Les nouveaux disques SSD SATA SanDisk permettent des gains significatifs en performance et densité pour les infrastructures Cloud

cloud

CloudSpeed Ultra Gen. II assure aux fournisseurs de services et aux environnements SDS la flexibilité requise pour des applications efficaces et transparentes dans le cloud 

SanDisk, leader mondial pour les solutions de stockage à mémoire flash, annonce la disponibilité de ses nouveaux disques SSD SATA CloudSpeed Ultra Gen. IIdestinés aux fournisseurs de services cloud, et aux environnements SDS (Software-Defined Storage). Avec 1,6 To* de capacité utile, CloudSpeed Ultra Gen. II offre les performances et la densité de stockage requises pour des charges de travail sensibles aux conditions de latence – e-commerce ou services collaboratifs en ligne, notamment. Marquant une extension de la gamme actuelle de solutions flash San Disk pour le cloud, CloudSpeed Ultra Gen. II bénéficie d’un rapport coût/performance sans équivalent pour 0,04$ par IOPS, contre 3,50$ par IOPS avec les disques durs SATA classiques. CloudSpeed Ultra Gen. II peut de surcroît prendre en charge jusqu’à 32 000 opérations d’écriture IOPS avec blocs de 4Ko et un débit de 530 Mo/s[1], et une latence de lecture/écriture aléatoire de 80 ms – le tout avec une qualité de service de 99,9 %.

« La demande d’applications orientées transactions impose une pression considérable sur les fournisseurs de services cloud pour plateformes de data centers, avec la capacité d’assurer un haut niveau de performance tout en contrôlant le coût des infrastructures », explique John Scaramuzzo, vice-président senior et directeur général, en charge de l’activité Solutions de Stockage pour l’Entreprise, SanDisk. « Fournisseur de référence pour les solutions de stockage à mémoire flash, SanDisk comprend parfaitement la nécessité de flexibilité des applications cloud, afin de hisser le service client à des niveaux supérieurs. Avec CloudSpeed Ultra Gen. II, les fournisseurs de services cloud et les acteurs du stockage SDS sont en mesure d’offrir une expérience client exceptionnelle, en réduisant non seulement les frais administratifs généraux, mais aussi le nombre de serveurs et de licences logicielles requis pour supporter les transactions et les bases de données analytiques. »

Les fournisseurs de services cloud s’efforcent  constamment d’offrir le plus haut niveau de qualité possible afin que les clients puissent bénéficier d’une expérience totalement transparente. Une étude récente du cabinet Forrester Research montre que les chefs d’entreprise sont demandeurs d’applications de future génération et de perspectives nouvelles leur permettant de s’engager avec plus de pertinence et de prendre des décisions mieux étayées. Pour ce faire, les architectes des systèmes d’entreprise doivent concevoir une architecture technique agile, capable d’évoluer automatiquement avec les capacités, comme les bases de données, toujours disponibles pour supporter de nouvelles initiatives[2]. Afin de répondre aux SLA (accords de niveaux de service) pendant les phases de pointe, les fournisseurs de services cloud utilisent souvent des douzaines ou centaines de disques SSD dans des clusters de calcul, pour permettre aux infrastructures cloud flexibles de traiter les analyses NoSQL à faible latence et haut niveau de performance, les transactions en ligne et les applications collaboratives. Pour les charges de travail à usage mixte, dans des environnements XaaS (Anything(X)-as-a-Service) aussi massifs, le coût basé sur la capacité de stockage — le nombre d’euros par gigaoctet —, n’est plus un critère permettant d’évaluer le coût des infrastructures IT par rapport au prix par IOPS.

Les fournisseurs de services cloud associent habituellement les disques durs à des technologies cache pour assurer les transactions et les applications I/O gourmandes en ressources. Cette pratique se traduit toutefois par des coûts de main-d’œuvre et des frais administratifs importants pour maintenir des infrastructures IT tiers à haute performance. Pour répondre aux exigences de performance des applications les plus récentes du cloud, un nombre exorbitant de disques durs devrait être associé à des programmes d’amélioration de la performance à la fois complexes et coûteux, avec pour conséquence une utilisation largement inefficace de l’espace et des ressources des data centers. CloudSpeed Ultra™ Gen. II est conçu dès l’origine pour assurer valeur et performance, en offrant un excellent ratio coût/efficacité et des performances sans équivalent en termes de charges de travail sensibles à la latence. Avec pour corollaire une élasticité qui répond aux besoins actuels de capacité du cloud, et en évitant la multiplication des serveurs.

A l’instar de tous les disques SSD CloudSpeed™, CloudSpeed Ultra Gen. II inclut la plateforme Guardian Technology de SanDisk qui offre une combinaison des plus efficaces en matière de technologies de détection et de correction d’erreurs, avec une protection complète du chemin de données et une récupération des données en cas d’échec. Le disque SSD CloudSpeed Ultra™ Gen. II s’accompagne d’une garantie de cinq ans****.

Le SSD CloudSpeed Ultra™ Gen. II est disponible dès le mois d’août auprès de quelques fournisseurs de services cloud et de clients en environnement SDS, et sera distribué dans le cadre d’un calendrier échelonné via le programme Enterprise Channel Partner. Pour plus d’informations sur CloudSpeed Ultra Gen. II, consultez le site www.sandisk.com/enterprise/sata-ssd/.

Les fournisseurs de services cloud et les fournisseurs SDS trouveront des informations complémentaires sur l’offre CloudSpeed Ultra Gen. II en visionnant une vidéo ou en consultant le blog SanDisk Enterprise.

