La Sacem renforce la puissance de ses systèmes d’information avec MTI France

521692

Depuis le mois de février 2015, la Sacem a fait le choix des technologies flash et met à contribution sa nouvelle baie XtremIO d’EMC² pour la répartition des droits d’auteurs.

En confiant à l’entreprise MTI France des missions régulières de conseil et de veille technologique, la Sacem confirme sa volonté de toujours faire progresser  son infrastructure informatique et ses solutions de traitement pour offrir à ses membres des services performants dans un environnement numérique en perpétuelle mutation. Avec ses nombreux clients numérique, tels Spotify, Deezer ou encore iTunes, de nouveaux besoins sont apparus, qu’il s’agisse de puissance de traitement ou de capacité de stockage de données.

Les traitements liés à la répartition des droits d’auteur étaient jusqu’à présent réalisés via une baie traditionnelle VNX 5500 équipée de disques Flash et SAS, mutualisant l’ensemble des applicatifs métiers.

Des échéances métiers incontournables

Début décembre 2014, les opérations de répartition nécessitant toujours davantage d’espace de stockage et de puissance de traitement, la Sacem a choisi MTI France, à la fois pour la qualité du partenariat existant, le bon rapport qualité/coût de la solution proposée et pour son expertise sur la nouvelle baie 100% flash XtremIO d’EMC2.

Le calendrier, extrêmement serré, fixait une mise en production au 2 février 2015, date de début d’un nouveau cycle de collecte et de répartition des droits d’auteur. Les équipes de la Sacem et les ingénieurs MTI ont ainsi réussi le pari en à peine plus d’un mois de réaliser des études, livrer la baie, effectuer le maquettage et la migration.

Cyril Zenouda, Directeur Infrastructures, Production et Sécurité Informatique (Sacem)  précise « Le dernier cycle a été très difficile pour toutes les équipes. Il fallait faire quelque chose très rapidement et rendre la solution disponible pour février, nouveau cycle de collecte et de répartition. C’était un véritable challenge. »

Il fallait dans un premier temps rechercher les motifs de certains ralentissements observés et de leurs comportements aléatoires. Pour Pascal Schirrmann, Responsable Systèmes (Sacem) « ce problème de performance est venu progressivement et s’est révélé relativement complexe à résoudre. Le problème était en effet moins le temps d’attente absolu de traitement que sa variabilité, empêchant tout planning organisationnel stable. » MTI s’est montré particulièrement attentive à ces aspects en travaillant en étroite collaboration entre les équipes de la Sacem.

Les contrôles manuels supplémentaires réalisés par l’équipe MTI ont permis une double vérification de la compatibilité entre les serveurs Sacem et la nouvelle baie, pour une mise en place en temps record. « Pour nous, le rôle d’un partenaire sérieux est de systématiquement valider les informations »,ajoute Pascal Schirrmann. « C’est également ce qui nous rend confiants ».  

Pari tenu et performances au rendez-vous

Pour la migration des données, la Sacem, accompagnée de MTI, s’est attachée les services d’un couple de technologies EMC² : d’un côté la baie XtremIO pour les performances, de l’autre VPLEX, un cloud privé dont la souplesse de gestion du stockage a permis une migration discrète, sans aucune interruption de service.

« Alors que le frein à la vitesse de migration aurait pu être notre ancienne baie, moins puissante, nous avons constaté des performances en lecture exceptionnelles » souligne Emmanuel Kahn, Responsable Stockage et Sauvegarde (Sacem). Soit une combinaison gagnante, permettant à la Sacem de conserver son ancienne baie et opérer de façon ponctuelle des traitements sur XtremIO via VPEX, en fonction des besoins de performance.

En production depuis le 2 février, la baie XtremIO permet à la Sacem de gagner en prédictibilité, grâce à des temps de traitement maîtrisés (qui ont été divisés de 5 à 10) qui garantissent les enchaînements et la possibilité de lancer des traitements en parallèles, sur des calendriers basés sur les nouvelles performances, avec une latence de moins de 2 ms comparée aux plus de 20 ms précédemment constatés.

L’équipe est satisfaite des scores atteints notamment sur les sauvegardes et du temps nominal désormais gagné. « Désormais, la technologie flash est un standard pour la Sacem : une technologie qui devrait gagner une place prépondérante dans notre future stratégie d’hébergement », conclut Cyril Zenouda, Directeur Infrastructures, Production et Sécurité Informatique de la Sacem.

