure efficace serait la mise en place d’outils permettant de fournir une surveillance proactive, continue et en temps réel de l’activité sur leur réseau et de l’ensemble des équipements qui composent l’environnement IT. L’adoption de solutions de sécurité dites intelligentes disposant d’un moteur d’analyse puissant est également un atout majeur dans le cadre d’une stratégie globale de sécurité car ils permettent d’identifier la moindre activité anormale ou inhabituelle qui laisserait présager une menace. En combinant la surveillance des réseaux et des utilisateurs, les organisations peuvent avoir une meilleure visibilité en temps réel pour détecter beaucoup plus tôt les éventuelles attaques, et prendre très rapidement les mesures nécessaires pour les neutraliser avant qu’elles ne causent des dommages durables.

Les attaques DDOS ne sont pas nouvelles mais leur diversification et leur complexité changent clairement la donne. Cela signifie notamment que leur ampleur peut devenir plus critique : elles peuvent en effet paralyser les activités vitales d’une entreprise, dans certains secteurs tels que le e-commerce ou la banque en ligne. Si un site est indisponible, ne serait-ce que quelques heures, les pertes financières ainsi que l’impact en termes de réputation et de clientèle peuvent être extrêmement préjudiciables. C’est la raison pour laquelle aucune organisation, quel que soit son secteur d’activité, ne doit sous-estimer le risque qui plane sur ses ressources ni surestimer l’efficacité des solutions de sécurité en place. Il est ainsi primordial de faire évoluer sa stratégie globale et les outils adoptés en fonction de l’évolution du paysage des menaces et des techniques employées par les hackers. »

By
@coesteve1
backtotop