Related Topics
Author
By
@coesteve1
Related Posts

Readers Comments


Add Your Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

In The News

Les nouveaux disques SSD SATA SanDisk permettent des gains significatifs en performance et densité pour les infrastructures Cloud

cloud 26th août, 2015

CloudSpeed Ultra Gen. II assure aux fournisseurs de services et aux environnements SDS la flexibilité requise pour des applications efficaces et transparentes dans le cloud 

SanDisk, leader mondial pour les solutions de stockage à mémoire flash, annonce la disponibilité de ses nouveaux disques SSD SATA CloudSpeed Ultra Gen. IIdestinés aux fournisseurs de services cloud, et aux environnements SDS (Software-Defined Storage). Avec 1,6 To* de capacité utile, CloudSpeed Ultra Gen. II offre les performances et la densité de stockage requises pour des charges de travail sensibles aux conditions de latence – e-commerce ou services collaboratifs en ligne, notamment. Marquant une extension de la gamme actuelle de solutions flash San Disk pour le cloud, CloudSpeed Ultra Gen. II bénéficie d’un rapport coût/performance sans équivalent pour 0,04$ par IOPS, contre 3,50$ par IOPS avec les disques durs SATA classiques. CloudSpeed Ultra Gen. II peut de surcroît prendre en charge jusqu’à 32 000 opérations d’écriture IOPS avec blocs de 4Ko et un débit de 530 Mo/s[1], et une latence de lecture/écriture aléatoire de 80 ms – le tout avec une qualité de service de 99,9 %.

« La demande d’applications orientées transactions impose une pression considérable sur les fournisseurs de services cloud pour plateformes de data centers, avec la capacité d’assurer un haut niveau de performance tout en contrôlant le coût des infrastructures », explique John Scaramuzzo, vice-président senior et directeur général, en charge de l’activité Solutions de Stockage pour l’Entreprise, SanDisk. « Fournisseur de référence pour les solutions de stockage à mémoire flash, SanDisk comprend parfaitement la nécessité de flexibilité des applications cloud, afin de hisser le service client à des niveaux supérieurs. Avec CloudSpeed Ultra Gen. II, les fournisseurs de services cloud et les acteurs du stockage SDS sont en mesure d’offrir une expérience client exceptionnelle, en réduisant non seulement les frais administratifs généraux, mais aussi le nombre de serveurs et de licences logicielles requis pour supporter les transactions et les bases de données analytiques. »

Les fournisseurs de services cloud s’efforcent  constamment d’offrir le plus haut niveau de qualité possible afin que les clients puissent bénéficier d’une expérience totalement transparente. Une étude récente du cabinet Forrester Research montre que les chefs d’entreprise sont demandeurs d’applications de future génération et de perspectives nouvelles leur permettant de s’engager avec plus de pertinence et de prendre des décisions mieux étayées. Pour ce faire, les architectes des systèmes d’entreprise doivent concevoir une architecture technique agile, capable d’évoluer automatiquement avec les capacités, comme les bases de données, toujours disponibles pour supporter de nouvelles initiatives[2]. Afin de répondre aux SLA (accords de niveaux de service) pendant les phases de pointe, les fournisseurs de services cloud utilisent souvent des douzaines ou centaines de disques SSD dans des clusters de calcul, pour permettre aux infrastructures cloud flexibles de traiter les analyses NoSQL à faible latence et haut niveau de performance, les transactions en ligne et les applications collaboratives. Pour les charges de travail à usage mixte, dans des environnements XaaS (Anything(X)-as-a-Service) aussi massifs, le coût basé sur la capacité de stockage — le nombre d’euros par gigaoctet —, n’est plus un critère permettant d’évaluer le coût des infrastructures IT par rapport au prix par IOPS.

Les fournisseurs de services cloud associent habituellement les disques durs à des technologies cache pour assurer les transactions et les applications I/O gourmandes en ressources. Cette pratique se traduit toutefois par des coûts de main-d’œuvre et des frais administratifs importants pour maintenir des infrastructures IT tiers à haute performance. Pour répondre aux exigences de performance des applications les plus récentes du cloud, un nombre exorbitant de disques durs devrait être associé à des programmes d’amélioration de la performance à la fois complexes et coûteux, avec pour conséquence une utilisation largement inefficace de l’espace et des ressources des data centers. CloudSpeed Ultra™ Gen. II est conçu dès l’origine pour assurer valeur et performance, en offrant un excellent ratio coût/efficacité et des performances sans équivalent en termes de charges de travail sensibles à la latence. Avec pour corollaire une élasticité qui répond aux besoins actuels de capacité du cloud, et en évitant la multiplication des serveurs.

A l’instar de tous les disques SSD CloudSpeed™, CloudSpeed Ultra Gen. II inclut la plateforme Guardian Technology de SanDisk qui offre une combinaison des plus efficaces en matière de technologies de détection et de correction d’erreurs, avec une protection complète du chemin de données et une récupération des données en cas d’échec. Le disque SSD CloudSpeed Ultra™ Gen. II s’accompagne d’une garantie de cinq ans****.

Le SSD CloudSpeed Ultra™ Gen. II est disponible dès le mois d’août auprès de quelques fournisseurs de services cloud et de clients en environnement SDS, et sera distribué dans le cadre d’un calendrier échelonné via le programme Enterprise Channel Partner. Pour plus d’informations sur CloudSpeed Ultra Gen. II, consultez le site www.sandisk.com/enterprise/sata-ssd/.

Les fournisseurs de services cloud et les fournisseurs SDS trouveront des informations complémentaires sur l’offre CloudSpeed Ultra Gen. II en visionnant une vidéo ou en consultant le blog SanDisk Enterprise.

By
@coesteve1
backtotop