Related Topics
Author
By
@coesteve1
Related Posts

Readers Comments


Add Your Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

In The News

La Sacem renforce la puissance de ses systèmes d’information avec MTI France

521692 11th juin, 2015

Depuis le mois de février 2015, la Sacem a fait le choix des technologies flash et met à contribution sa nouvelle baie XtremIO d’EMC² pour la répartition des droits d’auteurs.

En confiant à l’entreprise MTI France des missions régulières de conseil et de veille technologique, la Sacem confirme sa volonté de toujours faire progresser  son infrastructure informatique et ses solutions de traitement pour offrir à ses membres des services performants dans un environnement numérique en perpétuelle mutation. Avec ses nombreux clients numérique, tels Spotify, Deezer ou encore iTunes, de nouveaux besoins sont apparus, qu’il s’agisse de puissance de traitement ou de capacité de stockage de données.

Les traitements liés à la répartition des droits d’auteur étaient jusqu’à présent réalisés via une baie traditionnelle VNX 5500 équipée de disques Flash et SAS, mutualisant l’ensemble des applicatifs métiers.

Des échéances métiers incontournables

Début décembre 2014, les opérations de répartition nécessitant toujours davantage d’espace de stockage et de puissance de traitement, la Sacem a choisi MTI France, à la fois pour la qualité du partenariat existant, le bon rapport qualité/coût de la solution proposée et pour son expertise sur la nouvelle baie 100% flash XtremIO d’EMC2.

Le calendrier, extrêmement serré, fixait une mise en production au 2 février 2015, date de début d’un nouveau cycle de collecte et de répartition des droits d’auteur. Les équipes de la Sacem et les ingénieurs MTI ont ainsi réussi le pari en à peine plus d’un mois de réaliser des études, livrer la baie, effectuer le maquettage et la migration.

Cyril Zenouda, Directeur Infrastructures, Production et Sécurité Informatique (Sacem)  précise « Le dernier cycle a été très difficile pour toutes les équipes. Il fallait faire quelque chose très rapidement et rendre la solution disponible pour février, nouveau cycle de collecte et de répartition. C’était un véritable challenge. »

Il fallait dans un premier temps rechercher les motifs de certains ralentissements observés et de leurs comportements aléatoires. Pour Pascal Schirrmann, Responsable Systèmes (Sacem) « ce problème de performance est venu progressivement et s’est révélé relativement complexe à résoudre. Le problème était en effet moins le temps d’attente absolu de traitement que sa variabilité, empêchant tout planning organisationnel stable. » MTI s’est montré particulièrement attentive à ces aspects en travaillant en étroite collaboration entre les équipes de la Sacem.

Les contrôles manuels supplémentaires réalisés par l’équipe MTI ont permis une double vérification de la compatibilité entre les serveurs Sacem et la nouvelle baie, pour une mise en place en temps record. « Pour nous, le rôle d’un partenaire sérieux est de systématiquement valider les informations »,ajoute Pascal Schirrmann. « C’est également ce qui nous rend confiants ».  

Pari tenu et performances au rendez-vous

Pour la migration des données, la Sacem, accompagnée de MTI, s’est attachée les services d’un couple de technologies EMC² : d’un côté la baie XtremIO pour les performances, de l’autre VPLEX, un cloud privé dont la souplesse de gestion du stockage a permis une migration discrète, sans aucune interruption de service.

« Alors que le frein à la vitesse de migration aurait pu être notre ancienne baie, moins puissante, nous avons constaté des performances en lecture exceptionnelles » souligne Emmanuel Kahn, Responsable Stockage et Sauvegarde (Sacem). Soit une combinaison gagnante, permettant à la Sacem de conserver son ancienne baie et opérer de façon ponctuelle des traitements sur XtremIO via VPEX, en fonction des besoins de performance.

En production depuis le 2 février, la baie XtremIO permet à la Sacem de gagner en prédictibilité, grâce à des temps de traitement maîtrisés (qui ont été divisés de 5 à 10) qui garantissent les enchaînements et la possibilité de lancer des traitements en parallèles, sur des calendriers basés sur les nouvelles performances, avec une latence de moins de 2 ms comparée aux plus de 20 ms précédemment constatés.

L’équipe est satisfaite des scores atteints notamment sur les sauvegardes et du temps nominal désormais gagné. « Désormais, la technologie flash est un standard pour la Sacem : une technologie qui devrait gagner une place prépondérante dans notre future stratégie d’hébergement », conclut Cyril Zenouda, Directeur Infrastructures, Production et Sécurité Informatique de la Sacem.

By
@coesteve1
backtotop